Variations et apprentissages orthographiques en ?· La recherche explore les variations orthographiques…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>51</p><p>Amira Khadoudja AmraniDoctorante, Universit de Guelma</p><p>Keywords: orthographical training - variation - written urban.</p><p> : . . </p><p>. : </p><p>Place symbolique de lorthographe franaise en Algrie</p><p>En France, la place symbolique de lorthographe est importante. En est-il de mme en Algrie ? Lexigence de la matrise du franais diffrents niveaux - quil sagisse du milieu scolaire ou du monde du travail - est en passe de devenir une constante sociale algrienne. La forte demande tmoigne lgard du franais dans le monde du travail constitue actuellement une norme qui attribue ceux qui le matrisent un statut prpondrant. Inversement, la non matrise du franais constitue un obstacle certains emplois. Ainsi, lorthographe </p><p> Synergies Algrie n 17 - 2012 pp. 51-58</p><p>Variations et apprentissages orthographiques en Algrie : lexemple des crits urbains</p><p>Rsum : La recherche en cours sintresse aux interactions entre un environnement graphique fait dusages locaux du franais crit et lapprentissage dune orthographe dont la norme de rfrence est la pratique du franais crit en France. Larticle se propose dclairer les difficults spcifiques des scripteurs algriens par lanalyse de variantes orthographiques produites. Lhypothse est que la frquentation de ces usages variants joue un rle dans lapprentissage de lorthographe franaise en Algrie, construisant une boucle de renforcement des usages et de la difficult dapprentissage.</p><p>Mots-cls : apprentissage orthographique - variation - crits urbains.</p><p>Abstract: Research in progress is interested for the interactions between a made graphic environment of local practice of French writes and the training of an orthography whose standard of reference is the practice of French written in France. The article suggests clarifying the specific difficulties of the Algerian script writers by the analysis of produced spelling variants. The assumption is that the frequentation of these variable uses plays a part in the training of the French orthography in Algeria, building a loop of reinforcement of the uses and difficulty of training.</p></li><li><p>52</p><p>franaise est ressentie comme un avantage social et la norme orthographique est survalorise. Savoir orthographier correctement constitue donc une comptence indispensable, fortement discriminante et parfois discriminatoire (Legrange, 2010). Une telle situation faite la langue franaise nous renseigne sur lintrt croissant tmoign son gard dune part, et toute la place rserve la matrise de son orthographe dautre part. Aussi, un tel constat nous fait nous interroger sur la place effective quoccupe le franais en Algrie. </p><p>Une langue dominante symboliquement ? </p><p>LAlgrie est le deuxime pays francophone en nombre de locuteurs aprs la France et on compterait 16 millions de locuteurs francophones sur le territoire algrien1. La langue majoritairement pratique en Algrie est un arabe dialectal qui importe du lexique de langues trangres dont le franais. Le franais figure en deuxime position aprs larabe classique instaur lui en tant que langue officielle depuis avril 2002. La langue franaise, elle, et telle que le discours politique latteste, occupe officiellement le statut d une langue vivante trangre (Quefflec, 2002 : 68), co-officielle de la gestion de ltat et de la scolarit. Ainsi le discours officiel attribue-t-il au franais une valeur historique et culturelle : La langue franaise et la haute culture quelle vhicule restent, pour lAlgrie, des acquis importants et prcieux que la rhabilitation de larabe, notre langue nationale et officielle, ne saurait frapper dostracisme 2. La langue franaise se trouve de fait en concurrence avec, entre autres, les variantes de larabe tant dans les discours politiques que dans divers secteurs conomiques (Bellatreche, 2009) voire dans des usages vernaculaires (Derradji, 2000). Ainsi, le statut du franais en Algrie est loin dtre stable et univoque. Le franais est donc bien prsent en Algrie et lusage quon en fait est vraisemblablement loin dobir aux normes linguistiques de la France.</p><p>Orthographe franaise et crits urbains</p><p>En France, les crits urbains, et plus particulirement les crits caractre commercial, usent de lorthographe des fins de distinction (Lucci et al. 1998 &amp; Sautot et Lucci, 2000). Les usagers peuvent trouver lgitimes des graphies comme Kiabi3 et non lgitimes des graphies telles karfour (au lieu de carrefour, enseigne de grande distribution). La situation sociolinguistique franaise concernant lorthographe est donc faite dun solide dogmatisme historico-socio-culturel lgard du code, mais aussi dune zone de tolrance plus ou moins vaste qui varie avec la comptence de lusager (Sautot, 2000). Une seconde forme de variation, moins volontaire, mais pas moins frquente, questionne plus la comptence du scripteur que celle du lecteur. Quand un boucher met en vente un saucisson cuir, lusager est en droit de sinterroger sur ce quil va manger... la variation est inhrente au plurisystme orthographique du franais, il nest donc pas illogique que cette variation soit consubstantielle la production graphique des scripteurs. Si le boucher franais natif gre avec difficult lcriture de sa langue maternelle, il est difficile de demander son confrre algrien exerant en Algrie de faire mieux que lui. Cest pourtant ce que les milieux francophiles algriens4 expriment. Le dogmatisme orthographique a donc t laiss en hritage la nation algrienne, mais la </p><p>Synergies Algrie n 17 - 2012 pp. 51-58</p></li><li><p>53</p><p>situation sociolinguistique y rend vaine toute tentative dradication de la faute dorthographe franaise. En effet dans un pays qui majoritairement parle dautres langues que le franais, o un tiers des adultes ne sont pas alphabtiss5, nest-il pas drisoire desprer un jour atteindre le mythique zro faute en orthographe du franais ?</p><p>Si lon pose la question dans le champ de la didactique du franais, il en va bien entendu autrement, tant dans le cadre des apprentissages premiers que pour les apprentissages continus du franais luniversit. La question est alors de savoir sil y a interaction entre les apprentissages raliss dans le cadre scolaire, et les pratiques scripturales urbaines. En effet, lcole nest pas le seul lieu o les lves algriens sont susceptibles de sapproprier lcriture. De nouvelles pratiques sociales de lcrit ont vu le jour lexemple des crits urbains o le franais trouve une place non ngligeable et une orthographe spcifique. Lenvironnement socioculturel algrien vit une mutation compte tenu des nouvelles formes dcriture qui peuplent lespace urbain et la vie des usagers : les sms, les enseignes commerciales, les affiches publicitaires, les criteaux, les panneaux signaltiques, les journaux, etc. Ces supports dcriture dvoilent une criture nouvelle, reprsentative non pas de la norme orthographique de la France mtropolitaine, mais de sa variante algrienne. Notre interrogation porte sur le contenu linguistique de cette norme algrienne.</p><p>Quelle norme pour lorthographe franco-algrienne ?</p><p>Face lexigence grandissante de la matrise du code crit franais en milieu socioconomique et scolaire, lenvironnement socioculturel algrien se singularise par ses carts par rapport la norme acadmique qui, en Algrie, reste officiellement celle de la France.</p><p>Quelles pratiques de rfrence pour quels scripteurs ?</p><p>Les pratiques dcriture existantes dans lenvironnement algrien renseignent sur les interactions ayant lieu entre un environnement graphique fait dusages locaux du franais crit et lapprentissage dune orthographe dont la norme de rfrence est la pratique du franais crit en France. Sachant que les difficults spcifiques des scripteurs algriens sexpriment dans les variantes orthographiques produites, lhypothse est que la frquentation de ces usages variants joue un rle dans lapprentissage de lorthographe franaise en Algrie, construisant une boucle de renforcement des usages et de la difficult dapprentissage. Un but de la recherche est donc de vrifier si ces pratiques scripturales urbaines sont en passe de devenir une pratique orthographique de rfrence ou si, au contraire, la norme orthographique franaise perdurera. En dautres termes, il sagit de savoir si lusage influence la norme, ce qui est gnralement le cas long terme, ou si dans la situation algrienne, on assiste linstallation durable et concurrente de deux usages. Lun populaire et urbain, lautre litiste et universitaire. Pour ce qui concerne la population soumise enqute, il sagit de savoir si ces pratiques populaires ont jou un rle dans leurs apprentissages, et si lon peut en trouver la trace dans leurs performances et leur comptence actuelle.</p><p>Variations et apprentissages orthographiques en Algrie : lexemple des crits urbains</p></li><li><p>54</p><p>Afin de vrifier cette hypothse, il convient danalyser cet environnement (ortho)graphique. La recherche explore les variations orthographiques du franais dans des crits urbains algriens afin de montrer la nature des variations produites et de mettre en vidence les difficults de transcription des scripteurs allophones. Les variantes orthographiques que nous prsentons ici ont t recueillies dans la ville dAnnaba sur des supports graphiques varis : des enseignes commerciales ; des panneaux et criteaux divers ; des affiches et messages publicitaires ; des menus de restaurant. Ces crits ont t rassembls pendant la priode stalant de septembre 2009 janvier 2010. Nous avons analys ces variantes dun point de vue linguistique, smiotique et socioculturel afin dclairer les reprsentations sociolinguistiques des algriens concernant lorthographe en mettant jour leurs stratgies orthographiques.</p><p>Dans un deuxime temps il sagit de mener des entretiens htrographiques et mtagraphiques (Jaffr, 2003) organiss autour de variantes orthographiques tires de lenvironnement socioculturel algrien et que nous avons proposes deux publics scolaire et universitaire. Le but en est de mesurer limpact quexerce lenvironnement orthographique sur les stratgies mtagraphiques et par-l les apprentissages chez les publics en question. Il sagit terme de dvelopper une didactique algrienne de lorthographe6 qui prenne en compte ces spcificits.</p><p>Quelques exemples</p><p>Le premier type de variations observes dans lenvironnement graphique urbain concerne les rductions phonographiques. La premire variante phonographique bo-bois est prsente sur lenseigne dun magasin spcialis dans la vente de meubles dintrieurs et de dcoration. Cette variation a pu tre obtenue par une rduction phonographique applique ladjectif beau le rduisant ainsi bo o chaque phonme correspondant un seul graphme, comme cest gnralement le cas dans lcriture arabe. Ce phnomne est observ en France de manire non-fortuite dans les enseignes commerciales comme kiabi ou kiloutou, o larabe ne joue daucune influence. On note que le mot bois ne subit lui aucune altration. La deuxime variante sms d pti mo pour tou sdire dont le support est un encart publicitaire de presse au profit de loprateur de tlphonie mobile djezzy, nous informe quune offre sms est initie actuellement au profit de sa clientle et dont le slogan est rdig dans une variante sms. La variation graphique est prsente au niveau de certains de ses composants. On assiste une rduction phonographique de lindfini des o la lettre d est utilise pour la valeur syllabique du nom de la lettre. La rduction du message efface la dimension morpholexicale ou morphosyntaxique des mots et rapproche ainsi le systme dcriture du franais de celui de larabe o la correspondance phonographique est plus univoque. Dans le cas de la publicit djezzy, la variation est volontaire. Si on peut sinterroger sur la fortuit de la variante bo-bois, il ny a l aucune ambigit. La conservation de certains mutogrammes - le e de dire ou le s de bois - indique cependant une certaine maitrise orthographique, et dans le cas dun crit commercial, le respect dune partie des rgles orthographiques peut signifier une certaine connivence avec le client-scripteur, et donc de lui reconnatre une certaine comptence.</p><p>Synergies Algrie n 17 - 2012 pp. 51-58</p></li><li><p>55</p><p>La rduction phonogrammique se fait aussi sous linfluence des comptences dans les langues vernaculaires, larabe dialectal en loccurrence7. Compte tenu de la structure de lcriture arabe, le concept de conscience orthographique a [...] peu de sens en arabe (Makhlouf et al. , 2006). Les variations constates qui refltent la comptence scripturale en langue maternelle sont effectivement nombreuses mais les crits refltent une certaine conscience orthographique, preuve dune acculturation des lecteurs lorthographe franaise. Ainsi, dans la troisime variante non norme bonne a pitte contenue dans un menu, la variation existe au niveau phonographique comme au niveau du dcoupage morphmatique. Le message bon apptit est redcoup en trois morphmes au lieu de deux. Le fminin sur bonne indique une relative maitrise orthographique mme si ce fminin est erron. On assiste l la slection dune variante norme de ladjectif pour respecter une rgle contextuelle de sonorisation de la consonne finale au moyen dun e final. Ce procd est aussi utilis pour sonoriser le t final de apptit. On remarque ainsi la prise en compte du problme orthographique des lettres finales muettes qui ici est rsolu par une sonorisation de cette lettre, comme le ferait un jeune lve dbutant dans son apprentissage du dcodage. Par ailleurs, la substitution du [e] par le [i] est une variation phontique frquente chez les locuteurs arabophones sexprimant en franais. </p><p>On retrouve cette variation dans la variante pizziria benies, affiche sur un restaurant. Ces deux logogrammes contiennent des erreurs dorthographe produisant un -peu-prs dans la correspondance graphme/phonme du franais. Pour ce couple de mots, on assiste une translittration effectue en rfrence larabe dialectal vernaculaire o les deux mots pizzeria et beignets se prononcent [pidzirja] et [benje]. </p><p>La rfrence larabe dialectal est aussi dans la variante : soudure de chappement, flche indiquant lemplacement dun magasin qui soccupe de la rparation dchappement des voitures. En effet, la troncation du [e] initial permet de transcrire le mot utilis en dialecte : chappement.</p><p>La variante boucherie royal est une enseigne. La variation graphique est obtenue ici par la suppression du morphogramme grammatical e dans royal par rapport son quivalent en arabe lequel ne porte pas la marque de laccord avec le mot fminin le prcdant. Cependant, la lettre e, quelle soit un morphogramme, un phonogramme pose un problme spcifique au scripteur algrien. Ameur-Amokrane (2006) indique dans ses relevs des adjonctions et des suppressions en proportions quivalentes, preuve quil y a fluctuation quant au statut linguistique de cette lettre. La variante librairie papeterie et journeaux accompagne de sa traduction en arabe figure sur une enseigne. Lajout du e dans journeaux linsre dans la srie lexicale des mots en -eau (chteau ...). Lapparition de cette marque lexicale non phonogrammique8 renvoie ici aussi une certaine conscienc...</p></li></ul>