Toxicité de l’eau ozonée

  • Published on
    27-Dec-2016

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>et des hemangiosarcomes chez des souris males [2]. Linter-</p><p>risque de leau ozonee. La concentration de lozone dans</p><p>Reponse</p><p>naturellement present dans la stratosphe`re ou` il exerce</p><p>Courrier des lecteurs Archives des Maladies Professionnelles et de lEnvironnement 2008;69:631-634pretation de ces resultats est difficile, en raison de la voiedadministration utilisee, de linsuffisance de la caracterisa-tion de lagent utilise (purete), du traitement danimaux dunseul sexe, de labsence dinformation sur les pathologiesassociees et sur la mortalite des animaux traites.Aucun effet canceroge`ne na ete observe chez des rats F344/N recevant 2500 ou 5000 ppm de NP2N dans leur nourriturependant deux ans [3]. En revanche, auxmemes doses, chez lasouris B6C3F1, des tumeurs renales ont ete observees (seu-lement chez les femelles). La beta-naphtylamine est unmetabolite de la NP2N chez la souris et, probablement, chezlhomme, mais pas chez le rat, ce qui pourrait expliquer lesresultats observes.Un exce`s de risque de cancers (toutes localisations confon-dues) a ete observe dans un atelier dune entreprise suedoise(SIR et SMR de 310 et 350, respectivement). Le risque netaiteleve que chez les femmes travaillant dans cet atelier et lescancers etaient principalement des tumeurs de luterus etdes ovaires. Il ny avait pas dexce`s de risque dans deuxateliers voisins et, selon les auteurs, ce qui differenciait lestravailleurs du premier atelier des autres etait leur utilisationpendant plusieurs annees dune graisse contenant 0,5 %de NP1N. Les auteurs emettent lhypothe`se de la responsa-bilite de lamine et/ou de nitrosamines formees par sareaction avec des nitrites [4].Au total, les donnees disponibles ne permettent pas deva-luation precise de la NP1N. Elle est tre`s sensibilisante. Satoxicite aigue est probablement proche de celle de laniline,mais sa toxicite chronique est mal connue. La plupart destests de genotoxicite sont negatifs. Les donnees disponiblesne permettent pas devaluer la cancerogenicite de cettesubstance. On ne dispose daucune information sur seseffets sur la reproduction. Il ny a aucun argument toxico-logique en faveur dune plus grande toxicite de la NP1N chezla femme.</p><p>References1. Fontana L, Lasfargues G, Ughetto S, Rogier S, et al. The micro-</p><p>nucleus assay in human exfoliated urothelial cells: application ina genotoxicity study of workers exposed to a mineral jellycontaining sodium nitrite and N-phenyl-1-naphtylamine. Muta-cies ou dautres facteurs de confusion pourraient etre encause.Dans une autre etude, ladministration sous-cutanee repeteede NP1N a augmente lincidence des carcinomes pulmonairesgenesis; 2001;16:44952.2. Wang H, Wang D, Dreng R. Carcinogenicity of N-phenyl-1-naph-</p><p>tylamine in mice. Cancer Res; 1984;44:3098100.</p><p>632un role protecteur vis-a`-vis des radiations ultraviolettes.Dans la troposphe`re, au contraire, cest un polluant issude la photolyse des oxydes dazote (NOx), provenant pourpre`s de 75 % du trafic automobile et des transports : lozoneun gaz inlaction dLozone (O3) est une variete allotropique de loxyge`ne : cestcolore, instable, peu hydrosoluble obtenu parun arc electrique sur loxyge`ne de lair. Il estleau du tank est de 6 ppm et celle de leau utilisee de0,5 ppm. Au point dutilisation de leau ozonee, la recherchedozone dans lair ambiant a` laide dun detecteur et de tubesDragerW estnegative. Selon la concentration, leau ozonee est-elle susceptible de presenter un risque pour la sante?</p><p>Dr E.T. (Oise)3. NTP technical report on the toxicology and carcinogenesisstudies of N-phenyl-2-naphtylamine (cas no 135-88-6) in F 344/N rats and B6C3F1 mice (feed studies) NTP TR; 333-1988.</p><p>4. Jarvholm B, Lavenius B. A cohort study on cancer among workersexposed toantirust oil. Scand JWorkEnvironHealth; 1981;7:17984.</p><p>e-mail : robert.garnier@lrb.aphp.fr1775-8785/$ - see front matter 2008 Publie par Elsevier Masson SAS.10.1016/j.admp.2008.07.009 Archives des Maladies Professionnelles et de lEnvironnement2008;69:631-632</p><p>Toxicite de leau ozoneeOzoned-water toxicity</p><p>F. TestudUnite de toxicovigilance, centre antipoison, hospices civils de Lyon,69424 Lyon cedex 03, France</p><p>Question</p><p>Je suis medecin du travail dans une entreprise qui utilise deleau demineralisee ozonee pour la desinfection de ses instal-lations. La production se fait dans un tank avec un generateurqui injecte en boucle de lair enrichi en ozone, en circuit ferme.Sur la boucle deau ozonee, sont positionnes des dispositifsultraviolets qui detruisent lozone present dans leau qui estutilisee par les operateurs. Dans certains cas, ces dispositifs nefonctionnent pas et les operateurs posent la question duest, de ce fait, le principal polluant des grandes metropolesensoleillees (Athe`nes, Los Angeles, Mexico. . .) mais aussi desgrandes villes francaises durant lete.</p></li><li><p>par degazage, en raison de la faible hydrosolubilite du gaz.</p><p>(attention cependant a` la plage de mesure de lappareil, undetecteur utile devant descendre au moins a` 0,05 ppm etetre de type capteur a` semi-conducteur) et en labsence detoute plainte du personnel, le risque sanitaire napparat pas</p><p>e alternative encore confidentielle en France</p><p>Courrier des lecteursLozone est tre`s puissamment oxydant (potentielredox = 2,07) : il reagit avec la plupart des macromoleculesbiologiques en generant de loxyge`ne radicalaire, qui induitune per-oxydation des lipides des membranes cellulaires. Satoxicite est essentiellement locale, au niveau de lamuqueuse des tissus superficiels (il et voies aeriennes)avec lesquels il entre en contact. Linhalation du gaz entraneune irritation/inflammation oculaire, rhinopharyngee et tra-cheobronchique, dont lintensite depend de la concentrationet de la duree dexposition. Les premiers signes irritatifssurviennent entre 0,1 et 0,3 ppm (pour memoire, la VMEet la VLE, sont respectivement de 0,1 et 0,2 ppm) ; unedyspnee est presente au-dela` de 1 ppm, un de`me pulmo-naire lesionnel possible de`s 5 ppm. Les accidents profession-nels semblent peu frequents, mais les prevalences de larhinite et de lasthme sont augmentees dans lindustriepapetie`re ou` lozone est employe pour blanchir la pate(alternative au dioxyde de chlore). Les etudes sur la pollutionatmospherique urbaine ont montre un lien entre les pics depollution a` lozone et la morbidite respiratoire des asthma-tiques, avec un risque accru dattaque dasthme. Les pics depollution a` lozone et/ou aux NOx sont egalement associes a`une augmentation des infarctus du myocarde, survenant lejour meme ou le jour suivant, plus volontiers lete et chez lessujets ages.Lozonation est une technique de desinfection/sterilisationde leau de plus en plus employee : lozone est, en effet, unbiocide extremement puissant (plus efficace que le chlore oules rayons ultraviolets) et de spectre tre`s large, allant desvirus aux protozoaires. Le traitement ne laisse aucun residudans leau car le gaz se decompose rapidement en oxyge`nemoleculaire : dans une eau de pH neutre, sa demi-vie nedepasse pas 15 minutes. Cette absence de remanence est sonprincipal handicap : lozonation nest pas utilisable si le delaientre le traitement et la consommation et/ou lutilisation deleau est prolonge. Cest pourquoi la chloration reste lamethode la plus utilisee pour les reseaux de distributiondeau potable. En revanche, lozonation tend a` se repandredans lindustrie agroalimentaire (conservation et desinfec-tion des fruits et legumes, ainsi que des poissons, ralentis-sement du processus de maturation des fruits), la productiondeau de table, mais aussi pour le traitement des circuits destours de refroidissement, le blanchiment des textiles et de lapate a` papier. . . Dans lindustrie agroalimentaire, desconcentrations de 2 ppm sont generalementmises enuvre,avec des temps de contact de quelques minutes. Lozonation</p><p>est egalement presente chez les particuliers, pour traiterleau des piscines ou potabiliser leau de pluie dans leshabitations isolees.(bien quil existe une Societe francaise dozonotherapie),mais dont la pratique est libre et relativement repandue enSuisse, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Italie. . . et tre`slargement discutee sur Internet. Leau ozonisee est admi-nistree par voie orale, en injection sous-cutanee ou intra-veineuse, voire par lavement, dans des indicationsextremement variees : HTA, arterite et insuffisance vei-neuse des membres inferieurs, AVC, rhumatismes inflam-matoires, hepatite chronique active, hernie discale, cariedentaire, depression, cancers. . . Au regard de la cytotoxicitedes radicaux libres oxygenes, on ne peut quetre etonne dela publication enRussie, en Italie ou a` Cuba dessais cliniquesaux resultats positifs !</p><p>1775-8785/$ - see front matter 2008 Publie par Elsevier Masson SAS.10.1016/j.admp.2008.07.008 Archives des Maladies Professionnelles et de lEnvironnement2008;69:632-633</p><p>Traitement des brulures chimiquesChemical-burns treatment</p><p>R. GarnierConsultation de pathologie professionnelle, hopital Fernand-Widal,200, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75475 Paris cedex, France</p><p>QuestionPour lane medecinsignificatif.cdote, vous noterez que lozonotherapie est uneSelon les industriels du secteur, il semble quune teneur de0,5 ppm dans leau (et a fortiori 6 ppm, en cas de panne desdispositifs UV) soit suffisante pour produire des concentra-tions depassant la VME, voire la VLE au-dessus du liquide.Tout depend donc des possibilites/modalites dexposition non precisees ici des salaries. Neanmoins, dans la mesureou` le gaz nest pas detecte dans latmosphe`re de travailManipuler de leau ozonee expose les operateurs a` de lozoneJe suis interroge sur linteret de lemploi de DiphoterineWplutot que deau pour le traitement des projections cutaneesde substances corrosives. Pourriez-vous mindiquer sil existe</p><p>633</p><p>Toxicit de leau ozoneRefe rences</p></li></ul>