Un cas curieux de convulsions

  • Published on
    18-Sep-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • actualits | infectiologie

    6 OptionBio | Jeudi 15 juillet 2010 | n 440

    Une infection mycobactrie non tuberculeuse lie un piercing

    Une jeune fille ge de 18 ans, ayant comme seul antcdent mdical connu un syndrome du QT long, est adresse en service de dermatologie dun hpital amri-cain par son gnraliste pour lappa-rition dune plaque cutane dans le cou, devant loreille droite.

    Une lsion traite sans succs par cfalotineCette plaque a pour caractristiques dtre large, fluctuante et de couleur violace. Le lobe de loreille droite a t perc de manire profession-nelle 6 mois plus tt et la lsion sest

    dveloppe le long de langle de la mchoire un mois aprs le piercing. La patiente consulte alors initiale-ment son gnraliste qui diagnosti-que un abcs, quil draine, et prescrit une antibiothrapie standard de type cfalotine mais il ny a pas damlio-ration de la lsion.

    Une infection Mycobacterium fortuitum lhpital, une autre cause, tou-jours infectieuse, mais atypique, est voque. Une biopsie est alors rali-se ; lexamen anatomopathologique retrouve une inflammation de type granulomateux mais pas de bacilles acido-alcoolo-rsistants (BAAR). La

    culture tissulaire est finalement posi-tive Mycobacterium fortuitum.Les antibiotiques de type macrolide ne sont pas prescrits en raison des bta-bloquants indiqus pour le problme cardiaque de la patiente. Quatre mois de traitement par ciprofloxacine et tri-mthoprime-sulfamthoxazole sont alors institus. La lsion samliore nettement et dcrot.

    Piercing et infections cutanes mycobactriesLes infections par mycobactries non tuberculeuses peuvent prendre diffrentes prsentations cutanes comme des pustules, des plaques ou encore des ulcres. Le diagnos-

    tic doit tre voqu lorsque des infections lies un piercing ne rpondent pas un traitement anti-biotique, pourtant efficace contre la plupart des agents pathognes bac-triens communment rencontrs.Les BAAR ne sont pas toujours dtectables la coloration et la lecture par lexamen microscopi-que. Le diagnostic dfinitif dpend de lisolement du micro-organisme sur les cultures tissulaires. |

    OPHLIE MARAISmdecin biologiste, Paris

    ogaujard@aliceadsl.fr

    Un cas curieux de convulsions

    Au mois de juillet 2007, un homme g de 61 ans se prsente fbrile lhpital de Zurich pour un premier pisode de convulsions gnralises.Les antcdents mdicaux montrent un tabagisme et des hmoptysies dans les semaines prcdentes.

    Biologie et imagerie orientent vers un cancerLes analyses sanguines, les srologies virales et les hmocultures restent ngatives, except pour la CRP qui est leve 35 mg/L et les leucocytes 17x109/L.Une IRM crbrale est alors ralise et met en vidence de multiples signaux dans les deux hmisphres avec des dmes priphriques. Une opacit est visible la radio-graphie des poumons et un scanner thoracique retrouve une masse dans le lobe suprieur du poumon droit avec du liquide au centre et des nodules lymphatiques mdiastinaux lgrement augments de volume.

    De la cortisone est administre pour viter les convulsions crbrales et un traitement antibiotique est initi. Le diagnostic de cancer des pou-mons avec mtastases est fortement suspect. Les signes dinfections sont attribus une surinfection pulmonaire de la tumeur.

    Une pneumonie streptocoque dissmine au niveau crbralLanalyse du lavage broncho-alvo-laire ne retrouve pas de cellules mali-gnes mais des structures entoures de neutrophiles voquant une infec-tion Actinomyces. Lexamen ana-tomopathologique de la lobectomie pulmonaire montre une inflamma-tion de type abcs avec cavernes. Une origine maligne est alors car-te. Aucun microorganisme nest dtect lexamen direct ni dans les cultures.Une PCR est ralise et met en vi-dence Streptococcus intermedius mais pas dActinomyces. Aucune structure filamenteuse caractristi-

    que dun Actinomyces nest visible. Une pneumonie Streptococcus intermedius dissmine au niveau crbral est retenue comme dia-gnostic final.Un traitement antibiotique est institu pendant une anne. Lors du suivi de ce patient au mois de mars 2010, les lsions crbrales ont compltement disparu.

    S. intermedius rarement associ une infection pulmonaireStreptococcus intermedius appartient au groupe Streptococcus milleri, tout comme S. constellatus et S. angino-sus. Ces germes sont responsables dinfections purulentes, souvent dabcs de prsentation subaigu avec une absence de bactrimie. Typiquement, S. intermedius affecte le cerveau ou le foie, mais les infec-tions pulmonaires restent rares. |

    OPHLIE MARAIS

    elles donnes elles donneseNouveNouvegraphiques graphiquesdmodmo

    Ordre desOrdre desde lOde lOmaciensmaciensmpharmpharm

    SourceHorii K, Jackson M. Piercing-related nontuber-culous mycobacterial infection. NEJM. 2010 ; 362 : 2012.

    SourceErne B, Exner C, Frauenfelder T et al. A curious case of convulsion. Lancet. 2010 ; 375 : 2050.

Recommended

View more >