Batiments tertiaires menawatt algerie-referentiel-technique-de-certfication-hqe2006

  • Published on
    12-May-2015

  • View
    1.281

  • Download
    3

DESCRIPTION

Batiments tertiaires MENAWATT Algrie-rfrentiel-technique-de-certification-hqe2006

Transcript

  • 1.REFERENTIEL TECHNIQUE DE CERTIFICATION Btiments Tertiaires Dmarche HQE Bureau Enseignement Aot 2006Mise en application : 25/09/2006Modifi selon lErratum du 30 mars 2007

2. AVERTISSEMENTLactivit de certification de la dmarche HQE des btiments tertiaires qui a dbute au sein du CSTB a t transfre le 1er mai 2006 une nouvelle socit dnomme Certiva. Certiva est la filiale de certification des acteurs et des ouvrages de construction du groupe CSTB.Le prsent document fait partie du rfrentiel de la marque NF Btiments Tertiaires Dmarche HQE. Celui-ci est compos : des rgles gnrales de la marque NF, des rgles de certification de la marque NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE, du rfrentiel technique de certification Btiments Tertiaires - Dmarche HQE. Cet ensemble constitue le rfrentiel Consommation.de certification au sens du Code de laLe prsent rfrentiel technique de certification Btiments Tertiaires Dmarche HQE Bureau Enseignement est modifi selon lErratum du 30 mars 2007Le prsent rfrentiel technique de certification Btiments Tertiaires - Dmarche HQE, labor par Certiva, est protg par le droit dauteur et a fait lobjet dun dpt notari. La notice copyright suivante est appose sur toutes les pages de ces rfrentiels : Certiva Aot 2006 Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau - Enseignement 3. SOMMAIREPartie I : Introduction ...................................................................... 5Partie II : Systme de Management de l'Opration (SMO) ...................21Partie III : Qualit Environnementale du Btiment (QEB) ....................39 Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible Cible1: 2: 3: 4: 5: 6: 7: 8: 9: 10 : 11 : 12 : 13 : 14 :Relation du btiment avec son environnement immdiat ............................41 Choix intgr des produits, systmes et procds de construction ..................53 Chantier faible impact environnemental....................................................69 Gestion de lnergie ..................................................................................79 Gestion de leau .......................................................................................91 Gestion des dchets dactivits................................................................. 103 Maintenance - Prennit des performances environnementales .................... 111 Confort hygrothermique .......................................................................... 125 Confort acoustique ................................................................................. 139 Confort visuel ........................................................................................ 159 Confort olfactif ...................................................................................... 169 Qualit sanitaire des espaces ................................................................... 179 Qualit sanitaire de lair .......................................................................... 191 Qualit sanitaire de leau ......................................................................... 201Partie IV : Terminologie ................................................................213 Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 ...........217 Erratum du 30 mars 2007..............................................................229 (au Rfrentiel Technique de Certification NF Btiments Tertiaires Dmarche HQE Bureau Enseignement Version Aot 2006 Mise en application au 25/09/2006) 4. REFERENTIEL TECHNIQUE DE CERTIFICATION NF BATIMENTS TERTIAIRES DEMARCHE HQE Bureau - EnseignementPartie I IntroductionAot 2006 5. Avant-proposOnt particip la rdaction de ce rfrentiel technique de certification : -lAssociation HQE, notamment ses deux groupes de travail Rfrentiels et Certification ; les membres du comit dapplication de la marque NF Btiments tertiaires Dmarche HQE ; le CSTB et ses experts. 6. INTRODUCTIONSOMMAIRE1. CONTEXTE GENERAL ........................................................................................... 8 1.1 Principes ................................................................................................... 8 1.2 Domaine dapplication............................................................................... 9 1.3 Rfrences normatives, rglementaires et bibliographie .......................... 9 1.4 Organisation du rfrentiel technique..................................................... 10 2. LE REFERENTIEL DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATION (SMO) ....... 11 2.1 Structure du rfrentiel du SMO.............................................................. 11 2.2 Le SMO, colonne vertbrale de la dmarche HQE ........................... 11 3. LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DU BATIMENT (QEB) .................................. 12 3.1 Profil de QEB ........................................................................................... 12 3.2 Prsentation des cibles de QEB ............................................................... 13 3.3 valuation de la QEB ............................................................................... 14 3.4 Tableaux d'valuation de la QEB ............................................................. 15 3.5 Cohrence globale du projet ................................................................... 18 4. LE SMO, UN OUTIL POUR ATTEINDRE LA QEB ................................................... 20Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 20077/239 7. INTRODUCTION1. CONTEXTE GENERAL La mise en uvre et le respect du prsent rfrentiel technique relve dune dcision du matre douvrage qui souhaite bnficier du droit dusage de la marque NF Btiments Tertiaires Dmarche HQE .1.1 Principes Un matre douvrage commande la construction ou ladaptation de btiments, ou gre leur utilisation. Ceux-ci, du fait des ressources consommes, des missions, des effluents et des dchets produits, ont un impact sur lenvironnement, quelle que soit la phase de vie du btiment (ralisation, exploitation, adaptation, dconstruction). Le matre douvrage doit grer et diriger ses propres services et ses prestataires (matres duvre, entreprises, etc.) afin de rduire limpact environnemental de ses oprations, et dassurer le confort et la sant des personnes concernes par lopration. La Haute Qualit Environnementale se dfinit comme tant une dmarche de management de projet visant obtenir la qualit environnementale dune opration de construction ou de rhabilitation. Lobtention des performances environnementales de l'ouvrage est autant une question de management environnemental quune question architecturale et technique. Une des mthodes les plus fiables pour y parvenir est de sappuyer sur une organisation efficace et rigoureuse du projet. C'est pourquoi le rfrentiel technique de certification est structur en deux volets permettant d'valuer les performances atteintes sur les deux lments structurants de la dmarche HQE : le rfrentiel du Systme de Management de l'Opration (SMO) pour valuer le management environnemental mis en uvre par le matre d'ouvrage ; le rfrentiel de la Qualit Environnementale du Btiment (QEB) pour valuer la performance architecturale et technique de l'ouvrage. La mise en uvre dun Systme de Management dOpration permet de dfinir la Qualit Environnementale vise pour le btiment et dorganiser lopration pour latteindre, tout en matrisant lensemble des processus oprationnels lis la programmation, la conception et la ralisation de louvrage. La Qualit Environnementale du Btiment se structure, quant elle, en 14 cibles (ensembles de proccupations), quon peut regrouper en 4 familles : Site et construction Cible n1 : Relation du btiment avec son environnement immdiat Cible n2 : Choix intgr des produits, systmes et procds de construction Cible n3 : Chantier faible impact environnemental Gestion Cible n4 : Gestion de l'nergie Cible n5 : Gestion de l'eau Cible n6 : Gestion des dchets d'activits Cible n7 : Maintenance Prennit des performances environnementales Confort Cible n8 : Confort hygrothermique Cible n9 : Confort acoustique Cible n10 : Confort visuel Cible n11 : Confort olfactif Sant Cible n12 : Qualit sanitaire des espaces Cible n13 : Qualit sanitaire de l'air Cible n14 : Qualit sanitaire de l'eauRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 20078/239 8. INTRODUCTION1.2 Domaine dapplication Le rfrentiel technique permet d'valuer une opration donne, construction neuve ou rhabilitation lourde, pour des btiments regroupant une majorit de locaux usage de bureau ou denseignement. Il peut tre utilis par les acteurs d'une opration partir de lintention de raliser lopration jusqu' sa livraison. Les phases oprationnelles concernes par cette certification sont donc la programmation, la conception et la ralisation. La phase dexploitation de louvrage nest pas traite dans le prsent rfrentiel, car elle nentre pas dans le champ de cette certification1. Cependant, le prsent rfrentiel prsente des lments (notamment des documents) qui permettent de faciliter lobtention effective des performances environnementales de l'ouvrage aprs la livraison. Chaque opration immobilire tant un prototype, le contexte, le programme et les acteurs varient selon les oprations. Toutefois, lorsque le matre douvrage dcide dappliquer la dmarche HQE lensemble de ses oprations, il lui est possible de mettre en place un systme de management environnemental (SME) en conformit avec la norme ISO 14001 et le Guide dapplication de lISO 14001 "Systme de management environnemental" publi par AFNOR (GA P 01-030, voir rfrence ciaprs).1.3 Rfrences normatives, rglementaires et bibliographie Le prsent rfrentiel ne se substitue pas aux exigences d'ordre lgislatif, rglementaire ou normatif en vigueur que le matre d'ouvrage et ses partenaires doivent par ailleurs connatre, matriser et appliquer. Les documents suivants ont servi de rfrence pour la rdaction de ce rfrentiel technique NF Btiments Tertiaires Dmarche HQE (Bureau et Enseignement) : ADEME. Qualit environnementale des btiments - Manuel l'usage de la matrise d'ouvrage et des acteurs du btiment. Avril 2002. ADEME. Dmarche HQE - Livret de bord dopration - Grille dvaluation. Mars 2002. Union HLM/AFAQ/CSTB - Rfrentiel QUALIMO - Management des processus de ralisation oprationnels en matrise d'ouvrage locative 3 mai 2001. FNPC/AFAQ/CSTB - Rfrentiel QUALIPROM - Management des processus de ralisation oprationnels en promotion-construction 25 Janvier 2005. UNSFA/AFAQ/CSTB Rfrentiel MPRO ARCHITECTE Management des processus de ralisation oprationnels architecte 26 novembre 2001. Association HQE - Rfrentiel du systme de management environnemental pour le matre d'ouvrage concernant des oprations de construction, adaptation ou gestion des btiments Novembre 2001. Association HQE - Rfrentiel des caractristiques HQE Dfinition Explicite de la Qualit Environnementale - Novembre 2001. Code des marchs publics. Recommandation T2-99 de la Commission centrale des marchs. Recommandation nT2-2000 de la Commission centrale des marchs, aux matres douvrage publics, relative la gestion des dchets de chantier. AFNOR - Norme NF P01-010 "Qualit environnementale des produits de construction Dclaration environnementale et sanitaire des produits de construction" Dcembre 2004. AFNOR Norme NF P01-020-1 "Qualit environnementale des btiments - Partie 1 : Cadre mthodologique pour la description et la caractrisation des performances environnementales et sanitaires des btiments" Mars 2005. 1 La phase dexploitation prsente en effet des caractristiques qui ncessitent la rdaction dun rfrentiel spcifique en cours de dveloppement.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 20079/239 9. INTRODUCTIONAFNOR - Norme NF EN ISO 14001 Systmes de management environnemental Exigences et lignes directrices pour son utilisation . Dcembre 2004. AFNOR. Norme NF EN ISO 14031 - Management environnemental - valuation de la performance environnementale - Lignes directrices. Mars 2000. AFNOR, Management de lenvironnement , Tome 1 SME et audits , Tome 2 Management environnemental des produits , Recueil de normes et rglementation environnement, 4 dition, 2001. Guide dapplication GA P 01-030, Systme de management environnemental - Qualit environnementale des btiments - Systme de management environnemental pour le matre d'ouvrage : oprations de construction, adaptation ou gestion des btiments - Cadre de conception et de mise en uvre pour la dmarche HQE , AFNOR, juin 2003. Lorsque des rfrences spcifiques ncessitent dtre mentionnes, elles sont cites directement dans les autres chapitres de ce rfrentiel, en particulier dans la partie traitant de lvaluation du projet selon les 14 cibles de QEB.1.4 Organisation du rfrentiel technique La PARTIE II du prsent rfrentiel prsente les exigences qu'un systme de management de lopration doit satisfaire pour tre conforme la dmarche HQE. La PARTIE III dtaille quant elle les modalits dvaluation de la qualit environnementale du ou des btiments objets de lopration, selon les 14 cibles de QEB. Les PARTIES II et III sont complmentaires et constituent la base exigentielle commune lauditeur et la partie audite, et cela trois tapes cls de lopration : fin de programmation, fin de conception, livraison. La PARTIE IV, intitule Terminologie, fournit toutes les dfinitions utiles.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200710/239 10. INTRODUCTION2. LEREFERENTIEL DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATION(SMO) 2.1 Structure du rfrentiel du SMO Le rfrentiel du SMO est organis selon les chapitres suivants : engagement, o sont dcrits les lments d'analyse demands pour la dfinition du profil environnemental de l'opration et les exigences pour formaliser l'engagement, mise en uvre et fonctionnement, o sont dcrites les exigences en matire dorganisation, pilotage de lopration, o sont dcrites les exigences en matire de surveillance et revues des processus, dvaluation de la QEB, de corrections et dactions correctives, capitalisation, ou sont dcrites les exigences en matire de capitalisation de lexprience et de bilan de lopration. Ce rfrentiel du SMO adopte une prsentation transversale des exigences : elle saccommode ainsi des diffrents phasages rencontrs (marchs de dfinition, finalisation de la conception laisse aux entreprises, etc.). Il incombe donc chaque acteur d'interprter et de dcliner ces exigences en fonction des spcificits de chaque phase. Lannexe A (exigentielle) du rfrentiel du SMO liste les documents ncessaires fonctionnement du systme de management pour chacune des phases du projet.aubonLes rdacteurs du prsent rfrentiel ont indiqu, sous la forme de notes, des explications et des exemples pour faciliter la comprhension et la mise en uvre efficace du rfrentiel. Ces notes nont donc pas de caractre obligatoire.2.2 Le SMO, colonne vertbrale de la dmarche HQE Il revient chaque matre douvrage de dfinir lorganisation, les comptences, les mthodes, les moyens, la documentation ncessaire pour rpondre ses objectifs, aux besoins et attentes des parties intresses et aux exigences du prsent rfrentiel. Le niveau de dtail de cette dfinition doit dpendre des enjeux, de la complexit et des risques spcifiques chaque opration. Par exemple, les dispositions prises pour rpondre aux exigences du SMO seront diffrentes selon quon a affaire une opration simple ou plus complexe. Le matre douvrage a un rle central de premire importance dans la mise en uvre, le suivi et lamlioration du SMO, mais ses partenaires (matrise duvre, entreprises) sont aussi impliqus. Il est important que tous les intervenants du projet, et en premier lieu les intervenants de la matrise douvrage, soient parfaitement informs de lobjectif et du contenu du SMO. Le SMO sinscrit dans une dmarche qualit, cest un dispositif au service de lobtention des performances environnementales de lopration. Cest dans le cadre du SMO que prend place trois tapes cls lvaluation de la qualit environnementale du btiment. Le SMO implique la formalisation de certaines analyses, dcisions et modifications. Il conduit faire des choix arguments et concerts. Il donne au projet une dimension systmique. Il renforce le rle du maitre douvrage et sa maitrise du projet, il encourage les tudes en amont (analyse du site, anticipation des cots). La mise en uvre du SMO demande un certain investissement en temps (surtout lorsque la culture et les pratiques de la maitrise douvrage nont pas encore intgr ces aspects), de la rigueur et une bonne ractivit. Le SMO a pour consquence un projet mieux matris, avec des chances augmentes datteindre les objectifs de dpart. Pour simplifier et rendre comprhensible le rle du SMO, on pourrait dire quil conduit : - bien sorganiser entre acteurs pour bien travailler ensemble, - prendre les bonnes dcisions au bon moment, - progresser, en amliorant rgulirement lefficacit du systme.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200711/239 11. INTRODUCTION3. LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DU BATIMENT (QEB) 3.1 Profil de QEB 3.1.1 Niveaux de performance associs aux cibles de QEB La Qualit Environnementale du Btiment est dcline en 14 cibles (cf 1.1) reprsentant des enjeux environnementaux pour une opration de construction ou de rhabilitation. Ces 14 cibles sont ellesmmes dclines en sous-cibles, reprsentant les proccupations majeures associes chaque enjeu environnemental, puis en proccupations lmentaires. La performance associe aux cibles de QEB se dcline selon 3 niveaux : BASE : niveau correspondant la performance minimum acceptable pour une opration HQE. Cela peut correspondre la rglementation si celle-ci est suffisamment exigeante sur les performances de l'ouvrage, ou dfaut la pratique courante. PERFORMANT : niveau correspondant de bonnes pratiques. TRES PERFORMANT : niveau calibr par rapport aux performances maximales constates dans des oprations haute qualit environnementale, tout en veillant ce quil reste atteignable. 3.1.2 Reprsentation du profil de QEB Les performances environnementales et sanitaires de l'ouvrage sont illustres travers le profil de la QEB : ce profil identifie le niveau de performance vis ou obtenu (selon la phase laquelle on se situe) pour chaque cible et leurs sous-cibles associes.PerformanceExemple fictif de profil de QEB : TP P BSouscible Cible1 2 3 1 2 3 4 1 2 1 2 3 1 2 1 2 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 1 2 1 2 1 2 1 2 1 2 3 4 01020304050607080910111213143.1.3 Exigences relatives au profil de QEB Lattribution du certificat est subordonne lobtention dun profil minimum sur les 14 cibles :Trs performantPerformantMinimum : 3 ciblesMinimum : 4 ciblesBaseRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Maximum : 7 cibles12/239 12. INTRODUCTIONCe profil de QEB est propre chaque contexte, donc chaque opration, et sa pertinence doit tre justifie partir (cf 1.1 du rfrentiel du SMO) : des enjeux de QEB du matre douvrage ; des options fonctionnelles ; des atouts et contraintes du site ; des exigences lgales et rglementaires; des besoins et attentes des parties intresses ; de lvaluation des cots. Au cours de lopration, le profil peut, dans une certaine mesure, se trouver modifi, mais cela doit tre justifi de faon cohrente par le matre douvrage, notamment par rapport des opportunits ou des contraintes non identifies jusqualors. Cependant, il est ncessaire que le profil modifi soit conforme au profil minimum, et que le matre d'ouvrage s'engage sur ce nouveau profil (cf 1.2 et 3.3 du SMO). Remarque importante : Dans tous les cas, la cible n04 Gestion de lnergie doit tre traite au niveau Performant ou Trs Performant (pour les btiments ou parties de btiments devant respecter la Rglementation Thermique en vigueur).3.2 Prsentation des cibles de QEB Chaque cible fait lobjet dun chapitre du rfrentiel dvaluation de la QEB, qui est prsent selon le schma suivant : Introduction Prsentation des enjeux environnementaux lis la cible et des proccupations majeures associes : annonce de la structure en sous-cibles. valuation de la cible Tableau qui prsente le principe d'valuation de la cible par agrgation des performances obtenues sur les sous-cibles (cf 3.4.4 ci-aprs). Interactions avec les autres cibles Liste des autres cibles sur lesquelles la cible impacte, qui impactent la cible, ou qui ont un lien thmatique avec la cible concerne sans que ce lien soit formalis dans le rfrentiel. Ces interactions peuvent aider aux arbitrages pour la hirarchisation des cibles, ou pour les quilibres entre cibles dans les choix de conception (cf 3.5). Interactions avec le SMO lments du SMO lis la cible concerne, par exemple parce qu'ils conditionnent les donnes d'entre de la cible (analyse du site par exemple), ou bien parce qu'ils sont les garants de la prennit de la performance de la cible (documents remis l'exploitant par exemple), etc. Rfrences complmentaires Bibliographie, sources d'informations ayant t utiles dans la rdaction de la cible, ou permettant d'approfondir la thmatique. Sous-Cible 1 Introduction Tableau d'valuation des proccupations (cf 3.4.2 ci-aprs) Tableau d'valuation de la sous-cible (cf 3.4.3 ci-aprs) Sous-Cible 2 etc.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200713/239 13. INTRODUCTION3.3 valuation de la QEB 3.3.1. En quoi cela consiste ? Lvaluation de la QEB est le processus qui permet de vrifier, diffrentes tapes de lopration de construction, que le profil environnemental vis est atteint. Pour cela, il convient de confronter les caractristiques du projet avec les exigences de QEB applicables au profil vis. Cette valuation doit tre effectue par les acteurs de lopration, sous la responsabilit du matre douvrage et doit tre base sur la partie III du prsent rfrentiel. L'valuation de la QEB consiste donc s'assurer que les caractristiques du projet rpondent aux critres d'valuation de la QEB. Cette satisfaction des exigences de QEB peut se manifester de deux faons : - soit le critre est valuable l'tape considre, auquel cas l'valuation consiste comparer sa valeur pour l'opration la valeur de rfrence (partie III du prsent rfrentiel) ; - soit le critre n'est pas valuable l'tape considre, et dans ce cas l'valuation consiste vrifier que des exigences sont formules pour les phases ultrieures du processus de construction. Le niveau de dtail de ces exigences est fonction du niveau de performance vis, et des exigences du rfrentiel de la QEB. NOTE : Exemple avec le calcul de la consommation d'nergie (coefficient C) Le coefficient C n'est pas un paramtre calculable en phase de programmation. Cependant, si aucune exigence n'est formule sur ce paramtre l'attention des quipes de matrise d'uvre, il est probable que la performance atteinte sur ce coefficient en fin de conception ne permette pas d'atteindre le niveau de performance vise par le matre d'ouvrage sur la cible 4 "Gestion de l'nergie". Aussi, l'valuation en phase programme consistera s'assurer qu'une exigence quantitative est dfinie sur le paramtre C et que cette exigence permet d'atteindre le niveau vis sur la cible concerne.Ainsi, l'valuation de la QEB doit tre base sur des lments justificatifs, qu'ils soient qualitatifs (description des dispositions retenues issues des documents oprationnels : descriptifs, lments graphiques, tudes, etc.) ou quantitatifs (mthodes dvaluation utilises, logiciels, notes de calcul, relevs de mesure, etc.). NOTE : Il incombe donc aux acteurs de l'opration de planifier ces tapes d'valuation de la QEB (cf 2.1 du rfrentiel du SMO) au regard de leur propre organisation et du contexte de l'opration. Les 3 interventions de lauditeur n'ont pas pour vocation d'valuer la QEB mais de vrifier l'valuation de la QEB ralise sous la responsabilit du matre d'ouvrage. Au regard de ces interventions, il convient que l'valuation de la QEB soit ralise (cf 3.2 du rfrentiel du SMO) lune et/ou lautre des phases suivantes : avant la consultation de la matrise d'uvre (notamment lorsque le projet suit le droulement classique de la loi MOP) : pour s'assurer que les documents de programmation comprennent tous les lments qui lui seront ncessaires pour proposer un projet atteignant la performance environnemental vise. avant le dpt de permis de construire : pour s'assurer que les lignes directrices du projet (qui ne pourront que peu voluer dans la suite des tudes) atteignent ou permettront d'atteindre le profil de QEB vis en fin de conception. L'valuation de la QEB doit galement tre ralise ces deux moments : en fin de conception, pour garantir que le projet qui va tre mis en chantier atteint bien le profil de QEB vis ; Pour ce faire, l'valuation consiste voir dans quelle mesure : les dispositions architecturales et techniques satisfont les exigences de la partie III du prsent rfrentiel permettant d'atteindre le profil de la QEB vis, d'une part, les documents de conception et les pices marchs comprennent tous les lments permettant l'entreprise de mettre en uvre le projet, d'autre part. en fin de chantier, pour s'assurer que l'ouvrage livr atteint le profil de QEB vis.3.3.2. Principe d'quivalence Compte tenu de la varit des solutions techniques et architecturales qui contribuent la QEB, dont on ne peut pas prsager a priori, et afin de promouvoir les innovations, les acteurs de lopration peuvent appliquer, pour les niveaux Performant et Trs Performant, un "principe dquivalence". Cela consiste proposer, en la justifiant, une mthode alternative dvaluation, base sur dautres critres d'valuation que ceux de la partie III du prsent rfrentiel, mais rpondant la mme proccupation. Ce principe complique la vrification de lvaluation (mise contribution dun expert pour valider lapproche) mais donne de la souplesse au rfrentiel.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200714/239 14. INTRODUCTION3.4 Tableaux d'valuation de la QEB 3.4.1 Principe gnral L'valuation de la QEB s'effectue de manire ascendante dans sa structure arborescente en Cible Sous-cibles - Proccupations : La performance des proccupations est dtermine en fonction de critres d'valuation La performance proccupationsdessous-ciblesestobtenueparagrgationdesperformancesdesLa performance des cibles est obtenue par agrgation des performances des sous-cibles Le schma ci-dessous reprsente l'arborescence des cibles et le principe d'valuation : ARBORESCENCEEVALUATIONCIBLEPERFORMANCE CIBLEsous-cible 1Performance sous-cible 1 Perf. des critresproccupation 1AtteintNA Agrgation Agrgationproccupation 2AtteintNAsous-cible 2Performance sous-cible 2 Perf. des critresproccupation 1BPTPproccupation 2BPTPproccupation 3BPTPAgrgation3.4.2 valuation des proccupations Chaque proccupation est reprsente par une caractristique, voire plusieurs dans certains cas. La performance associe ces caractristiques peut s'valuer : soit via la valeur d'un critre d'valuation associ la caractristique : La proccupation est alors qualifie laide dun niveau de performance B, P ou TP ; CAS 1 :ProccupationCaractristiqueCritre Infrieur ou gal au dbit de fuite initial5.2.1. Gestion de la rtentionDbit de fuite aprs ralisationNiveau BInfrieur ou gal au dbit de fuite initial Et Infrieur au dbit de fuite correspondant une impermabilisation de 30% de la surface de la parcelleRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007TP15/239 15. INTRODUCTIONsoit via l'tat de ce critre d'valuation : la proccupation est qualifie par un niveau Atteint ou Non Atteint (not NA). CAS 2 : Critre ProccupationCaractristique Intitul1.1.2. Matriser les modes de dplacement et favoriser ceux qui sont les moins polluantsCohrence urbaine et incitation aux transports propresDispositions prises pour optimiser les modes de dplacement (1) notamment par rapport aux pollutionsEtatAtteintLorsque la proccupation est value de cette faon, des exemples sont associes au critre d'valuation sous forme de notes de faon expliciter la faon dont il peut tre satisfait. Il convient dvoquer ici lapplicabilit des proccupations. Parfois, certaines proccupations peuvent savrer sans objet ; la raison doit tre vidente ou, dfaut, justifie par les spcificits de lopration. Dans ce cas, la proccupation est ignore, on mne lvaluation comme si elle nexistait pas. Si cette proccupation svalue laide de ltat atteint ou non atteint , on considrera quelle est atteinte. 3.4.3 valuation des sous-cibles Les tableaux d'valuation des sous-cibles prsentent la ou les combinaisons minimales de performances obtenir sur les proccupations pour obtenir la sous-cible en niveau B, P ou TP. CAS 1 PREOCCUPATIONSSOUS-CIBLE 5.2.1 5.2BP5.2.2 TPBP5.2.3 TPBPTPB P TP NOTE : Exemple a/ Pour tre P en sous-cible 5.2, il faut avoir la combinaison de proccupations suivante : (5.2.1 B) (5.2.2 P) (5.2.3 B) b/ La combinaison TP-P-B ne permet pas d'atteindre le niveau TP pour la sous-cible 5.2 : elle reste donc en niveau P. NOTE : Dans ces tableaux, une case marque de barres obliques signifie que la proccupation ne peut pas atteindre le niveau de performance correspondant, car celui-ci nest pas dfini. Ainsi dans l'exemple, le niveau P nest pas dfini pour la proccupation 5.2.1, idem pour les niveaux P et TP de la proccupation 5.2.3.CAS 2 PREOCCUPATIONSSOUS-CIBLE 1.11.1.1 Attei NA nt1.1.2 Attei NA nt1.1.3 Attei NA ntB2 sur 4 atteints *P1.1.4 Attei NA nt3 sur 4 atteints *TP * Justifier le choix des proccupations en cohrence avec le contexte du projet (notamment l'analyse du site) Dans le cas o la cible n5 "Gestion de l'eau" a t choisie en performance P ou TP, il est logique que la proccupation 1.1.4 soit traite d'office. NOTE : Dans ce CAS 2, la rgle de combinaison des proccupations est plus souple que dans le CAS 1 : elle n'impose qu'un nombre de proccupations satisfaire et laisse le choix des proccupations. Il faut cependant tenir compte des ventuelles mentions figurant sous le tableau, par exemple ici il est demand de justifier le choix qui a t fait au regard du contexte de l'opration.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200716/239 16. INTRODUCTION3.4.4 valuation des cibles Les tableaux d'valuation des cibles prsentent la ou les combinaisons minimales de performances obtenir sur les sous-cibles pour obtenir la cible en niveau B, P ou TP. Exemple 1 : SOUS-CIBLES 5.1CIBLE 05 BP5.2 TPBPTPBASEPERFORMANTTRES PERFORMANTDans cet exemple, il y a deux faons dtre TP au niveau de la cible. Ce nest pas parce quune cible est vise en niveau TP que ncessairement toutes les sous-cibles doivent atteindre le niveau TP. Cette remarque peut sappliquer aux trois niveaux de performance. Exemple 2 : SOUS-CIBLES 1.1CIBLE 01 BP1.2 TPBP1.3 TPBPTPBASE***PERFORMANT***TRES PERFORMANT * Choisir cette combinaison d'agrgation dans le cas o le projet ne prsente aucun voisinage proximit Dans cet exemple, deux combinaisons sont prsentes pour les niveaux P et TP, mais il existe une condition contextuelle particulire qui dtermine la combinaison retenir.3.4.5 Outil daide lvaluation Un outil informatique daide lvaluation de la QEB sera disponible sur Internet. Il permettra de documenter et de justifier lvaluation, dautomatiser les agrgations, et de vrifier que le profil environnemental atteint est conforme celui vis, au regard des actions menes. Entre autres, il permettra de mieux visualiser les interactions entre cibles et de grer les redondances, c'est--dire lorsque lvaluation dune proccupation est valorise au niveau de plusieurs cibles.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200717/239 17. INTRODUCTION3.5 Cohrence globale du projet Indpendamment du respect des exigences spcifies pour chaque cible de QEB, le matre douvrage et ses partenaires devront assurer la cohrence et la qualit globales du projet, travers une dmarche itrative et intgre. En matire de programmation, de conception et de pilotage, une opration HQE doit tre apprhende globalement et chaque tape doit tre cohrente avec la prcdente ainsi quavec les objectifs de dpart. L'lment principal qui conditionne cette cohrence globale est l'analyse des interactions entre les cibles, et les arbitrages qui en dcoulent. Pour pouvoir engager une dmarche d'valuation des performances environnementales et sanitaires de l'ouvrage, il tait ncessaire de partitionner la QEB selon des proccupations distinctes afin de bien valuer le projet par rapport des enjeux bien identifis et distincts. Cependant il est important que les utilisateurs du prsent rfrentiel effectuent cette valuation de la QEB en tant conscients que lamlioration du traitement dune cible peut modifier le traitement dautres cibles, dans un sens favorable ou dfavorable selon les cas. Ces interactions sont de diffrentes natures, et lensemble peut tre schmatis ainsi : Cible 01Cible 02Cible 03Cible 04Cible 05Cible 06Cible 07Cible 08Cible 09Cible 10Cible 11Cible 12Cible 13Cible 14Cible 01 - Relation du btiment avec son environnement immdiat Cible 02 - Choix des produits, systmes et procds Cible 03 - Chantier faible impact environnemental Cible 04 - Gestion de lnergieCible 05 - Gestion de leau Cible 06 - Gestion des dchets dactivits Cible 07 - Maintenance Prennit des performances environnementales Cible 08 - Confort hygrothermique Cible 09 - Confort acoustiqueCible 10 - Confort visuelCible 11 - Confort olfactif Cible 12 - Qualit sanitaire des espaces Cible 13 - Qualit sanitaire de lair Cible 14 - Qualit sanitaire de leauTableau des interactions entre les ciblesRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200718/239 18. INTRODUCTIONCe tableau met en vidence des cibles trs transversales comme les cibles n1, 2 et 7 qui demandent une conception intgre. De plus, il montre quil est ncessaire que les cibles de confort dambiance et de qualit dair intrieur soient traites dune manire globale, en matrisant correctement leurs interactions. Il convient de ne pas confondre aide la conception et aide lvaluation. Le rfrentiel de la QEB est un outil pour lvaluation du projet 3 tapes prcises (fin de programmation, fin de conception, fin de ralisation) et non un guide daide la conception. En effet, de par les interactions entre les cibles, la conception est une dmarche itrative et intgre, alors que lvaluation consiste apprcier le projet selon diffrents points de vue. Ceci est illustr par le schma ci-dessous.Dmarche de conception intgreEvaluation selon diffrents points de vueConception intgre et valuation selon diffrents points de vueRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200719/239 19. INTRODUCTION4. LE SMO, UN OUTIL POUR ATTEINDRE LA QEB Le tableau ci-dessous relie les principales exigences du rfrentiel technique aux questions que peut se poser un maitre douvrage. REFERENTIEL DU SMOREFERENTIEL DE LA QEBQuelles cibles de QEB puis-je traiter pour mon opration ?Considrer toutes les donnes d'entre qui vont conditionner la dfinition du profil de la QEB.1.1 Profil de la Qualit Environnementale du BtimentLe rfrentiel de la QEB permet au matre d'ouvrage de connatre les exigences auxquelles il devra rpondre pour atteindre un certain niveau de performance pour une cible donne. Il pourra donc confronter ces exigences aux moyens qu'il peut allouer pour son opration.Comment m'assurer que tous les intervenants vont connatre ma politique environnementale sur mon opration et tre mme d'y rpondre ? Rflchir ds en amont aux moyens et aux ressources qu'il va falloir mettre disposition.1.2 Engagement de l'oprationCommuniquer sur lengagement de mon opration.2.5 CommunicationComment puis-je m'organiser pour atteindre ce profil ? Dfinir qui va intervenir dans mon projet, de quelle manire, avec quelle responsabilit, etc.2.2 Responsabilits et autorits 2.1 Planification de l'oprationM'assurer des comptences des diffrentes personnes qui vont intervenir sur la QEB.2.3 ComptenceM'assurer que les contrats des intervenants sur la QEB mentionnent bien l'intgralit de l'tendue et des conditions de leur mission.2.4 ContratsM'assurer que tout intervenant aura reu une information pertinente sur la QEB et les conditions pour l'atteindre.2.5 CommunicationM'assurer de la traabilit de mon projet de faon ce que tout intervenant dispose de toutes les informations ncessaires.2.6 Matrise documentaireDurant le processus oprationnel, comment puis-je m'assurer que le profil de la QEB vis va tre atteint la livraison ? Surveiller en continu l'volution du projet, et organiser des revues aux tapes cls. Porter une attention particulire aux lments du projet qui peuvent impacter la QEB.3.1 Surveillance et revuesEvaluer priodiquement si le profil de la QEB vis est atteint.3.2 Evaluation de la Qualit Environnementale du BtimentRagir en cas de drive constate pour solutionner le problme et viter qu'il ne se reproduise.Utiliser les exigences du rfrentiel de QEB et les principes d'valuation pour vrifier si le profil est atteint.3.3 Corrections et actions correctivesComment puis-je m'assurer que la performance environnementale de mon opration va perdurer ? Faire un bilan de l'opration et transmettre les donnes l'exploitant et au gestionnaire.4 Capitalisation 2.6 Matrise documentaireComment pourrais-je tirer profit de cette exprience pour une autre opration ? Faire un bilan de l'opration.4 CapitalisationRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie I : Introduction Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200720/239 20. REFERENTIEL TECHNIQUE DE CERTIFICATION NF BATIMENTS TERTIAIRES DEMARCHE HQE Bureau - EnseignementPartie II Systme de Management de l'Opration (SMO)Aot 2006 21. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMOSOMMAIRE1. ENGAGEMENT DU MAITRE D'OUVRAGE ............................................................. 23 1.1 Profil de la Qualit Environnementale du Btiment ................................. 23 1.2 Engagement de lopration ..................................................................... 23 2. MISE EN UVRE ET FONCTIONNEMENT............................................................ 24 2.1 Planification de lopration ..................................................................... 24 2.2 Responsabilits et autorits.................................................................... 24 2.3 Comptence ............................................................................................ 24 2.4 Contrats .................................................................................................. 25 2.5 Communication ....................................................................................... 25 2.6 Matrise documentaire ............................................................................ 26 3. PILOTAGE DE LOPERATION ............................................................................. 27 3.1 Surveillance et revues............................................................................. 27 3.2 Evaluation de la Qualit Environnementale du Btiment ......................... 27 3.3 Corrections et actions correctives ........................................................... 28 4. CAPITALISATION.............................................................................................. 29Annexe A (exigentielle) - Les documents de lopration ...............................................30 Annexe B (informative) - Tableau guide lusage du matre douvrage pour la hirarchisation des cibles de QEB en fonction de ses enjeux environnementaux ...............35 Annexe C (informative) - Impacts des caractristiques du site sur les 14 cibles ..............37Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200722/239 22. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMO1. ENGAGEMENT DU MAITRE D'OUVRAGE 1.1 Profil de la Qualit Environnementale du Btiment Le matre douvrage doit hirarchiser ou faire hirarchiser les proccupations environnementales de lopration partir de : la stratgie environnementale globale du matre d'ouvrage, NOTE : Cette stratgie reprsente les priorits et motivations du matre d'ouvrage pour son opration : protection de lenvironnement (prserver les ressources, rduire les pollutions, rduire les dchets), gestion patrimoniale (durabilit, adaptabilit, entretien, maintenance, cots dexploitation), confort (des usagers, des riverains, du personnel de chantier), sant (des usagers, des riverains, du personnel de chantier).les besoins et attentes des parties intresses internes et externes, et en premier lieu le client et les futurs usagers de louvrage, les options fonctionnelles du btiment, lanalyse des atouts et contraintes du site, NOTE : Le matre d'ouvrage doit raliser ou faire raliser une analyse du site, appuye sur des documents supports (plans, photographies, documents administratifs) et portant au minimum sur les lments dcrits dans l'Annexe A (exigentielle) (cf A.1).le contexte lgislatif et rglementaire applicable lopration, NOTE : Le matre d'ouvrage doit raliser ou faire raliser un inventaire des exigences lgislatives et rglementaires applicables l'opration, toutes les chelles (de l'international au local).lanalyse conomique de l'opration. NOTE : Dans les phases amont du projet, il s'agit de considrer l'enveloppe financire du projet. Une fois le projet engag, l'analyse conomique ne doit pas se limiter considrer l'enveloppe budgtaire disponible. Elle doit mettre en regard les cots d'investissement et les conomies potentielles en terme d'exploitation d'une part, ainsi que les bnfices indirects d'autre part.Cette hirarchie doit tre traduite en un profil de qualit environnementale du btiment de l'opration. Ce profil identifie le niveau de performance vis pour chacune des 14 cibles de QEB, ainsi que pour les sous-cibles associes chaque cible. NOTE : Le prsent rfrentiel identifie 3 niveaux de performance : Base, Performant ou Trs Performant. Pour dfinir ce profil, le matre d'ouvrage peut utiliser la partie III de ce rfrentiel. Cela lui permettra d'identifier prcisment les niveaux qui peuvent tre revendiqus pour chaque cible, ainsi que les critres d'valuation.1.2 Engagement de lopration Le matre d'ouvrage doit formaliser son engagement dans un document reprenant : les lments permettant de comprendre et justifier la hirarchisation des proccupations environnementales de lopration, le profil de qualit environnementale du btiment vis, son engagement allouer les ressources appropries pour la mise en uvre et le maintien du systme de management, et l'obtention de la QEB. NOTE : Les ressources allouer peuvent tre exprimes en terme de temps/dlais, de budget, de personnel, etc..les principaux objectifs oprationnels, fonctionnels et financiers de lopration. Le document dengagement constitue la rfrence laquelle le matre douvrage et tous ses collaborateurs et les intervenants se rfrent en matire de performance environnementale de l'opration, toutes les tapes de l'opration. Bien que des modifications de ce profil soient acceptes durant le pilotage de l'opration (3.3 Corrections et actions correctives), le matre d'ouvrage doit s'engager respecter ce profil autant que possible. Le document dengagement doit tre diffus tous les collaborateurs et les intervenants de lopration. En cas de modification du profil de la QEB, il doit tre rvis et rediffus.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200723/239 23. SMOSYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATION2. MISE EN UVRE ET FONCTIONNEMENT 2.1 Planification de lopration Le matre douvrage doit dcrire dans un ou plusieurs documents la succession des tapes de chaque phase de l'opration (par exemple : programmation, conception, ralisation). Pour chacune des tapes, il doit identifier : les actions et activits, NOTE : Ces actions et activits peuvent tre de diffrentes natures : Dfinition d'objectifs environnementaux (notamment le profil de QEB 1.1) Surveillance et revues (notamment 3.1) Vrification Validation Evaluation (notamment 2.4 et 3.2) Analyse Raction Contrles (notamment 3.1) Modifications (notamment 3.3) Essais Elaboration d'un document (2.6) Communication (2.5)les responsabilits et autorits pour chacune de ces actions et activits (2.2), les interfaces entre les diffrents intervenants impliqus, les moyens, mthodes et documents utiliss pour raliser les diffrentes actions, les enregistrements conserver. Il incombe au matre d'ouvrage de dterminer le degr de dtail de cette planification en fonction de la complexit de lopration. La planification et les documents qui en dcoulent doivent tre considrs comme des outils au service de la conduite de lopration.2.2 Responsabilits et autorits Pour chacune des actions et activits dfinies en planification (2.1), la rpartition des missions, des responsabilits et des autorits doit tre dfinie par crit, et les collaborateurs et les intervenants doivent en tre informs. NOTE : Ces informations peuvent tre intgres dans le document de planification de lopration (voir chapitre 2.1).Entre autre, le matre d'ouvrage doit dsigner pour le reprsenter une ou plusieurs personnes ayant une responsabilit et une autorit dfinies pour mettre en uvre le Systme de Management dOpration d'une part, et dfinir et/ou valuer la Qualit Environnementale du Btiment, d'autre part (1.1 et 3.2). NOTE : En fonction des comptences dont il dispose en interne, le matre douvrage dcide du recours ou non une assistance technique pour matriser les aspects managriaux et/ou techniques de lensemble de lopration. Il ne s'agit pas ici de crer des intervenants supplmentaires mais plutt de confier une responsabilit clairement dfinie des acteurs dj impliqus dans l'opration.2.3 Comptence Le matre douvrage doit valuer ou faire valuer la capacit des intervenants raliser les missions quil envisage de leur confier sur la base de critres prtablis. Pour les actions et activits ayant trait au Systme de Management d'Opration et la Qualit Environnementale du Btiment, ces critres doivent comprendre la comptence et/ou lexprience environnementale.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200724/239 24. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMONOTE : La comptence et lexprience dune opration HQE ne sont pas forcment des pr-requis pour participer une opration HQE. Il est nanmoins ncessaire dvaluer les comptences environnementales des intervenants pour prendre les mesures prventives ncessaires. Les critres retenus pour valuer doivent de plus tre cohrents avec la qualit souhaite pour louvrage, et notamment le niveau de performance vis en matire de Qualit Environnementale. L'obtention du niveau TP (voire P) peut ncessiter des tudes pousses qui requirent des comptences pointues et/ou spcifiques (analyse en cot global de plusieurs solutions techniques par exemple). C'est le cas notamment pour la cible 4, la cible 8 et la cible 9. Il est important que le matre d'ouvrage se donne les moyens (en terme de comptence) pour atteindre ces niveaux de performance.Sil a dj travaill avec un intervenant, le matre douvrage peut utiliser les informations issues du bilan de lopration concerne. Le matre douvrage doit conserver un enregistrement de cette valuation et dfinir des ventuelles actions en dcoulant pour lopration, lesquelles peuvent tre ncessaires pour en assurer le succs en fonction de la complexit de la commande et des capacits des intervenants. NOTE : Par exemple, prvoir une formation sils nont pas la comptence ou lexprience dune opration HQE, dfinir des modalits de surveillance des prestations, grer des informations pour les prestataires, etc.2.4 Contrats Le matre douvrage doit passer des contrats qui dfinissent : le contenu dtaill des missions, responsabilits et autorits des intervenants retenus en fonction des caractristiques de louvrage quil projette de raliser (2.2 Responsabilits et autorits), NOTE : A titre indicatif, les intervenants concerns peuvent tre : lassistant matre douvrage, le programmateur, larchitecte, lconomiste, lingnieur, le coordonnateur scurit-protection-sant, le matre duvre dexcution, etc.les modalits de surveillance et de validation des missions (3.1 Surveillance et revues), les ventuelles exigences pour la comptence du personnel (2.3 Comptence), les documents de lopration pertinents pour les missions des intervenants (cf Annexe A). Les contrats liant le matre douvrage et les intervenants sont : revus pour assurer leur cohrence avec les documents de lopration, conclus avant tout dbut dexcution des missions correspondantes, revus aprs chaque modification.2.5 Communication Le matre douvrage doit dterminer des actions de communication pertinentes vis--vis des intervenants et des parties intresses. Cette communication doit tre adapte au contexte de lopration, au profil de la QEB et porter, en particulier, sur les impacts environnementaux de lopration et les mesures mises en uvre. Tous les intervenants impliqus dans lopration quel que soit leur niveau, doivent avoir reu une information pertinente pour prendre en compte les exigences du SMO et de la QEB dans lexercice de leurs missions. NOTE : Cela consiste mettre en place une vritable interaction entre le matre douvrage et les intervenants. Par exemple, au niveau du chantier : information de la ralisation dun chantier faible impact environnemental, diffusion dun livret de chantier ou dun journal de chantier, formation aux mesures garantissant la mise en application des mesures techniques envisages, sensibilisation aux gestes verts, mise disposition dune bote ides, etc.En ce qui concerne les parties intresses, il incombe au matre d'ouvrage de dfinir les actions de communication les plus adaptes au projet, compte tenu du contexte politique, du contexte de l'opration, de la sensibilit des parties intresses, etc. Le matre douvrage doit galement enregistrer les demandes des parties intresses et les rponses quil y apporte. NOTE : Dans certains cas, les actions de communication peuvent inclure, par exemple : recueil interactif des plaintes et remarques (identification dun interlocuteur chantier propre ou dun numro de tlphone), traitement des plaintes (formulation dune rponse au requrant), organisation de runions publiques, mise disposition dune bote ides, etc. NOTE : Bien que les actions de communication soient primordiales pendant le chantier, la stratgie doit considrer toutes les phases du projet.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200725/239 25. SMOSYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATION2.6 Matrise documentaire Pour assurer le suivi et la traabilit du projet et de sa performance environnementale, ainsi que pour faciliter les passages de relais entre les diffrents intervenants, plusieurs documents de l'opration doivent tre tablis et matriss. Les informations contenues dans ces documents doivent tre fiables et disponibles. Aussi, le matre douvrage doit fixer ou faire fixer leurs modalits didentification, dapprobation, de diffusion, de mise jour et de conservation. NOTE : La documentation peut se prsenter sous toute forme et sur tout support convenant aux besoins de lopration.On distingue deux types de documents de l'opration : les documents "management" : il s'agit de l'ensemble des documents qui permettent de matriser le systme de management de l'opration. les documents "projet" : il s'agit des documents labors classiquement tout au long du processus projet, pour lesquels il est rappel le contenu (du fait d'une dmarche de qualit) et il est prcis les nouvelles exigences (du fait de la dmarche environnementale). Ces documents de l'opration sont indiqus dans lannexe A (exigentielle).Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200726/239 26. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMO3. PILOTAGE DE LOPERATION 3.1 Surveillance et revues Des revues doivent tre ralises pendant les diffrentes phases de l'opration en prsence des intervenants concerns. Ces revues doivent permettre de vrifier lavancement de lopration par rapport la planification (cf 2.1 Planification de lopration), didentifier tous les problmes et de proposer les actions ncessaires. NOTE : Les problmes peuvent concerner lavancement, les interfaces, la cohrence des rsultats, etc.Ces revues doivent galement permettre de suivre et contrler la performance environnementale du projet, tant sur le management de l'opration que sur la QEB. Au titre de ces revues, le matre douvrage doit notamment : sassurer que les intervenants effectuent leurs missions conformment au contrat sign, surveiller et mesurer, lorsque cest ncessaire, les principales caractristiques et activits de lopration qui peuvent avoir un impact sur lobtention de la QEB, vrifier ou faire vrifier que les mesures et essais prvus sont effectus dans les conditions dfinies dans les contrats et dans la rglementation. NOTE : Le matre douvrage peut galement faire procder des mesures et essais (par exemple mesures acoustiques) pour vrifier le respect de la qualit environnementale.Les rsultats des revues et de toutes les actions en dcoulant doivent tre enregistrs. Il doit notamment conserver un enregistrement des informations pertinentes relatives la hirarchisation des cibles.3.2 valuation de la Qualit Environnementale du Btiment Le matre douvrage doit valuer ou faire valuer la QEB par rapport au profil environnemental vis (1.1 Profil de la Qualit Environnementale du Btiment) diffrentes tapes clefs de lopration, dfinies dans la planification (2.1). Le matre douvrage doit raliser une valuation de la QEB lune et/ou lautre des phases suivantes : avant la consultation de la matrise d'uvre (notamment lorsque le projet suit le droulement classique de la loi MOP) : pour s'assurer que les documents de programmation comprennent tous les lments qui lui seront ncessaires pour proposer un projet atteignant la performance environnemental vise. avant le dpt de permis de construire : pour s'assurer que les lignes directrices du projet (qui ne pourront que peu voluer dans la suite des tudes) atteignent ou permettront d'atteindre le profil de QEB vis en fin de conception. L'valuation de la QEB doit galement tre ralise ces deux moments : en fin de conception, pour garantir que le projet qui va tre mis en chantier atteint bien le profil de QEB vis ; NOTE : Pour ce faire, l'valuation consiste voir dans quelle mesure : les dispositions architecturales et techniques satisfont les exigences de la partie III du prsent rfrentiel permettant d'atteindre le profil de la QEB vis, d'une part, les documents de conception et les pices marchs comprennent tous les lments permettant l'entreprise de mettre en uvre le projet, d'autre part.en fin de chantier, pour s'assurer que l'ouvrage livr atteint le profil de QEB vis.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200727/239 27. SMOSYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONCes deux dernires valuations consistent confronter les donnes du projet (dispositions architecturales et techniques) aux exigences de QEB correspondantes au profil de QEB vis (partie III du prsent rfrentiel). Chaque valuation doit tre enregistre dans un document qui prsente les justifications de la satisfaction des proccupations environnementales permettant d'atteindre le profil de la QEB vis. Avant daccepter toute modification, le matre douvrage vrifie que les lments de son opration rpondent bien au profil vis (cf 1.2 Engagement de lopration). Lorsque le matre douvrage constate la non atteinte de la QEB par rapport au profil vis, il doit appliquer les exigences du chapitre 3.3 "Corrections et actions correctives".3.3 Corrections et actions correctives Le matre douvrage doit tablir et maintenir une procdure pour mener des corrections et actions correctives lorsque la QEB nest pas atteinte par rapport au profil vis dans son engagement ou quune exigence du SMO nest pas satisfaite. Il doit par ailleurs enregistrer lensemble des lments relatifs aux points suivants : modification du projet pour obtenir la QEB, identification de la cause de la non atteinte de la QEB ou de lexigence du SMO non satisfaite, mise en uvre ventuelle dune action corrective pour viter une rptition de la non atteinte de la QEB ou de la non satisfaction de lexigence du SMO, enregistrement des changements ventuels dans le SMO suite aux actions dcides. Lorsque le matre douvrage constate la non atteinte de la QEB et quaucune correction nest possible dans des conditions conomiques et techniques acceptables, il peut envisager une modification du profil environnemental dans la mesure o cette modification demeure compatible avec les exigences du chapitre 1 "Engagement du matre d'ouvrage".Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200728/239 28. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMO4. CAPITALISATION Aprs la livraison, le matre d'ouvrage tablit un bilan de lopration partir : des ventuels carts de la QEB, de cots et de dlais constats ; du nombre et de la nature des rserves ; des ventuels dysfonctionnements observs en cours dopration (programme, conception ou ralisation) ; de lapprciation de la conformit des prestations techniques et des travaux raliss par les prestataires et les entreprises ; NOTE : Voir chapitre 3.1 Surveillance et revues.des retours de satisfaction (ou de non satisfaction) des clients et des autres parties intresses, que le matre douvrage recueille et enregistre. NOTE : Ces informations peuvent tre obtenues par : - des entretiens des priodes dtermines (livraison, fin du parfait achvement), - des questionnaires envoys par mailings, - des enqutes tlphoniques, etc.Lobjectif de ce bilan est daccrotre la pertinence et lefficacit des dispositions mises en uvre, partir de lexprience concrtement vcue sur le terrain. NOTE : Cest le retour dexprience qui ncessite une runion de lensemble des intresss internes et ventuellement externes la matrise douvrage pour mettre en valeur lexprience acquise au cours de lopration afin damliorer en permanence le produit, le service et la ralisation.Le bilan doit tre confront par le matre douvrage ses objectifs initiaux dfinis au moment de l'engagement de l'opration (cf 1.1 Profil de la Qualit Environnementale du Btiment). Cela lui permettra d'engager dventuelles actions damlioration de son systme de management pour ses oprations futures, ou d'affiner les modalits de dfinition de la politique environnementale d'une opration.Le matre d'ouvrage doit conserver un enregistrement de ce bilan, ainsi que des lments ayant permis son laboration (cf 2.6 Matrise documentaire).Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200729/239 29. SMOSYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONANNEXE A (exigentielle) Les documents de loprationDOCUMENTS "MANAGEMENT" Il s'agit des documents permettant de matriser le systme de management de l'opration.Engagement du matre d'ouvrage (1) Analyse du siteA.1Recueil des besoins des parties intresses Recueil des exigences rglementaires et autres Evaluation des cots dinvestissement et de fonctionnement Profil de qualit environnementale du btiment vis pour l'opration (1.1) Document dengagement (1.2)Mise en uvre et fonctionnement (2) Planification de lopration (2.1) Rpartition des missions, des responsabilits et autorits des collaborateurs et intervenants (2.2) Evaluation des collaborateurs et intervenants Formations (2.3) Contrats des intervenants (2.4) Actions de communication vis--vis des intervenants et des parties intresses (2.5)Pilotage (3) Rsultats des revues et de toutes actions en dcoulant (3.1) Evaluation de la QEB (3.2) Procdure relative aux corrections et actions correctives (3.3) Dcisions et actions dcoulant des modifications (3.3) Enregistrements relatifs la non atteinte de la QEB et/ou une non satisfaction une exigence du Systme de Management de l'Opration et lidentification de sa cause (3.3) Actions correctives mises en place (3.3)Capitalisation (4) Bilan de lopration Informations sur la satisfaction (ou la non satisfaction) des clients et des autres parties intressesRfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200730/239 30. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMODOCUMENTS "PROJET" Il s'agit des documents labors classiquement tout au long du processus projet. Du fait de l'engagement dans une dmarche de qualit environnementale, ces documents doivent intgrer de nouveaux lments qui sont identifis dans le systme de management. ProgrammeA.2Concours de matrise d'uvre ou appel d'offre des entreprises Penser inclure dans les pices crites : des critres de comptence parmi les critres de slection des intervenants (2.3) les missions dtailles des intervenants, et notamment celles concernant la qualit environnementale (2.4) Documents de conceptionA.3Pices marchs March de travauxA.4Comptes rendus des runions de chantier Dossier dIntervention Ultrieure sur lOuvrage (DIUO)A.5Dossier des Ouvrages Excuts (DOE) Plan prvisionnel dentretien et de maintenance (ou Carnet dentretien) Carnet de vie du btimentA.6A.7A.1 Analyse du site Pour tablir son profil de la QEB et son programme, le matre douvrage doit raliser ou faire raliser une analyse des atouts et contraintes du site pour la construction de louvrage, appuye sur des documents supports (plans, photographies, documents administratifs). Cette analyse doit tre base sur l'identification des caractristiques du site, portant minima sur : Le milieu physique (topologie, nature du sol, hydrologie, gologie, etc.) Le climat (soleil, vent, pluie, etc.) Les cosystmes (faune, flore, paysage, vgtation, etc.) Lenvironnement bti et humain (sites industriels, activits techniques, nature du voisinage, etc.) Les infrastructures (routes, pistes cyclables, chemins pitonniers, rseaux ferrs, voies navigables, etc.) Les rseaux (lectricit, gaz, eau, assainissement, tlcommunication, etc.) Les ressources locales (nergie, matriaux, dchets, etc.) ; le matre d'ouvrage attachera une attention particulire la ralisation d'une tude de faisabilit d'exploitation d'nergies renouvelables locales, ainsi qu' celle d'une analyse des filires locales de traitement / valorisation des dchets Les services (transports en commun, collectes de dchets, etc.). L'analyse doit ensuite identifier les atouts et contraintes que prsentent ces caractristiques pour le projet, notamment en terme de : Nuisances pour les futurs usagers (acoustiques, visuelles, olfactives, etc.) Pollutions sur le milieu naturel (sol et sous-sol, nappe phratique, etc.) Risque sanitaire pour les futurs usagers (air extrieur pollu, ondes lectromagntiques, etc.) Risques naturels et technologiques.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200731/239 31. SMOSYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONLannexe B (informative) permet de guider le matre d'ouvrage dans son analyse des impacts des caractristiques du site sur les 14 cibles. A.2 Programme Le matre douvrage tablit ou fait tablir le programme de lopration projete lattention des intervenants pour la conception. NOTE : La partie environnementale du programme sintgre au programme fonctionnel, architectural, technique et environnemental de lopration.Celui-ci comporte au moins les lments suivants : nature et situation de lopration profil de QEB vis et sa justification caractristiques du site, rgles durbanisme applicables, analyse du site exigences rglementaires et lgales particulires applicables lopration nombre, nature et typologie des locaux, fourchettes de surfaces des diffrents lots exigences techniques, fonctionnelles, architecturales et environnementales niveau des prestations et quipements budget de construction et orientations en matire de cot dexploitation, dentretien et maintenance calendrier des phases de lopration horaires doccupation des diffrents locaux rythmes des usages des diffrents locaux (avec flexibilit associe).A.3 Documents de conception Le matre douvrage dfinit, en accord avec le coordinateur de la conception et le matre duvre dexcution, les modalits de diffusion, de circulation et dapprobation des documents relatifs lopration projete. Il prcise pour sa part les dlgations de signature accordes ses collaborateurs susceptibles dmettre des documents. Le matre douvrage doit veiller la qualit des documents de conception, plans et pices crites, y compris ceux rsultant des tudes dexcution, cest dire quils doivent : rpondre aux exigences du programme ; permettre la slection des entreprises, la bonne ralisation de louvrage et la rception des travaux ; tre jour, cohrents entre eux et complets. NOTE : Le nombre, la nature et la prcision de ces documents sont adapts aux caractristiques et la complexit de lopration de telle sorte que les quipes de ralisation aient des instructions suffisamment prcises pour raliser convenablement les ouvrages.A.4 March de travaux Le march de travaux comprend obligatoirement : la charte chantier faibles nuisances ou le cahier des charges environnementales de lopration laquelle les entreprises doivent se conformer (voir ce sujet la cible 3 du rfrentiel de la QEB) ; la lettre de commande du matre douvrage ou la lettre de soumission accepte par le matre douvrage ; le planning gnral des travaux, le cahier des clauses particulires, le cahier des clauses gnrales, le devis descriptif, les plans dfinissant les travaux effectuer ;Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200732/239 32. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMOles modalits de suivi et de rception des travaux ; NOTE : Le matre douvrage dfinit son rle sur le suivi de lexcution des travaux et notamment les moments o il souhaite intervenir explicitement (points darrts, validation dchantillons, locaux tmoins, dcision de modifications par exemple).les ventuelles exigences pour la qualification du personnel ; lobligation pour lentreprise dinformer le matre douvrage de tout recours une soustraitance des travaux qui lui sont confis ; les instructions concernant lorganisation et les dlais de leves de rserves. Un dlai de prparation de chantier doit tre fix contractuellement, en prcisant sil est compris ou non dans le dlai dexcution. A.5 Dossier d'Intervention Ultrieure sur l'Ouvrage (DIUO) Lors de la livraison, le matre douvrage doit transmettre au(x) futur(s) utilisateur(s) de louvrage, les informations pertinentes pour que celui-ci lutilise et le maintienne en conservant sa qualit environnementale. Prvu par les articles L.235615 et R.238-37 R.238-39 du Code du Travail, le DIUO est un dossier rassemblant toutes les donnes de nature faciliter la prvention des risques professionnels lors d'interventions ultrieures sur l'ouvrage. Rdig par le coordonnateur SPS ds la conception, mais ventuellement complt par la suite, il doit mentionner : Les documents, plans et notes techniques de nature faciliter les interventions ultrieures sur l'ouvrage. Le dossier de maintenance lorsqu'il s'agit de lieux de travail. Les dispositions prises pour :- le nettoyage des surfaces vitres en lvation et en toiture - l'accs en couverture (moyens d'arrimage - mise en place rapide de garde-corps ou de filets de protection)- l'entretien des faades (moyens d'arrimage et stabilit des chafaudages et des nacelles)- les travaux d'intrieur (ravalement de halls de grandes hauteurs - accs aux gaines techniques - accs aux cabines d'ascenseurs) Les indications relatives aux locaux techniques et sanitaires mis la disposition du personnel charg des travaux d'entretien, lorsque ces locaux existent. Les procs verbaux de transmission :- entre le coordonnateur conception-tude et le coordonnateur ralisation de travaux, lorsque ceux-ci sont diffrents- entre le coordonnateur ralisation de travaux et le matre d'ouvrage lors de rception de l'ouvrage [Source : http://www.ogbtp.com/Gnral/Priv/Default.htm ]A.6 Plan prvisionnel d'entretien et de maintenance (ou Carnet d'entretien) Le carnet d'entretien s'adresse au responsable et gestionnaire de l'immeuble pour lui permettre de maintenir l'ouvrage en bon tat et dtecter les usures et dtriorations prvisibles. Son objectif est triple : lister les interventions effectuer ainsi que leur priodicit, mettre l'accent sur l'entretien particulier appareillages concernant la scurit incendie,quencessitentcertainslmentsouoffrir un cadre de clauses contractuelles applicables aux marchs d'entretien du btiment.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200733/239 33. SMOSYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATION LES ELEMENTS NECESSITANT UNE SURVEILLANCE PERMANENTE : Certains lments constitutifs de l'immeuble, notamment ceux d'quipement, ncessitent une surveillance constante, assurer de deux faons diffrentes selon que ces lments prsentent une technicit particulire ou non. Les premiers (fumisterie, ascenseurs, chauffage, ventilation mcanique contrle, etc.) demandent un entretien rgulier sans qu'aucune priodicit, mme frquente, puisse tre retenue, sauf cas o la rglementation impose une priodicit particulire. La conclusion d'un contrat d'entretien spcialis pass avec un professionnel qualifi est envisager. Pour ce qui ne ressort pas d'une technicit particulire, la surveillance peut tre assure par toute personne dsigne par le responsable de l'immeuble. LES ELEMENTS NECESSITANT UN CONTROLE REGULIER : Tout ou partie d'un immeuble peut tre affect de dsordres divers ; dans le cas o ces derniers ne sont pas dcels rapidement et si les travaux ncessaires ne sont pas effectus dans les meilleurs dlais, ils risquent d'entraner des troubles d'utilisation importants et un enchrissement du cot des rparations. Un contrle rgulier avec une priodicit plus ou moins rapproche est envisager. LES INTERVENTIONS PERIODIQUES Un certain nombre d'interventions priodiques doit tre assur systmatiquement pour maintenir l'ouvrage dans un tat conforme sa destination. [Source : http://www.ogbtp.com/Gnral/Priv/Default.htm ]A.7 Carnet de vie du btiment Destin aux usagers pour expliquer le fonctionnement du btiment et ses caractristiques environnementales. Il comprend : le fonctionnement des quipements conomes en eau, les prcautions en cas de doubles rseaux, le fonctionnement des quipements de chauffage et recommandations pour les conomies d'nergie, etc.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200734/239 34. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMOANNEXE B (informative) - 1/2 Tableau guide lusage du matre douvrage pour la hirarchisation des cibles de QEB en fonction de ses enjeux environnementaux Extrait de la norme NF P01-020-1 Cadre mthodologique pour la description et la caractrisation des performances environnementales et sanitaires des btiments PLien fort existant entre proccupation et objectif, donc examiner prioritairement par le Matre dOuvrage, enjeux fortsXAutre lien identifi entre proccupation et objectif, ou lien induitSCLien pouvant exister selon le contexte, examiner opration par opration Une case blanche ne signifie pas ncessairement une totale absence de lien ( tudier au cas par cas)Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200735/239 35. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMOANNEXE B (informative) - 2/2PLien fort existant entre proccupation et objectif, donc examiner prioritairement par le Matre dOuvrage, enjeux fortsXAutre lien identifi entre proccupation et objectif, ou lien induitSCLien pouvant exister selon le contexte, examiner opration par opration Une case blanche ne signifie pas ncessairement une totale absence de lien ( tudier au cas par cas)Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200736/239 36. SYSTEME DE MANAGEMENT DE L'OPERATIONSMOANNEXE C (informative) Impacts des caractristiques du site sur les 14 cibles MILIEU PHYSIQUE Topologie / Nature du sol / Hydrologie Choix des matriaux, du type et des procds de construction (Cible 2) Risque inondation (Cibles 1 et 5) Gologie Risque sismique : choix des produits et procds de construction adapts (Cible 2) Risque radon : dispositions pour assurer la qualit de l'air intrieur (Cible 13)CLIMAT Soleil Amnagement de la parcelle : protection des espaces extrieurs (Cible 1) Apports solaires pour la gestion de l'nergie et le confort thermique (Cibles 4 et 8) Eclairage naturel (Cible 10) Vent Amnagement de la parcelle : protection des espaces extrieurs (Cible 1) Energie olienne (Cible 4) Ventilation naturelle (Cible 8) Vecteur de transfert de pollution (Cible 13) Pluie Gestion de l'eau pluviale la parcelle (Cibles 1 et 5)ECOSYSTEMES Amnagement de la parcelle : choix et implantation des espaces plants (Cible 1) Prserver la biodiversit (Cible 1) Nature et qualit des vues (Cible 10) Essences naturelles olfactives (Cible 11)ENVIRONNEMENT BATI ET HUMAIN Infrastructures industrielles Risques technologiques (Cible 1) Nuisances acoustiques, visuelles et olfactives (Cibles 9, 10 et 11) Pollution de l'air (Cible 13) Infrastructures techniques Risques technologiques (Cible 1) Nuisances acoustiques, visuelles et olfactives (Cibles 9, 10 et 11) Pollution de l'air (Cible 13) Monuments Nuisances visuelles (Cible 10)INFRASTRUCTURES Amnagement de la parcelle : accs la parcelle et circulation interne (Cible 1) Nuisances acoustiques, visuelles et olfactives (Cibles 9, 10 et 11) Pollution de l'air (Cible 13)RESEAUX Electricit Nuisances visuelles (Cible 10) Ondes lectromagntiques (Cible 12) Gaz Exploiter prfrentiellement la filire si elle est possible (Cible 4) Eau ? (Cible 05) Assainissement Exploiter les possibilits d'assainissement proposes localement (Cible 5) Nuisances olfactives (Cible 11) Tlcom Nuisances visuelles (Cible 10)RESSOURCES LOCALES Energie Exploitation prfrentiellement d'une nergie disponible localement, et autant que possible, exploitation d'une nergie renouvelable (Cible 4) Matriaux Exploiter les matriaux disponibles localement (Cible 2) Dchets Gestion des dchets (de chantier et d'activit) en fonction des possibilits locales de valorisation/traitement (Cibles 3 et 6) Amnagement de la parcelle : gestion des dchets (Cible 1)SERVICES Transports en commun Amnagement de la parcelle : accs la parcelle et circulation interne (Cible 1) Dchets Amnagement de la parcelle : gestion des dchets (Cible 1) Cohrence entre la collecte interne propose pour le btiment et la collecte propose en externe par la commune ou les prestataires privs dlivrant la commune (cible 6)Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie II : SMO Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 200737/239 37. REFERENTIEL TECHNIQUE DE CERTIFICATION NF BATIMENTS TERTIAIRES DEMARCHE HQE Bureau - EnseignementPartie III Qualit Environnementale du Btiment (QEB)Aot 2006 38. 1 RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIATRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 41/239 39. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8ECO-GESTIONCHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION4CONFORT2CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 42/239 40. RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT1INTRODUCTION ______________________________ Rappelons que dans le prsent rfrentiel sont entendus sous les termes :"btiment" : l'ouvrage dans son intgralit, savoir l'ensemble des btiments qui compose le projet, la parcelle sur laquelle ces btiments sont implants et les activits prsentes dans les btiments et sur la parcelle ; "environnement immdiat" : la collectivit d'implantation, le milieu naturel proche, le milieu bti environnant et les activits associes, et le milieu humain avoisinant (riverains). Le travail de conception, depuis les phases de programmation jusqu' celles de ralisation, consiste trouver le meilleur compromis dans la dfinition du projet sachant que les choix effectus doivent : rpondre aux enjeux prioritaires du matre d'ouvrage (cf profil de la QEB vis par le matre d'ouvrage dans le SMO), en tirant profit des avantages du site et en intgrant ses contraintes, en termes de pollution, nuisance et risque pour les usagers et l'environnement immdiat (cf analyse du site dans le SMO), tout en ayant eux-mmes le moins d'impacts possible sur les usagers et sur l'environnement immdiat. Cette cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" traite d'une part de la faon dont le projet exploite les donnes contextuelles issues de l'analyse du site. D'autre part elle analyse dans quelle mesure le projet impacte sur le milieu environnant : sur la collectivit : rseaux disponibles, contraintes d'entretien/maintenance/desserte, risque inondation et diffusion des pollutions, cosystmes et biodiversit. sur les riverains : soleil, lumire, vues, calme, sant. Notons que cette cible s'attache traiter les impacts du projet dans sa finalit : les impacts environnementaux de la phase de chantier sont abords dans la cible 3 "Chantier faible impact environnemental". La cible 1 aborde galement l'impact de confort et de sant des espaces extrieurs du projet sur les usagers de la parcelle : ambiance climatique, ambiance acoustique extrieure, ambiance visuelle, et espaces extrieurs sains. En effet, cette proccupation n'est pas traite dans les autres cibles.1.1.Amnagement de la parcelle pour un dveloppement urbain durable1.2.Qualit d'ambiance des espaces extrieurs pour les usagers1.3.Impacts du btiment sur le voisinageRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 43/239 41. 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIATEVALUATION DE LA CIBLE 1 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 1B1.1 PTPB1.2 PTPB1.3 PTPB P*TP*****NOTE : Choix de la combinaison Deux combinaisons sont proposes pour atteindre les niveaux P et TP sur la cible 1. Le choix de la combinaison doit tre cohrent avec le contexte et les enjeux de l'opration : Si le projet ne prsente aucun voisinage : la sous-cible 1.3 est sans objet et les sous-cibles 1.1 et 1.2 doivent tre traites selon la combinaison marque par l'astrisque * Si le projet prsente un voisinage rduit ou relativement lointain : toutes les sous-cibles doivent tre traites selon la combinaison marque par l'astrisque *. Si le projet prsente un voisinage proximit : les deux combinaisons peuvent tre appliques.INTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 4 "Gestion de l'nergie" Exploitation de la filire d'nergies renouvelables identifie comme exploitable sur les plans technique et environnementalCible 5 "Gestion de l'eau" Gestion des eaux pluvialesCible 6 "Gestion des dchets d'activit" Infrastructures et amnagements extrieurs de dchets en cohrence avec les services disponibles localement (collectivit) et la collecte interneINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.1 - Analyse du site Le bilan de l'analyse du site regroupe les donnes d'entre de cette cible 01.REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Ch. Grard - Dveloppement du critre "Interactions avec le site" de la mthode dvaluation [A] [A] de la qualit environnementale des btiments au stade de la conception ESCALE - 5 fascicules CSTB - 2001Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 44/239 42. RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIATRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 20071Cible 1 45/239 43. 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT1.1AMENAGEMENT DE LA PARCELLE POUR UN DEVELOPPEMENT URBAIN DURABLELide nest pas de traiter ici des questions de gestion du territoire mais de sassurer que le projet sinscrit bien dans une logique de dveloppement durable applique la gestion du territoire : Contraintes pour la collectivit : limiter la ncessit de dploiement de nouveaux services, de nouvelles infrastructures, de nouveaux rseaux, etc., ou le cas chant s'assurer que ces contraintes interviennent dans le cadre dun dveloppement conomique et social dfini par la collectivit. Transports et dplacements urbains : exploitation des rseaux disponibles localement (transports en commun, pistes cyclables, mails pitonniers, etc.) pour amnager lopration (local vlo, continuit de cheminements pitons ou de piste cyclable sur la parcelle, etc.) ; inciter aux transports pas ou peu polluants Prservation/amlioration des cosystmes et de la biodiversit Gestion des eaux pluviales : amnagements pour limiter les risques dinondation et de pollution par dbordement laval ( la parcelle ou lchelle de lamnagement dans le cas de zone urbaine dense)Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul1.1.1. Assurer la cohrence entre lamnagement de la parcelle et la politique de la collectivit en matire damnagement et de dveloppement durable du territoireCohrence par rapport aux points suivants : nergie et ENR assainissement dchets ressource en eau services, etc.Dispositions prises vis--vis de l'exploitation rationnelle des rseaux ou ressources disponibles localement (nergie, eau, assainissement), et en vue de minimiser les nouvelles contraintes sur la collectivit (dchets, entretien infrastructures, etc.)EtatAtteintRponse pertinente aux enjeux de dveloppement urbain durable de la collectivit.1.1.2. Matriser les modes de dplacement et Cohrence urbaine et incitation aux favoriser ceux qui sont les transports propres moins polluantsDispositions prises pour optimiser les modes de dplacement (1) notamment par rapport aux pollutionsAtteint1.1.3. Prserver les cosystmes et la biodiversitDispositions justifies et satisfaisantes (2)Atteint1.1.4. Prvenir le risque d'inondation dans les zones sensibles et limiter la pollution diffusePrservation / amlioration de la qualit cologique du site et de la biodiversitRflexion optimise sur le couple rtention / infiltration (3) Dispositions prises pour limiter le ruissellement des eaux pluvialesRcupration des eaux de ruissellement pollues et traitement avant rejet, en fonction de leur natureAtteint(1) Exemples de dispositions relatives aux modes de dplacement : cohrence entre les rseaux et infrastructures urbains et les amnagements lis aux dplacements proposs sur la parcelleRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 46/239 44. RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT1rflexion sur les amnagements de dplacement de la parcelle intgre une rflexion globale de quartier (liaisons entre lots ou quartiers) faciliter le recours sur la parcelle aux moyens de dplacement propres (option cyclable et pitonne) : facilit daccs, lisibilit de cheminement, proximit et scurit des zones de stationnement, etc. dissuader le recours aux vhicules personnels si les transports en commun sont bien dvelopps : limiter les emplacements de parking, difficult daccs au stationnement, etc. Le choix des dispositions est fonction notamment du contexte de lopration (potentialits et contraintes du quartier) et de la politique globale de la ville dans le domaine des dplacements urbains. (2) Exemples de dispositions : Continuit cologique : Amnagement de la parcelle permettant de prserver ou daugmenter les surfaces vgtalises et dassurer une continuit des espaces crs avec les espaces vgtaliss existants sur les parcelles voisines. Favoriser la prsence vgtale partout o cela est possible : sont potentiellement vgtalisables les toitures-terrasses, les faades, les murs pignons, les cltures, les crans acoustiques Choix d'espces vgtales bien adaptes au climat et au terrain, ce qui permettra de limiter notamment les besoins en arrosage, maintenance et engrais. Prservation de la biodiversit : contribution au dveloppement des espces vgtales et animales qui existent naturellement sur le site (exemple : nichoirs) et diversification des types de milieux. (3) Exemples d'lments prendre en compte pour mener cette rflexion d'optimisation entre infiltration et rtention : Connaissances des donnes pluviomtriques et de sol (cf analyse du site) Systmes dinfiltration spcifiques mis en place (fosss ouverts, noues, bassins paysagers, etc.) Systmes de rtention mis en uvre (toitures vgtalises, puits, bassins d'orage, cuves de rcupration, etc.) Coefficient dimpermabilisation Dbit de fuite Voir exigences dtailles en sous-cible 5.2 concernant la gestion des eaux pluviales. Si lvaluation de la sous-cible 5.2 conduit un niveau de performance P ou TP, la proccupation 1.1.4 est considre comme atteinte.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 1.11.1.1 Atteint NA1.1.2 Atteint NA1.1.3 Atteint NAB2 proccupations atteintes sur 4P1.1.4 Atteint NA3 proccupations atteintes sur 4TP * Justifier le choix des proccupations en cohrence avec le contexte du projet (notamment l'analyse du site) Dans le cas o la cible 5 "Gestion de l'eau" a t choisie en niveau P ou TP, la proccupation 1.1.4 doit tre traite d'office.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 47/239 45. 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT1.2QUALITE D'AMBIANCE DES ESPACES EXTERIEURS POUR LES USAGERSL'enjeu consiste crer un cadre de vie extrieur agrable pour les usagers des btiments et de la parcelle : Ambiance climatique Ambiance acoustique Ambiance visuelle Espaces extrieurs sains Pour cela, le point de dpart est le bilan de l'analyse du site qui dresse les atouts et les contraintes des caractristiques du site en terme de nuisances, de pollutions et de risques. Il convient galement de prendre en compte les ventuels impacts que pourrait avoir le projet sur le plan de la qualit des ambiances extrieures : quipements ou activits bruyantes, masques gnrs, etc. Les espaces plants sont un moyen de traiter certains des lments de ces proccupations comme la protection au soleil ou aux vents. Ils sont aussi sources de nuisances acoustiques indirectes (tonde) ou de risque sanitaire (allergnes). Le traitement de la circulation sur la parcelle est observer pour les impacts acoustiques et sanitaires des choix qui sont proposs (circulation trop proche des fentres).Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitulVent 1.2.1. Crer une ambiance climatique extrieure satisfaisante PrcipitationsDispositions prises pour limiter les effets perturbateurs du vent (effet de coin, de pyramide, effet Venturi) dus au site, la forme gnrale et lorientation des btiments, et profiter du vent pour arer les espaces Dispositions prises pour la protection vis vis des effets indsirables des prcipitationsEtatAtteintRapport au soleil 1.2.2. Crer une ambiance acoustique extrieure satisfaisante1.2.3. Crer une ambiance visuelle satisfaisanteAmnagement de la parcelle en optimisant le potentiel "rapport au soleil" (1)Sources de nuisances sonores en extrieur (gnres par l'environnement immdiat ou par l'opration)Amnagement de la parcelle en prenant en compte les sources de nuisances sonores en extrieur (2)AtteintAmnagement de la parcelle en prenant en compte les potentialits et contraintes du patrimoine naturel et bti en terme d'accs aux vues (3) Amnagement de la parcelle assurant un clairage extrieur optimal (4)AtteintAccs aux vuesEclairage extrieurRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 48/239 46. 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT1.2.4. Assurer des espaces extrieurs sainsPollution des espaces extrieursAmnagement de la parcelle en prenant en compte le risque de pollutions des espaces extrieursAtteint(5)(1) Exemples de rflexions sur le rapport au soleil : prendre en compte le potentiel d'ensoleillement (cf analyse du site) pour crer des espaces extrieurs lumineux et temprs prendre en compte les impacts de l'environnement bti (cf analyse du site) pour exploiter ou se protger des effets de masque assurer une protection au soleil / crer des zones ombrages (2) Exemples de rflexions sur les nuisances acoustiques extrieures : prendre en compte les bruits de lespace extrieur (cf analyse du site) dans l'agencement de la parcelle pour protger les espaces extrieurs frquents en fonction des activits auxquelles ils sont destins prendre en compte les bruits des installations et des quipements techniques de l'opration porter attention aux circulations sur la parcelle et leurs impacts acoustiques (viter la proximit avec les locaux activit calme) prendre en compte les nuisances des activits de la parcelle qui peuvent tre bruyantes (comme lentretien des espaces verts) (3) Exemples de rflexions sur l'accs aux vues : offrir autant que possible des vues sur des espaces naturels (cf analyse du site) limiter les nuisances visuelles engendres par lenvironnement bti immdiat (cf analyse du site) (4) Cet clairage est important pour des questions de confort mais aussi de sensation de scurit : zones de circulation extrieures : celles qui relient le btiment aux zones de stationnement (bureau) ou celles qui permettent la sortie des usagers du btiment et de la parcelle (enseignement) zones dchets (pour le personnel d'entretien essentiellement) zones faible luminosit naturelle (5) Exemples de rflexions sur les pollutions des espaces extrieurs : protection des espaces de vie extrieurs des pollutions du sol ou de lair (cf analyse du site) : hors des panaches dactivits industrielles voisines notamment choix despces plantes non allergnes : les espaces plants sont un moyen de traiter certains des lments des proccupations prcdentes comme la protection au soleil ou aux vents ; il convient d'autant plus de porter attention leur caractre allergnePerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 1.21.2.1 Atteint NA1.2.2 Atteint NA1.2.3 Atteint NAB2 proccupations atteintes sur 4P1.2.4 Atteint NA3 proccupations atteintes sur 4TP * Justifier le choix des proccupations en cohrence avec le contexte du projet (notamment l'analyse du site)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 49/239 47. 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT1.3IMPACTS DU BATIMENT SUR LE VOISINAGECette sous cible s'intresse l'impact de l'ouvrage (btiments et amnagements extrieurs) sur les riverains : droit au soleil droit la lumire droit aux vues droit au calme droit la sant Le principal point de dpart de cette analyse de l'impact de l'ouvrage sur le voisinage est l'analyse du projet, confront aux caractristiques du site : il s'agit en effet avant tout de ne pas dgrader la situation de l'existant, et dans la mesure du possible de profiter de l'implantation pour l'amliorer.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 1.3.1. Assurer le droit au soleil aux riverainsDure densoleillement direct des ouvertures des faades des btiments riverainsDispositions prises pour optimiser le droit au soleil des riverains au regard de la situation de l'existantEtat Atteint(1)Effets de masque de limplantation du projet sur les btiments voisins, notamment : 1.3.2. Assurer le droit la lumire aux riverainsProspect = rapport entre la distance entre les btiments contigus et la hauteur du projet Portion de ciel vue depuis le pied de la faade non aveugle des btiments voisins, au droit des ouvertures1.3.3. Assurer le droit aux Accs aux vues vues aux riverainsDispositions prises pour optimiser le droit la lumire des riverains au regard de la situation de lexistant (1) (2)Dispositions prises pour optimiser le droit aux vues des riverains au regard de la situation de l'existantAtteintAtteint(1) (3)1.3.4. Assurer le droit la Sources de nuisances sanitaires sant aux riverains 1.3.5. Assurer le droit au calme aux riverainsSources de nuisances acoustiquesDispositions prises pour limiter le risque sanitaire pour les riverainsAtteint(4)Dispositions prises pour limiter les nuisances acoustiques des quipements et activits du btiment sur les riverains (5) (6)Atteint(1) Prcisions sur l'tat existant : Se baser sur l'analyse du site pour identifier la situation de l'existant. Dans le cas d'un terrain sur lequel des btiments ont t dmolis en vue d'une reconstruction mais que cette reconstruction a tard, l'tat existant prendre en compte est celui qui correspond au terrain avec ses anciens btiments et non celui d'un terrain nu. En effet, mme si la population a tendance facilement oublier les btiments qui existaient 5 ans auparavant, le matre d'ouvrage est en droit de reconstituer la situation antrieure qui a seulement tarde tre renouvele. (2) Exemples d'objectifs sur le droit la lumire des riverains : se baser sur l'analyse du site (cf analyse du site) pour identifier la situation existante en terme d'accs la lumire (cf note (1)) respecter a minima 60% la situation de l'existant conserver la situation de l'existantRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 50/239 48. 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIATlorsque le contexte le permet, il conviendrait d'amliorer la situation existante (3) Exemples de dispositions sur le droit aux vues : limiter les nuisances visuelles engendres par lopration (masques, blouissement) profiter de limplantation du btiment pour crer des vues agrables (espaces extrieurs plants notamment) traitement de la "5me faade" notamment en termes d'mergences sur toiture (4) Exemples de sources impactant sur la qualit sanitaire des espaces extrieurs : Plantations : penser leur caractre allergne Positionnement des infrastructures extrieures pour les dchets Rejets d'air du btiment : positionnement, filtration Activits polluantes du btiment Zones humides / zones favorables la prolifration d'insectes (espaces plants) (5) Exemples de bruits gnrs par les activits du btiment : bruits de cours de rcration (agencement du projet) bruits des livraisons (restauration collective, fournitures de bureau) bruit des vhicules des usagers bruit des portes automatiques bruits de sortie ou dentre des usagers des btiments (sorties dcole dans la rue, sorties de bureaux, entres de scolaires dans les gymnases ou piscines) bruit gnr par lentretien des espaces verts intrieurs (6) Il y a lieu de prendre en compte la sensibilit au bruit des espaces extrieurs et intrieurs des proprits riveraines du btiment (tout particulirement en prsence de logements et assimils : hpital, htel, foyer, maison de retraite, etc.) pour cela il y a lieu de : fixer pour les bruits produits par les activits du btiment tudi des niveaux sonores ou des mergences ne pas dpasser dans les proprits voisines ( l'intrieur des locaux sensibles et en extrieur). fixer des exigences en mergences pour les bruits des installations et quipements techniques du btiment transmis dans le voisinage (en dB(A) et/ou en dB/octave et en fonction de la priode de la journe) Pour satisfaire ces exigences, des dispositions architecturales et/ou constructives seront tudier et adopter : prendre des dispositions architecturales visant loigner les locaux bruyants du projet des locaux et espaces sensibles des proprits voisines (tout particulirement dans les cas de contigut de btiments) loigner les quipements des espaces sensibles et/ou les insonoriser et/ou les implanter en local technique matriser l'impact acoustique des prises ou des rejets d'air des installations techniques et des locaux techniques bruyants. adopter des dispositions constructives permettant d'obtenir des isolements aux bruits ariens (intrieur-intrieur et intrieur-extrieur), aux bruits de chocs et aux vibrations (cas de locaux sensibles contigus) adaptsPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 1.31.3.1 Atteint NA1.3.2 Atteint NA1.3.3 Atteint NA1.3.4 Atteint NAB3 proccupations atteintes sur 5P1.3.5 Atteint NA4 proccupations atteintes sur 5TP * Justifier le choix des proccupations en cohrence avec le contexte du projet (notamment l'analyse du site)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 51/239 49. 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIATRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 1 52/239 50. 2 CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTIONRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 53/239 51. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment 12RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIATCHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTIONGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8ECO-GESTIONCHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL4CONFORT3CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 54/239 52. INTRODUCTION ______________________________ Un produit de construction est un lment individuel qui peut tre constitu dun ou plusieurs matriaux mis en forme, ou bien un quipement. Les produits peuvent tre assembls en composants. Un systme de construction est un ensemble de produits et/ou de composants mis en uvre en vue d'assurer une fonction (systme de chauffage, puits canadien, ventilation travers une dalle). Un systme est une solution architecturale et technique qui peut tre passive ou active. Un procd de construction est une solution architecturale relative la structure du btiment (poteaux et poutres, parois porteuses), aux surfaces rsiduelles de son enveloppe (faades) et de ses parois internes (cloisons). Un procd fait appel des produits. La stratgie des choix constructifs s'effectue ces trois niveaux, sachant que : le choix des procds influence le choix des systmes et rciproquement ;le choix des procds influence le choix des produits ;le choix des systmes influence le choix des produits.PROCEDESPRODUIT SSYSTEMESDans le prsent rfrentiel, il sera employ le terme de "choix constructifs" pour dsigner les dispositions prises par rflexion croise sur ces trois lments.A cette combinaison d'interactions produits-procds-systmes viennent s'ajouter les enjeux motivant le choix de ces trois lments : c'est ce qui constitue le choix intgr de produits, systmes et procds de construction. Dune faon gnrale, les produits, systmes et procds sont choisis au regard des principaux enjeux suivants : Qualit et performance technique d'usage : produit rpondant l'usage auquel il est destin en offrant les garanties techniques de solidit et de scurit adquates. Les caractristiques intrinsques des produits conditionnent les performances acoustiques, nergtiques, etc. de louvrage. Ces performances tant traites dans les autres cibles de QEB, elles ne sont pas reprises ici, dautant plus quelles sont tablies lchelle de louvrage et non celle des produits, systmes ou procds. Nanmoins, la qualit technique des produits, systmes et procds est une base indispensable que les exigences de performance environnementale et sanitaire ne doivent pas occulter. Elle contribue la prennit de louvrage.Qualit technique pour l'ouvrage : contribution des produits de construction la durabilit et l'adaptabilit de l'ouvrage durant sa vie en uvre. Cet enjeu est trait dans la prsente cible.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 55/239 53. Facilit de nettoyage et d'entretien de l'ouvrage : choix constructifs facilitant le nettoyage et l'entretien de l'ouvrage. La satisfaction de cet enjeu contribue la rduction des risques sanitaires et la durabilit de louvrage, car un bon entretien assure un maintien des produits de construction et du bti en gnral en tat non dgrad. La facilit dentretien du bti est trait dans la prsente cible.Impact environnemental et sanitaire de l'ouvrage : contribution (favorable ou dfavorable) des produits de construction aux impacts environnementaux et aux risques sanitaires de l'ouvrage. Les impacts environnementaux des produits sont caractriser sur la base dune analyse de cycle de vie, les diffrentes phases du cycle de vie dun produit, y compris le transport, pouvant impacter lenvironnement. Cet enjeu est trait dans la prsente cible. Les aspects sanitaires ne sont que partiellement traits dans la prsente cible, en se limitant aux missions chimiques de certains produits. Les autres aspects sont traits dans les cibles de sant.Qualit architecturale : esthtique ; valorisation patrimoniale ; image ; etc. Cet enjeu, dans sa dimension subjective, n'entre pas dans le champ du prsent rfrentiel. Ceci dit, les produits participent la qualit architecturale globale de louvrage, celle-ci contribuant certains aspects de qualit environnementale, notamment en matire de confort et de relation au site. Ces aspects sont traits dans les cibles de QEB correspondantes.Critres conomiques ; Cet enjeu n'entre pas dans le champ du prsent rfrentiel. Lconomie du projet est traite globalement dans le rfrentiel du SMO, en privilgiant lapproche en cot global.Caractre social : adaptation l'usage au regard du type dusagers du btiment ; acceptabilit et appropriation par les usagers. Cet enjeu n'entre pas dans le champ du prsent rfrentiel. Il est relier aux besoins et attentes des futurs usagers, pris en compte dans le rfrentiel du SMO.2.1.Choix constructifs pour la durabilit et l'adaptabilit de l'ouvrage2.2.Choix constructifs pour la facilit d'entretien de l'ouvrage2.3.Choix des produits de construction afin de limiter les impacts environnementaux de l'ouvrage2.4.Choix des produits de construction afin de limiter les impacts sanitaires de l'ouvrageLa prise en compte intgre des proccupations lies cette cible est faire en cohrence avec la hirarchisation des cibles dcide pour lopration.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 56/239 54. EVALUATION DE LA CIBLE 2 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 2B2.1 PTPB2.2 PTPB2.3 PTPB2.4 PTPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ La cible 2 interagit avec d'autres cibles dans le sens o le choix des produits, systmes et procds de construction conditionne la performance de ces autres cibles : Cible 1 " du btiment avec son environnement immdiat" Choix des produits en fonction des ressources matriaux locales, impacts environnementaux des produits jugs en fonction de la sensibilit du site (prsence d'une nappe par exemple)Cible 3 " Chantier faibles nuisances" Choix des produits et procds faibles impacts environnementaux et sanitaires pendant la mise en uvreCible 4 " Gestion de lnergie" Performances nergtiques des produitsCible 5 " Gestion de l'eau" Choix des quipements conomes en eau dont les caractristiques sont vrifies (certification / avis technique)Cible 7 " Gestion de l'entretien et de la maintenance" Choix de produits dont l'entretien est facile, et choix de produits faibles impacts environnementaux et sanitaires pendant la vie en uvre, phase du cycle de vie qui inclut l'entretien/maintenanceCible 8 " Confort hygrothermique" Performances hygrothermiques des produitscible 9 " Confort acoustique" Performances acoustiques des produitsCible 10 " Confort visuel" Performances "visuelles" des produitsCible 11 " Confort olfactif" Choix de produits faiblement metteurs d'odeurs ;Cible 12 " Qualit sanitaire des espaces" Choix de produits favorisant de bonnes conditions d'hygineCible 13 "Qualit sanitaire de lair" Choix de produits faiblement metteurs de substances chimiques dans l'airCible 14 "Qualit sanitaire de leau" Choix de produits durables et faibles impacts sanitaires pendant la vie en uvre (non relargage de polluants dans l'eau).Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 57/239 55. INTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ 1.1 Profil de la Qualit Environnementale du Btiment Conformit des choix avec les besoins fonctionnels et les caractristiques dusage exprims dans le programme, Respect des rglementations en vigueur (scurit, incendie, etc.) Prise en compte des besoins et attentes des parties intresses, Cohrence avec une rflexion amont du matre douvrage sur la conception du projet dans une perspective de dveloppement durable des territoires, traduite dans une note stratgique Etude conomique du projet (en privilgiant lapproche en cot global), Annexe A6 Plan prvisionnel d'entretien et de maintenanceREFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] AFNOR - Norme NF P01-010 "Qualit environnementale des produits de construction [A] [A] Dclaration environnementale et sanitaire des produits de construction" Dcembre 2004 [B] AFNOR - Norme NF P01-020-1 "Qualit environnementale des btiments - Partie 1 : Cadre [B] [B] mthodologique pour la description et la caractrisation des performances environnementales et sanitaires des btiments" Mars 2005 [C] Plan National Sant Environnement www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/pnse/sommaire.htm [C] [C] [D] INIES - Base de donnes franaise de rfrence sur les caractristiques environnementales et [D] [D] sanitaires des produits de construction - www.inies.fr [E] Norme ISO 15686, Btiments et biens immobiliers construits - Prvision de la dure de vie [E] [E] [F] Guidance Paper F "Durability and the construction products directive" [F] [F] http://europa.eu.int/comm/enterprise/construction/internal/guidpap/f.htmRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 58/239 56. CHOIX CONSTRUCTIFS POUR LA DURABILITE ET 2.1L'ADAPTABILITE DE L'OUVRAGEIntroduction Les impacts environnementaux des lments constituant un btiment dpendent de la dure de vie [E] du btiment (Rfrence [E] ) : celle-ci peut tre courte (10 ans), moyenne (25 ans), normale (50 [E] [F] ans) ou longue (100 ans) (Rfrence [F] ). [F] Le matre douvrage doit sinterroger sur la dure de vie quil souhaite pour son btiment : selon sa destination, son implantation (provisoire ou dfinitive), le contexte urbain, le btiment va sinscrire dans le court, le moyen ou le long terme. Les choix constructifs dpendent de la dure de vie choisie. Pour juger cette durabilit, il convient de se positionner l'chelle de l'ensemble du cycle de vie du btiment. Il faut donc prendre en compte les nuisances engendres lors de la dconstruction du btiment. Ainsi, un btiment grande durabilit n'est pas ncessairement moindre impact environnemental qu'un btiment faible durabilit, si les choix de conception de ce dernier assurent une dconstruction trs faibles nuisances. Les produits, systmes et procds de construction contribuent ladaptabilit de louvrage, tant sur le court terme (jusqu 10ans), que sur le moyen ou long terme (au-del de 10 ans), de faon anticiper les besoins et les volutions futurs probables, conduisant une volution faible impact environnemental, sans prcipiter lobsolescence de louvrage Par ailleurs, il apparat important de ne pas ngliger lexigence de qualit technique des produits, travers des caractristiques vrifies. Un produit favorable lenvironnement et la sant est tout dabord un produit de qualit, cest--dire adapt son usage, et offrant les garanties techniques quon est en droit dattendre (solidit, scurit, prennit, etc.) ; ce qui donne une base indispensable sans laquelle les caractristiques environnementales et sanitaires ne peuvent pas sexprimer durablement et perdent donc leur sens.Tableau d'valuationProccupationCritreCaractristiqueIntitul2.1.1. Adapter les choix Prise en compte de la dure de vie constructifs la dure de des produits, systmes et procds vie souhaite de louvrage par rapport leur usage dans le (1) btimentAdquation de la dure de vie des produits, systmes et procds de gros uvre avec la dure de vie du btiment Adquation de la dure de vie des produits, systmes et procds de gros uvre avec la dure de vie du btimentNiveau BPet de la dure de vie de ceux de second-uvre en fonction de leur usageRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 59/239 57. Rflexion sur l'adaptabilit du btiment sur une priode de 10 ans. Dispositions satisfaisantes.Rflexion pour une dure de vie du btiment courte (10 ans)2.1.2. Rflchir sur l'adaptabilit de l'ouvrage dans le temps et sur la dmontabilit / sparabilit des produits, systmes et procds de construction en fonction de la dure de vie souhaite de l'ouvrageIdem niveau Base + Rflexion sur la dmontabilit et la sparabilit des produits de la structure porteuse et de second uvre. Dispositions satisfaisantes. Rflexion sur l'adaptabilit du btiment sur une priode de 10 ans. Dispositions satisfaisantes.Rflexion pour une dure de vie du btiment moyenne (25 ans)BPBRflexion sur l'adaptabilit du btiment sur la dure de vie souhaite Rflexion sur la dmontabilit et la sparabilit des produits de second uvrePDispositions satisfaisantes.Rflexion pour une dure de vie du btiment normale longue (50 100 ans)2.1.3. Choisir des produits, systmes ou procds dont les caractristiques sont vrifiesProduits certifis ou disposant dun Avis Technique (2)Rflexion sur l'adaptabilit du btiment sur une priode de 10 ans. Dispositions satisfaisantes.BRflexion sur l'adaptabilit du btiment sur la dure de vie souhaite. Dispositions satisfaisantes.PLe matre douvrage utilise, dans les domaines o ils existent, et dans des conditions permettant une mise en concurrence objective, des produits, systmes ou procds soit certifis soit bnficiant dun Avis Technique.B(2)(1) Cette dure de vie souhaite pouvant tre courte, moyenne, normale ou longue. (2) A dfaut, le produit devra justifier de caractristiques quivalentes. Lquivalence sentend au sens de la Recommandation T1-99 du GPEM tablie en date du 7 octobre 1999. Sur le principe, la justification de lquivalence est fournir par le fabricant concern. Il peut sagir de rsultats dessais effectus par un laboratoire indpendant.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 2.1B2.1.1 P TPB2.1.2 PTPB2.1.3 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 60/239 58. CHOIX CONSTRUCTIFS POUR LA FACILITE 2.2D'ENTRETIEN DE L'OUVRAGEIntroduction Pour que l'entretien de l'ouvrage soit ralis correctement, il convient d'anticiper les contraintes de cette activit ds la phase de conception de faon faciliter sa ralisation. Cette facilit passe essentiellement par un travail sur les aspects suivants : matriaux : choisir des matriaux de nature facile nettoyer et entretenir (viter les surfaces granuleuses, poreuses, etc.) ; accessibilit : rflchir sur l'accessibilit des lments cls de l'ouvrage, c'est--dire des lments dont la facilit d'entretien est un enjeu important. Ce travail passe essentiellement par des dispositions architecturales (par exemple passerelles scurises), mais il peut galement s'agir de prvoir les lments techniques qui seront utiles la mise en place de certains quipements d'entretien (par exemple des dispositifs d'accroche de nacelles pour le nettoyage des vitrages). Remarque concernant les quipements et systmes : Les questions de simplicit de conception de ceux-ci, de facilit d'accs et de moyens pour la prennit des performances sont traites dans la cible 7.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitulEtat2.2.1. Assurer la facilit daccs pour l'entretien du btiDispositions prises pour faciliter l'accs aux lments des familles suivantes : faades toitures revtements intrieurs (sol, mur, plafond) fentres, menuiseries, vitrages protections solaires cloisons intrieures plafondsDispositions justifies et satisfaisantesAtteint2.2.2. Choisir des produits de construction faciles entretenirFacilit dentretien des produits de constructionDispositions justifies et satisfaisantes (1)Atteint(1) Dans le cas o le choix des produits de construction impose la prsence de certains matriaux difficiles entretenir, il convient de justifier doublement la facilit d'accs ces lments.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 61/239 59. Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 2.22.2.1 Atteint NA2.2.2 Atteint NAB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 62/239 60. CHOIX DES PRODUITS DE CONSTRUCTION AFIN DE 2.3LIMITER LES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DE L'OUVRAGEIntroduction [C ] [ C] Le PNSE ([C] ) publi en juin 2004 est la feuille de route oprationnelle de la stratgie gouvernementale de rduction des impacts de l'environnement et des pollutions sur la sant humaine. Parmi ses 45 actions, on retrouve des engagements quant au renforcement de la connaissance des caractristiques environnementales et sanitaires des produits de construction. [C ] [ C] Une base de donnes sur ces caractristiques est oprationnelle depuis dcembre 2004 ([C] ) et est progressivement enrichie. Fin 2005, cette base de donnes comptait une cinquantaine de fiches de dclaration environnementale et sanitaire (FDES). Les produits de construction sont gnralement choisis au regard des critres classiques tels que leur aptitude l'usage, leur qualit technique, ou encore leur cot. Cette sous-cible sintresse un nouveau critre qui peut entrer en compte dans le choix des produits : leurs caractristiques environnementales. Ces caractristiques intrinsques des produits sont dtermines sur la base d'une analyse en cycle de vie. S'intresser aux produits de construction dans une dmarche environnementale de conception consiste donc d'une part connatre ces caractristiques intrinsques, mais galement ramener ces donnes l'chelle de l'ouvrage de faon pouvoir choisir les produits en cohrence avec la politique environnementale globale pour l'ouvrage. [A ] [ A] Selon la norme NF P01-010 ([A] ), la contribution des produits de construction aux impacts environnementaux dun ouvrage se dfinit travers dix indicateurs dimpact : - consommation de ressources nergtiques, - puisement des ressources, - consommation deau, - dchets solides, - changement climatique, - acidification atmosphrique, - pollution de lair, - pollution de leau, - destruction de la couche dozone stratosphrique, - formation dozone photochimique. Lapproche adopte dans le prsent rfrentiel s'oriente en priorit sur 3 indicateurs estims incontournables : - consommation de ressources nergtiques (contenu nergtique du btiment), - changement climatique (accroissement de leffet de serre), - acidification atmosphrique.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 63/239 61. Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul2.3.1. Connatre la contribution des produits de construction aux impacts environnementaux de louvrage2.3.2. Choisir les produits de construction pour limiter leur contribution aux impacts environnementaux de louvrageIndicateurs dimpact (selon la norme NF P01-010) lchelle de louvrageUtilisation des calculs faits au 2.3.1 pour aider au choix des produitsSi la cible 4 a t choisie comme TP : Pour les 3 familles de produits(1), connaissance des valeurs des impacts(2) : ressources nergtiques changement climatique Sinon : aucune exigence Pour les 6 familles de produits(1), connaissance des valeurs des impacts : ressources nergtiques changement climatique acidification atmosphrique Pour les 6 familles de produits(1), connaissance des valeurs des impacts : ressources nergtiques changement climatique acidification atmosphrique + a minima 2 autres impacts choisir Si la cible 4 a t choisie comme TP : Le choix des produits a pris en compte le critre environnemental, pour la famille de gros uvre tudie(3). Sinon : aucune exigence Diffrents scenarii de contribution des produits aux impacts de louvrage ont t tudis. Le choix des produits de construction a pris en compte le critre environnemental, a minima pour une famille du gros uvre et une famille du second uvre Diffrents scenarii de contribution des produits aux impacts de louvrage ont t tudis. Le choix des produits de construction a pris en compte de manire optimale le critre environnemental (4) pour 4 familles, dont au moins une du gros-uvre et une du seconduvre, les 2 autres pouvant tre choisies parmi les 4 autres familles tudies.NiveauBPTPBPTP(1) A minima pour 50% des lments de chaque famille. (2) La dmonstration que la dmarche de recherche de donnes auprs des industriels a bien t mene, mme si elle na pas donn de rsultats fructueux, sera considre comme donnant accs au niveau Base . (3) Le choix ne peut tre pertinent que sil y a des donnes comparer. Sinon, la proccupation nest pas applicable. (4) La justification de l'obtention de l'optimum peut induire la considration de facteurs technico-conomiques.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 64/239 62. NOTE (indicative) Principe de dtermination de la contribution des produits de construction aux impacts environnementaux de l'ouvrage 1. Choisir les familles de produits valuer (en fonction du niveau de performance vis) : pour le gros-uvre, choisir une famille de produits (niveau B) ou deux familles (niveaux P et TP) parmi les familles suivantes : - structure porteuse verticale : murs porteurs et poteaux - structure porteuse horizontale : dalles, poutres - faades lourdes non porteuses - fondations - charpente pour le second-uvre, choisir deux familles de produits (niveau B) ou quatre familles (niveaux P et TP) parmi les familles suivantes : - toiture (couverture, tanchit..) - cloisons de sparation / distribution - faades lgres et parements de faades - isolants thermiques - revtements de sol - autres revtements (mur, plafond) - faux-plafonds - menuiseries extrieures (fentre, vitrages, portes) Nota : pour linstant les quipements ne sont pas pris en compte dans cette sous-cible ; ils le seront dans les prochains millsimes dans la mesure o les caractristiques environnementales seront disponibles. 2. Lister tous les lments constitutifs des familles de gros uvre et de second uvre choisies. 3. Obtenir les caractristiques environnementales de 50% des produits de chaque famille choisie. [A] Le format dfini dans la norme NF P01-010 [A] est le plus pertinent pour fournir les informations [A] sur les caractristiques environnementales des produits de construction. Si une Fiche de Dclaration Environnementale et Sanitaire (FDES) dite individuelle (attache un produit prcisment identifi) existe, lutiliser en priorit. Sinon, utiliser les FDES dites collectives. Si les FDES ne sont pas disponibles, rechercher les donnes auprs des industriels. Les donnes environnementales non issues de fiches de dclaration conformes la norme doivent cependant tre caractrises par les industriels par rapport aux exigences de la norme (exemple : informations sur les tapes prises en compte pour la fourniture dune donne). Si cette recherche auprs des industriels savre infructueuse, utiliser dautres sources telles que les bases de donnes trangres, la bibliographie, etc. 4. Calculer la contribution des produits aux impacts environnementaux. Pour chaque impact environnemental : rappeler les familles de gros-uvre et de second-uvre choisies ; lister les 50% de produits analyss pour chaque famille en identifiant la nature de l'lment et de l'unit fonctionnelle. Pour chaque produit : partir des fiches de donnes, rappeler la valeur de l'indicateur par unit fonctionnelle la nature et l'origine de l'information (FDES, industriel, bibliographie, etc.) ; dterminer la quantit de produit dans l'ouvrage (en m, m3, kg, etc.) et la transformer en nombre d'unit fonctionnelle ; calculer la valeur de l'indicateur. dterminer la contribution de chaque famille l'impact environnemental en sommant les valeurs de l'indicateur de chaque produit. dterminer la contribution des produits de construction l'impact environnemental en sommant les contributions de chaque famille. Pour effectuer ce calcul, il est propos le tableau rcapitulatif ci-aprs :Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 65/239 63. Impact concern : .....................................Indicateur : .............................................Unit : ............................ Elment Famille NNature / TypeIndicateur UF (unit)Valeur par UFOrigineBtiment Contenu (m, m3, kg)Nombr eUFVALEUR INDICATEUR Valeur par UF x Nombre UFGROS UVRE1 Famille GO n12 Total Famille GO n1Famille GO n2 (niv.P et TP)1 2 Total Famille GO n2 1Famille SO n12SECOND OEUVRETotal Famille SO n1 1 Famille SO n22 Total Famille SO n2Famille SO n3 (niv.P et TP) Famille SO n4 (niv.P et TP)1 2 Total Famille SO n3 1 2 Total Famille SO n4 TOTALPrcisions ventuelles : ....................................................................................................................................... Nota : ne pas oublier dintgrer les remplacements ncessaires, compte tenu du rapport entre la dure de vie de chaque produit et la dure de vie souhaite pour le btiment.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 2.3B2.3.1 P TPB2.3.2 PTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 66/239 64. CHOIX DES PRODUITS DE CONSTRUCTION AFIN DE 2.4LIMITER LES IMPACTS SANITAIRESIntroduction Lors de la phase dexploitation du btiment, les produits de construction, de par leurs caractristiques intrinsques, sont la source de diffrents impacts sur la sant et sur le confort olfactif des occupants : missions de polluants chimiques, missions d'odeurs, caractre favorisant ou non la croissance fongique ou bactrienne, etc Ces impacts sont traits dans les diffrentes cibles concernes par le confort olfactif (11) et la sant (12 et 13). Dans le prsent millsime, cette sous-cible 2.4 se limite uniquement aux missions de COV et de formaldhyde, et concerne les produits de construction susceptibles dmettre ces polluants chimiques dans lair intrieur du btiment. Trois familles de produits ont t identifies (revtements intrieurs, isolants thermiques, matriaux acoustiques) mais sil savre que le projet en inclut dautres, il est ncessaire de les considrer pour le niveau Trs Performant .Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul2.4.1. Connatre l'impact sanitaire des produits de construction vis--vis de la qualit dair intrieurEmissions de COV et formaldhyde des produits de construction (1)Emissions de COV et formaldhyde connues pour 25% des lments de la famille suivante : revtements intrieurs (2) (sols, murs, plafonds) Emissions de COV et formaldhyde connues pour 50% des lments des familles suivantes : revtements intrieurs (2) (sols, murs, plafonds) isolants thermiques (hors isolation extrieure) matriaux acoustiques Prise en compte du critre sanitaire (missions de COV et formaldhyde) a minima dans le choix du produit pour l'lment le plus impactant de la famille des revtements intrieurs. (3)2.4.2. Choisir les produits de construction pour limiter les impacts sanitaires de louvragePrise en compte du critre sanitaire (du point de vue des missions de COV et formaldhyde) dans le choix des produitsPrise en compte optimale du critre sanitaire (missions de COV et formaldhyde) dans le choix de produits des familles suivantes : (4) revtements intrieurs (sols, murs, plafonds) isolants thermiques (hors isolation extrieure) matriaux acoustiquesRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007NiveauPTPPTPCible 2 67/239 65. (1) La connaissance des caractristiques sanitaires des produits de construction fait partie de l'exigence essentielle "Hygine, sant et environnement" de la Directive Produits de Construction (89/106/CEE). Les caractristiques sanitaires des produits devront tre prsentes accompagnes des mthodes et protocoles d'valuation pratiqus. Cette valuation des produits peut tre effectue en complment des procdures d'Avis technique par le CESAT (Comit Environnement-Sant de l'Avis Technique) et prochainement en complment des certifications de produits de construction. Plus prcisment, le protocole CESAT prend en compte 5 types de caractristiques sanitaires, values l'aide des normes et protocoles d'valuation europens disponibles : Emissions d'odeurs - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et NF X 43-103 ; Protocole europen ECA (rapport n18, 1997) Emissions chimiques (COV et formaldhyde) - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et ISO 16000 (parties 3 et 6) Aptitude favoriser la croissance fongique - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Aptitude favoriser la croissance bactrienne - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Emissions radioactives naturelles - Protocole europen Radiation Protection 112 (1999) Pour les missions de COV, les protocoles d'valuation ECA et AgBB sont recevables, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ces protocoles. Pour les missions de formaldhyde, le protocole ECA est recevable, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ce protocole. (2) Les revtements intrieurs incluent les produits de finition. (3) Cela ncessite de recueillir les caractristiques chimiques (COV et formaldhyde) a minima pour 2 produits (variantes) de l'lment le plus impactant, afin de choisir celui qui met le moins dans lair intrieur. Pour tre comparables, ces caractristiques devront tre bases sur le mme protocole d'essai. (4) Elments de rflexion pour la recherche de l'optimum : S'intresser aux 50% d'lments de chacune des 3 familles Recueillir les donnes dmissions chimiques (COV et formaldhyde) pour diffrents produits (pour l'lment le plus impactant de chaque famille) : a minima 2 produits par lment Choisir autant que possible les produits mettant le moins de polluants chimiques (pour chaque lment le plus impactant de chaque famille) Justifier les choix surtout lorsqu'il y a conflit d'intrt dans le choix des produits entre les caractristiques olfactives, chimiques, hyginiques, environnementales, etc.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 2.4B2.4.1 P TPB2.4.2 PTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 2 68/239 66. 3 CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 69/239 67. Les 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment ECO-CONSTRUCTION1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITEMAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8CONFORTGESTION DE L'ENERGIE7ECO-GESTION4CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 70/239 68. 3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALINTRODUCTION ______________________________ La vie d'un btiment est faonne par plusieurs chantiers : chantier de construction, de rnovation, d'adaptation et de dconstruction. Ces chantiers sont vecteurs de diverses sources de pollutions et de nuisances que le matre douvrage peut minimiser afin d'en rduire les impacts environnementaux. Pour que les mesures prises sur les diffrents impacts environnementaux du chantier (production de dchets, nuisances, pollutions, et consommations de ressources) soient prennes, le matre douvrage peut agir sur les rcepteurs : le personnel de chantier et les riverains (permanents ou occasionnels). L'exprience montre en effet que lorsque les diffrentes parties intresses subissant ces impacts sont impliques dans la phase chantier (en amont et en aval), les mesures sont plus efficaces, et le chantier est beaucoup mieux peru. Cependant, cette action relve de l'organisation gnrale du projet, et de la communication ralise par le matre d'ouvrage sur son projet. Aussi, ce point est-il trait dans le SMO (2.4 Communication).3.1.Optimisation de la gestion des dchets de chantier3.2.Rduction des nuisances, pollutions et consommations de ressources engendres par le chantierRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 71/239 69. 3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALEVALUATION DE LA CIBLE 3 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 3B3.1 PTPB3.2 PTPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 " Relation harmonieuse des btiments avec leur environnement immdiat" Cette cible est un complment de la proccupation d'impact du projet sur les riverains et l'environnement immdiat : elle s'intresse aux spcificits de la phase chantierCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Choix des quipements et procds faibles impacts environnementaux et sanitaires pendant la mise en uvreCible 4 "Gestion de l'nergie" Limiter les consommations nergtiques pendant la phase chantierCible 5 "Gestion de l'eau" Limiter les consommations d'eau pendant la phase chantierINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ 2.5 Communication Etablir une stratgie de communication bidirectionnelle envers les riverains et le personnel de chantier4. Capitalisation Capitalisation de l'exprience du chantier (analyse des retours de bordereaux dchets, analyse des plaintes de riverains et du personnel de chantier, etc.)Annexe A.4 - March de travaux Ce document doit comprendre obligatoirement la charte de chantier faible impact environnemental (ou le cahier des charges environnemental de lopration) laquelle les entreprises doivent se conformer.REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] FFB - Pour une meilleure prise en compte de lenvironnement dans la construction - Manuel [A] [A] dapplication des ralisateurs - Fdration Franaise du Btiment / Groupe GTM - Septembre 1999 [B] ADEME - Guide des dchets de chantier de btiment - Volumes 1 5 - Janvier 1998 [B] [B] [C] Guide ARENE/ADEME/FFB - Mieux grer les dchets de chantier de rhabilitation - 1999 [C] [C] [D] Recommandation nT2-2000 aux matres douvrage publics relative la gestion des dchets [D] [D] de chantier GPEM/TMP Adopte le 22/06/00 par la Commission centrale des marchsRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 72/239 70. CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL3[E] IFARE/DFIU-CSTB Dconstruction slective : Etude scientifique de la dconstruction slective [E] [E] d'un immeuble Mulhouse Fvrier 1998 [F] Loi 92-646 du 13/07/92 relative l'limination des dchets ainsi qu'aux installations classes [F] [F] pour la protection de l'environnementRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 73/239 71. 3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL3.1OPTIMISATION DE LA GESTION DES DECHETS DE CHANTIERIntroduction La gestion des dchets de btiment est un enjeu environnemental essentiel pour lavenir de la filire BTP. Les dchets de btiment, dont le tonnage est aussi important que celui des dchets mnagers, nchappent pas au renforcement de la rglementation en matire dlimination (stockage limit en juillet 2002 aux seuls dchets ultimes) et les orientations de la politique des dchets (lois de 1975 et 1992) insistent sur la prvention et la valorisation des dchets. Cependant, dans les plans dpartementaux et rgionaux dlimination des dchets, les dchets du btiment ont t peu souvent pris en compte. Aujourdhui, il devient donc urgent de trouver des solutions pour minimiser la production de ces dchets, pour dvelopper le tri, la collecte slective et les filires de valorisation. Pour optimiser la gestion des dchets de chantier, le matre d'ouvrage doit intervenir successivement deux tapes cls : La prparation technique : rduire les dchets la source (ou dans le cas de la dmolition pralable, optimiser le degr de dconstruction de faon avoir une valorisation optimale), faire des choix constructifs en consquence (procds et procdures de mise en uvre, etc.), quantifier les dchets, et anticiper l'organisation du tri (zones de stockage et de circulation, logistique interne, planning des rotations d'enlvement, etc.). La gestion du chantier : assurer le suivi de la qualit du tri, assurer la valorisation des dchets en relation avec les filires locales (notons que la valorisation des inertes est plus importante en dmolition qu'en construction neuve) et veiller la traabilit des dchets.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveauEn construction : 3.1.1. Optimiser la production de dchets de chantierDispositions prises pour rduire la production de dchets la source En dconstruction pralable :Dispositions justifies et satisfaisantes (1) (2)BDispositions prises pour optimiser le degr de dconstruction 5% minimum de dchets de chantier valoriss Dispositions justifies et satisfaisantes (5) % minimum de dchets valoriss (par rapport la masse totale des dchets gnrs) (4)10% minimum de dchets de chantier valoriss Dispositions justifies et satisfaisantes (5)P15% minimum de dchets de chantier valoriss Dispositions justifies et satisfaisantes (5)3.1.2. Valoriser au mieux les dchets en adquation avec les filires locales existantes (3)BTPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 74/239 72. 3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL100% pour les dchets rglements(6)3.1.3 Sassurer de la destination des dchetsTraabilit travers le % minimum de bordereaux de suivi rcuprs (6)100% pour les dchets rglements (7) 10% pour les dchets non rglements 100% pour les dchets rglements (7) 50% pour les dchets non rglementsBPTP(1) Exemples de dispositions limitant les dchets la source : Coordination modulaire Limiter les chutes grce un calepinage soign des blocs maonns, des sols souples et durs, des cloisons, doublages, etc. (mise en place dun plan de calepinage) Choisir des produits, procds et systmes gnrant moins de dchets lors de la mise en uvre Choisir des produits dont les emballages gnrent moins de dchets Limiter les chutes grce un plan de rservations soign Mettre en place des procdures pour limiter les casses Utiliser des outils formels (ex : outils informatiques de calepinage) Impliquer l'ensemble des acteurs qui contribuent collectivement l'efficacit de rduction des dchets la source (2) Exemples de dispositions optimisant le degr de dconstruction : Ralisation d'un "diagnostic dchets" transmis dans les documents d'appel d'offres ; Introduction d'informations contextuelles permettant de mieux dfinir la gestion du chantier (Programme) Ralisation d'un lot spcifique "dmolition" dans le CCTP ; Optimisation du degr de dconstruction au regard des informations contextuelles (Conception (3) Cette valorisation des dchets peut tre une valorisation nergie ou matire (sur site ou sur un autre chantier), mais il convient de privilgier la valorisation matire. La valorisation des dchets est une exigence lorsque les filires existent dans un rayon de 30 km. Une bonne gestion des dchets suppose la mise en place dun certain nombre de dispositions, illustres ci-dessous par des exemples : 1 Quantification des dchets de chantier par catgorie : Dchets Inertes (DI) : bton, briques, etc., Dchets Industriels Banals (DIB) : mtaux, verre, plastiques, etc., Dchets Dangereux (DD) : peintures solvants, amiante, etc. 2 Recherche des meilleures filires locales de valorisation : Identification des filires locales d'limination et de valorisation des dchets existantes (cf analyse du site) Information sur la nature et le cot d'limination Choix ce la filire la plus satisfaisante sur un plan environnemental et conomique, mais privilgier autant que possible la valorisation des solutions de type stockage ou incinration Effort de remploi ou de recyclage, notamment pour les dchets inertes (concassage et remploi en VRD), les emballages et certains DIB (mtal, verre et bois non traits) 3 Organiser le tri et le stockage des dchets sur le chantier : Le plan dinstallation de chantier doit notamment comprendre les lments suivants : aires de tri et aires de stockage des matriaux et des dchets, aires de circulation et de stationnement des vhicules chargs des livraisons et de lvacuation des dchets, clture de chantier, signaltique, etc. Ces lments peuvent sexprimer par un plan de gestion des dchets. Les dchets sont prfrentiellement tris par type, tout au long du chantier en fonction de ses contraintes et des potentialits des filires de valorisation locales telles que dfinies dans les plans de gestion dpartementale des dchets de chantier du btiment et des travaux publics [Circulaire du 15 fvrier 2000] ou dans les plans dpartementaux d'limination des dchets mnagers et assimils, ou dfaut de plan, les potentialits des filires locales disponibles des distances de lordre de 30 Km au maximum du chantier (distance ordinairement prise en compte dans les plans dpartementaux). Ils sont alors stocks dans des contenants appropris selon leur emplacement sur le chantier et le stade d'avancement des travaux (gros uvre ou second uvre). Des "big bag" ou des poubelles de couleurs diffrentes peuvent tre utiliss pour regrouper les diffrents types de dchets dans les tages. Afin de faciliter la valorisation, le matre douvrage veille, lorsque le site le permet, organiser le stockage des diffrents dchets sur une aire de regroupement o les dchets seront entreposs dans diffrents contenants en fonction de leur catgorie. Le reprage se fait, par exemple, grce des pictogrammes avec une signaltique simple (codes de couleur et reprsentation simplifie par type de dchet). Les niveaux de tri sont adapter selon les filires locales existantes (par exemple, Dchets Inertes, mtaux, bois, plastiques, papiers/cartons, Dchets Industriels Banals (DIB) en mlange, Dchets Dangereux (DD)). 4 Assurer la qualit du tri, de faon limiter le nombre de bennes refuses / dclassesRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 75/239 73. 3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL(4) Dans le cas de valorisation de terre excave in situ (remblais, merlon, etc.) ou de rutilisation du bton en remblais (dans le cas de la dconstruction pralable), ces pourcentages de valorisation doivent tre obtenus en excluant la terre et/ou le bton valoriss. (5) Les objectifs du prsent rfrentiel ne sont que des valeurs seuils qui permettent d'atteindre un certain niveau de performance. Dans tous les cas, le matre d'ouvrage s'attachera dpasser ces objectifs dans la limite de la faisabilit pour son projet (voir lments de la Note 3). C'est notamment le cas lorsque l'on est en situation de dconstruction pralable. (6) Taux de collecte des bordereaux, ceux-ci mentionnant la destination des dchets (7) Parmi les dchets rglements on compte les dchets suivants : amiante, DIS, emballages.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 3.1B3.1.1 P TPB3.1.2 PTPB3.1.3 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 76/239 74. 3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL3.2REDUCTION DES NUISANCES, POLLUTIONS ET CONSOMMATIONS DE RESSOURCES ENGENDREES PAR LE CHANTIERIntroduction Le matre d'ouvrage peut remdier aux diffrentes nuisances, pollutions et consommations de ressources engendres par le chantier en mettant en place diffrentes mesures. Les nuisances acoustiques proviennent : des matriels et quipements de chantier du trafic des modes opratoires adoptes ventuellement du comportement du personnel La pollution de l'air se manifeste par : des missions de poussires provenant : du trafic des engins par temps sec, du remplissage des silos ciment, du percement et de la dcoupe des matriaux, de chantiers non nettoys ; des mauvaises odeurs dues : aux vapeurs de carburants, au brlage des dchets (bien que cela soit interdit), aux matriaux et produits utiliss, aux sanitaires mal entretenus. Les nuisances visuelles sont gnres par : la dgradation des abords ; les salissures sur la voie publique ; la dgradation des cltures ; le dpt de dchets.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul3.2.1. Limiter les nuisances3.2.2. Limiter les pollutions3.2.3. Limiter les consommations de ressourcesDfinition et mise en place dune stratgie de moyens permettant de limiter les nuisances du chantier : nuisances acoustiques nuisances visuelles nuisances dues au trafic des vhicules nuisances dues la poussire, la boue, aux laitances de bton Dfinition et mise en place dune stratgie de moyens permettant de limiter les pollutions engendres par le chantier : pollution du sol et du sous-sol pollution de l'eau pollution de l'air (incluant odeurs) Dfinition et mise en place dune stratgie de moyens permettant de limiter les consommations de ressources engendres par le chantier : consommation d'eau consommation d'nergieEtatDispositions justifies et satisfaisantes (1)AtteintDispositions justifies et satisfaisantes (2)AtteintDispositions justifies et satisfaisantes (3)AtteintRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 77/239 75. 3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL(1) Exemples de dispositions pour limiter les nuisances : Les nuisances acoustiques tude acoustique pour identifier et caractriser les origines de bruits ayant un impact sur le personnel et les riverains et pour proposer toutes dispositions techniques et organisationnelles favorables matriel de chantier en conformit avec la rglementation et en bon tat positionnement du matriel en fonction des points sensibles environnants (si les contraintes du site le permettent) privilgier des techniques de mise en uvre limitant les nuisances acoustiques (exemple : les banches cls) grer le trafic utiliser des engins et du matriel insonoriss ainsi que des protections auditives planifier les tches pour minimiser leur impact sur le voisinage (horaires, dure, simultanit, ) implanter un systme de mesurage en continue des bruits du chantier afin d'informer les responsables du chantier (meilleur connaissance de l'impact de leurs oprations) et les riverains. Les nuisances visuelles palissades entretenues grillage autour de l'aire de stockage des dchets nettoyage quotidien des abords du chantier Les nuisances dues au trafic respecter les rglementations locales pour la circulation des vhicules rechercher des places de parking proximit du chantier grer les apports de matriels et les enlvements de dchets organiser la circulation sur la voie publique. (2) Exemples de dispositions pour limiter les pollutions : Pollution du sol, du sous-sol et de leau utilisation de produits moins toxiques (huiles de dcoffrage vgtales, etc.) tiquetage rglementaire des cuves, des fts, des bidons et des pots impermabilisation des zones de stockage qui sont bches et implantes dans une zone plane afin de rcuprer les eaux de ruissellement contrle et collecte des effluents : si possible, les effluents collects doivent ensuite tre dirigs vers des entreprises spcialises ou prtraits sur le site avant d'tre rejets dans le rseau d'eaux uses. mise en place daires de lavage des engins qui permettent de faire dcanter les eaux avant de les rejeter dans le rseau stockage des produits potentiellement polluants qui doivent tre identifis (leur volume est galement valu) Pollution de l'air arrosage des sols nettoyage journalier des voiries et du chantier interdiction stricte des brlages mise en place d'une zone de lavage des roues en sortie de chantier respecter les surfaces despaces verts existantes pendant toute la dure des travaux (3) Exemples de dispositions pour limiter les consommations de ressources : suivi des consommations d'eau et d'nergie pendant le chantier mise en place de systmes conomes (rcupration d'eau pluviale pour le nettoyage des camions par exemple)Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 3.23.2.1 Atteint NA3.2.2 Atteint NA3.2.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3 *P2 proccupations atteintes sur 3 *TP * Justifier le choix des proccupations en cohrence avec le contexte du projet (notamment l'analyse du site)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 3 78/239 76. 4 GESTION DE L'ENERGIERfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 79/239 77. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment 1RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALECO-GESTION4GESTION DE L'ENERGIEGESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8CONFORT5CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 80/239 78. 4GESTION DE L'ENERGIEINTRODUCTION ______________________________ Dans le secteur du btiment, la consommation moyenne annuelle d'nergie est proche de 400 kWh d'nergie primaire par m chauff. La contrainte de rduction des missions de CO2, mais galement la hausse inluctable du cot de l'nergie lie l'puisement progressif des ressources, ncessiteront de parvenir une consommation moyenne d'nergie primaire de l'ordre d'une centaine de kWh/m en 2050 pour l'ensemble des btiments en service, dont environ 50 kWh/m d'nergie primaire pour les usages de chauffage de locaux et de l'eau chaude sanitaire. En France, le btiment est le plus gros consommateur d'nergie parmi tous les secteurs conomiques, avec, en 2002, 70 millions de tonnes d'quivalent ptrole. Soit 43 % de l'nergie finale annuelle consomme et 1,1 tonne d'quivalent ptrole consomme annuellement par chacun d'entre nous. Cette nergie consomme entrane l'mission de 120 millions de tonnes de CO2 reprsentant 25 % des missions nationales et 32,7 millions de tonnes de carbone. Cette quantit est du mme ordre de grandeur que celle des dchets de chantiers de btiments ou des dchets des mnages. C'est aussi une demi-tonne de carbone mise dans l'atmosphre chaque anne par chacun d'entre nous. Toutes ces valeurs devront tre divises par quatre en 2050. [source : ADEME, Avril 2004] Le secteur tertiaire contribue tout particulirement cet enjeu sur les consommations nergtiques. En effet, en 2002, les btiments d'enseignement consommaient en moyenne 134 kWh/an.m d'nergie finale (dont 118 kWh pour le chauffage et l'ECS), et les immeubles de bureau 286 kWh/an.m d'nergie finale (dont 166 kWh pour le chauffage et l'ECS). [Source : ADEME Chiffres cls du Btiment 2004] Pour rpondre ces dfis environnementaux majeurs, des objectifs d'amlioration de la performance nergtique des btiments aussi bien neufs qu'existants ont t dfinis dans le Plan Climat 2004. En ce qui concerne la construction neuve, ce plan fixe les objectifs de la rglementation thermique 2005 : une amlioration de la performance d'au moins 15%, avec une perspective de progrs tous les 5 ans pour atteindre moins 40% en 2020. Cette cible 4 est la traduction oprationnelle des efforts faits par les matres d'ouvrage pour limiter les consommations d'nergie pendant la phase d'exploitation de l'ouvrage, et par l mme limiter l'puisement des ressources nergtiques non renouvelables et les missions de polluants atmosphriques et de dchets radioactifs. Pour ce faire, l'approche consiste : - rflchir avant toute chose aux lments d'architecture bioclimatique de faon rduire la demande nergtique,-puis de travailler sur les systmes et les choix d'nergies pour optimiser les consommations et rduire les pollutions.4.1.Rduction de la demande nergtique par la conception architecturale4.2.Rduction de la consommation d'nergie primaire et des pollutions associesNOTA Le contenu nergtique des matriaux et produits (l'nergie ncessaire leur fabrication, etc) est abord dans la cible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction".Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 81/239 79. 4GESTION DE L'ENERGIEEVALUATION DE LA CIBLE 4 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 4B4.1 PTPB4.2 PTPB P TP IMPORTANT Pour les btiments ou parties de btiments ayant l'obligation de respecter la Rglementation Thermique en vigueur, cette cible 4 doit obligatoirement tre atteinte un niveau Performant ou Trs Performant. Dans les autres cas, on pourra se contenter de l'atteinte du niveau Base.INTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Utilisation des atouts climatiques du site (orientations, etc), faisabilit du recours des nergies renouvelables locales, etc.Cible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Performances nergtiques des produits ;Cible 7 "Maintenance Prennit des performances environnementales" Les dispositions prises en matire de gestion de l'nergie conditionnent le niveau de complexit des quipements mettre en uvre pour assurer le suivi de cette gestion et la prennit des performances ;Cible 8 "Confort hygrothermique" Rpercussions des choix faits pour assurer le confort des usagers sur les consommations nergtiques ;Cible 10 "Confort visuel" Rpercussions des choix faits pour assurer le confort des usagers sur les consommations nergtiques ;Cible 11 "Confort olfactif" Rpercussions nergtiques de lefficacit de la ventilation pour assurer le confort olfactif;Cible 13 "Qualit sanitaire de lair" Rpercussions nergtiques de lefficacit de la ventilation pour assurer la qualit dair intrieur.INTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Analyse du site (Annexe A, A.1) Cette analyse permet l'tat des lieux du site et d'en dduire les atouts et contraintes pour les performances nergtiques : identification du climat (soleil, vent, pluie, etc.), de l'environnement bti (crant potentiellement des masques), des ressources nergtiquesRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 82/239 80. GESTION DE L'ENERGIE4locales ( la base de la ralisation d'une tude de faisabilit sur le recours des nergies renouvelables), etc.REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] RT 2005 - Dcret n2006-592 du 24 mai 2006 relatif aux caractristiques thermiques et la [A] [A] performance nergtique des constructions Journal Officiel du 25 mai 2006 http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SOCU0610624D# [B] RT 2005 Arrt du 24 mai 2006 relatif aux caractristiques thermiques des btiments [B] [B] nouveaux et des parties nouvelles de btiments - J.O du 25 mai 2006 http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SOCU0610625A [C] RT 2005 Projet d'arrt portant approbation de la mthode de calcul Th-C-E ; Mthode Th-C[C] [C] E ; Moteur de calcul Juillet 2006-07-31 http://www.rt2000.net - rubrique "Actualits" [D] AFNOR - Norme NF P01-020-1 "Qualit environnementale des btiments - Partie 1 : Cadre [D] [D] mthodologique pour la description et la caractrisation des performances environnementales et sanitaires des btiments" Mars 2005 [E] ADEME - Qualit environnementale des btiments ; Manuel l'usage de la matrise d'ouvrage [E] [E] et des acteurs du btiment - Avril 2002 [F] ADEME - Bilan Carbone d'une entreprise industrielle ou tertiaire ; Guide mthodologique de la [F] [F] mthode (version 3.0) : objectifs, rsultats exploitables, choix mthodologiques - Avril 2005 [G] ADEME - Bilan Carbone ; Calcul des facteurs d'missions et sources bibliographiques utilises [ G] [ G] (version 3.0) - Avril 2005 [H] AFNOR - FD P01-015 "Qualit environnementale des produits de construction Fascicule de [H] [H] donnes nergie et transport " Fvrier 2006Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 83/239 81. 4GESTION DE L'ENERGIE4.1REDUCTION DE LA DEMANDE ENERGETIQUE PAR LA CONCEPTION ARCHITECTURALEIntroduction La bonne conception de l'enveloppe et de la structure du btiment contribue rduire les besoins en nergie du btiment, principalement pour le chauffage, le refroidissement et l'clairage. Les efforts faits sur lenveloppe sont importants valuer en tant que tels, car prennes (plusieurs dizaines dannes pour la plupart). De plus, l'aptitude de l'enveloppe et de la structure du btiment rduire les besoins en nergie peut s'valuer en phase amont de conception, une fois le parti architectural choisi (volumtrie, compacit, taille et orientation des baies, type de protections solaires, choix constructifs et inertie thermique). L'utilisation future du btiment et le climat local sont deux paramtres conditionnant l'importance plus ou moins grande que l'on accordera l'un ou l'autre des postes nergtiques (en btiment de bureaux par exemple, les apports internes suffisent bien souvent couvrir les besoins en chauffage). La difficult de l'approche passive rside dans les choix souvent contradictoires entre limitation des consommations nergtiques et conservation des conditions de confort pour les occupants en toute saison. Ainsi une attention particulire doit tre porte sur les interactions avec la cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat", la cible 8 "Confort hygrothermique" et la cible 10 " Confort visuel".Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 4.1.1. Amliorer l'aptitude Coefficient Ubat calcul selon la de l'enveloppe limiter Rglementation Thermique en les dperditions vigueur (W/m2.K)4.1.2. Amliorer laptitude du btiment rduire ses besoins nergtiques, en t comme en hiverBesoins nergtiques du btiment Parti architectural (emplacement, taille, orientation et aspect gnral du btiment)Expression de la valeur absolue du coefficient UbatNiveauPUbt < Ubt-base (1) Expression de la valeur absolue des besoins nergtiques totaux, et des besoins par poste (Bchauffage, Bfroid, Bclairage) Justification de l'optimisation du parti architectural en fonction du contexte et des objectifs environnementaux du matre d'ouvrage (2) (3)P(1) Le rfrentiel 2005 comprenait comme exigence Ubat < Ubatrf. Compte tenu du renforcement de la Rglementation Thermique, et au regard du peu de retour de terrain quant la faisabilit de cette exigence sur la base de cette nouvelle Rglementation, le choix a t fait de remplacer le Ubatref par le Ubt-base. Cet indicateur est calcul selon la formule de [B] l'article 16 de l'Arrt du 24 mai 2006 [B] , mais sans prise en compte des valeurs de rfrence des surfaces de baies [B] dfinies l'article 12. Les surfaces des baies, des paris opaques et les linaires de liaison sont donc celles du projet. Cette souplesse accorde sur le Ubt doit tre accompagne d'une vigilance particulire pour les projets fortement vitres. En effet, des choix de surfaces de parois peuvent permettre de satisfaire l'exigence sur le Ubt, mais peut-tre pas celle sur le C (cf sous-cible 4.2). (2) Cette justification devra tre base :Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 84/239 82. GESTION DE L'ENERGIE4D'une part sur l'optimisation du parti architectural en fonction du contexte et des objectifs environnementaux pour l'opration. La prise en compte du contexte vise s'intresser aux apports et aux masques, aux vues, aux donnes mto, etc. Les objectifs environnementaux de l'opration sont issus des objectifs propres du matre d'ouvrage, des objectifs lis la nature du projet, mais aussi des attentes des parties prenantes et des parties intresses. D'autre part sur une rflexion entre dperditions et besoins. La justification doit intgrer une rflexion faade par faade sur le plan nergtique tout en tant vigilent aux impacts des choix sur le confort en t comme en hiver. En effet, des efforts pour les conomies d'nergie ne doivent pas aller l'encontre du confort pour les occupants. (3) Exemples de dispositions passives limitant les besoins de chauffage : dimensionnement et orientation des parties vitres de faon profiter des apports solaires en hiver murs capteurs parties semi-enterres protection contre les vents froids dominants solutions passives de prchauffage de lair neuf autres solutions solaires passives solutions architecturales permettant de rcuprer aux mieux les apports internes Exemples de dispositions passives limitant les besoins de rafraichissement : forte isolation des parois et en particulier des toitures inertie thermique forte, notamment au niveau des planchers et refends, en limitant les doublages ou parements intrieurs venant masquer cette inertie (faux-plafond par ex.) isolation thermique extrieure protections solaires efficaces (extrieures et mobiles, voire automatises) y compris dans les atriums et circulations protections solaires de type casquette au sud, fixes ou non viter parois vitres louest exposes au bruit couleur claire pour les faades exposes au soleil et pour la toiture ventilation utilisant de lair rafrachi de faon passive (puits canadien par ex.) emplacement des prises dair neuf dans les espaces extrieurs les plus frais toiture ventile autres solutions passives de ventilation (passage de lair entre deux dalles ou lintrieur dune dalle, surventilation nocturne, ventilation traversante, exploitation des vents dominants, circulation dair inverse par rapport lhiver vis-vis de certains espaces tampons) toiture vgtalise, crans vgtaux en faade exploitation de linertie du sol, de la pente du terrain, de la vgtation et de leau ventuellement prsentes sur le site Exemples de dispositions passives limitant les besoins d'clairage artificiel : clairage naturel abondant dans les locaux de travail et les circulations, assurant un taux lev de couverture des besoins dclairage par lclairage naturel exploitation de lorientation nord emploi de couleurs claires pour les revtements intrieurs travail particulier des fonds de pice puits de lumire, clairage znithal, en veillant limiter le rayonnement direct second jour pour les pices profondes utilisation dtagres lumire permettant daugmenter lclairement naturel en fond de pice vitrage des parties hautes des faades lumire naturelle dans les ascenseurs protection contre lblouissement extrieur ou le rayonnement solaire direct perturbant le moins possible lclairement naturel (protections solaires modulables par ex.)Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 4.1B4.1.1 P TPB4.1.2 PTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 85/239 83. 4GESTION DE L'ENERGIE4.2REDUCTION DE LA CONSOMMATION D'ENERGIE PRIMAIRE ET DES POLLUTIONS ASSOCIEESIntroduction CONSOMMATION D'ENERGIE PRIMAIRE La consommation d'nergie d'un ouvrage est exprime en nergie primaire. Cela permet de reflter le prlvement de ressources nergtiques (principalement des combustibles non renouvelables), que la production d'nergie ait lieu localement ou distance (cas de l'lectricit de rseau). Outre le travail sur la conception architecturale (sous-cible 4.1), il est possible de limiter l'impact d'un ouvrage sur l'puisement des ressources nergtiques et les missions de polluants atmosphriques en travaillant sur les produits et systmes. Ce travail intervient dans les phases relativement avances de la conception, car il requiert des simulations ncessitant des donnes prcises sur les composantes du projet. [B ] [ B] Conformment la RT2005 ([B] Art. 34), les coefficients de transformation en nergie primaire sont pris gaux : 2,58 pour les consommations et les productions d'lectricit ; 1 pour les autres consommations.RECOURS AUX ENERGIES RENOUVELABLES LOCALES Le recours aux nergies renouvelables de tout type se mesure indirectement via les consommations qui viennent en dduction dans le calcul de la consommation d'nergie primaire non renouvelable. Cependant, le rfrentiel attire l'attention sur le choix de la filire nergtique choisie, et valorise les oprations pour lesquelles le recours aux nergies renouvelables locales constitue un vritable choix raisonn et cohrent.POLLUTIONS ASSOCIEES AUX CONSOMMATIONS ENERGETIQUES Les problmatiques des pollutions lies aux consommations nergtiques du btiment sont trop diffrentes pour que l'on puisse dfinir un indicateur global pour l'ensemble des pollutions mises. Il convient de distinguer les enjeux suivants : combattre le changement climatique ; limiter les pluies acides ; limiter la production de dchets radioactifs. Changement climatique Plusieurs gaz contribuent au phnomne d'effet de serre : gaz carbonique (CO2), mthane (CH4), oxyde nitreux (N2O), etc. L'impact de ces gaz sur le climat se mesure via le pouvoir de rchauffement global (PRG, connu galement sous le nom anglais de GWP pour Global Warming Potential) spcifique chaque gaz. Plus ce PRG est lev, plus l'impact du gaz est important. Par convention, le gaz de rfrence est le CO2 : on parle alors d'un indicateur de quantit de gaz effet de serre exprim en "quivalent CO2". Dans le secteur du btiment, les missions de gaz effet de serre proviennent des consommations nergtiques d'origine fossile, que ces missions soient locales ou distance (cas de l'lectricit de rseau dont la production met en uvre des nergies fossiles). Les facteurs d'mission de gaz "quivalent CO2" des principales filires nergtiques proposs dans le prsent rfrentiel sont issus de la mthode Bilan Carbone de [F] lADEME [F] . [F]Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 86/239 84. 4GESTION DE L'ENERGIEFacteurs dmissions des combustibles en quivalent CO2kg eq CO2 /kWh d'nergie finaleCharbon Fioul lourd Fioul domestique Gaz naturel Bois Electricit0,384 0,322 0,300 0,234 0 0,084 chauffage clairage climatisation autresCPCU0,180 0,080 0,037 0,052 0,153Pluies acides L'indicateur retenu traduit lmission annuelle de SO2 quivalent rejet, et sexprime en kg SO2eq/Unit fonctionnelle. Dans le prsent millsime, on considre uniquement les polluants gazeux suivants: SO2 et NOx, que l'on agrge dans un indicateur AP ou potentiel d'acidification qui s'exprime en SO2 quivalent. Pour lagrgation, les coefficients de pondration utiliser sont les suivants : 1 pour les missions de SO2 et 0,7 pour les missions de NOx. Les facteurs d'missions [D] indiqus dans le tableau suivant sont, sauf mention contraire, extraits du guide de lADEME [D] : [D] SO2 g/kWh NOx g/kWh (kWh AP g/kWh(kWh (kWh dnergie dnergie finale) dnergie finale) finale) Charbon 2,58 0,95 3,25 Fioul lourd 0,52 (2) 0,52 0,88 Fioul domestique 0,30 0,15 0,41 Gaz naturel 0,17 0,12 Bois 0,32 0,22 Electricit (anne) (3) 0,32 (4) 0,27 (4) 0,51 Electricit (marginal hiver) (3) 2,2 0,92 2,84 Electricit (usage moyen chauffage) (3) 0,89 0,47 1,22 (5) (1) Ce sont des valeurs par dfaut. Dautres valeurs peuvent tre utilises, moyennant justification. (2) Il sagit dun taux dmission moyen, celui-ci variant avec la teneur en soufre du combustible. (3) La valeur Electricit (anne) est utiliser pour les usages ayant lieu pendant toute lanne ou en t, la valeur Electricit (usage moyen chauffage) est utiliser pour les usages concentrs sur la priode de chauffage, la valeur Electricit (marginal hiver) est prsente titre informatif et nintervient pas dans les calculs. (4) Source : EDF (5) Source : TRIBU Facteurs dmissions des combustibles en SO2 et NOx (1)Les missions acidifiantes sont conditionnes non seulement par le choix du combustible, mais aussi par le choix du brleur et du mode de gestion de la chaudire. Par exemple, le fait davoir des chaudires quipes de brleurs bas-NOx et/ou modulants est valoriser ce niveau. Dchets radioactifs L'indicateur retenu traduit la masse de dchets radioactifs gnrs annuellement par lutilisation de llectricit du rseau (en additionnant la masse des 2 types de dchets mentionns), ensuite rapport l'unit fonctionnelle. Les facteurs de conversion retenus sont, comme les prcdents, issus du guide de lADEME [D] et sexpriment en masse (g) : g/kWh (kWh lectrique final) Dchets nuclaires faibles et moyens 0,05 Dchets nuclaires forts et trs forts 0,01 (1) Ce sont des valeurs par dfaut. Dautres valeurs peuvent tre utilises, moyennant justification. Dchets radioactifs(1)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 87/239 85. 4GESTION DE L'ENERGIETableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul Expression de la valeur absolue du coefficient Cep (kWh-ep/an et kWh-ep/an.mSHON (1)) et dtail par poste nergtique (chauffage ; refroidissement ; clairage ; ECS ; ventilation ; auxiliaires) 4.2.1. Rduire la consommation dnergie primaire due au chauffage, au refroidissement, l'clairage, lECS, la ventilation, et aux auxiliaires de fonctionnementCep Cepref Coefficient de consommation conventionnelle dnergie primaire Cep : exprim en kWh/an.mSHON calcul selon la rglementation [A ] [ A] thermique en vigueur ([A] et [B] ) [B] [B]Expression de la valeur absolue du coefficient Cep (kWh-ep/an et kWh-ep/an.mSHON(1)) et dtail par poste nergtique (chauffage ; refroidissement ; clairage ; ECS ; ventilation ; auxiliaires) Cep 0,90 CeprefCep 0,80 Cepref4.2.2. Limiter les pollutions gnres par la consommation d'nergied'quivalent CO2 gnres par l'utilisation de l'nergie d'quivalent SO2 gnres par l'utilisation de l'nergie de dchets radioactifs (gnres par lutilisation de llectricit du rseau)4.2.3. Utiliser des nergies renouvelables localesExploitation de filires nergtiques locales d'origine renouvelable (4)B(2)P(2)Expression de la valeur absolue du coefficient Cep (kWh-ep/an et kWh-ep/an.mSHON(1)) et dtail par poste nergtique (chauffage ; refroidissement ; clairage ; ECS ; ventilation ; auxiliaires)Quantits :NiveauTP(2)Calcul des quantits des 3 polluants (eq-CO2, eq-SO2, dchets radioactifs) gnres pour diffrentes variantes nergtiques (3) Justification que le choix nergtique correspond au meilleur compromis au regard de ces missions de polluants et des objectifs environnementaux du matre douvrage.Expression du pourcentage de couverture des besoins par des nergies locales d'origine renouvelable (dtaill par poste nergtique).PTPJustification de la pertinence de la filire (5)(1) La SHON considrer est la SHON de l'ensemble des zones soumises la Rglementation Thermique en vigueur. Les surfaces des parties non chauffes sont donc exclues. (2) Fournir une note de calcul justificative (3) Units de calcul : Equivalent CO2 : kg-eq CO2/an.mSHON Equivalent SO2 : g-eq SO2/an.mSHON Dchets radioactifs : g dchets/an.mSHON Compte-tenu de l'volution de la Rglementation Thermique, le prsent Rfrentiel ne comprend pas d'exigence sur la quantit de CO2 mis. Cependant, lorsque le retour d'exprience sera suffisant, un seuil sera nouveau introduit sur cet indicateur.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 88/239 86. GESTION DE L'ENERGIE4(4) Par filire nergtique locale d'origine renouvelable, est notamment entendu : les panneaux solaires thermiques (pour l'eau chaude sanitaire et/ou le chauffage) les panneaux solaires photovoltaques (pour la production d'lectricit utilise sur l'opration) le raccordement un chauffage urbain (ds lors que ce dernier a pour origine une part significative dnergies renouvelables ; les dchets mnagers tant assimils une nergie renouvelable) le bois, lorsque cette ressource est disponible localement etc. Les quipements performants utilisant pour partie des ENR locales permettant de diminuer la demande nergtique traditionnelle, ils peuvent tre assimils des filires nergtiques locales d'origine renouvelable. C'est le cas par exemple des pompes chaleur d'un COP moyen annuel suprieur 3 (PAC air/air exclues). (5) L'analyse de la filire est ralise partir des lments de l'tude faisabilit ralise au moment de l'analyse du site (cf annexe A, A.1 du SMO). La pertinence de la filire s'apprcie en s'interrogeant notamment sur : Le pourcentage de couverture des besoins : en dessous d'un certain pourcentage (30% ?), il convient de se demander s'il ne vaudrait mieux pas investir sur un autre poste ou une autre filire. Le poste pour lequel la filire est utilise : y a-t-il une pertinence entre la solution mise en uvre et l'enjeu environnemental du poste (par rapport la nature de l'ouvrage et au contexte du projet). Par exemple, on peut s'interroger sur la pertinence de panneaux solaires thermiques pour l'ECS dans un immeuble de bureaux, alors que les consommations d'eau chaude (hors restaurant d'entreprise) sont faibles, et que l'enjeu environnemental n'est peut tre pas l. L'efficacit des quipements. Par exemple, une chaufferie bois n'est vraiment intressante que si elle prsente un bon rendement. L'impact environnemental global de la solution nergtique. Par exemple, les bnfices environnementaux a priori d'une chaufferie bois peuvent tre limits si l'on considre les impacts de l'approvisionnement en bois local (vhicules polluants). Le temps de retour sur investissement. Le matre d'ouvrage pourra se fixer un temps de retour maximal acceptable (10 ou 15 ans par exemple) au regard du cot global de l'ensemble du projet. Sil savre quaucune filire locale dnergie renouvelable n'est pertinente, produire une note justifiant qu'une analyse des filires a t effectue suivant les diffrents critres du matre d'ouvrage (techniques, environnementaux, conomiques et administratifs), et a conclu au manque de pertinence du recours l'une ou l'autre de ces filires.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 4.2B4.2.1 P TPB4.2.2 PTPB4.2.3 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 89/239 87. 4GESTION DE L'ENERGIERfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 4 90/239 88. 5GESTION DE L'EAU5 GESTION DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 91/239 89. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL4ECO-GESTION1GESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAUGESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8CONFORT6CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 92/239 90. GESTION DE L'EAU5INTRODUCTION ______________________________ Vritable enjeu environnemental de socit, la gestion de leau vise limiter lpuisement de la ressource naturelle, les pollutions potentielles et les risques dinondation. Grer leau sur une opration de construction environnementale vise sintresser aux aspects suivants : alimentation en eau potable, gestion des eaux pluviales la parcelle, vacuation des eaux uses. Lenjeu environnemental associ lalimentation en eau potable est lconomie deau, ce qui ncessite de travailler : lexploitation rationnelle des ressources disponibles, loptimisation de la quantit deau consomme pour les diffrents usages.La gestion des eaux pluviales la parcelle permet d'avoir une action l'chelle micro-urbaine visant limiter le ruissellement des eaux afin de prvenir le risque d'inondation dans les zones sensibles et limiter la pollution diffuse. Cette problmatique est galement traite dans la cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat". En terme dassainissement des eaux uses issues dune lopration, deux cas de figure se prsentent : soit le projet est raccordable au rseau public auquel cas la proccupation assainissement vise exclusivement sassurer des ventuels pr-traitement ncessaires avant rejet, soit le projet doit avoir recours lassainissement individuel. Dans ce dernier cas, la seule exigence rglementaire est larrt du 6 mai 1996 : elle impose seulement deux normes de rejets (MES = 30 mg/L, et DBO5 = 40 mg/L). La performance dun projet quant lassainissement autonome peut alors viser mettre en uvre des solutions permettant datteindre le zro rejet. Dautre part, les rflexions mener sur la question de lassainissement doivent prendre en compte les choix faits en terme doptimisation de la quantit deau consomme pour les diffrents usages. En effet, rduire les volumes consomms entrane que lassainissement devra faire face une mme pollution mais plus concentre. Aussi, loptimisation de lassainissement est une problmatique importante, y compris dans les btiments tertiaires. Cependant, par manque de critres concrets pour valuer cet enjeu, lassainissement nest pas abord dans le Millsime 2004 du rfrentiel de la QEB.5.1.Rduction de la consommation d'eau potable5.2.Optimisation de la gestion des eaux pluvialesRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 93/239 91. 5GESTION DE L'EAUEVALUATION DE LA CIBLE 5 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 5B5.1 PTPB5.2 PTPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Gestion des eaux pluviales la parcelle, rduction de limpermabilisation des surfacesCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Choix des quipements conomes en eau dont les caractristiques sont vrifies (certification / avis technique)Cible 7 "Maintenance Prennit des performances" Besoin d'quipements pour suivre et grer les consommations d'eau, ainsi que pour limiter le gaspillage et les fuites ; l'activit de nettoyage et d'entretien est galement un poste consommateur d'eauCible 14 "Qualit sanitaire de l'eau" Risque sanitaire li la prsence d'un rseau de rcupration d'eau pluvialeINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.7 - Carnet de vie du btiment Transmission aux futurs usagers de toutes les informations ncessaires la bonne utilisation des quipements hydro-conomes mis en uvre, et aux prcautions prendre en cas de prsence de double rseau.REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Claude Franois, Bruno Hilaire Guide pour les conomies d'eau Cahier du CSTB n3361, [A] [A] livraison 422 Septembre 2001 32 pages [B] Lieutenant-Colonel AITHOCINE et Assistant LE PODER Assainissement : Conception Ecole [B] [B] Suprieure de Gnie Militaire 1994 [C] Savoir grer les eaux de ruissellement Une introduction aux principes de gestion des eaux [C] [C] pluviales - http://www.ene.gov.on.ca/cons/4328-fr.htm [D] Direction Gnrale de la Sant Position sanitaire relative l'utilisation des eaux de pluie pour [D] [D] des usages domestiques 2 Mars 2006Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 94/239 92. GESTION DE L'EAU5.15REDUCTION DE LA CONSOMMATION D'EAU POTABLEIntroduction L'eau potable peut tre conomise en agissant quatre chelles : Limiter le recours l'eau potable pour les usages autres que "alimentaire" et "hygine [D] corporelle" tels que dfinis dans la position de la DGS [D] . [D] Pour les usages de type "autres" dans les btiments d'enseignement et les immeubles de bureaux, il est alors envisageable davoir recours des eaux ne provenant pas d'un rseau de distribution d'eau potable. Une des solutions les plus pratiques est le recours la rcupration des eaux pluviales. Cette solution a pour double avantage de contribuer lconomie deau potable et lhydrologie urbaine locale (via la gestion de la rtention). Ce recours des eaux non potable (eaux de pluie notamment) doit cependant respecter les conditions minimales suivantes : Dispositions minimales en rseau extrieur au btiment : - Installations de collecte et d'utilisation de l'eau de pluie disjointes de l'installation d'adduction d'eau et des btiments d'habitation. - Installations de collecte et d'utilisation de l'eau de pluie respectant des rgles techniques par rapport au risque d'accident (noyade) et au risque sanitaire : privilgier les matriaux inertes, dispositif d'vacuation Dispositions minimales en double rseau intrieur : - Sparation et distinction des rseaux - Inviolabilit des installations d'eau non potable - Disconnexion totale entre l'installation d'eau pluviale et le rseau d'eau potable si l'alimentation d'appoint est assure par le rseau d'eau potable (cf norme EN 1717) - A l'intrieur des btiments, les points d'usage d'eau pluviale autres que l'alimentation des WC devront tre placs dans des locaux techniques. Ils seront strictement diffrencis et no utilisables par une personne non habilite. - L'entretien des installations doit tre contrl par un tiers agre. - Information, traabilit et analyses de surveillance. NOTA : Cette vigilance quant au risque sanitaire li la prsence d'un double rseau est aborde dans la cible 14 "Qualit sanitaire de l'eau", notamment dans la sous-cible 14.2 "Organisation et protection des rseaux". Notons d'autre part que dans le cas de double rseau en interne du btiment, une drogation de la DDASS est ncessaire.Mettre en uvre des dispositifs hydro-conomes adapts au mode de vie et aux motivations des usagers du btiment : ces dispositifs visent diminuer les volumes d'eau utiliss pour un usage donn. Sensibiliser les usagers aux pratiques conomes : ces actions de sensibilisation permettent d'une part d'influer sur les frquences d'utilisation des diffrents usages, mais elles sont aussi le garant de la bonne utilisation des dispositifs hydro-conomes mis en uvre. En conception, le matre d'ouvrage ne dispose cependant pas d'une grande marge de manuvre et ces actions de sensibilisation relvent plus spcifiquement du management du projet, et notamment de la transmission de recommandations pour le gestionnaire. Ce point est trait dans le rfrentiel du SMO (Annexe A.7) Suivre les consommations d'eau afin de limiter les gaspillages et les fuites. Le matre d'ouvrage peut influencer sur cet enjeu en mettant en place les moyens et quipements qui permettront d'assurer ce suivi en phase exploitation. Ce point est trait dans la cible 7 "Maintenance - Prennit des performances environnementales".Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 95/239 93. 5GESTION DE L'EAUTableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 5.1.1. Limiter les dbits de soutirageRducteurs de pression (si pression suprieure 3 bars)NiveauSolutions hydro-conomes5.1.3. Limiter le recours l'eau potableDispositions prises pour limiter le recours l'eau potableBMise en uvre de systmes hydro-conomes (1)5.1.2. Optimiser les consommations d'eau potableMise en place de rducteurs de pression (si P > 3 bars)PMise en uvre de systmes hydro-conomes assurant un pourcentage d'conomie d'eau potable justifi (2) Recours une eau non potable pour les usages ne ncessitant pas des caractristiques de potabilit (3) (4)TPTP(1) Dispositions prendre : Identification des activits consommatrices d'eau potable (incluant l'activit d'entretien/maintenance) Identification des postes et des quipements consommateurs d'eau potable Mise en uvre de systmes hydro-conomes sur certains quipements Voir la note 1 (indicative) en page ci-aprs pour des exemples de systmes hydro-conomes. (2) Dispositions prendre : Il s'agit ici de dmarrer la rflexion sur l'eau potable en partant sur un projet classique tel que le mnerait le matre d'ouvrage s'il ne se souciait pas particulirement de l'conomie d'eau : Identifier les activits consommatrices d'eau potable (incluant l'activit d'entretien/maintenance) Identifier les postes et des quipements consommateurs d'eau potable Calculer la consommation annuelle de chaque quipement ( partir de retour d'exprience ou de ratios bibliographiques : fournir les sources des donnes) Calculer la consommation annuelle totale Analyser les consommations annuelles de chaque poste et quipement en vue d'identifier les lments sur lesquels l'enjeu de rduction des consommations d'eau est important, et sur lesquels il est possible d'avoir le plus de marge d'intervention. Pour diffrents quipements, choisir des solutions hydro-conomes adaptes (incluant le recours l'eau non potable) pour diminuer les volumes d'eau consomms par usage, et dfinir le pourcentage d'conomie ralis par quipement ( justifier, par de la documentation technique d'quipement notamment) Calculer la consommation annuelle totale aprs rflexion sur l'conomie d'eau potable (3) Dans le cas o le projet n'a pas recours de l'eau non potable pour les usages de type "autres", le niveau TP peut malgr tout tre atteint si le matre d'ouvrage : a/ Justifie l'un des lments suivants : - Rapport cot/bnfice peu intressant (condition voque dans la position de la DGS) - Risque sanitaire trop important au regard de la comptence du service technique qui interviendra sur le rseau d'eau en phase d'exploitation (condition voque dans la position de la DGS) - Limite technique (par exemple une faible pluviomtrie, ou d'une rpartition pluviomtrique peu favorable pour les usages couverts par l'eau pluviale) - Limite du projet (par exemple des surfaces de collecte des eaux pluviales insuffisantes pour assurer la couverture envisage) - Restriction administrative (avis de la DDASS dfavorable ou accord avec des rserves trs contraignantes) b/ Dmontre : que le non recours de l'eau non potable a t "compens" par des efforts plus importants sur les autres solutions visant l'conomie de la ressource naturelle "eau". (4) Ce point fera lobjet dun point de vigilance et sera rgulirement examin par le Certiva et par le Comit dapplication de la marque de certification.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 96/239 94. 5GESTION DE L'EAUNOTE 1 (indicative) : Exemples de solutions hydro-conomes USAGESOLUTION HYDRO-ECONOME Volumes de rservoirs infrieurs 7 litres et chasse double commande (ou interrompable)ToilettesRcupration d'eau pluviale Robinet fermeture temporiseLavabosRobinet dtection de prsence Mitigeur avec bute "limiteuse" de dbitDouchesMitigeur avec bute "limiteuse" de dbitArrosage des espaces verts et nettoyage des parties communesRcupration d'eau pluviale (en fonction de l'importance des espaces verts)NOTE 2 (indicative) : Exemples de consommations d'eau Enseignement Valeurs estimes partir du suivi de 70 tablissements d'enseignement : - Les tablissements sans internat, quils soient denseignement gnral, technique, professionnel, etc, ont une consommation moyenne de 13L par jour et par lve (sur 175 jours par an, 35 semaines denseignement) - La restauration reprsente en moyenne 8L par repas servi (et par demi-pensionnaire) - Lusage des WC que lon peut assurer par leau de pluie ne reprsenterait quenviron 3 4 l par jour et par lve - La part des logements de fonction est loin dtre ngligeable (comme pour lnergie) - Un internat reprsenterait prs de 22L par jour et par lve Bureaux : - Consommations voisines de 20 30L par jour et par employ - Restauration : proche des 8L par jour et par convive mesurs en enseignement NOTE 3 (indicative) : Tableau de consommation d'eau potable Les diffrentes dispositions relatives la rduction de la consommation de l'eau potable peuvent tre regroupes dans un document unique comme celui prsent ci-dessous (en phase conception et ralisation). Ce tableau peut servir la fois de support de conception, et en mme temps de justificatif des calculs de consommations d'eau. CALCUL DE LA CONSOMMATION D'EAU POTABLE DE REFERENCEREFLEXION HYDROECONOME(i.e. sans rflexion hydro-conome) UFConso/usageFrquence/UTNb UTNb UFConso/an% conomieConso/anPOSTE A : Equipement A1 : Equipement A2 : POSTE B : Equipement B1 : Equipement B2 : Etc.TOTALECONOMIE DU PROJETRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 97/239 95. 5GESTION DE L'EAUUnit fonctionnelle (UF) pour les calculs de consommation par usage : Cela correspond en fait au type de personne qui va faire usage de l'quipement. Enseignement : 1 lve 1 interne 1 usager (incluant le personnel administratif, le gardien, les enseignants, les lves, le personnel d'entretien, etc.) Bureau : 1 employ de bureau 1 usagerUnit temporelle (UT) pour les frquences d'usage : Jour Semaine Mois Dans une anne, le nombre d'unit temporelle varie en fonction du type d'ouvrage. Enseignement : 35 semaines = 175 jours Bureaux : 47 semaines (voire 52) = 235 jours (voire 260)Calcul de la consommation annuelle par quipement : [(consommation/usage) x (frquence d'usage/unit temporelle) x (nombre d'unit temporelle/an)] x nombre d'unit fonctionnellePerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 5.1B5.1.1 P TPB5.1.2 PTPB5.1.3 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 98/239 96. 5GESTION DE L'EAU5.2OPTIMISATION DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALESIntroduction Cette thmatique est traite dans la cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" essentiellement sur la stratgie globale de gestion des eaux pluviales. Dans cette souscible, lobjectif est dvaluer plus finement la performance des dispositions mises en uvre pour grer les eaux pluviales. A lchelle micro-urbaine (zone damnagement ou parcelle), la gestion des eaux pluviales consiste limiter leur ruissellement en vue de : prvenir le risque dinondation dans les zones sensibles, limiter la pollution diffuse. La bonne gestion de leau pluviale est avant tout conditionne par la connaissance du contexte de lopration : site rural ou urbain ; densit ; potentiel pluviomtrique ; rseaux existants ; nature de leau ; pollutions potentielles ; usages envisags ; etc. La plupart de ces informations est recueillie au cours de lanalyse du site (cf Annexe A.1 du SMO). Pour optimiser les choix damnagement, le matre d'ouvrage peut intervenir sur trois paramtres : la rtention : retenir l'eau aprs orage afin dassurer un dversement rgul de leau soit dans le milieu naturel soit dans le rseau collectif ; linfiltration : favoriser la percolation des eaux pluviales dans les sols afin de maintenir le plus possible le cycle de l'eau ; le traitement : rcuprer les eaux ayant ruissel sur des surfaces risque (parking, zones de circulation, etc.) et les traiter en fonction de leur nature avant rejet.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul Infrieur ou gal au dbit de fuite initial5.2.1. Gestion de la rtentionDbit de fuite aprs ralisation(1) (2)Niveau BInfrieur ou gal au dbit de fuite initial Et Infrieur au dbit de fuite correspondant une impermabilisation de 30% de la surface de la parcelle5.2.2. Gestion de l'infiltrationTP40% 80% Coefficient d'impermabilisation aprs ralisation (3) (4)B20% 40%P< 20% Le cas chant (notamment pour les sites fortement urbaniss) : pourcentage damlioration duTP< 2%B2% 10%PRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 99/239 97. 5GESTION DE L'EAUcoefficient dimpermabilisation de l'tat existant (1)5.2.3. Gestion des eaux de ruissellement pollues> 10%Rcupration et traitement des eaux de ruissellement polluesDispositions prises pour rcuprer les eaux de ruissellement potentiellement pollues et pour les traiter avant rejet en fonction de leur nature (5)TPB(1) Prcisions sur l'tat existant : Se baser sur l'analyse du site (cf Annexe A.1 du SMO) pour identifier la situation existante en terme de coefficient d'impermabilisation. Dans le cas d'un terrain sur lequel des btiments ont t dmolis en vue d'une reconstruction mais que cette reconstruction a tard, l'tat existant prendre en compte est celui correspondant au terrain avec ses anciens btiments et non celui d'un terrain nu. (2) Suggestion de mthode de calcul du dbit de fuite : la mthode rationnelle Cette mthode s'applique des parcelles superficie limite (comme les usines, les centres commerciaux, etc.). Le dbit de fuite s'exprime en litres par seconde, et se calcule selon la formule suivante : Q = C. i. k. A oQ (L/s) : dbit de fuite C : coefficient de ruissellement de la parcelle i (L/ha.s) : intensit moyenne de pluie. Les "instances mtorologiques" fournissent cette intensit pour une dure de pluie moyenne, gnralement sur la base d'une frquence dcennale. Dans le cas du rfrentiel de QEB, le matre douvrage s'intressera plutt la dure maximale d'une pluie d'orage, sur un retour d'exprience de 10 ans. k : coefficient minorant (permet d'intgrer la notion de forme de la parcelle) A (ha) : aire d'apport [B] [B] (cf. Rfrence [B] pour la dtermination des coefficients C et k : voir annexe de cette cible) Le matre douvrage peut influencer la capacit de rtention du site via la mise en uvre par exemple de toitures terrasses vgtalises, de puits (quand le sol est impermable en surface), de bassins d'orage, ou encore de cuves de rcupration.(3) Calcul du coefficient d'impermabilisation Ce coefficient correspond au rapport entre les surfaces impermables et la superficie totale de la parcelle : Coefficient d'impermabilisation (%) =surfaces impermabl es (m) surface parcelle (m)x 100Pour favoriser linfiltration, il convient de chercher obtenir un faible coefficient dimpermabilisation. Lorsque lon se trouve en site urbain dense, il est difficile de prtendre atteindre des coefficients performants. Lobjectif est alors damliorer autant que possible le coefficient dimpermabilisation du site dans son tat initial. Le matre douvrage peut influencer la capacit dinfiltration du site en mettant en uvre des solutions permettant de rduire ce coefficient dimpermabilisation : augmentation de la surface vgtale des espaces extrieurs, toitures terrasses vgtalises, rcupration deau pluviale puis infiltration de tout ou partie de leau, etc.Nota : Dtermination des surfaces impermables Les diffrentes solutions permettant de rduire les surfaces impermables nont pas toutes le mme degr dinfluence. Par exemple, bien qutant une alternative environnementale aux toitures terrasses classiques, les toitures vgtalises ne retiennent pas 100% de leau. Aussi, moins dtre couples un systme de rcupration et dinfiltration dans le sol, la mise en uvre dune telle solution induit des surfaces impermables. Il convient donc dappliquer un coefficient multiplicateur la surface de toiture vgtalise dans le calcul des surfaces impermables (cest une dmarche dj engage en Allemagne). Dans ce rfrentiel, le coefficient est fix 0,70. Dans le cas de la mise en place de systmes spcifiques de rcupration/infiltration (noues, mares cologiques, fosss d'infiltration, puits de drainage, etc.) les toitures non vgtalises permettant la collecte des eaux destines ces systmes ne sont alors plus considres comme des surfaces impermables. [ C] Pour en savoir plus sur les systmes d'infiltration : Rfrence [C] . [ C] (4) Une zone complmentaire despace libre proximit ou un systme dinfiltration matris sur la parcelle ou sur la zone amnage peut tre valorise pour la gestion de linfiltration. (5) On distingue quatre types de surfaces sur lesquelles les eaux peuvent ruisseler : surfaces enherbes ; surfaces non enherbes ayant un coefficient d'impermabilisation faible ; surfaces impermables sans pollution majeure (toiture classique) ; voiries et aires d'activits caractre polluant (parking, zones de circulation, etc.). Les eaux ruisselant sur ce dernier type de surface doivent imprativement tre rcupres (stockage dans un bassin tampon) et traites selon leur nature (dgrillage, sparateur d'hydrocarbures, filtrage sur graviers et sables).Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 100/239 98. GESTION DE L'EAU5Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 5.2B5.2.1 P TPB5.2.2 PTPB5.2.3 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 101/239 99. 5GESTION DE L'EAUANNEXE CIBLE 5 : Dtermination des coefficients C et k (Rfrence [B]) [B])Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 5 102/239 100. 6 GESTION DES DECHETS D'ACTIVITERfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 6 103/239 101. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL4ECO-GESTION1GESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITEMAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8CONFORT7CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 6 104/239 102. 6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITEINTRODUCTION ______________________________ La problmatique de la gestion des dchets concerne essentiellement des actions en phase d'exploitation du btiment, o ceux-ci sont gnrs par les diverses activits prsentes dans le btiment et sur sa parcelle : Activits d'enseignement Activits de bureau Entretien / maintenance Restauration L'enjeu environnemental associ la gestion des dchets d'activit est de limiter la production de dchets ultimes. Pour cela il convient de mettre en uvre les dispositions qui assureront la sparation des dchets en phase d'exploitation en vue d'une valorisation optimale, en relation avec les filires de valorisation locales. L'autre enjeu de gestion des dchets d'activit est la qualit intrinsque du systme : non seulement cela assure la fonctionnalit et le confort pour les usagers, mais cela constitue galement un garant de l'efficacit des mesures pour une valorisation optimale.6.1.Optimisation de la valorisation des dchets d'activit6.2.Qualit du systme de gestion des dchets d'activitRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 6 105/239 103. 6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITEEVALUATION DE LA CIBLE 6 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 6B6.1 PTPB6.2 PTPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Implantation et accessibilit de laire de regroupement des dchets et de laire de compostage des dchets vertsCible 12 "Qualit sanitaire des espaces" Conditions d'hygine spcifiques des locaux et quipements dchets.INTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.7 - Carnet de vie du btiment Transmettre l'exploitant et au gestionnaire les donnes prvisionnelles sur les dchets d'activits (nature, catgorie, quantits, flux, filires, cots).REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Guide pratique "Habitat collectif : mettre en uvre ou dvelopper la collecte slective", dit [A] [A] par l'ADEME, Eco-Emballages, l'Association des Maires de France et l'Union nationale HLM en juin 2001 [B] Lexique dchets : http://www.mines.u-nancy.fr/wwwenv/lexiques/lexique_dechet.htm [B] [B]Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 6 106/239 104. 6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE6.1OPTIMISATION DE LA VALORISATION DES DECHETS D'ACTIVITEIntroduction La valorisation des dchets consiste rintroduire tout ou partie des dchets dans le circuit conomique par : Valorisation matire : Remploi : usage analogue au premier emploi Rutilisation : usage diffrent du premier emploi Recyclage : R-introduction directe d'un matriau dans son propre cycle de production, en remplacement total ou partiel d'une matire premire neuve Rgnration : redonner un dchet les caractristiques qui permettent de l'utiliser en remplacement d'une matire premire neuve Valorisation nergtique (par incinration) : Rcupration de calories par combustion Valorisation organique (ou compostage) : fermentation des dchets organiques et minrauxLe matre d'ouvrage peut influencer le devenir des futurs dchets d'activit par ses choix de conception qui vont : conditionner le nombre de dchets qui pourront tre spars : nature, nombre et superficie des diffrents locaux et zones dchets (au sein du btiment et sur la parcelle), et favoriser plus ou moins la mise en application de cette sparation des dchets : incitation au tri la source.Aussi, pour que ces choix incitent au mieux la valorisation des dchets, le matre d'ouvrage devra identifier la production future de dchets d'activit de son opration.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveauClassification des dchets d'activit par nature (1) 6.1.1. Identifier et classifier la production de dchets d'activit afin de les valoriser au mieuxDispositions prises pour connatre les caractristiques de la gestion des dchets d'activit, en vue de leur valorisationBClassification des dchets d'activit par catgorie (2)PIdem niveau P + estimation des flux de dchets d'activit (3) + choix satisfaisant des filires de valorisation (3)6.1.2. Inciter au tri des dchets la sourceDispositions prises pour favoriser le tri la sourceDispositions justifies et satisfaisantes (4)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007TPPCible 6 107/239 105. 6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE(1) Classification des dchets d'activit par nature : Identification des activits prsentes au sein de l'ouvrage (btiments et parcelle) : activit de soin, restauration, nettoyage, maintenance, activit de bureau, etc. Identification dtaille des dchets gnrs par chacune des activits de l'ouvrage Classification des dchets d'activit par nature de dchets : dchet inerte (DI), dchet industriel banal (DIB) et dchet dangereux (DD) (2) Classification des dchets d'activit par catgorie : Identification des activits prsentes au sein de l'ouvrage (btiments et parcelle) : activit de soin, restauration, nettoyage, maintenance, activit de bureau, etc. Identification dtaille des dchets gnrs par chacune des activits de l'ouvrage Identifier les filires locales de valorisation possible et en dduire la dfinition des catgories de dchets : dchet organique, dchet d'emballage (non souill), dchet d'quipement lectrique et lectronique (DEEE), dchet dangereux (DD), dchet industriel banal (DIB) Classification des dchets d'activit par catgorie de dchets (3) Estimation des flux de dchets d'activit et choix satisfaisant des filires de valorisation : Identification des activits prsentes au sein de l'ouvrage (btiments et parcelle) : activit de soin, restauration, nettoyage, maintenance, activit de bureau, etc. Identification dtaille des dchets gnrs par chacune des activits de l'ouvrage, et estimation des quantits produites et des rythmes de production Identifier les filires locales de valorisation possible et en dduire la dfinition des catgories de dchets : dchet organique, dchet d'emballage (non souill), dchet d'quipement lectrique et lectronique (DEEE), dchet dangereux (DD), dchet industriel banal (DIB) Classification et quantification des dchets d'activit par catgorie de dchets Identifier les services d'enlvement disponibles, publics ou privs (nature, frquence, etc.) Estimer les cots d'limination pour chaque catgorie de dchets (faire si besoin diffrents scenarii) Choisir, pour chaque catgorie de dchet, la filire la plus satisfaisante dun point de vue la fois environnemental, technique et conomique, en privilgiant autant que possible la valorisation (4) Exemples de dispositions incitant au tri la source : Place suffisante au niveau des zones de production pour disposer des quipements de collecte Prvoir des quipements de collecte (ou rdiger un cahier des charges pour l'amnagement des locaux) Proximit des zones et quipements de collecte avec les producteurs (usagers)Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 6.1B6.1.1 P TPB6.1.2 PTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 6 108/239 106. 6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE6.2QUALITE DU SYSTEME DE GESTION DES DECHETS D'ACTIVITEIntroduction Concevoir un btiment dont la gestion des dchets d'activits sera efficace en phase d'exploitation de l'ouvrage ncessite d'anticiper sur le systme qui sera mis en place, voire mme de formuler des prconisations l'attention des usagers et de l'exploitant (cf SMO Annexe A.7 Carnet de vie du btiment) par rapport aux hypothses qui ont servi la conception. La qualit du systme de gestion des dchets d'activits est conditionne par sa capacit : Inciter et faciliter les actions des diffrents intervenants (usagers et personnel d'entretien) en mettant disposition l'espace adquat et de qualit (stockage et circulation), et les moyens qui assureront des zones dchets saines. Faciliter la collecte et le tri en optimisant le positionnement des diffrentes zones dchets et les circuits (collecte, regroupement, enlvement). Rester prenne tout au long de la dure de vie de l'ouvrage en anticipant les volutions futures de l'ouvrage (cf cible 2) et des filires dchets disponibles.Tableau d'valuationProccupationCritreCaractristiqueIntitulEtat6.2.1. Faciliter la gestion des dchetsDispositions architecturalesDispositions justifies et satisfaisantes (1)Atteint6.2.2. Optimiser les circuits de dchets d'activitRflexion sur les circuits de dchets d'activit (collecte, regroupement, enlvement)Dispositions justifies et satisfaisantes (2)Atteint6.2.3. Assurer la prennit du systme de gestion des dchets d'activitEvolutions potentielles du systme de gestion des dchets d'activitDispositions justifies et satisfaisantes (3)Atteint(1) Exemples de dispositions architecturales : Nature, nombre et fonction de locaux et zones dchets (stockage, regroupement, enlvement) Superficie des locaux et zones dchets Facilit d'accs aux locaux et zones dchets Facilit de circulation l'intrieur des locaux et zones dchets Amnagements sur la parcelle adapts aux conditions de circulation et d'enlvement Protection des zones extrieures au vent et la pluie Zones extrieures sur surface tanche ou rtention Mise en place de moyens de nettoyage des locaux, zones et quipements dchets (arrive d'eau, aire de lavage, etc.) Gestion des effluents de nettoyage (2) Exemples de dispositions sur les circuits de dchets : S'assurer que le stockage des dchets frquence d'enlvement faible (par exemple les dchets spciaux ou les dchets lectroniques) ne perturbe pas la gestion des dchets enlvement plus rgulierRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 6 109/239 107. 6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITEOptimiser les emplacements des apports volontaires (piles par exemple) de faon inciter les usagers faire ces dpts Eviter les circulations de dchets redondantes (entre les circuits d'apport des usagers et les circuits de collecte par le personnel d'entretien) Zones de circulation fonctionnelles et sres (3) Exemples de dispositions pour assurer la prennit du systme : Anticiper les volutions futures de l'ouvrage (cf sous-cible 2.1.) Anticiper les futures filires de traitement et les futurs services d'enlvementPerformance de la sous-ciblePREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 6.26.2.1 Atteint NA6.2.2 Atteint NA6.2.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3 *P2 proccupations atteintes sur 3 *TP * Justifier le choix des proccupations en cohrence avec le contexte du projetRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 6 110/239 108. 7 MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 111/239 109. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL4ECO-GESTION1GESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESCONFORT8CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 112/239 110. 7MAINTENANCE - PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESINTRODUCTION ______________________________ Cette cible sintresse aux oprations dentretien et de maintenance qui permettent de garantir dans la dure les efforts accomplis sur dautres cibles : nettoyage, contrle, dpannage, rparation, remplacement d'lments, etc. Cette garantie est assure par une bonne maintenance du bti et de l'ensemble de ses quipements (prventive systmatique, prventive conditionnelle ou curative). Une maintenance est dite "bonne" du point de vue de lenvironnement si elle prsente les critres d'apprciation suivants : besoins en maintenance optimiss ; faible impact environnemental et sanitaire des produits et procds qu'elle met en uvre ; excution assure dans toutes les situations ; moyens de suivi qui permettent un maintien des performances ; accs aux quipements et systmes. Pour ce qui est de la gestion environnementale de la maintenance, c'est--dire limpact environnemental et sanitaire des produits et procds dentretien / maintenance, cette proccupation est traite travers le rfrentiel du SMO (plan dentretien et de maintenance). Cette cible va donc se concentrer sur les dispositions techniques visant maintenir les performances environnementales en phase d'exploitation. Il sagit de s'assurer que les performances environnementales prvues en phase de programmation / conception ont toutes les chances d'tre prennes en phase d'exploitation. Pour cela, il convient d'anticiper quelques enjeux spcifiques aux activits de l'exploitant et de les intgrer dans les choix de conception, et plus en amont dans les exigences de programmation. Trois enjeux sont identifis : Enjeu 1 : mise disposition de moyens pour le suivi et le contrle des performances Cet enjeu constitue le cur de la cible. --Chauffage / Ventilation / Climatisation (cible 04-08-11-13) : compteurs d'nergie sectoriss moyens pour l'quilibrage des systmes nergtiques indicateur de perte de charge des filtres air (prvention du colmatage) systmes de GTB partir dune certaine surface, etc. Eclairage (cible 10) : comptage suivi des consommations - mesure des clairements maintenance prventive entretien du bti, etc. Eau (cibles 5 et 14) : compteurs d'eau sectoriss systmes de dtection des fuites moyens pour la ralisation de traitements anti-tartre, anti-corrosion et anti-dveloppement de microorganismes et pour la matrise des dosages moyens pour l'quilibrage des systmes de gestion de l'eau, etc.Enjeu 2 : simplicit de conception et limitation de la gne occasionne aux occupants suite un dysfonctionnement ou une opration prventive ou systmatique dentretien / maintenance --simplicit et logique de conception des rseaux pour pouvoir n'intervenir que sur ce qui mrite intervention simplicit des produits et quipements pour assurer un approvisionnement en composants sans difficult (voire sans trop de dlais), ou pour pouvoir procder des changes standards de composants. Action SMO : horaires d'intervention si possible hors des priodes d'occupation.Enjeu 3 : facilit d'accs, pour la garantie d'un nettoyage / entretien / maintenance bien fait Positionnement des lments techniques, dimensions des accs aux locaux techniques, accessibilit aux lments techniques, dimensionnement des lments techniques, dimensions des zones d'excution du travail, prsence d'clairage, prsence et rpartition des prises de courant, etc.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 113/239 111. 7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESCes enjeux doivent tre traits sur les diffrents systmes impactant la performance du projet : les systmes de chauffage et de rafrachissement (en relation avec les cibles 4 et 8) les systmes de ventilation (en relation avec les cibles 4, 8, 11 et 13) les systmes dclairage (naturel et artificiel, en relation avec la cible 10) les systmes de gestion de l'eau (en relation avec les cibles 5 et14) Note : les systmes de gestion des dchets d'activit sont traits dans la cible n6.7.1.Maintien des performances des systmes de chauffage et de rafrachissement7.2.Maintien des performances des systmes de ventilation7.3.Maintien des performances des systmes d'clairage7.4.Maintien des performances des systmes de gestion de l'eauRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 114/239 112. 7MAINTENANCE - PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESEVALUATION DE LA CIBLE 7 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 7B7.1 PTPB7.2 PTPB7.3 PTPB7.4 PTPB P3 sous-cibles P 1 sous-cible BTP3 sous-cibles TP 1 sous-cible PINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ La cible 7 est une cible transversale, car du respect de ses proccupations dpend la prennit des performances dautres cibles : Cible 1 "Relation harmonieuse des btiments avec leur environnement immdiat" Les dispositions architecturales prises l'chelle du btiment et de la parcelle influencent l'accessibilit aux ouvrages pour le nettoyage et l'entretien (faades, zones de gestion des dchets, etc.) ;Cible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Choix de produits dont l'entretien est facile, et choix de produits faibles impacts environnementaux et sanitaires pendant le vie en uvre, phase du cycle de vie qui inclut l'entretien/maintenance ;Cible 4 "Gestion de lnergie" Les dispositions prises en matire de gestion de l'nergie conditionnent le niveau de complexit des quipements mettre en uvre pour assurer le suivi de cette gestion et la prennit des performances ;Cible 5 "Gestion de leau" Besoin d'quipements pour suivre et grer les consommations d'eau, ainsi que pour limiter le gaspillage et les fuites ; l'activit de nettoyage et d'entretien est galement un poste consommateur d'eau ;Cible 8 "Confort hygrothermique Systmes permettant de suivre les paramtres de confort ; minimiser l'inconfort hygrothermique pour les usagers pendant les oprations d'entretien / maintenanceCible 9 "Confort acoustique" Prvenir et corriger les dysfonctionnements bruyants, minimiser l'inconfort acoustique pour les usagers et les riverains pendant les oprations d'entretien / maintenance ;Cible 10 "Confort visuel" Les baies vitres comme les systmes dclairage artificiel ncessitent un accs facile et une simplicit dentretien et de maintenance ;Cible 11 "Confort olfactif" Contribution de lentretien / maintenance un confort olfactif satisfaisant ; inconfort olfactif ventuel d aux activits dentretien / maintenanceCible 13 "Qualit sanitaire de lair" Suivi du fonctionnement de la ventilation ; qualit de lair prserve pendant les oprations dentretien / maintenanceCible 14 "Qualit sanitaire de leau" Le niveau de complexit du rseau d'eau conditionne la facilit de son entretien et de sa maintenance, ainsi que les quipements de suivi mettre en place.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 115/239 113. 7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ 1.1 Profil de la Qualit Environnementale du Btiment Implication des acteurs de la phase exploitation ( dfaut quelquun ayant leurs comptences) dans les phases de programmation et de conception. Prise en compte du degr de comptence des intervenants techniques en phase d'exploitation. Calcul prvisionnel des cots dentretien / maintenance en phase de conception.2.5 Communication Sensibilisation des gestionnaires, prestataires et usagers.2.6 Matrise documentaire (et l'Annexe A associe) DIUO (Annexe A.5), plan prvisionnel dentretien et de maintenance (Annexe A.6) et Carnet de vie (Annexe A.7)REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Chatagnon N., Dveloppement dune mthode dvaluation de la qualit environnementale des [A] [A] btiments au stade de la conception, Thse de Doctorat, Universit de Savoie, CSTB, 1999. Mthode ESCALE, voir module maintenance . [B] Guide ED289 de l'INRS "Maintenance et prvention des risques professionnels dans les projets [B] [B] de btiment" (1999) ; [C] Guide Uniclima " Climatisation et sant" (1999) ; [C] [C] [D] ENV 12097 "Ventilation des btiments - Rseau de conduits - Prescriptions relatives aux [D] [D] composants destins faciliter l'entretien des rseaux de conduits" ; [E] CERTU Prendre en compte lexploitation-maintenance dans la conduite dopration [E] [E] dinvestissement de btiment . Ministre de lquipement, des Transports et du Logement. Centre dtudes, sur les Rseaux, les Transports, lUrbanisme et les Constructions Publiques. [F] CETIAT Qualit de lair dans les installations arauliques guide pratique (2004) (voir [F] [F] www.cetiat.fr)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 116/239 114. 7MAINTENANCE - PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES7.1 7.1MAINTIEN DES PERFORMANCES DES SYSTEMES DE CHAUFFAGE ET DE RAFRAICHISSEMENTIntroductionTableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 7.1.1. Mettre disposition les moyens ncessaires Moyens de suivi et de contrle des pour le suivi et le contrle performances des systmes de des performances chauffage / rafrachissement (1) pendant l'exploitation de l'ouvrageEtatDispositions satisfaisantes et justifiesAtteint7.1.2. Assurer une simplicit de conception pour faciliter la maintenance et limiter la gne occasionne aux occupants durant les interventions de maintenanceDispositions architecturales et choix des produits et quipements relatifs Dispositions satisfaisantes et aux systmes de chauffage / justifies rafrachissement (2)Atteint7.1.3. Concevoir l'ouvrage de faon faciliter les interventions d'entretien / maintenance pendant son exploitationDispositions architecturales (positionnement, accs, dimensions, etc.) relatives aux systmes de chauffage / rafrachissement (3)AtteintDispositions satisfaisantes et justifies(1) Exemples de dispositions " mise disposition de moyens pour le suivi et le contrle des performances" compteurs dnergie sectoriss suivi des paramtres, des consommations et du niveau de confort via un systme de GTB (hormis pour les petites oprations) ou de tlgestion, avec archivage des valeurs contrle et gestion des appels de puissance lectrique (si llectricit est la source nergtique principale du chaud ou du froid) contrle et gestion de lintermittence du chauffage / rafrachissement systme de dtection de dfauts (anomalie de fonctionnement, drive des consommations) visualisation de ltat de fonctionnement des installations (GTB avec synoptiques) moyens pour l'quilibrage des systmes nergtiques si filtration dair, indicateur de perte de charge des filtres (prvention du colmatage) (2) Exemples de dispositions " simplicit de conception et limitation de la gne occasionne aux occupants " simplicit et conception sectorise des rseaux de chaud et de froid pour pouvoir n'intervenir que sur ce qui mrite intervention simplicit des produits et quipements pour assurer un approvisionnement en composants sans difficult (voire sans trop de dlais), ou pour pouvoir procder des changes standards de composants, de faon limiter la dure des dysfonctionnements GTB bus non propritaire, permettant une volution modulaire des installations maintenance ralisable sans dranger les occupants ou tre dpendant deux (3) Exemples de dispositions " facilit d'accs "Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 117/239 115. 7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES accessibilit aux diffrents lments du systme de chauffage ou de rafrachissement, y compris les gaines dair dimensionnement des accs pour permettre le remplacement de gros lments tels quune chaudire ou une centrale de traitement dair dimensionnement des zones dexcution du travail autour des quipements prsence dun clairage et de prises de courant aux endroits prvus pour lentretien / maintenancePerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 7.17.1.1 Atteint NA7.1.2 Atteint NA7.1.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3 *P2 proccupations atteintes sur 3TP *Si la cible 4 et/ou la cible 8 est un niveau TP, cette sous-cible ne peut pas tre au niveau B : elle doit imprativement tre traite a minima au niveau P.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 118/239 116. 7MAINTENANCE - PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES7.1 7.2 7.2MAINTIEN DES PERFORMANCES DES SYSTEMES DE VENTILATIONIntroductionTableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 7.2.1. Mettre disposition les moyens ncessaires Moyens de suivi et de contrle des pour le suivi et le contrle performances des systmes de des performances ventilation (1) pendant l'exploitation de l'ouvrageEtatDispositions satisfaisantes et justifiesAtteint7.2.2. Assurer une simplicit de conception pour faciliter la maintenance et limiter la gne occasionne aux occupants durant les interventions de maintenanceDispositions architecturales et choix Dispositions satisfaisantes et des produits et quipements relatifs justifies aux systmes de ventilation (2)Atteint7.2.3. Concevoir l'ouvrage de faon faciliter les interventions d'entretien / maintenance pendant son exploitationDispositions architecturales (positionnement, accs, dimensions, etc.) relatives aux systmes de ventilation (3)AtteintDispositions satisfaisantes et justifies(1) Exemples de dispositions " mise disposition de moyens pour le suivi et le contrle des performances" compteurs de temps de fonctionnement des ventilateurs, relier la GTB quand elle existe si filtration dair, indicateur de perte de charge des filtres (prvention du colmatage) systme de mesure des vitesses dair, des rgimes de ventilation, de la qualit dair (sonde CO2, H2O) (2) Exemples de dispositions " simplicit de conception et limitation de la gne occasionne aux occupants " simplicit et conception sectorise des rseaux pour pouvoir n'intervenir que sur ce qui mrite intervention lments standardiss et installations modulaires, permettant le remplacement facile et rapide dun composant dispositions prises pour que lexploitation du btiment reste possible (en mode dgrad) pendant la dfaillance temporaire dun quipement (3) Exemples de dispositions " facilit d'accs " accessibilit aux diffrents lments du systme de ventilation, en particulier les conduits de distribution, les filtres, les prises dair neuf, les sorties dair pollu dimensionnement des zones dexcution du travailRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 119/239 117. 7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 7.27.2.1 Atteint NA7.2.2 Atteint NA7.2.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3 *P2 proccupations atteintes sur 3TP *Si la cible 4 et/ou la cible 8 et/ou la cible 11 et/ou la cible 13 est un niveau TP, cette sous-cible ne peut pas tre au niveau B : elle doit imprativement tre traite a minima au niveau P.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 120/239 118. 7MAINTENANCE - PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES7.3MAINTIEN DES PERFORMANCES DES SYSTEMES D'ECLAIRAGEIntroductionTableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 7.3.1. Mettre disposition les moyens ncessaires Moyens de suivi et de contrle des pour le suivi et le contrle performances des systmes des performances d'clairage (1) pendant l'exploitation de l'ouvrageEtatDispositions satisfaisantes et justifiesAtteint7.3.2. Assurer une simplicit de conception pour faciliter la maintenance et limiter la gne occasionne aux occupants durant les interventions de maintenanceDispositions architecturales et choix Dispositions satisfaisantes et des produits et quipements relatifs justifies (2) aux systmes d'clairageAtteint7.3.3. Concevoir l'ouvrage de faon faciliter les interventions d'entretien / maintenance pendant son exploitationDispositions architecturales (positionnement, accs, dimensions, etc.) relatives aux systmes d'clairage (3)AtteintDispositions satisfaisantes et justifies(1) Exemples de dispositions " mise disposition de moyens pour le suivi et le contrle des performances" compteurs dnergie sur les rseaux dclairage et suivi des consommations mesure des clairements maintenance prventive choix de luminaires peu sensibles lempoussirement gestion de lclairage en fonction des horaires doccupation probables, et de la quantit de lumire naturelle (2) Exemples de dispositions " simplicit de conception et limitation de la gne occasionne aux occupants " limitation de la varit des lampes et luminaires prsents dans le btiment, approvisionnement assur, afin de simplifier la maintenance (3) Exemples de dispositions " facilit d'accs " faciliter laccs (en toute scurit) aux luminaires (et lampes) placs en hauteur ventuellement systmes de cbles permettant de rendre accessibles certains luminaires hauts placs si une nacelle savre ncessaire, prvoir les accs pour lamene de la nacelle aux endroits prvus.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 121/239 119. 7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 7.37.3.1 Atteint NA7.3.2 Atteint NA7.3.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3 *P2 proccupations atteintes sur 3TP *Si la cible 10 est un niveau TP, cette sous-cible ne peut pas tre au niveau B : elle doit imprativement tre traite a minima au niveau P.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 122/239 120. 7MAINTENANCE - PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES7.4MAINTIEN DES PERFORMANCES DE GESTION DE L'EAUIntroductionTableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 7.4.1. Mettre disposition les moyens ncessaires Moyens de suivi et de contrle des pour le suivi et le contrle performances des systmes de des performances gestion de l'eau (1) pendant l'exploitation de l'ouvrageEtatDispositions satisfaisantes et justifiesAtteint7.4.2. Assurer une simplicit de conception pour faciliter la maintenance et limiter la gne occasionne aux occupants durant les interventions de maintenanceDispositions architecturales et choix Dispositions satisfaisantes et des produits et quipements relatifs justifies (2) aux systmes de gestion de l'eauAtteint7.4.3. Concevoir l'ouvrage de faon faciliter les interventions d'entretien / maintenance pendant son exploitationDispositions architecturales (positionnement, accs, dimensions, etc.) relatives aux systmes de gestion de l'eau (3)AtteintDispositions satisfaisantes et justifies(1) Exemples de dispositions " mise disposition de moyens pour le suivi et le contrle des performances" compteurs deau sectoriss systmes de dtection des fuites, si possible raccords la GTB moyens pour la ralisation de traitements anti-tartre, anti-corrosion et anti-dveloppement de microorganismes et pour la matrise des dosages en cas de rcupration deaux pluviales : dispositifs danalyse de leau pour vrifier la qualit des eaux pluviales stockes (2) Exemples de dispositions " simplicit de conception et limitation de la gne occasionne aux occupants " installation des organes techniques lextrieur des locaux occups de faon prolonge simplicit et conception sectorise des rseaux pour pouvoir n'intervenir que sur ce qui mrite intervention simplicit des produits et quipements pour assurer un approvisionnement en composants sans difficult (voire sans trop de dlais), ou pour pouvoir procder des changes standards de composants. (3) Exemples de dispositions " facilit d'accs " accs aux lments disolement, accs aux traitements deau ventuels viter lencastrement des canalisationsRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 123/239 121. 7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 7.47.4.1 Atteint NA7.4.2 Atteint NA7.4.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3 *P2 proccupations atteintes sur 3TP *Si la cible 5 est un niveau TP, cette sous-cible ne peut pas tre au niveau B : elle doit imprativement tre traite a minima au niveau P.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 7 124/239 122. 8 CONFORT HYGROTHERMIQUERfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 125/239 123. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment RELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL4GESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7ECO-GESTION1MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALESCONFORT8 9CONFORT HYGROTHERMIQUECONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 126/239 124. 8CONFORT HYGROTHERMIQUEINTRODUCTION ______________________________ Le confort hygrothermique est relatif la ncessit de dissiper la puissance mtabolique du corps humain par des changes de chaleur sensible et latente (vaporation deau) avec lambiance dans laquelle il se trouve. Aux ractions purement physiologiques de lindividu (thermorgulation) se superposent des ractions dordre psychosociologique, lies des sensations hygrothermiques (chaud, neutre, froid), variables dans lespace et dans le temps, auxquelles on peut associer une satisfaction ou une insatisfaction plus ou moins marque, diffrant selon les individus. De plus, il convient de prendre en compte diffrents facteurs : les conditions de confort hygrothermique dpendent de certaines caractristiques lies lindividu (sexe, ge, activit, habillement) ; la satisfaction dpend de lhomognit thermique de lambiance dans laquelle on se trouve ; les sensations thermiques sont marques par les phnomnes transitoires auxquels on est soumis (entre dans un btiment, passage dune ambiance intrieure une autre, volution / fluctuation des paramtres hygrothermiques dans le temps). Le recours un systme de refroidissement (ie de rgulation des tempratures intrieures par une machine thermodynamique) est fortement consommateur dnergie. C'est pourquoi, il est important en premier lieu de trouver des solutions passives, notamment vis--vis du confort d't, permettant de minimiser le recours un tel systme, tout en rpondant aux exigences de confort des occupants. La cible est ensuite structure de faon distinguer les rponses apportes en termes de confort d'hiver (en conditions de chauffage) et de confort d't. En ce qui concerne le confort d't, les exigences pour les locaux n'ayant pas recours un systme de refroidissement ne peuvent pas tre aussi fortes que pour des locaux disposant d'un systme de refroidissement. C'est pourquoi ces cas de figure sont traits de faon distincte dans le rfrentiel.8.1.Dispositions architecturales visant optimiser le confort hygrothermique en hiver et en t8.2.Cration de conditions de confort hygrothermique en hiver8.3.Cration de conditions de confort hygrothermique en t dans les locaux n'ayant pas recours un systme de refroidissement8.4.Cration de conditions de confort hygrothermique en t dans les locaux ayant recours un systme de refroidissementNOTES Champ d'application du prsent rfrentiel : Les exigences sur les paramtres du confort hygrothermique (dfinies dans la sous-cible 8.2) ont t calibres pour un contexte "France mtropolitaine et Corse". Aussi, il est probable que le principe d'quivalence ait tre utilis pour valoriser les dispositions mises en uvre dans les D.O.M. Hygromtrie : Le paramtre hygromtrie ne fait pas lobjet dexigences dans le prsent millsime Terminologie : [B] Conformment la dfinition donne dans la RT 2005 (cf [B] Annexe III), est entendu sous le terme "systme [B] de refroidissement" tout quipement de production de froid par machine thermodynamique associ des metteurs de froid destin au confort des personnes.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 127/239 125. 8CONFORT HYGROTHERMIQUEEVALUATION DE LA CIBLE 8 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 8B8.1 PTPB8.2 PTPB8.3 PTPB8.4* P TPB P TP * applicable si prsence d'un systme de refroidissement Note : Le choix de la combinaison de performances pour le niveau TP est fonction de la priorit donne entre confort d'hiver et confort d't : priorit au confort dt sur le confort dhiver (2me combinaison) ou priorit au confort dhiver sur le confort dt (1re combinaison).INTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Prise en compte des caractristiques du site dans l'amnagement du plan-masseCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Performances hygrothermiques des produitsCible 4 "Gestion de l'nergie" Trouver le meilleur compromis entre un bon confort hygrothermique et des consommations dnergie matrisesCible 7 "Maintenance Prennit des performances environnementales" Minimiser l'inconfort des usagers pendant les interventions, mise en place d'quipements pour assurer la prennit du confort hygrothermiqueCible 9 "Confort acoustique" Assurer le confort hygrothermique fentres fermes pour les locaux dont les baies sont exposes au bruitCible 10 "Confort visuel" Choix de conception relatifs aux parties vitres, compromis trouver entre confort hygrothermique et confort visuelCible 11 "Confort olfactif" Trouver le meilleur compromis pour les dbits de ventilation : ventilation suffisante pour limiter la prsence d'odeurs, tout en n'induisant pas d'inconfort d aux courants d'air gnrsCible 13 "Qualit sanitaire de l'air" Trouver le meilleur compromis pour les dbits de ventilation : ventilation suffisante pour limiter la prsence de polluants, tout en n'induisant pas d'inconfort d aux courants d'air gnrsINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ 1.1 Profil de la Qualit Environnementale du BtimentRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 128/239 126. 8CONFORT HYGROTHERMIQUELes critres de confort hygrothermique sont dfinis partir du recueil des besoins et attentes des parties intresses, notamment des futurs occupants.REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] RT 2005 - Dcret n2006-592 du 24 mai 2006 relatif aux caractristiques thermiques et la [A] [A] performance nergtique des constructions Journal Officiel du 25 mai 2006 http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SOCU0610624D# [B] RT 2005 Arrt du 24 mai 2006 relatif aux caractristiques thermiques des btiments [B] [B] nouveaux et des parties nouvelles de btiments - J.O du 25 mai 2006 http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SOCU0610625A [C] RT 2005 Projet d'arrt portant approbation de la mthode de calcul Th-C-E ; Mthode Th-C[C] [C] E ; Moteur de calcul Juillet 2006-07-31 http://www.rt2000.net - rubrique "Actualits" [D] Norme NF EN ISO 7730:2003 Ergonomie des ambiances thermiques - Dtermination [D] [D] analytique et interprtation du confort thermique par le calcul des indices PMV et PPD et par des critres de confort thermique local Mars 2006 [E] ASHRAE Handbook of fundamentals. Chapter 8: Thermal Confort - Chapter 9: Indoor [E] [E] Environmental health. Atlanta: SI, 1997. [F] CHATAGNON N., Dveloppement dune mthode dvaluation de la qualit environnementale [F] [F] des btiments au stade de la conception, Thse de Doctorat, Universit de Savoie, CSTB, 1999. Mthode ESCALE, voir module confort thermique . [G] Candas V. Confort thermique. Gnie nergtique. BE4. Paris: Techniques de l'Ingnieur, 1998. [ G] [ G] [H] Fanger P.O. Toftum J. Extension of the PMV model to non-air-conditioned buildings in warm [H] [H] climates. Energy and buildings. 2002.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 129/239 127. 8CONFORT HYGROTHERMIQUE8.1 8.1DISPOSITIONS ARCHITECTURALES VISANT A OPTIMISER LE CONFORT HYGROTHERMIQUE EN HIVER ET EN ETEIntroduction La dmarche HQE suppose de tirer profit des avantages du site et de limiter ses contraintes dans les dispositions architecturales afin dassurer un optimum de confort hygrothermique par des moyens passifs, et cela hiver comme t. Cela consiste mettre l'accent sur la structure et l'enveloppe du btiment, y compris les protections solaires. Cette exigence prend une importance particulire vis--vis du confort thermique d't, pour lequel il est demand, pour des questions nergtiques et environnementales, de nenvisager les systmes de refroidissement quen complment de systmes passifs si ceux-ci savrent insuffisants pour assurer les niveaux de confort.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitulEtat*Dispositions prises pour se protger Dispositions justifies et de manire optimale du soleil et de satisfaisantes (2) (1) la chaleurAtteintDispositions prises pour exploiter de manire optimale les caractristiques arauliques du siteDispositions justifies et satisfaisantes (3)AtteintOrganisation spatiale des locaux en fonction de leur besoin hygrothermique (zonage)Dispositions justifies et satisfaisantes (4)Atteint8.1.3. Amliorer laptitude du btiment favoriser Conception architecturale cherchant Dispositions justifies et de bonnes conditions de optimiser confort dhiver et satisfaisantes (5) confort hygrothermique confort dt. en hiver et en tAtteint8.1.1. Prendre en compte les caractristiques du site (t principalement)8.1.2. Regrouper les locaux besoin hygrothermique homogne (t ou hiver)(1) Sans se pnaliser par ailleurs, par exemple en hiver, ou vis--vis du confort visuel. (2) Exemples de dispositions : - orientation des baies, protections solaires fixes et mobiles, - orientation au nord des locaux forts apports internes - exploitation des zones d'ombres, et des masques pour le rafrachissement (3) Exemples de dispositions : - organisation architecturale de faon profiter au mieux des vents dominants, pour la ventilation naturelle et pour la ventilation traversante - dispositions favorisant le tirage thermique et les forts dbits naturels en t, - prises dair vites sur les faades chaudes en t. (4) Il sagit dorganiser la rpartition spatiale des locaux au regard des logiques de programmation/rgulation exiges par les diffrents types de locaux. Ces logiques de programmation/rgulation sont induites par l'activit du local, le type d'occupants, les heures d'occupation, etc. Cette organisation vitera la perception d'inconfort du fait d'une rgulation non adapte au local (valable en chauffage et en climatisation rgule) (5) Exemples de dispositions :Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 130/239 128. 8CONFORT HYGROTHERMIQUE- inertie thermique adapte - surfaces de baies vitres raisonnables - protections solaires adaptes chaque orientation et chaque saison Notes complmentaires : Le compromis rechercher entre confort dhiver et dt sera prcis, par exemple selon les zones climatiques dt et dhiver telles que dfinies dans la Rglementation Thermique en vigueur, ou des donnes climatiques plus prcises. Dans certaines rgions, on recherchera un quilibre entre hiver et t, dans dautres, cest le confort dt qui primera. La notion de "dispositions architecturales" est prise dans son sens le plus large : - Organisation du plan masse en fonction des lments environnants - Disposition intrieure des locaux - Techniques de construction En matire de confort, le soleil est principalement un lment perturbateur. Penser tudier des solutions assurant un confort acceptable dans les locaux exposs aux bruits extrieurs pour lesquels le rafrachissement ne pourra a priori pas tre effectu, mme en appoint, par ouverture des fentres. Attention la conception du dernier niveau vis--vis du confort dt (cf. canicule 2003) Attention aux baies exposes au bruitPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 8.18.1.1 Atteint NA8.1.2 Atteint NA8.1.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3P2 proccupations atteintes sur 3*TP * Dans le cas o cest le confort dt qui prime sur le confort dhiver, et que lon vise le niveau Performant pour cette sous-cible, il est logique (sauf cas particulier justifier) de traiter la proccupation 8.1.1. parmi les 2 proccupations traiter.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 131/239 129. 8CONFORT HYGROTHERMIQUE8.2 8.2CREATION DE CONDITIONS DE CONFORT HYGROTHERMIQUE EN HIVERIntroduction Ltre humain changeant peu prs autant de chaleur par convection que par rayonnement, il convient de raisonner en temprature rsultante et non seulement en temprature dair. Malheureusement, la grande majorit des quipements de rgulation tient uniquement compte de la temprature dair. Les paramtres qui influencent le confort dhiver sont les suivants : la temprature rsultante, en terme de niveau (selon lusage rserv chaque local), et pour certains locaux, en terme de stabilit temporelle en priode doccupation (dans diffrentes conditions comme le lundi matin, aprs une priode dintermittence, ou lors dapports gratuits) ; la vitesse dair ; lhygromtrie (ce paramtre ne joue que par rapport la sensation de scheresse de l'air intrieur en hiver, mais nest finalement pas considr dans le prsent rfrentiel) ; la matrise des apports solaires, source d'inconfort en particulier pour les locaux de faible inertie. A cela, il conviendrait de rajouter, pour certains locaux, la matrise de lambiance thermique par les usagers, vu les disparits de sensibilit de ceux-ci, en veillant ce que cela nentrane pas des consommations dnergie excessives (impacts sur la cible 4 "Gestion de lnergie"). Vu lavis dfavorable des concepteurs vis--vis de dispositifs de rglage de point de consigne laisss la discrtion des usagers, cette proccupation na pas t retenue dans le prsent rfrentiel.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 8.2.1. Dfinir / obtenir un niveau adquat de temprature (rsultante) dans les diffrents locaux en priode doccupation, compte tenu de leur destinationTempratures de consigne par type de localVitesse dair limite au niveau des 8.2.2. Assurer une vitesse zones doccupation des diffrents dair ne nuisant pas au types de locaux confort Systme de ventilationDfinition / obtention de tempratures de consigne adaptes aux diffrents types de locaux (1)NiveauBV 0,20 m/s + Prsence dun systme de ventilation spcifique ; description et justification de ce systme (2)PPrsence dun dispositif simple et rglementaire 8.2.3. Assurer la stabilit des tempratures en priode doccupation (pour des locaux usage intermittent)Dispositif assurant le redmarrage du chauffage avant le dbut de la priode d'occupationBPrsence de dispositifs adapts et performants de redmarrage des installations de chauffage dans les zones intermittence prolonge ou alatoire ; Description et justification de ces dispositifsTPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 132/239 130. 8CONFORT HYGROTHERMIQUE8.2.4. Matriser l'inconfort d aux apports solairesConception architecturale et techniqueDispositions justifies et satisfaisantes (4)TP(1) Les valeurs de temprature de consigne sont justifier, et apprcier par rapport la norme ISO 7730 o la temprature rsultante est fonction de lactivit et de la vture. Il est rappel que les niveaux de temprature pour les conditions dhiver sont des exigences de rsultat. A titre dexemple, voici les niveaux de temprature retenus par la Ville de Paris : Gymnasesde 14C 18C selon lutilisationEcoles Bureaux Bibliothques Muses Dispensaires Crches P.M.I.19C22C(2) Systme de ventilation spcifique : ventilation naturelle ou mcanique (la simple ouverture manuelle des fentres est exclue) [B] (3) Pour la RT2005, voir l'article 52 de l'arrt [B] . [B] (4) Il s'agit de dispositions permettant de limiter linconfort occasionnel d aux apports solaires, notamment en mi-saison, sans se priver pour autant en hiver de ces apports gratuits de chaleur. Exemples de dispositions : protections solaires mobiles, ventuellement automatises systmes de chauffage ragissant rapidement en cas dapports solaires inertie thermique du bti ajuster dans les locaux sensibles (Sud-Est Sud-Ouest) Remarque : Si le matre douvrage souhaite rpondre aux proccupations de confort hygrothermique dhiver par lutilisation dun modle de simulation complet, il peut le faire en revendiquant le principe dquivalence . Les rsultats seront alors soumis un expert pour validation, et un avis sera donn sur le niveau de performance.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 8.2B8.2.1 P TPB8.2.2 PTPB8.2.3 P TPB8.2.4 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 133/239 131. 8CONFORT HYGROTHERMIQUE8.3CREATION DE CONDITIONS DE CONFORT HYGROTHERMIQUE EN ETE DANS LES LOCAUX N'AYANT PAS RECOURS A UN SYSTEME DE REFROIDISSEMENTIntroduction Le fait de mettre laccent sur la structure et lenveloppe du btiment, y compris les protections solaires, permet dans bon nombre de cas de limiter, voire dviter, le recours des systmes de refroidissement, gros consommateurs dnergie. Lindicateur propos est la temprature rsultante lors dune saison chaude type. Selon le niveau de performance vis, on se basera sur les rgles de calcul de la Rglementation Thermique en vigueur (niveau Base), ou sur les rsultats dune simulation thermique dynamique (niveaux Performant et Trs Performant). De plus, certains points critiques doivent retenir lattention : veiller ce que la vitesse dair ne soit pas trop forte dans les zones doccupation, notamment lorsquon fonctionne par ouverture des fentres ; apporter une attention particulire aux locaux exposs au bruit, o le confort devra tre obtenu fentres fermes.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul Pour les zones ou parties de zones : Tic Ticref (2)8.3.1 Assurer un niveau minimal de confort thermique et protger du soleil les baies vitresPour 100% des locaux autres qu' occupation passagre (1) : Temprature rsultante atteinte Facteur solaire des baies (S)Temprature rsultante ne dpassant pas 28C plus de (3) : - 50 h dans lanne dans les zones H1a H1b H2a H2b - 60 h dans lanne dans les zones H1c H2c - 70 h dans lanne dans les zones H2d H3 + S Sref (4) Temprature rsultante ne dpassant pas 28C plus de (3) : - 30 h dans lanne dans les zones H1a H1b H2a H2b - 40 h dans lanne dans les zones H1c H2c - 50 h dans lanne dans les zones H2d H3 + S SrefNiveau BPTP(4)+ S Sref pour les locaux occupation passagre(4)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 134/239 132. 8CONFORT HYGROTHERMIQUE8.3.2. Assurer une ventilation suffisante lorsque les protections solaires mobiles sont en place (stores baisss)Ratio douverture de baies (protections solaires en place)Ratio douverture de baies 30%8.3.3. Si on est en zone BR1 et si le confort dt est obtenu par louverture des fentres, matriser le dbit d'airDispositions permettant de maintenir immobile l'ouverture des fentres dans une position donne, afin de moduler le dbit dair entrantDescription et justification des quipements prvus/installs (5)8.3.4. Si on est en zone de bruit BR2 ou BR3, assurer un niveau minimal de confort fentres fermesPour 100% des locaux autres qu' occupation passagre (1) exposs BR2 ou BR3 : Temprature rsultante atteinteTemprature rsultante ne dpassant pas 28C plus de (3) : - 50 h dans lanne dans les zones H1a H1b H2a H2b - 60 h dans lanne dans les zones H1c H2c - 70 h dans lanne dans les zones H2d H3 Temprature rsultante ne dpassant pas 28C plus de (3) : - 30 h dans lanne dans les zones H1a H1b H2a H2b - 40 h dans lanne dans les zones H1c H2c - 50 h dans lanne dans les zones H2d H3PTPPTP[B] (1) En rfrence l'annexe III de l'arrt [B] , un local est occupation passagre ds lors qu'il n'implique pas une dure de [B] sjour pour un occupant suprieure une demi-heure. C'est le cas par exemple des circulations. En revanche, une cuisine, un hall comportant un poste de travail, ou encore une salle de runion, sont considrer comme des locaux autres qu' occupation passagre. [B] (2) Il s'agit d'une exigence rglementaire (cf [B] Art. 9). La proccupation 8.3.1 est vrifie en niveau Base si l'ensemble de la [B] Rglementation Thermique fait l'objet d'une vrification. (3) Le traitement de l'exigence relative la temprature rsultante atteinte suppose lutilisation dun outil de simulation thermique dynamique. Des prcisions sont demandes sur la mthode de calcul utilise, ainsi que sur les hypothses et les scnarios considrs, par exemple les apports internes. Le nombre dheures dpassant 28C sentend sur lanne, mais uniquement pendant les priodes ou heures doccupation. Si la simulation ne porte que sur une partie des locaux, il faudra justifier que les autres locaux ne risquent pas dtre plus dfavoriss en termes de confort dt. La simulation thermique dynamique doit utiliser une anne mto type, adapte la localisation gographique du projet. Il est recommand d'utiliser les fichiers mto de la mthode de calcul de la RT2005 qui constituent des annes mto types partir de donnes mesures sur plusieurs annes. NOTA Les btiments de bureau sont censs tre occups les 12 mois de lanne. Les tablissements denseignement sont censs fonctionner 11 mois, excluant la priode allant du 15 juillet au 15 aot, sauf si le matre douvrage stipule dans son programme que les locaux (ou une partie des locaux) seront occups 12 mois sur 12. Les horaires journaliers sont prciser dans le programme, ils vont de 8h 18h par dfaut. Quant au rythme hebdomadaire, les locaux sont censs tre occups 5 jours sur 7. [B] (4) Les facteurs solaires de rfrence des baies sont donns dans larticle 18 de lArrt du 24 mai 2006 [B] . Le facteur solaire [B] considrer pour chaque baie est fonction de la zone climatique et de l'altitude du projet, mais aussi de la classe dexposition au bruit BRx de la baie, de son orientation et inclinaison, et enfin du type d'occupation du local (occupation passagre ou non). A la diffrence de la RT2000, ces valeurs de rfrence ne sont plus fonction de la classe d'inertie de l'ouvrage : par dfaut, il a t considr une inertie moyenne. (5) Exemples de dispositions : fentres coulissantes, fentres battantes positions intermdiaires stables.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 135/239 133. 8CONFORT HYGROTHERMIQUEPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 8.3B8.3.1 P TPB8.3.2 PTPB8.3.3 P TPB8.3.4 P TPB P TP * : si la proccupation est applicable, sinon pas dexigence.* *Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007*Cible 8 136/239 134. 8CONFORT HYGROTHERMIQUE8.4 8.4CREATION DE CONDITIONS DE CONFORT HYGROTHERMIQUE EN ETE DANS LES LOCAUX AYANT RECOURS A UN SYSTEME DE REFROIDISSEMENTIntroduction Assurer des conditions de confort hygrothermique d't dans les locaux climatiss ncessite de s'intresser trois enjeux : les tempratures de consigne qui doivent tre adaptes aux diffrents types de locaux et aux activits qu'ils accueillent ; la vitesse dair ;la matrise des apports solaires.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 8.4.1. Dfinir un niveau adquat de temprature dans les diffrents locaux en priode doccupation, compte tenu de leur destinationTempratures de consigne par localVitesse dair maximale au niveau 8.4.2. Assurer une vitesse des zones doccupation des dair ne nuisant pas au diffrents types de locaux (lorsque confort le systme de refroidissement est en fonctionnement)Dfinition / obtention de tempratures de consigne adaptes aux diffrents types de locaux (1) et justification des valeursBV 0,25 m/s pour une consigne proche de 26CPV 0,22 m/s une consigne proche de 26C (2) S Sref8.4.3. Matriser les apports solaires et en particulier l'inconfort localis (3)Facteur solaire des baies (S)NiveauTP(4)pour toutes les baies des locaux occupation autre que passagre Orientation nord : S Sref (4) Autres orientations : S Sref, plafonn 0,25PTP[ C] (1) En rfrence la mthode de calcul de la RT2005 (cf. [C] ), la temprature de consigne recommande pour les activits [ C] autres que l'hbergement est de 26C. (2) Dans le cas o l'activit justifierait une temprature de consigne infrieure 26C, on peut se rfrer aux vitesses d'air suivantes : V 0,18 m/s si Tconsigne = 24C V 0,20 m/s si Tconsigne = 25C (3) Linconfort localis dont il est question ici, uniquement considrer pour le niveau TP, sentend proximit des baies. Il sagit de se protger contre le rayonnement chaud. [B] (4) Les facteurs solaires de rfrence des baies sont donns dans larticle 18 de lArrt du 24 mai 2006 [B] . Le facteur solaire [B] considrer pour chaque baie est fonction de la zone climatique et de l'altitude du projet, mais aussi de la classe dexposition au bruit BRx de la baie, de son orientation et inclinaison, et enfin du type d'occupation du local (occupationRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 137/239 135. 8CONFORT HYGROTHERMIQUEpassagre ou non). A la diffrence de la RT2000, ces valeurs de rfrence ne sont plus fonction de la classe d'inertie de l'ouvrage : par dfaut, il a t considr une inertie moyenne. Remarque : Nous navons pas intgr dans cette sous-cible la proccupation consistant vouloir traiter un air trop humide par une dshumidification et un contrle de lhumidit. En effet, il cote de lordre de 10 fois plus cher en nergie de dshumidifier plutt que de rduire la temprature, alors que limpact de lhumidit est faible sur le confort (sauf cas extrmes).Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 8.4B8.4.1 P TPB8.4.2 PTPB8.4.3 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 8 138/239 136. 9 CONFORT ACOUSTIQUERfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 139/239 137. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8ECO-GESTIONRELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT4CONFORT1CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 140/239 138. CONFORT ACOUSTIQUE9INTRODUCTION ______________________________ La notion de "confort acoustique", comme celle de "qualit dambiance sonore" dun lieu, peut tre apprhende en ayant recours deux dimensions ou facettes complmentaires. La qualit et quantit dnergie mise par les sources, et la qualit et quantit des vnements sonores du point de vue de lauditeur. Point de vue qui dpend non seulement de lhistoire individuelle mais galement des valeurs propres au groupe social auquel on appartient. Cette qualit, et le confort quelle procure, peuvent avoir une influence sur la qualit du travail, du sommeil, et sur les relations entre les usagers du btiment. Quand la qualit de lambiance se dtriore et que le confort se dgrade, les effets observs peuvent se rvler rapidement trs ngatifs, comme la baisse de productivit, des conflits de voisinage, voire mme des problmes de sant. Les attentes des usagers concernant le confort acoustique consistent gnralement vouloir concilier deux besoins : dune part, ne pas tre drangs ou perturbs dans leurs activits quotidiennes par des bruits ariens (provenant dautres locaux voisins), des bruits de chocs ou dquipements (provenant des diffrentes parties du btiment) et par les bruits de l'espace extrieur (transports, passants, chantier, etc.) ; mais, dautre part, garder le contact auditif avec lenvironnement intrieur (logement, salle de classe, bureau) et extrieur en percevant les signaux qui leur sont utiles ou quils jugent intressants. Pour obtenir les conditions techniques les plus favorables, il convient dassurer : lisolation acoustique des locaux ; laffaiblissement des bruits de chocs et dquipements ; le zonage acoustique pour certains locaux pour rpondre la varit des activits des usagers pour lesquels les locaux ont t conus ; l'adaptation de l'acoustique interne des locaux et la rduction des bruits gnants produits lintrieur mme du local.Le confort acoustique dpend galement des conditions locales, de lamnagement de la parcelle et des caractristiques du btiment lui-mme. Dans un projet de btiment, les proccupations de confort acoustique doivent se traiter diffrents niveaux et se structurent ainsi : les dispositions architecturales spatiales, incluant lorganisation du plan-masse, responsabilisant les intervenants dans les premires phases de la conception ; lisolation acoustique du btiment par rapport aux bruits de l'espace extrieur ; lisolation acoustique des locaux vis--vis des bruits intrieurs (ariens, de chocs, dquipements, et dorigine vibratoire) ; lacoustique interne des locaux en fonction de leur destination ; la cration d'une ambiance acoustique extrieure satisfaisante : ce point est trait dans la Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" au 1.2.2. "Crer une ambiance acoustique extrieure satisfaisante" ; la protection des riverains contre les bruits engendrs par le btiment (activits et quipements techniques): ce point est trait dans la Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" au 1.3.5 "Assurer le droit au calme aux riverains".Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 141/239 139. 9CONFORT ACOUSTIQUE9.1.Optimisation des dispositions architecturales pour protger les usagers du btiment des nuisances acoustiques9.2.Cration d'une qualit d'ambiance acoustique adapte aux diffrents locauxDans la suite du texte, la typologie des locaux utilise est la suivante : Local trs sensible : vocation de repos ; Local sensible : salle de classe, internat, CDI, bureau, salle de musique, de confrence, de runion, de restauration ; Local bruyant : local technique, atelier, zone de circulation commune, quipements (VMC, vacuation d'eaux, etc.), salle de sports, etc.EVALUATION DE LA CIBLE 9 _____________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 9B9.1 PTPB9.2 PTPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Ambiance acoustique extrieure pour les usagers de la parcelle Droit au calme pour les riverainsCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Performances acoustiques des produitsCible 3 "Chantier faibles nuisances" Bruit de chantier sur les riverains et le personnelCible 8 "Confort hygrothermique" Bruit des quipements assurant le confort en hiver et/ou en tCible 13 "Qualit sanitaire de lair" Bruit des quipements de ventilationINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.1 - Analyse du siteRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 142/239 140. 9CONFORT ACOUSTIQUEElle fournit entre autres des donnes sur les sources de bruit prsentes dans lenvironnement immdiat (classement des infrastructures de transport par exemple). Dans le cas d'immeubles de bureaux livrs en blanc (plateaux amnager), des prcautions sont prendre par celui qui amnagera les lieux. Le matre d'ouvrage devra transmettre l'exploitant toutes les donnes ncessaires sur l'ouvrage livr et les conditions d'amnagement pour obtenir les performances acoustiques vises.REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Arrt du 25 avril 2003 relatif la limitation du bruit dans les tablissements d'enseignement. [A] [A] [B] Arrts du 30 juin 1999 relatifs aux caractristiques acoustiques des btiments dhabitation [B] [B] [C] Textes lgislatifs relatifs au classement des infrastructures de transport [C] [C] [D] Loi n92-1444 du 31/12/92 relative la lutte contre le bruit [D] [D] [E] Dcret du 18 avril 1995 relatif la lutte contre le bruit de voisinage [E] [E] [F] Circulaire du 25 avril 2003 relative l'application de la rglementation acoustique des [F] [F] btiments autres que d'habitation [G] Cahier des charges acoustiques - btiments haute qualit environnementale. Enseignement [ G] [ G] Bureaux Sports Loisirs. ADEME, GIAC - Groupement de lIngnierie Acoustique, 31 janvier 2000 [H] Cahier des charges acoustiques - btiments haute qualit environnementale. Ecoles de [H] [H] musique, salles polyvalentes. ADEME, GIAC - Groupement de lIngnierie Acoustique, 30 mai 2003 [I] Mthode Qualitel, rubriques "Protection contre les bruits mis lintrieur du btiment", [ I] [ I] "Protection contre les bruits mis lextrieur du btiment" et "Confort acoustique" [J] AFNOR - Norme NF S31-080 Acoustique Bureaux et espaces associs Niveaux et critres [J ] [J ] de performances acoustiques par type d'espace Janvier 2006 [K] Arrt du 30 mai 1996 relatif aux modalits de classement des infrastructures de transports [ K] [ K] terrestres et lisolement acoustique des btiments dhabitation dans les secteurs affects par le bruitRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 143/239 141. 9CONFORT ACOUSTIQUE9.1 9.1OPTIMISATION DES DISPOSITIONS ARCHITECTURALES POUR PROTEGER LES USAGERS DU BATIMENT DES NUISANCES ACOUSTIQUESIntroduction La prise en compte exclusive des exigences rglementaires, lorsquelles existent, en terme de performance technique, semble insuffisante pour dterminer la qualit du confort acoustique dune opration. Cette qualit revt aussi des aspects dorganisation spatiale : des locaux entre eux, des locaux par rapport aux nuisances acoustiques de lespace extrieur, des locaux eux-mmes, en termes de forme et de volumtrie, vis--vis du son se propageant lintrieur. En ce qui concerne loptimisation du positionnement des locaux entre eux, le principe gnral est dvaluer qualitativement chaque local rception par rapport aux locaux mission voisins. Cette valuation seffectue en termes : de contigut (positionnement d'un local d'un btiment par rapport au type de local contigu d'une entit diffrente), de superposition (positionnement d'un local d'un btiment par rapport au type de local au dessus), et de disposition intrieure des locaux (positionnement d'un local d'un btiment par rapport au type de local contigu de la mme entit). Loptimisation du positionnement des locaux au regard des nuisances acoustiques extrieures au btiment dcoule de lanalyse du site. Cest en effet la lumire des rsultats de cette analyse que lorganisation du plan masse et les dispositions intrieures des locaux pourront tre optimises de faon limiter lexposition au bruit, notamment pour les locaux sensibles. Loptimisation spatiale et volumtrique des locaux dans lesquels une bonne qualit acoustique interne est recherche (auditorium, gymnase, salle de musique, ) est essentielle et ncessite, comme pour loptimisation du positionnement, une prise en compte ds le dbut de la conception, en phase esquisse.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul9.1.1. Optimiser la position des locaux entre euxDispositions relatives des locaux de mme entit ou non, de contigut verticale ou horizontale au sein du btimentDispositions justifies et satisfaisantes (1)EtatAtteintDispositions intrieures des locaux dune mme entit au sein du btimentRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 144/239 142. 9CONFORT ACOUSTIQUE9.1.2. Optimiser la position des locaux par rapport aux nuisances extrieuresPrise en compte des nuisances acoustiques extrieures au btiment dans les dispositions architecturalesDispositions justifies et satisfaisantes (2)Atteint9.1.3. Optimiser la forme et le volume des locaux vis--vis de la qualit acoustique interneVolume et forme des locaux par rapport la destination acoustiqueDispositions justifies et satisfaisantes (3)Atteint(1) Exemples de dispositions : limiter autant que possible le positionnement des locaux trs sensibles en contigut avec un local activit bruyante regrouper autant que possible les locaux sensibles et trs sensibles favoriser autant que possible la sparation des locaux sensibles par des parois lourdes et/ou des portes de distribution intermdiaires-(2) Exemples de dispositions : identifier aussi exhaustivement que possible les nuisances acoustiques et vibratoires extrieures au btiment (activits des btiments contigus ou riverains, vent dominant, quipements, vibrations par des infrastructures voisines, etc.) organiser le plan masse pour loigner autant que possible les locaux sensibles des nuisances acoustiques et vibratoires extrieures-(3) Exemples de dispositions : dfinir le volume du local adapt la destination acoustique (volume minimum par personne dans un auditorium) viter les parois parallles dans les salles de musique, auditorium, viter les formes focalisantes dans les locaux dcoute-Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 9.19.1.1 Atteint NA9.1.2 Atteint NA9.1.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3P2 proccupations atteintes sur 3TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 145/239 143. 9CONFORT ACOUSTIQUE9.2CREATION D'UNE QUALITE DAMBIANCE ACOUSTIQUE ADAPTEE AUX DIFFERENTS LOCAUXIntroduction La qualit dambiance acoustique au sein dun local est fonction de la nature de ce local, de son contexte et de lactivit quil va accueillir. Pour atteindre un bon confort acoustique, le matre douvrage doit exprimer des exigences relatives la protection aux bruits indsirables et laudibilit des missions sonores utiles. Il y a lieu de rappeler que les btiments denseignement sont soumis une rglementation acoustique quils doivent respecter et qui nest que partiellement rappele dans les tableaux cidessous, alors que les btiments de bureaux ny sont pas soumis. L'approche du confort acoustique n'est galement pas ncessairement la mme pour des immeubles de bureaux que pour des btiments d'enseignement. Par exemple, des immeubles de bureaux ncessitent a priori plus de modularit et de potentiel d'volutivit. C'est pourquoi les modalits d'valuation des performances acoustiques pour les immeubles de bureau et les btiments d'enseignement ont t clairement distingues.BATIMENTS D'ENSEIGNEMENT Le travail sur la protection contre les bruits ariens doit tre ralis dans une logique globale de confort acoustique adapt au local et ses futurs occupants. Les locaux accueillant des activits humaines sensibles aux bruits sont reprs sous la dnomination Locaux Sensibles (voir introduction). Le rfrentiel sapplique, en particulier, mettre en avant limportance de rechercher le meilleur quilibre entre lisolation aux bruits extrieurs et aux bruits intrieurs, dans les zones bruyantes. La dfinition des objectifs acoustiques concernant la protection contre les bruits ariens et solidiens se base sur les grandeurs et valeurs utilises dans la rglementation relative aux btiments [A] [A] denseignement, savoir larrt du 25 avril 2003 (voir [A] ). Pour une proccupation donne, des proportions suprieures ou gales 75 % ou 90 % des locaux sensibles au bruit prsentant des performances suprieures au niveau Base , permettent respectivement dobtenir les niveaux Performant et Trs Performant . Il va de soi que les autres locaux doivent correspondre a minima au niveau Base . Les pourcentages tant entendus au prorata des surfaces. Pour les locaux recevant de nombreuses personnes et ayant vocation lchange verbal, la qualit dambiance acoustique est conditionne par le degr dintelligibilit de la parole. Pour cela il est notamment important de matriser les phnomnes de rverbration (acoustique interne).IMMEUBLES DE BUREAUX Pour une proccupation donne, le niveau de performance est obtenu ds lors que 100% des locaux satisfont l'exigence. Les immeubles de bureaux accueillent une grande diversit d'espaces d'activit "bureau", mais aussi d'espaces associs cette activit (salles de runion, halls, etc.). Le prsent rfrentiel prend donc en considration plusieurs types d'espaces, dfinis conformment la terminologie adopte [J ] dans la norme NF S 31-080 [J] . [J ]Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 146/239 144. CONFORT ACOUSTIQUE9Espaces d'activit "bureau" Bureau Individuel (bureau cellulaire, bureau attitr, bureau personnel) Volume entirement cloisonn affect une personne, conu pour des tches individuelles prolonges (travail administratif, appels tlphoniques, lecture et criture). Le bureau individuel peut aussi tre utilis pour mener des conversations 2 ou 3 personnes Bureau Collectif Volume entirement cloisonn accueillant de 2 5 personnes, conu pour des personnes travaillant simultanment avec des tches individuelles spares (travail administratif, appels tlphoniques, etc.). Il peut comporter ou non des sparations partielles entre les postes de travail (cloisonnettes, crans) Espace ouvert (bureau paysager, open space, grands bureaux ouverts) Espace conu pour accueillir plus de 5 personnes sans sparations compltes entre les postes. Les activits exerces dans un espace ouvert peuvent tre diverses : tlphone, travail administratif, etc. Plateau amnager (Bureau en blanc ) Espace de bureau non affect un utilisateur particulier et, de ce fait, vide de tout meuble et de toute activit. Typiquement, un plateau amnager est caractris par : - lenveloppe du btiment ou bien les murs porteurs, - le sol, - le plafond suspendu, - les quipements ncessaires la vie de limmeuble (climatisation, accs, cblage, clairage...)Espaces associs Salle de runion/salle de formation Lieu clos permettant plusieurs personnes de converser et de travailler ensemble, essentiellement autour dune table Espace de dtente Lieu de repos o lon peut trouver des siges, une machine caf, un distributeur de boissons, etc. Un espace de dtente est un lieu informel de rencontre Restaurant Espace o se runissent plus de 5 personnes pour prendre un repas. Cet espace comprend les restaurants internes (RIE), caftria, coins cuisines et restaurants privs de direction Circulation Tout lieu de passage "encloisonn" destin principalement aux dplacements des personnesEn ce qui concerne les espaces associs, le prsent rfrentiel dfinit une cinquime catgorie d'espaces associs, appele les espaces acoustiques. Ces espaces regroupent : les locaux ncessitant une bonne intelligibilit de la parole : auditorium, salle de confrence, etc. Les salles de formation que la norme assimile des salles de runion ont t identifies dans cette catgorie pour le prsent rfrentiel ; les locaux accueillant une activit bruyante les locaux diffusion sonore les locaux ncessitant une confidentialit de la parole Configurations de livraison d'ouvrage Au regard de ces typologies d'espaces, deux configurations de livraison d'ouvrage sont envisages dans le prsent rfrentiel : Ouvrage livr "en blanc" Jusqu' la fin de la phase de conception, le matre d'ouvrage ne connat pas l'amnagement intrieur de l'ouvrage. Il livre donc un btiment compos d'une part de plateaux amnager en terme d'espaces d'activit "bureau", et d'autre part d'espaces associs de diffrentes nature. Ouvrage livr "amnag" Le matre d'ouvrage connait l'amnagement des espaces d'activit "bureau" ds le lancement du projet, ou du moins avant la fin de la conception. Il livre donc des espaces d'activit "bureau" composs de bureaux individuels et/ou de bureaux collectifs et/ou d'espaces ouverts, ainsi que des espaces associs de diffrentes natures.Le cas dans lequel se positionne le matre d'ouvrage doit tre prcis ds le lancement du projet, et rvis si l'amnagement intrieur devenait connu avant la fin de la conception (lien avec le SMO).Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 147/239 145. 9CONFORT ACOUSTIQUEPrincipe de performance acoustique Dans le prsent rfrentiel, les espaces d'activit "bureau" ont t considrs comme les espaces dominants. En d'autre terme, les variations de la performance acoustique des immeubles de bureaux dpendent exclusivement des efforts faits sur ces espaces. En ce qui concerne les espaces associs, le parti a t pris de ne dfinir qu'un seul niveau qui, bien qu'appel BASE, va lgrement au-del de la pratique courante dans les immeubles de bureaux afin d'assurer des conditions de confort acoustiques acceptables dans tous les cas de figure.Tableau d'valuation ProccupationENSEIGNEMENT CritreCaractristiqueIntitul Isolement acoustique standardis pondr : 9.2.1. Isolements des locaux sensibles vis--vis de lespace extrieur- DnTA,tr , vis--vis des bruits des infrastructures de transports terrestres - DnT,A , dans les zones aroportuaires (A, B ou C)DnTA,tr 30 dB, pouvant aller jusqu 45 dB selon la catgorie de linfrastructure (3) Zone A : DnT,A 47 dB Zone B : DnT,A 40 dB Zone C : DnT,A 35 dB LnT,w 60 dB locaux(4)pour 100% desNiveauBBNiveau de pression pondr du bruit de choc standardis LnT,w peru dans les locaux de rceptionLnT,w LnT,w rglementaire 3 dB (4) pour au moins 75% des locauxPLnT,w LnT,w rglementaire 3 dB (4) pour au moins 90% des locaux9.2.2. Niveau de bruit de chocs transmis dans les locaux sensiblesTP9.2.4. Matrise de lacoustique interne des locauxLnAT LnAT rglementaire 3 dB pour au moins 75% des locauxNiveau de pression acoustique normalis LnATEtude acoustique pour les locaux suivants : - halls - locaux ncessitant une bonne intelligibilit de la parole (salle de confrence, auditorium, local diffusion sonore, etc.) - locaux accueillant une activit bruyante - locaux de volume > 500 m3 Pour les autres locaux : Dure de rverbration Tr (s) en fonction du volume V (m3)BPLnAT LnAT rglementaire 3 dB pour au moins 90% des locaux9.2.3. Bruits dquipements dans les locaux sensibles- Bruits continus : LnAT 33 ou 38 dB(A) selon le type de local de rception (5) Bruits intermittents : LnAT 38 ou 43 dB(A) selon le type de local de rception (5)TPRespect des exigences de dure de rverbration moyenne (6) issues de ltude acoustiqueRespect dexigences bases sur les indicateurs spcifiques (7) issus d'une tude acoustique dtaille.Respect des Tr de larrt davril 2003 (8)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007BTPBCible 9 148/239 146. 9CONFORT ACOUSTIQUE9.2.5. Isolements au bruit arien des locaux Isolement acoustique standardis sensibles vis--vis des pondr DnT,A entre locaux (dB) autres locauxDnTA DnTA rglementaire pour 100% des locaux (1)BDnTA DnTA rglementaire + 3 dB pour au moins 75% des locauxPDnTA DnTA rglementaire + 3 dB pour au moins 90% des locauxTP(1) A titre illustratif, on prsente ci-dessous quelques valeurs disolements DnTA extraites des tableaux de larticle 2 de [ A] larrt du 25 avril 2003 (voir [A] ): [ A] - entre classes : 43 dB - entre circulation (horizontale) et classe : 30 dB - entre bureaux : 43 dB - entre circulation (horizontale) et bureau : 30 dB [ K] (3) Voir larticle 7 de larrt du 25 avril 2003, qui renvoie aux articles 5 8 de larrt du 30 mai 1996 (voir [K] ). [ K] (4) Voir larticle 3 de larrt du 25 avril 2003, qui indique des seuils rduits dans 2 cas particuliers. (5) Voir larticle 4 de larrt du 25 avril 2003. (6) Dure de rverbration moyenne Tr, local amnag et non occup, calcul sur les octaves centrs sur 500, 1 000 et 2 000 Hz (ou sur les 1/3 doctaves compris entre 400 et 3 150 Hz). (7) Exemples dindicateurs spcifiques mesurables : Critres temporels : Dure de rverbration optimale avec des contraintes en fonction de la frquence Tr(f) Dcroissance temporelle prcoce EDT(f) Critres nergtiques : Force sonore Dcroissance spatiale en fonction de la distance une source : DL Couverture de lauditoire Critres dintelligibilit : RASTI Les indicateurs et les mthodes de mesurage sont dfinis dans les normes AFNOR, CEN et ISO. (8) Voir larticle 5 de larrt du 25 avril 2003. (9) En rfrence la norme NF S31-074 doctobre 2002. (10)Voir larticle 6 de larrt du 25 avril 2003Remarque importante Les locaux pour lesquels les exigences des proccupations 9.2.1. 9.2.4. sont satisfaites (les 75% et 90%) doivent tre les mmes afin dviter des dsquilibres acoustiques par rapport aux diffrents types de bruits.Performance de la sous-cibleENSEIGNEMENT PREOCCUPATIONSSOUS CIBLE 9.2B9.2.1 P TPB9.2.2 PTPB9.2.3 P TPB9.2.4 P TPB9.2.5 P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 149/239 147. 9CONFORT ACOUSTIQUETableau d'valuationBUREAUPLATEAUX A AMENAGER ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveauDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (dirune) 5 dB et DnTA,tr 30 dB 9.2.1. Isolement des locaux vis--vis de lespace extrieurIsolement acoustique standardis pondr vis--vis des bruits des infrastructures de transports terrestres DnTA,tr (1)BDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (dirune) 3 dB et DnTA,tr 30 dBPDnTA,tr DnTA,trrglementaire logement(diurne)TPet DnTA,tr 30 dB 9.2.2. Niveau de bruit de chocs transmis dans les locauxNiveau de pression pondr du bruit de choc standardis LnT,w peru dans les plateaux amnager9.2.3. Niveau de bruit dquipements dans les locauxNiveau de pression acoustique normalis LnAT (2)LnT,w 60 dBBLnT,w 57 dBPLnAT 40 dB(A)BLnAT 38 dB(A)PLnAT 35 dB(A)TPAAEplafond 0,6 S(surface au sol) Justification de l'homognit de l'AAE en toute zoneBAAEplafond 0,75 S(surface au sol)9.2.4. Acoustique interne des locauxAire d'absorption quivalente du plafond des plateaux amnager Etude acoustique spcifiqueJustification de l'homognit de l'AAE en toute zone Ralisation d'une tude acoustique spcifique et mise en uvre des solutions identifies comme les plus performantes par cette tude. (3)PTPElaboration d'un document prcisant les hypothses d'amnagement qui conditionnent l'atteinte de cette performance (5) DnTA 32 dB Elaboration d'un document prcisant les hypothses de cloisonnement qui conditionnent l'atteinte de cette performance (4) DnTA 35 dB Elaboration d'un document prcisant les hypothses de cloisonnement qui conditionnent l'atteinte de cette performance (4)PDnTA 38 dB Elaboration d'un document prcisant les hypothses de cloisonnement qui conditionnent l'atteinte de cette performance (4)9.2.5. Potentiel d'isolement au bruit arien entre locauxIsolement acoustique standardis pondr DnT,A (dB) entre bureaux individuels atteignable une fois les plateaux amnager cloisonns (entre planchers techniques et plafond filant)BTPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 150/239 148. 9CONFORT ACOUSTIQUE9.2.6. Sonorit la marcheClasse de sonorit la marche des revtements de sol (5)Revtements de sol a minima de classe B (6)B(1) Au moment de la rception, si ce niveau est mesur, il convient de se placer une distance de 2 mtres de la faade. (2) Ce niveau doit tre corrig du bruit rsiduel. (3) Il convient de s'assurer que les prescriptions de l'tude acoustique spcifique : - permettent de respecter l'exigence du niveau BASE, savoir AAEplafond 0,6 S(surface au sol) - assurent un niveau de confort suprieur celui qui serait obtenu par simple respect de l'exigence du niveau PERFORMANT, savoir AAEplafond 0,75 S(surface au sol) (4) Ce document devra tre remis l'exploitant. (5) La classe de sonorit la marche des revtements de sol est dfinie dans la norme NFS 31-074. Cette norme s'intresse au bruit de choc gnr par le revtement de sol quand on marche dessus, au sein d'un mme local. (6) La majorit des revtements de sol classiquement utiliss en ouvrage de bureaux entre dans les classes B et A.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 151/239 149. 9CONFORT ACOUSTIQUEBUREAUX INDIVIDUELS ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveauDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (dirune) 5 dB et DnTA,tr 30 dB 9.2.1. Isolement des locaux vis--vis de lespace extrieurIsolement acoustique standardis pondr vis--vis des bruits des infrastructures de transports terrestres DnTA,tr (1)BDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (dirune) 3 dB et DnTA,tr 30 dBPDnTA,tr DnTA,trrglementaire logement(dirune)TPet DnTA,tr 30 dB 9.2.2. Niveau de bruit de chocs transmis dans les locauxNiveau de pression pondr du bruit de choc standardis LnT,w peru dans les bureaux individuels9.2.3. Niveau de bruit dquipements dans les locauxNiveau de pression acoustique normalis LnAT (2)9.2.4. Acoustique interne des locauxAire d'absorption quivalente du plafond des bureaux individuels9.2.5. Isolement au bruit arien entre locauxIsolement acoustique standardis pondr DnT,A (dB) entre les bureaux individuels et tout type d'espace d'activit "bureau"9.2.6. Sonorit la marcheBLnT,w 57 dBPLnAT < 40 dB(A)BLnAT 38 dB(A)PLnAT 35 dB(A)Classe de sonorit la marche des revtements de sol (3)LnT,w 60 dBTPAAEplafond 0,6 S(surface au sol) Justification de l'homognit de l'AAE en toute zone du plateauBDnTA 38 dBBDnTA 40 dBPDnTA 43 dBTPRevtements de sol a minima de classe B (4)B(1) Au moment de la rception, si ce niveau est mesur, il convient de se placer une distance de 2 mtres de la faade. (2) Ce niveau doit tre corrig du bruit rsiduel. (3) La classe de sonorit la marche des revtements de sol est dfinie dans la norme NFS 31-074. Cette norme s'intresse au bruit de choc gnr par le revtement de sol quand on marche dessus, au sein d'un mme local. (4) La majorit des revtements de sol classiquement utiliss en ouvrage de bureaux entre dans les classes B et A.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 152/239 150. 9CONFORT ACOUSTIQUEESPACES OUVERTS ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveauDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (diurne) 5 dB et DnTA,tr 30 dB 9.2.1. Isolement des locaux vis--vis de lespace extrieurIsolement acoustique standardis pondr vis--vis des bruits des infrastructures de transports terrestres DnTA,tr (1)BDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (dirune) 3 dB et DnTA,tr 30 dBPDnTA,tr DnTA,trrglementaire logement(dirune)TPet DnTA,tr 30 dB 9.2.2. Niveau de bruit de chocs transmis dans les locauxNiveau de pression pondr du bruit de choc standardis LnT,w peru dans les espaces ouvertsLnT,w 60 dBBLnT,w 57 dBP9.2.3. Niveau de bruit dquipements dans les locauxNiveau de pression acoustique normalis LnAT (2)LnAT 45 dB(A)BLnAT 40 dB(A)TPAAEplafond 0,6 S(surface au sol) Justification de l'homognit de l'AAE en toute zoneBAAEplafond 0,75 S(surface au sol)9.2.4. Acoustique interne des locauxAire d'absorption quivalente du plafond des espaces ouverts Etude acoustique spcifiqueJustification de l'homognit de l'AAE en toute zone Ralisation d'une tude acoustique spcifique et mise en uvre des solutions identifies comme les plus performantes par cette tude. (3)PTPElaboration d'un document prcisant les hypothses d'amnagement qui conditionnent l'atteinte de cette performance (4) 9.2.5. Isolement au bruit arien entre locaux9.2.6. Sonorit la marcheIsolement acoustique standardis pondr DnT,A (dB) entre espaces ouverts Classe de sonorit la marche des revtements de sol (5)DnTA 32 dBBDnTA 35 dBPDnTA 38 dBTPRevtements de sol a minima de classe B (6)B(1) Au moment de la rception, si ce niveau est mesur, il convient de se placer une distance de 2 mtres de la faade. (2) Ce niveau doit tre corrig du bruit rsiduel. (3) Il convient de s'assurer que les prescriptions de l'tude acoustique spcifique : - permettent de respecter l'exigence du niveau BASE, savoir AAEplafond 0,6 S(surface au sol) - assurent un niveau de confort suprieur celui qui serait obtenu par simple respect de l'exigence du niveau PERFORMANT, savoir AAEplafond 0,75 S(surface au sol) (4) Ce document devra tre remis l'exploitant. (5) La classe de sonorit la marche des revtements de sol est dfinie dans la norme NFS 31-074. Cette norme s'intresse au bruit de choc gnr par le revtement de sol quand on marche dessus, au sein d'un mme local. (6) La majorit des revtements de sol classiquement utiliss en ouvrage de bureaux entre dans les classes B et A.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 153/239 151. 9CONFORT ACOUSTIQUEBUREAUX COLLECTIFS ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveauIsolement acoustique standardis pondr vis--vis des bruits des infrastructures de transports terrestres DnTA,tr (1)9.2.2. Niveau de bruit de chocs transmis dans les locauxNiveau de pression pondr du bruit de choc standardis LnT,w peru dans les bureaux collectifs9.2.3. Niveau de bruit dquipements dans les locauxNiveau de pression acoustique normalis LnAT (2)BDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (diurne) 3 dB et DnTA,tr 30 dBPDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (diurne) et DnTA,tr 30 dB9.2.1. Isolement des locaux vis--vis de lespace extrieurDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (diurne) 5 dB et DnTA,tr 30 dBTPLnT,w 60 dBBLnT,w 57 dBPLnAT < 40 dB(A)BLnAT 38 dB(A)PLnAT 35 dB(A)TPAire d'absorption quivalente du plafond : AAEplafond 0,6 S(surface au sol du plateau)BJustification de l'homognit de l'AAE en toute zone AAEplafond 0,75 S(surface au sol) 9.2.4. Acoustique interne des locauxAire d'absorption quivalente du plafond des bureaux collectifs Etude acoustique spcifiqueJustification de l'homognit de l'AAE en toute zone Ralisation d'une tude acoustique spcifique et mise en uvre des solutions identifies comme les plus performantes par cette tude. (3)PTPElaboration d'un document prcisant les hypothses d'amnagement qui conditionnent l'atteinte de cette performance (4) 9.2.5. Isolement au bruit arien entre locaux9.2.6. Sonorit la marcheIsolement acoustique standardis pondr DnT,A (dB) entre : - bureaux collectifs - bureau collectif et espace ouvert Classe de sonorit la marche des revtements de sol (5)DnTA 35 dBBDnTA 38 dBPDnTA 40 dBTPRevtements de sol a minima de classe B (6)B(1) Au moment de la rception, si ce niveau est mesur, il convient de se placer une distance de 2 mtres de la faade. (2) Ce niveau doit tre corrig du bruit rsiduel. (3) Il convient de s'assurer que les prescriptions de l'tude acoustique spcifique : - permettent de respecter l'exigence du niveau BASE, savoir AAEplafond 0,6 S(surface au sol) - assurent un niveau de confort suprieur celui qui serait obtenu par simple respect de l'exigence du niveau PERFORMANT, savoir AAEplafond 0,75 S(surface au sol) (4) Ce document devra tre remis l'exploitant. (5) La classe de sonorit la marche des revtements de sol est dfinie dans la norme NFS 31-074. Cette norme s'intresse au bruit de choc gnr par le revtement de sol quand on marche dessus, au sein d'un mme local. (6) La majorit des revtements de sol classiquement utiliss en ouvrage de bureaux entre dans les classes B et A.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 154/239 152. 9CONFORT ACOUSTIQUEESPACES ASSOCIES ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 9.2.1. Isolement des locaux vis--vis de lespace extrieurIsolement acoustique standardis pondr vis--vis des bruits des infrastructures de transports terrestres DnTA,tr (1)DnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (dirune) 5 dB et DnTA,tr 30 dBNiveauBSalles de runion / Espaces dtente ferms Sans exigence9.2.2. Niveau de bruit de chocs transmis entre locauxCirculations / Espaces dtente ouverts Sans exigence Niveau de pression pondr du bruit de choc standardis LnT,wHalls Sans exigenceBEspaces de restauration Ralisation d'une tude acoustique spcifique et respect des exigences de cette tude. Espaces acoustiques Sans exigence Salles de runion / Espaces dtente ferms Sans exigence9.2.3. Niveau de bruits dquipements dans les locauxCirculations / Espaces dtente ouverts Sans exigence Niveau de pression acoustique normalis LnAT (2)Halls Sans exigenceBEspaces de restauration Ralisation d'une tude acoustique spcifique et respect des exigences de cette tude. Espaces acoustiques Sans exigence Salles de runion / Espaces dtente ferms AAEplafond 0,6 S(surface au sol) Circulations / Espaces dtente ouverts AAEtotale 0,5 S(surface au sol)9.2.4. Acoustique interne des locauxIndicateurs spcifiques relatifs l'acoustique interneHalls AAE 0,33 S(surface au sol ) Ralisation d'une tude acoustique spcifique et respect des exigences de cette tude.BEspaces de restauration Ralisation d'une tude acoustique spcifique et respect des exigences de cette tude. Espaces acoustiques Ralisation d'une tude acoustique spcifique et respect des exigences de cette tude.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 155/239 153. 9CONFORT ACOUSTIQUESalles de runion / Espaces dtente ferms DnTA 40 dB (3) Circulations / Espaces dtente ouverts DnTA 28 dB 9.2.5. Isolement au bruit arien entre locauxIsolement acoustique standardis pondr DnT,A entre locauxHalls Sans exigence Espaces de restauration Ralisation d'une tude acoustique spcifique et respect des exigences de cette tude.BEspaces acoustiques Ralisation d'une tude acoustique spcifique et respect des exigences de cette tude. Salles de runion / Espaces dtente ferms Revtements de sol a minima de classe B (5)9.2.6. Sonorit la marcheClasse de sonorit la marche des revtements de sol (4)Circulations / Espaces dtente ouverts Revtements de sol a minima de classe B (5)BHalls Sans exigence Espaces de restauration Sans exigence Espaces acoustiques Sans exigence (1) Au moment de la rception, si ce niveau est mesur, il convient de se placer une distance de 2 mtres de la faade. (2) Ce niveau doit tre corrig du bruit rsiduel. (3) Si l'ouvrage est livr en configuration "plateaux amnager", il s'agit alors du potentiel d'isolement au bruit arien. Il convient alors que le matre d'ouvrage labore un document prcisant les hypothses de cloisonnement qui conditionnent l'atteinte de la performance, et qu'il remette ce document l'exploitant. (4) La classe de sonorit la marche des revtements de sol est dfinie dans la norme NFS 31-074. Cette norme s'intresse au bruit de choc gnr par le revtement de sol quand on marche dessus, au sein d'un mme local. (5) La majorit des revtements de sol classiquement utiliss en ouvrage de bureaux entre dans les classes B et A.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 156/239 154. 9CONFORT ACOUSTIQUEPerformance de la sous-cibleBUREAU PREOCCUPATIONSPlateaux amnagerB9.2.1 P TPB9.2.2 P TPB9.2.3 P TPB9.2.4 P TPB9.2.5 P TPB9.2.6 P TPB9.2.1 P TPB9.2.2 P TPB9.2.3 P TPB9.2.4 P TPB9.2.5 P TPB9.2.6 P TPB9.2.1 P TPB9.2.2 P TPB9.2.3 P TPB9.2.4 P TPB9.2.5 P TPB9.2.6 P TPB9.2.1 P TPB9.2.2 P TPB9.2.3 P TPB9.2.4 P TPB9.2.5 P TPB9.2.6 P TPB9.2.1 P TPB9.2.2 P TPB9.2.3 P TPB9.2.4 P TPB9.2.5 P TPB9.2.6 P TPB P TPBureaux individuels B P TPEspaces ouverts B P TPBureaux collectifs B P TPEspaces associs B P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 157/239 155. 9CONFORT ACOUSTIQUEOuvrage livr "en blanc"SOUS CIBLE 9.2Plateaux amnager B P TPEspaces associs B P TPB P TPOuvrage livr "amnag"SOUS CIBLE 9.2Bureaux individuels B P TPBureaux collectifs B P TPEspaces ouverts B P TPEspaces associs B P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 9 158/239 156. 10 CONFORT VISUELRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 159/239 157. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8CONFORT HYGROTHERMIQUE9ECO-GESTIONRELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT4CONFORT1CONFORT ACOUSTIQUE10CONFORT VISUEL0 CONFORT OLFACTIF12SANTE11QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 160/239 158. 10CONFORT VISUELINTRODUCTION ______________________________ Lexigence de confort visuel consiste trs gnralement dune part voir certains objets et certaines lumires (naturelles et artificielles) sans tre bloui, et dautre part avoir une ambiance lumineuse satisfaisante quantitativement en termes dclairement et dquilibre des luminances, et qualitativement en termes de couleurs. Ceci afin de faciliter le travail, les activits diverses, dans un souci de qualit, de productivit, ou dagrment, en vitant la fatigue et les problmes de sant lis aux troubles visuels. Utilise bon escient, la lumire naturelle a des effets positifs, physiologiquement et psychologiquement, et est recommande par le Code du Travail. Afin de raliser les conditions de confort visuel dans lenvironnement intrieur des btiments, il convient dassurer : un clairage naturel optimal en terme de confort afin de profiter au mieux de la lumire naturelle ; le matre douvrage doit assurer un niveau dclairement suffisant pour les tches visuelles accomplir et limiter les risques dblouissement produits par le soleil (direct ou indirect) ; un clairage artificiel satisfaisant en labsence ou en complment de lumire naturelle. Le matre douvrage cherche gnralement obtenir un niveau dclairement artificiel suffisant et rparti uniformment pour la tche visuelle accomplir (saufs cas particuliers, et contraintes lies au travail sur cran). Il cherche galement limiter les risques dblouissement par les luminaires et avoir une qualit de la lumire mise satisfaisante en terme de rendu des couleurs et de couleur apparente.10.1. Assurance d'un clairement naturel optimal tout en vitant ses inconvnients (blouissement)10.2. Eclairage artificiel confortableRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 161/239 159. 10CONFORT VISUELEVALUATION DE LA CIBLE 10 ___________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 10B10.1 PTPB10.2 PTPB PTPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Lorganisation du plan-masse et des espaces extrieurs, lorientation des baies vitres, les vues sur lextrieur, interfrent avec le confort visuelCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Performances "visuelles" des produitsCible 4 "Gestion de lnergie" Favoriser lclairage naturel a normalement pour consquence une diminution des consommations dlectricit pour lclairage artificielCible 7 "Maintenance Prennit des performances environnementales" Les baies vitres comme les systmes dclairage artificiel ncessitent un accs facile et une simplicit dentretien et de maintenanceCible 8 "Confort hygrothermique" De grandes baies vitres conduisent souvent des surchauffes en t, des dperditions thermiques supplmentaires et une asymtrie de rayonnement en hiverCible 9 "Confort acoustique" De nombreuses ou de grandes baies vitres peuvent tre dfavorables au confort acoustique et constituer des points faibles pour lisolation acoustiqueINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Bureaux paysagers et plateaux non amnags : des prcautions sont prendre par celui qui amnagera les lieux.REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Association Franaise de Normalisation (AFNOR), "Principes d'ergonomie visuelle applicables [A] [A] l'clairage des lieux de travail"; norme NF X 35-103, 1990Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 162/239 160. CONFORT VISUEL10[B] Association Franaise de l'clairage (AFE), "Recommandations relatives l'clairage intrieur [B] [B] des lieux de travail", 1993, Socit d'ditions LUX [C] Norme NF EN 12464-1 "Lumire et clairage clairage des lieux de travail Partie 1 : Lieux [C] [C] de travail intrieur", Juin 2003, AFNOR [D] Association Franaise de l'clairage (AFE), "clairage et travail sur crans de visualisation", [D] [D] 2me dition, 1997, Socit d'ditions LUX [E] Service Technique de l'ducation Nationale (STEN), "Cahier des recommandations techniques [E] [E] Constructions scolaires", 1986, Ministre de l'ducation nationale [F] Centre de Conseil Technique aux Collectivits Territoriales (CCTCT), "clairage naturel et [F] [F] clairage artificiel dans les tablissements scolaires", Pierrette Chauvel, 1989, Ministre de l'ducation nationale [G] Code du travail : articles R232-7-1 R232-7-10 et articles R235-2, R235-2-1 et R235-2-2 [ G] [ G] [H] RT 2005 - Dcret n2006-592 du 24 mai 2006 relatif aux caractristiques thermiques et la [H] [H] performance nergtique des constructions Journal Officiel du 25 mai 2006 http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SOCU0610624D# [I] RT 2005 Arrt du 24 mai 2006 relatif aux caractristiques thermiques des btiments [ I] [ I] nouveaux et des parties nouvelles de btiments - J.O du 25 mai 2006 http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=SOCU0610625ARfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 163/239 161. 10CONFORT VISUEL10.1ASSURANCE D'UN ECLAIREMENT NATUREL OPTIMAL TOUT EN EVITANT SES INCONVENIENTS (EBLOUISSEMENT)Introduction Les locaux o se droulent des activits prolonges doivent avoir accs la lumire du jour (sauf contradiction lie au type dactivit), et cela afin dapporter des effets positifs, physiologiquement et psychologiquement, leurs usagers. De plus, ces locaux doivent permettre la vue sur lextrieur. Ces deux exigences font partie du Code de Travail, et sont appliques ici aux types de btiments concerns par cette certification. Sont considres comme des zones occupation prolonge : les zones dimplantation des postes de travail ; les zones dimplantation des locaux de travail des lves, tudiants et enseignants ; les espaces en gnral frquents par le public.En outre, les zones doccupation, y compris celles situes en fond de pice, ont besoin dun clairement naturel suffisant (selon le type de local), quantifiable travers le facteur de lumire du jour (FLJ). Le FLJ est la proportion en % de lclairement naturel extrieur dans des conditions de ciel couvert, incluant les rflexions sur l'environnement extrieur proche (sol, masques proches et lointains, etc.), disponible sur le plan de travail ; il doit tre ici applicable jusqu une profondeur gale deux fois la distance entre le plan de travail et le niveau du plafond. Pour prendre en compte les carts de nombre de jours de ciel couvert entre les diffrentes rgions de France, une rduction de 0,5% du FLJ doit tre prvue pour les oprations situes dans les zones climatiques [ I] H1c, H2c, H2d et H3 dfinies dans lArrt [I] . Des logiciels, intgrant plus ou moins de [ I] complexit, permettent la quantification du FLJ. Le type de ciel considrer est le ciel couvert Moon & Spencer, normalis par la CIE (Commission Internationale de lEclairage). Afin dviter leffet de compensation induit par le calcul dune moyenne arithmtique entre locaux, il est prfrable, lorsque le raisonnement est fait lchelle du btiment, dintroduire le pourcentage des locaux rpondant la proccupation. Ce pourcentage dpend de lusage du btiment. Le confort tant souvent atteint, non par le respect dune valeur minimale, mais plutt lorsquil se trouve dans un certain intervalle, il convient dviter un trop fort clairement naturel, ce qui serait inconfortable prs des baies vitres, et interfrerait de faon ngative avec dautres cibles de QEB (voir plus haut). Des compromis astucieux sont donc trouver lors de la conception. Les inconvnients viter sont lblouissement (d au soleil, direct mais aussi indirect) et les contrastes lumineux trop forts. La notion de luminance (mesure en candela / m2) est utile ici, et le matre douvrage recherchera un bon quilibre des luminances, par des revtements peu ou pas brillants, par des couleurs appropries, des protections solaires adaptes, etc., en dclinant la caractristique selon le type de local. Le matre douvrage accordera un soin particulier aux locaux dans lesquels un travail sur cran est prvu et dans les zones de projection, considrs comme trs sensibles lblouissement, et privilgiera des protections solaires mobiles. Du fait de leurs spcificits, les caractristiques sont prsentes par type douvrage.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 164/239 162. 10CONFORT VISUELTableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul Bureaux : 100% Salles d'enseignement : 100% 10.1.1. Disposer daccs Part des locaux occupation la lumire du jour dans prolonge disposant daccs la les locaux occupation lumire du jour (en premier ou prolonge second jour)Niveau BBureaux : 100% Salles d'enseignement : 100% Autres espaces : accs la lumire du jour, mais sans exigence de pourcentageTP(salle de runion, centre de documentation, salle de restaurant, espaces intrieurs de dtente)Salles d'enseignement, bureaux cloisonns et paysagers : 100% Autres espaces : 40% 10.1.2. Disposer daccs des vues sur lextrieur depuis les zones doccupation des locaux occupation prolongePart des locaux occupation prolonge disposant daccs des vues sur lextrieur lhorizontale du regard (depuis les postes de travail) (1) (2)Salles d'enseignement, bureaux cloisonns et paysagers : 100% Autres espaces : 60% (salles de runion, centre de documentation, salle de restaurant, espaces intrieurs de dtente)Facteur de lumire du jour (FLJ) jusqu une certaine profondeur (3)10.1.3. Disposer dun clairement naturel minimal dans les zones doccupationConditions particulires (non cumulables) : - Rduire les seuils de 0,5% quand les locaux sont utiliss de faon intermittente - Rduire les seuils de 0,5% quand un travail sur cran est prvu - Rduire les seuils de 0,5% en zones climatiques H1c, H2c, H2d et H3 de la RT 2005Bureaux : FLJ 2% pour 80% des locaux FLJ 1,5% pour le reste Salles denseignement : FLJ 2% dans au moins 80% des locaux, FLJ 1,5% pour le resteSalles denseignement : FLJ 2,5% dans au moins 80% des locaux, FLJ 2% pour le resteHall(s) daccueil disposant de la lumire du jour Circulations disposant de lumire du jour (6)TPBBureaux : FLJ 2,5% pour 80% des locaux FLJ 2% pour le resteBureaux : FLJ 2,5% pour 80% des locaux FLJ 2% pour le reste Si prsence de bureaux paysagers : Salles denseignement : Dispositions prises pour amliorer FLJ 2,5% pour 80% des locaux lclairement naturel des postes de FLJ 2% pour le reste travail de second rang et plus par rapport la faade. tude des conditions dclairement naturel : dispositions satisfaisantes (4) (5)10.1.4 Disposer de lumire du jour dans les circulationsB(salles de runion, centre de documentation, salle de restaurant)Hall(s) daccueil disposant de la lumire du jour 50% des circulations disposant de la lumire du jour (1)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007PTPPTPCible 10 165/239 163. 10CONFORT VISUELTraitement des locaux trs sensibles lblouissement : dispositions satisfaisantes10.1.5. Eviter lblouissement direct ou indirectDispositions prises pour viter lblouissement direct et indirect d au soleil dans les locaux sensibles et trs sensibles lblouissementBLocaux sensibles et trs sensibles lblouissement : Identification des locaux concerns tude des conditions dblouissement Dispositions satisfaisantesPLocaux sensibles et trs sensibles lblouissement : Identification des locaux concerns tude des conditions dblouissement Dispositions satisfaisantes Choix de protections solaires mobilesTP(1) Les pourcentages de locaux sentendent au prorata des surfaces. (2) Le non accs une vue extrieure lhorizontale du regard, qui est une exigence du Code du Travail, ne peut se justifier que par un problme de qualit de vue (trafic trs proche, dchetterie, talus ou mur proche, etc.) ou par la privacit des lieux (ex : infirmerie). (3) Il est rappel que ce facteur de lumire du jour sapplique jusqu une profondeur gale deux fois la distance entre le plan de travail et le niveau du plafond. Les masques proches et lointains doivent tre pris en compte. (4) Viser un FLJ minimum de 1% en travaillant certains paramtres comme les facteurs de rflexion des parois, lutilisation dtagres lumire (reportant une partie de lclairement en profondeur), lutilisation de second jour, le travail sur les parties hautes des baies, etc. (5) On veillera ne pas rendre les postes de travail situs en faade inconfortables par un clairement naturel trop abondant. A cet effet, on pourra adopter des dispositifs mobiles de modulation dapport de lumire naturelle sur les postes de premier rang sans trop dgrader le FLJ des postes plus loigns (ex : baie compose dune partie basse occultable et dune partie haute). On veillera galement ce que les conditions acoustiques dambiance (voir cible n9) soient suffisamment bien traites pour viter terme que des cloisons plus ou moins hautes et opaques ne viennent faire obstacle la pntration de la lumire naturelle. (6) Par circulations, on entend les espaces intrieurs tels que les halls, les couloirs reliant les locaux nobles entre eux. On ne donne pas ici de FLJ minimum.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 10.110.1.1 BP10.1.2 TPBP10.1.3 TPBP10.1.4 TPBP10.1.5 TPBPTPB P TP* ** : si applicable, sinon niveau PRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 166/239 164. 10CONFORT VISUEL10.2ECLAIRAGE ARTIFICIEL CONFORTABLEIntroduction Lclairage artificiel doit tre conu pour fonctionner en labsence dclairage naturel, et en appoint de celui-ci lorsquil est disponible ; cela pour des raisons dutilisation rationnelle de lnergie, traites dans la cible 4 "Gestion de lnergie" ; cest cette cible qui traite de lusage de lclairage artificiel uniquement lorsque cest ncessaire. Les caractristiques importantes sont le niveau dclairement, le coefficient duniformit de lclairage de fond pour des locaux de plus de 20m2, les dispositions assurant un bon quilibre des luminances (luminaires basse ou trs basse luminance) et vitant lblouissement. Ainsi, quantitativement, la premire caractristique retenue est le niveau dclairement moyen maintenir dans les locaux(1), selon leurs usages, correspondant aux valeurs au-dessous desquelles le niveau ne peut pas descendre (selon la norme NF EN 12464). Le rfrentiel fixe galement des seuils pour assurer une bonne uniformit de lclairage de fond pour des locaux de plus de 20m2, dfini tantt par le rapport U calcul entre lclairement minimal (Emini) et le lclairement moyen (Emoyen), tantt par le rapport maximum e/h (e : entraxe entre 2 luminaires, pris paralllement aux parois, cest--dire suivant les 2 directions principales du local, et h : distance dun luminaire au plan utile). Les seuils de U ont comme origine la norme europenne (Performant) ou les recommandations franaises (Trs Performant). Qualitativement, les deux autres caractristiques retenues sont la temprature de couleur et lindice de rendu des couleurs. Il convient de prciser que les critres associes ces paramtres quantitatifs et qualitatifs sont dcliner par type de local, et que dans certains cas assez rares (effet architectural particulier recherch) le matre douvrage pourra sen carter quelque peu, en restant toutefois prudent. De plus, la satisfaction en matire de confort visuel tant variable dun individu lautre, il est souhaitable de permettre aux usagers des tablissements denseignement et de bureaux de matriser leur ambiance visuelle, de faon permettre des adaptations aux besoins de chacun. Cette matrise doit tre rendue possible grce au fractionnement de lclairage en gnral, la mise en place de graduateurs de lumire ou dun rseau de prises, etc.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveau(4)10.2.1. Disposer dun niveau dclairement optimal selon les activits prvues10.2.2. Assurer une bonne uniformit de lclairage de fond pour des locaux de plus de 20m2Niveau dclairement moyen maintenir dans les locaux, selon leurs usages (1) (2)Coefficient duniformit U = Emini/Emoyen ou Rapport maximum e/h(5)Bureaux : 300 lux Enseignement (2) : 300 lux (salles de classe denseignement primaire et secondaire) et 500 lux (salles de cours du soir et denseignement aux adultes)BU 0,7 (ou U 0,6) (6) ou Rapport e/h allant de e/h 1,2 pour un luminaire de classe A e/h 2,3 pour un luminaire de classe J (3)PRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 167/239 165. 10CONFORT VISUELU 0,8 (ou U 0,7) (6) ou Rapport e/h allant de e/h 1 pour un luminaire de classe A e/h 2 pour un luminaire de classe J (3) 10.2.3. Eviter lblouissement d lclairage artificiel et rechercher un quilibre des luminances de l'environnement lumineux intrieurDispositions prises pour viter lblouissement en clairage artificiel dans les locaux sensibles et trs sensibles lblouissementIdentification des locaux Etude des conditions dblouissement Dispositions satisfaisantesBDispositions prises pour assurer un bon quilibre des luminances en clairage artificielEtude des conditions dquilibre des luminances de lambiance intrieure Dispositions satisfaisantesPPour des activits courantes (7) : Tc 3000 K et IRC 80Assurer des tempratures de couleur Tc et des indices de rendu des couleurs IRC adapts aux activits des locaux10.2.4. Assurer une qualit agrable de la lumire miseTPBPour des activits ncessitant une distinction fine des couleurs : Tc 5000 K et IRC 90 Bureaux Dispositions satisfaisantes10.2.5. Matrise de Dispositions prises pour permettre lambiance visuelle par les aux usagers de matriser leur usagers ambiance visuellePEnseignement - Dispositions satisfaisantes(1) La notion d'clairement moyen maintenir remplace la notion d'clairement moyen en service utilise jusqu' prsent. Le niveau maintenir se traduit par une valeur plus faible que le niveau en service. Dfinition donne dans la NF EN 12464-1 : valeur en dessous de laquelle lclairement moyen de la surface considre ne peut pas descendre. Il sagit de lclairement moyen au moment o la maintenance doit tre assure. (2) Voir la norme NF EN 12464, trs complte, qui distingue de nombreux types de locaux. Par exemple, pour les btiments denseignement, une vingtaine de zones sont rfrences, pour lesquelles les clairements ( maintenir) sont dfinis (circulations, cuisine, salle de dessin, etc.) (3) On considre une volution linaire du rapport e/h en fonction des 10 classes de luminaires. (4) Cette valeur est nettement infrieure aux valeurs donnes dans la norme NF EN 12464, mais la pratique des professionnels tend montrer quune valeur de 300 lux est suffisante. Pour des usages particuliers (dessin industriel par ex) adopter des valeurs adaptes (voir norme dj cite), ventuellement en distinguant clairage de fond et clairage de tche. (5) Le rapport e/h considre des espacements (entraxes) entre luminaires qui sont parallles aux parois du local. Pour que le rapport e/h ait un sens pour estimer luniformit de lclairement dans des locaux de petite taille, il faut quil y ait au moins 4 luminaires (2 x 2). (6) Le coefficient duniformit U doit tre suprieur ou gal 0,7 et 0,8 lorsquon ne dispose que dun clairage gnral, pour atteindre respectivement les niveaux P et TP. Lorsque les postes de travail disposent dun clairage de complment, le coefficient duniformit minimum requis est alors respectivement de 0,6 et 0,7. (7) Locaux tels que bureaux et salles de classe banalises.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 10.210.2.1 BP10.2.2 TPBP10.2.3 TPBP10.2.4 TPBP10.2.5 TPBPTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 10 168/239 166. 11 CONFORT OLFACTIFRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 169/239 167. Les 14 cibles de Qualit Environnementale du BtimentECO-CONSTRUCTION11CONFORT OLFACTIF2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8CONFORT HYGROTHERMIQUE9ECO-GESTIONRELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT4CONFORT1CONFORT ACOUSTIQUE10CONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF1 SANTE12QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 170/239 168. CONFORT OLFACTIF11INTRODUCTION ______________________________ En matire de risque sanitaire, le champ des connaissances des effets des polluants sur les individus est ingal d'un polluant l'autre. Les tudes rcentes dans le domaine de la qualit de l'air permettent de matriser ce champ de connaissances pour certains polluants de l'air (odeurs), et des solutions existent pour assurer le confort. Les odeurs peuvent provenir de diffrentes origines telles que : les produits de construction (matriaux, revtements, isolants, etc.) les quipements (ameublement, systmes nergtiques, systme de production d'eau chaude, etc.) les activits prsentes au sein du btiment (entretien, travaux, etc.) le milieu environnant le btiment (sol, air extrieur, etc.) les usagers (leurs activits et leurs comportements). En terme de confort olfactif, les exigences des usagers consistent gnralement : ne pas sentir certaines odeurs considres comme fortes et/ou dsagrables ; retrouver certaines odeurs considres comme agrables.11.1. Garantie d'une ventilation efficace 11.2. Matrise des sources d'odeurs dsagrablesNOTA : La frontire entre le confort olfactif et la qualit sanitaire de l'air est trop mince pour que le rfrentiel puisse distinguer des proccupations et des critres intgralement spcifiques l'une ou l'autre de ces thmatiques. C'est pourquoi la structure et le contenu des cibles 11 et 13 sont fortement similaires.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 171/239 169. 11CONFORT OLFACTIFEVALUATION DE LA CIBLE 11 ___________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 11B11.1 PTPB11.2 PTPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Identification des sources de nuisances olfactives prsentes sur la parcelleCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Choix de produits faiblement metteurs d'odeursCible 4 "Gestion de l'nergie" Consommations nergtiques du systme de ventilation pour garantir une ventilation efficace en terme de confort olfactifCible 7 "Maintenance Prennit des performances" Dispositions et moyens assurant la prennit de l'efficacit du systme de ventilationCible 8 "Confort hygrothermique" Trouver le meilleur compromis pour les dbits de ventilation : ils doivent tre suffisant pour limiter la prsence d'odeurs, tout en n'induisant pas d'inconfort par un effet de courant d'air.Cible 9 "Confort acoustique" Performance acoustique des quipements de ventilation Nuisances sonores engendres par la ventilationCible 13 "Qualit sanitaire de l'air" Lien trs fort entre confort olfactif et qualit de l'air (la structure des deux cibles est similaire)INTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.1 - Analyse du site Identification des sources d'odeurs extrieures au btimentAnnexe A.6 - Plan prvisionnel d'entretien et de maintenance Prconisations pour le choix d'quipements et de l'ameublement faible impact olfactif.Annexe A.7 - Carnet de vie du btiment Il doit y figurer les sources d'odeurs existantes pour le projet, les dispositions architecturales et les dispositifs techniques mis en uvre pour limiter les effets de ces sources, et les caractristiques olfactives des produits de construction mis en uvre.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 172/239 170. CONFORT OLFACTIF11REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Norme exprimentale NF X 43-103 Qualit de lair, Mesures olfactomtriques Mesurage de [A] [A] lodeur dun effluent gazeux Mthodes supraliminaires , Juin 1996, indice de classement X 43-103 [B] European Collaborative Action Indoor Air Quality & its Impact on Man , Report n 20: [B] [B] Sensory Evaluation of Indoor Air Quality, 1999, EUR 18676 EN, Office for Official Publications of the European Communities (ISBN 92-828-5699-2)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 173/239 171. 11CONFORT OLFACTIF11.1GARANTIE D'UNE VENTILATION EFFICACEIntroduction Une ventilation efficace pour la qualit de lair intrieur est avant tout une ventilation qui assure un dbit de renouvellement d'air neuf suffisant au regard de l'activit d'un local. Il convient de se conformer aux rgles dhygine rglementaires en la matire qui portent sur les dbits d'air neuf, de transit ou extraire, ainsi que sur les rgles de transferts et de recirculation, en fonction du contexte de l'opration et de l'activit des locaux. Pour une opration HQE, il convient que la rgulation des dbits ne repose pas exclusivement sur laction des occupants : un systme de ventilation spcifique doit alors tre envisag. On entend par "systme spcifique" tout systme autre que la simple ouverture manuelle des fentres. Autrement dit, il n'est nullement impos le recours des systmes mcaniques, et la ventilation naturelle a toute sa place dans cette dfinition. Mais une ventilation n'est efficace que si les dbits prescrits sont assurs pendant les priodes d'occupation, et si les occupants peuvent intervenir ponctuellement en vue d'adapter les dbits face une pollution olfactive. La ventilation doit galement permettre que l'air neuf entrant soit diffus correctement dans l'ensemble des locaux. La diffusion correcte de lair neuf implique tout dabord dassurer une atmosphre saine chaque jour pour les occupants (notons que la rglementation impose dassurer une ventilation du btiment suffisamment longtemps avant larrive des occupants). Il sagit galement de garantir le maintien de la qualit de lair dans le rseau damene dair neuf dans le cas o il y a soufflage dair (ce qui est le cas pour la ventilation double flux notamment). En effet, bactries et germes risquent de se dvelopper au passage de lair sur les filtres et dans les humidificateurs. La qualit de lair peut galement tre affecte par la dgradation des matriaux prsents dans les conduits damene dair. Enfin, l'air vici doit galement tre vacu de faon optimale, en particulier pour les locaux pollution spcifique. Nota : la structure et l'valuation de cette sous-cible est totalement identique celle de la souscible 13.1.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul11.1.1. Assurer des dbits Dbits d'air neufs, transfr, et/ou d'air adapts l'activit extrait par local des locaux11.1.2. Assurer la matrise des dbits dairMaintien des dbits d'air prescritsNiveauSystme de ventilation spcifique assurant les dbits hyginiques rglementaires. (1)BSystme de ventilation spcifique, l'exclusion de la simple ouverture des fentres, assurant des dbits dair optimiss pour l'activit des locaux.PDispositions prises pour assurer le maintien des dbits dair prescrits. (2)PRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 174/239 172. 11CONFORT OLFACTIF11.1.3. Assurer une distribution saine de lair neufDispositions prises pour assurer : le redmarrage de la ventilation avant le dbut de la priode d'occupation la qualit de l'air amen par conduit (3) l'extraction optimale de l'air viciDispositions justifies et satisfaisantes : pour le redmarrage de la ventilation avant le dbut de la priode d'occupationBDispositions justifies et satisfaisantes : pour le redmarrage de la ventilation avant le dbut de la priode d'occupation pour la qualit de l'air amen par conduit(3) pour l'extraction optimale de l'air viciP(1) Ventilation naturelle ou mcanique. La ventilation par ouverture des fentres est autorise en Base, ds lors qu'il ne s'agit pas d'ouverture manuelle. Dans le cas o cette solution est choisie, il convient de justifier que ce systme de ventilation n'engendre pas de nuisances acoustiques pour les usagers pour les locaux sur des faades exposes au bruit. (2) Dispositions possibles : En cas de ventilation mcanique : rflexion sur l'tanchit des rseaux (classe du rseau de ventilation mesure des dbits) En cas de ventilation sans soufflage d'air : rflexion sur l'tanchit du bti (3) En cas de systme mcanique : filtration de l'air neuf en amont des locaux, mise en place d'un dispositif avertisseur de colmatage, remplacement du filtre jetable avant livraison du btimentPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 11.111.1.1 BP11.1.2 TPBP11.1.3 TPBPTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 175/239 173. 11CONFORT OLFACTIF11.2 11.2MAITRISE DES SOURCES D'ODEURS DESAGREABLESIntroduction Les odeurs dsagrables peuvent provenir de deux origines qui conditionnent le champ daction du matre d'ouvrage et de ses quipes : Les sources extrieures au btiment : air extrieur (activits industrielles, rseaux routiers et voiries, rseaux et infrastructures d'assainissement et de dchets) et sol (radon, polluants chimiques). Le matre d'ouvrage n'a pas d'action directe sur les sources. Il ne peut intervenir que sur les dispositions prendre pour limiter lentre des odeurs dans le btiment. Les sources internes au btiment : produits de construction, produits d'entretien et de maintenance, ameublement, activits et usagers. Le matre d'ouvrage dispose de deux types d'action : limiter les sources ou limiter leurs effets en prenant des dispositions architecturales adquates. En ce qui concerne la rduction des sources, le prsent rfrentiel se limite aux produits de construction car ils constituent la source principale, et qui plus est, ce sont des lments sur lesquels le matre d'ouvrage peut intervenir. Nota : la structure de cette sous-cible est analogue celle de la sous-cible 13.2 relative aux sources de pollution.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 11.2.1. Identifier les sources d'odeursSources d'odeurs11.2.2. Rduire les effets des sources d'odeursDispositions architecturales prises pour rduire les effets des sources d'odeurs11.2.3. Limiter les sources d'odeursEmissions d'odeurs des produits de construction (2)Identification des sources d'odeurs, tout au long du projetNiveau BDispositions justifies et satisfaisantes : limitation de l'entre d'odeurs provenant du milieu extrieur (1)organisation des espaces intrieurs pour limiter les nuisances internes au btiment vacuation des odeurs Emissions d'odeurs connues pour 25% des lments de la famille suivante : revtements intrieurs (sol, mur, plafond)BPPrise en compte du critre olfactif a minima dans le choix du produit pour l'lment le plus impactant de cette famille. (3)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 176/239 174. 11CONFORT OLFACTIFEmissions d'odeurs connues pour 50% des lments des familles suivantes : revtements intrieurs (sol, mur, plafond) isolants thermiques matriaux acoustiquesTPPrise en compte optimale du critre olfactif dans le choix de produits de ces familles. (4) (1) Disposer les entres d'air neuf hors des pollutions directes : voies de circulation importantes, zone de rejet d'air vici, sur une faade expose au vent dominant ramenant une pollution locale (activit), etc. (2) La connaissance des caractristiques sanitaires des produits de construction fait partie de l'exigence essentielle "Hygine, sant et environnement" de la Directive Produits de Construction (89/106/CEE). Les caractristiques sanitaires des produits devront tre prsentes accompagnes des mthodes et protocoles d'valuation pratiqus. Cette valuation des produits peut tre effectue en complment des procdures d'Avis technique par le CESAT (Comit Environnement-Sant de l'Avis Technique) et prochainement en complment des certifications de produits de construction. Le protocole CESAT prend en compte 5 types de caractristiques sanitaires, values l'aide des normes et protocoles d'valuation europens disponibles : Emissions d'odeurs - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et NF X 43-103 ; Protocole europen ECA (rapport n18, 1997) Emissions chimiques (COV et formaldhydes) - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et ISO 16000 (parties 3 et 6) Aptitude favoriser la croissance fongique - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Aptitude favoriser la croissance bactrienne - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Emissions radioactives naturelles - Protocole europen Radiation Protection 112 (1999) Pour les missions de COV, les protocoles d'valuation ECA et AgBB sont recevables, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ces protocoles. Pour les missions de formaldhyde, le protocole ECA est recevable, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ce protocole. (3) Cela ncessite de recueillir les caractristiques chimiques (COV et formaldhyde) a minima pour 2 produits (variantes) de l'lment le plus impactant, afin de choisir celui qui met le moins dans lair intrieur. Pour tre comparables, ces caractristiques devront tre bases sur le mme protocole d'essai. (4) Elments de rflexion pour la recherche de l'optimum : S'intresser aux 50% d'lments de chacune des 3 familles Recueillir les donnes olfactives pour diffrents produits (pour l'lment le plus impactant de chaque famille) : a minima 2 produits par lment Choisir autant que possible les produits mettant le moins d'odeurs (pour chaque lment le plus impactant de chaque famille) Justifier les choix surtout lorsqu'il y a conflit d'intrt dans le choix des produits entre les caractristiques olfactives, chimiques, fongiques et bactriennes, environnementales, etc.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 11.211.2.1 BP11.2.2 TPBP11.2.3 TPBPTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 177/239 175. 11CONFORT OLFACTIFRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 11 178/239 176. 12 QUALITE SANITAIRE DES ESPACESRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 179/239 177. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8ECO-GESTIONRELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT4CONFORT1CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUE10CONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIFSANTE12QUALITE SANITAIRE DES ESPACES2 13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 180/239 178. QUALITE SANITAIRE DES ESPACES12INTRODUCTION ______________________________ En matire de risque sanitaire, le champ des connaissances des effets des agents sur les individus est ingal de l'un l'autre. Les tudes sont relativement avances en matire de polluants de l'air et de l'eau : ces impacts sont abords dans les cibles 13 et 14. Cette cible 12 aborde les risques sanitaires qui pourraient ventuellement tre engendrs par les quipements et surfaces prsents dans l'espace intrieur d'un ouvrage. En d'autres termes, on s'intresse aux proccupations concernant un risque sanitaire non avr, mais dont la prise en compte a t reconnu utile. Bien que trs diffrentes, deux thmatiques ont t regroupes dans cette cible 12 : d'une part les champs lectromagntiques, et d'autre part les conditions d'hygine. En effet, en ce qui concerne les champs lectromagntiques, lanalyse globale des donnes scientifiques disponibles sur les effets des ondes lectromagntiques nindique ce jour aucun effet nfaste pour la sant des personnes en dessous des limites tablies lchelle internationale. En revanche, certains travaux scientifiques ont soulev des questions qui mritent dtre approfondies : les recherches dans ce domaine se poursuivent donc. Il est intressant qu'une opration engage dans une dmarche HQE s'intresse ces questions de champ lectromagntique. Pour ce qui est de l'hygine, la frontire avec des enjeux de sant peut tre trs vite franchie. La conception d'un ouvrage conditionne la cration de conditions d'hygine la fois par les dispositions architecturales, mais galement par les choix techniques. Un ouvrage accueillant souvent plusieurs activits, il est donc important que tous les locaux offrent des conditions d'hygine acceptables, y compris et surtout lorsque le projet prsente des espaces " risque" sur le plan de l"hygine.12.1. Matrise de l'exposition lectromagntique 12.2. Cration des conditions d'hygine spcifiquesRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 181/239 179. 12QUALITE SANITAIRE DES ESPACESEVALUATION DE LA CIBLE 12 ___________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 12B12.1 PTPB12.2 PTPB PTP* * * Cette combinaison est impose si le projet prsente un grand nombre ou une grande diversit de locaux conditions d'hygine spcifiques.INTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Choix de produits favorisant de bonnes conditions d'hygine - Choix d'quipements faiblement metteurs dondes lectromagntiques Choix constructifs pour la facilit d'entretien de l'ouvrage : la facilit d'accs aux ouvrages, le choix de matriaux, etc. sont des garanties d'un nettoyage rgulier et de qualit, donc du maintien des conditions d'hygine.Cible 6 "Gestion des dchets d'activit" Les locaux et zones dchets sont des locaux conditions d'hygine spcifiquesINTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.7 - Analyse du site Identification des sources de champs lectromagntiques extrieures au btimentREFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES Rfrences rgllementaiires Rfrences rgle mentair es Rfrences rg ementa res [A] Dcret n 2002-775 du 3 mai 2002 pris en application du 12 de l'article L.32 du code des [A] [A] postes et tlcommunications et relatifs aux valeurs limites d'exposition [B] Circulaire interministrielle du 16 octobre 2001 relative l'implantation des antennes relais de [B] [B] radiotlphonie mobileRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 182/239 180. QUALITE SANITAIRE DES ESPACES12[C] Directive 2004/40/CE du 29 avril 2004 modifie concernant les prescriptions minimales de [C] [C] scurit et de sant relatives l'exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques (champs lectromagntiques) JOUE du 30 avril 2004 [D] Arrt du 17 mai 2001 fixant les conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les [D] [D] rseaux de distribution dnergie lectrique, JO n134 du 12 juin 2001 Siites Informatiifs Sit es Informatif s S tes Informat fs [E] Dossier relatif aux champs lectromagntiques de l'OMS [E] [E] http://www.who.int/peh-emf/fr/ Information Sheet "Effects of EMF on the environment" (February 2005) Document tlchargeable "Instauration d'un dialogue sur les risques dus aux champs lectromagntiques" (2004) Aide-mmoire n193 de lOMS Champs lectromagntiques et sant publique : tlphones mobiles et antennes-relais - rdig en juin 2000 et confirm rgulirement depuis (confrence Ottawa, juillet 2005 http://www.who.int/pehemf/meetings/ottawa_june05/en/index4.html) [F] Agence Nationale des Frquences (ANFR) www.anfr.fr [F] [F] Protocole de mesure V2.1 [G] Agence Franaise de Scurit Sanitaire de lEnvironnement et du Travail (AFSSET) [ G] [ G] www.afsset.fr Rapport et avis 2005 Tlphonie mobile & sant [E] Conseil Suprieur dHygine Publique de France (CSHPF) [E] [E] www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/cshpf/cs221.htm#champsmagnetiques Avis du CSHPF du 3 mars 2005 relatif aux champs magntiques dextrmement basse frquence Rapport sur les champs magntiques dextrmement basse frquence et sant (novembre 2004)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 183/239 181. 12QUALITE SANITAIRE DES ESPACES12.1MAITRISE DE L'EXPOSITION ELECTROMAGNETIQUEIntroduction Les champs lectromagntiques existent l'tat naturel et ont donc toujours t prsents sur Terre. L'atmosphre contient des charges lectriques et gnre des champs lectriques statiques variant de 100 V/m (beau temps) 20 000 V/m (temps orageux). La Terre quant elle gnre un champ magntique d'une grandeur d'environ 50 T. [Source : EDF-RTE "Les champs lectromagntiques : 7 questions, 7 rponses"] Toutefois, compte-tenu de la demande croissante en lectricit et des volutions technologiques, l'exposition des sources de champs lectromagntiques produites par l'homme n'a cess de progresser. La diffrence majeure entre les champs lectromagntiques naturels et les champs lectromagntiques produits par l'homme concerne leur variation : autant les champs lectromagntiques naturels varient trs peu dans le temps, autant les champs produits par l'homme oscillent de faon rapide et rgulire. Les appareils qui fonctionnent l'lectricit, mais aussi les quipements qui servent acheminer l'lectricit, gnrent des champs de 50 Hz (60 Hz en Amrique du Nord) . Il s'agit de champs frquence extrmement basse. Les champs de haute frquence ou de radiofrquence se situent entre 10 MHz et 300 GHz. De larges plages de frquences y sont utilises pour la radio, la tlvision, les tlcommunications, les satellites, etc. Ainsi, tout le monde est expos un mlange complexe de champs lectriques et magntiques de diffrentes frquences, la maison comme au travail. Lanalyse globale des donnes scientifiques disponibles sur les effets des ondes lectromagntiques nindique ce jour aucun effet nfaste pour la sant des personnes en dessous des limites tablies lchelle internationale. Ainsi, lOrganisation Mondiale de la Sant a confirm en juin 2004 la position quelle avait adopte ds juin 2000, savoir : Parmi les tudes entreprises rcemment, aucune ne permet de conclure que l'exposition des champs de radiofrquences mis par les tlphones mobiles ou leurs stations de base ait une incidence nfaste quelconque sur la sant. . Ce constat est repris dans les diffrents rapports dexperts travers le monde et notamment dans le rapport de lAgence Franaise de Scurit Sanitaire de lEnvironnemental et du Travail (AFSSET), [ G] paru en juin dernier [G] . Certains travaux scientifiques ont cependant soulev des questions qui [ G] mritent dtre approfondies, les recherches dans ce domaine se poursuivent donc. En 1998, lICNIRP, organisme reconnu par lOMS, compos de scientifiques et mdecins, a fix ces valeurs limites en intgrant un facteur de scurit important prenant en compte la diversit des individus (taille, poids, personne sous traitement mdical, etc.) : Les valeurs concernant le grand public ont t reprises dans la recommandation du Conseil [A] Europen du 12 juillet 1999 puis introduites en droit franais par un dcret [A] pour les [A] antennes-relais par un arrt pour les tlphones mobiles (Arrt du 8 octobre 2003), et par un arrt technique pour les ouvrages de transport et distribution de llectricit [D]. [C] Les valeurs concernant les travailleurs ont t reprises par la Directive 2004/40/CE [C] . [C] Ces limites d'exposition aux champs lectromagntiques s'appliquent aux frquences allant de 0 300 GHz. De ce fait, tous les metteurs (TV, Radio, GSM, etc.) sont concerns. Au regard de ce contexte, il est donc possible de caractriser une opration HQE comme une opration respectueuse du principe d'attention de l'AFSSET, savoir une opration pour laquelle les mots d'ordre quant aux champs lectromagntiques sont vigilance et transparence vis--vis des parties intresses.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 184/239 182. 12QUALITE SANITAIRE DES ESPACESTableau d'valuation La dmarche adopter sur l'exposition lectromagntique est lgrement diffrente selon les types de sources que l'on considre. Il est donc propos un tableau d'valuation pour les sources du monde des nergies, et un autre tableau pour les sources du monde des Tlcoms. Pour prtendre un niveau de performance sur cette thmatique, il convient que le matre d'ouvrage atteigne ce niveau de performance pour l'ensemble des sources, ie pour les deux types de sources distingus ici.SOURCES "ENERGIE" ProccupationCritreCaractristiqueIntitul12.1.1. Identifier les sources internes "nergie" Sources d'missions d'ondes d'mission d'ondes lectromagntiques basse lectromagntiques basse frquence frquenceNiveauIdentification des sources d'missions d'ondes lectromagntiques basse frquence du milieu environnant(1) Identification des sources d'missions d'ondes lectromagntiques basse frquence du milieu environnant(1) et du projetB(2)PRalisation d'un bilan de puissance prvisionnel 12.1.2. Optimiser la mise en uvre des sources internes "nergie" d'mission d'ondes lectromagntiques basse frquenceDispositions prises pour optimiser le choix des sources par rapport leur impact lectromagntiqueDispositions justifies et satisfaisantes (3)TP(1) Sources potentielles du milieu environnant: L'identification de ces sources se fait sur la base de l'analyse du site ralise (cf SMO 1.1) : cble arien d'alimentation lectrique de train/tramway ligne haute tension proximit transformateurs etc. (2) Sources potentielles d'un projet : Machineries communes Chauffage (penser notamment aux planchers chauffants et plafonds rayonnants lectriques) Alimentation spcifique de l'immeuble (transformateur notamment) Ascenseur Arorfrigrant Colonnes montantes d'alimentation Systme d'clairage Etc. (3) Exemples de dispositions : Le matre d'ouvrage dispose d'une certaine marge de manuvre dans le choix des quipements et des dispositifs constructifs pour intgrer leur impact lectromagntique. Par exemple : Des colonnes montantes trs cartes gnrent plus de champ lectromagntique que des colonnes montantes disposes en trfle. Positionner les colonnes montantes de prfrence l'cart des pices occupation prolonge ou sensibles. Dans le cas o un plancher ou plafond rayonnant lectrique est mis en uvre, il existe plusieurs technologies de cblage qui prsentent des impacts lectromagntiques diffrents. Penser choisir des quipements bon rendement nergtique (gnrateur d'un moindre champ lectromagntique). Positionner le transformateur en second sous-sol (attention, n'a vraiment de sens que si cette disposition se justifie aussi pour d'autres enjeux que les champs lectromagntiques : des questions acoustiques par exemple). Entre le transformateur et le tableau de distribution basse tension, une liaison par des cbles disposs en nappe gnre plus de champ magntique quune liaison par des cbles disposs en trfle.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 185/239 183. 12QUALITE SANITAIRE DES ESPACESSOURCES "TELECOMS" ProccupationCritreCaractristiqueIntitul Identification des sources radiofrquences de l'environnement immdiat 12.1.1. Identifier les sources "telecom" d'mission d'ondes lectromagntiquesSources radiofrquences de l'environnement immdiat Champ lectromagntique du projetIdentification des sources radiofrquences de l'environnement immdiatNiveau B (1)(1)Estimation du champ lectromagntique ambiant et celui du projet (2)PExpression de la contribution du projet l'exposition globale (3) 12.1.2. Contenir le niveau du champ lectromagntique du projet dans des limites aussi faibles que possibleDispositions prises pour optimiser le champ lectromagntique du projetDispositions justifies et satisfaisantes (4)TP(1) Sources potentielles : Emetteur radiodiffusion Site radar Station de base (tlphonie mobile) (2) Cette estimation peut tre faite par mesure ou par simulation (3) Il s'agit de faire le ratio, exprim en pourcentage "Champ projet /(Champ ambiant + Champ projet)". Ce calcul va dans le sens de la transparence envers les occupants, et peut permettre de relativiser l'impact du projet par rapport une environnement qui serait dj fortement contraint en terme de champ lectromagntique. (4) Cette optimisation peut tre faite : soit en limitant la prsence des sources au strict ncessaire qui permet d'assurer la qualit d'usage et de service attendu dans l'ouvrage soit en travaillant sur les valeurs d'mission des sources.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 186/239 184. QUALITE SANITAIRE DES ESPACES12Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS Source "Energie"B12.1.1 P TPB12.1.2 P TPB P TPPREOCCUPATIONS Source "Telecoms"B12.1.1 P TPB12.1.2 P TPB P TPTYPES DE SOURCES SOUS CIBLE 12.1Source "Energie" B P TPSource "Telecoms" B P TPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 187/239 185. 12QUALITE SANITAIRE DES ESPACES12.2CREATION DES CONDITIONS D'HYGIENE SPECIFIQUESIntroduction Les conditions d'hygine doivent tre assures en toute situation et pour tous les locaux. Cependant, l'enjeu est d'autant plus fort lorsque le btiment accueille des activits qui prsentent intrinsquement un risque sanitaire, ou qui ncessitent des conditions d'hygine pour tre ralises. Nous parlerons alors d'activits particulires et de locaux conditions d'hygine spcifiques. Cela concerne notamment les locaux recevant les activits suivantes : Stockage de dchets Accueil d'animaux Toilettes Cuisine / restauration Soins corporels Culture physique Lavage / schage du lingeTableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 12.2.1. Identifier les activits particulires12.2.2. Crer les conditions d'hygine spcifiques12.2.3. Choisir des matriaux limitant la croissance fongique et bactrienneActivits particuliresDispositions prises pour crer les conditions d'hygine spcifiques (1)Caractristiques hyginiques des produits de construction vis--vis de la croissance bactrienne et fongique (2)NiveauIdentification des zones et locaux conditions d'hygine spcifiquesBConditions d'hygine rglementairesBConditions d'hygine optimales au regard des activits particuliresPCaractristiques hyginiques connues pour 25% des lments de la famille suivante : revtements intrieurs (sol, mur, plafond)PPrise en compte du critre hyginique a minima dans le choix du produit pour l'lment le plus impactant de cette famille(3)Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 188/239 186. 12QUALITE SANITAIRE DES ESPACESCaractristiques hyginiques connues pour 50% des lments des familles suivantes : revtements intrieurs (sol, mur, plafond) isolants thermiques matriaux acoustiquesTPPrise en compte optimale du critre hyginique dans le choix de produits de ces familles.(4) (1) Exemples de dispositions : Ventilation / Local en dpression Gestion des flux entrants et sortants Circulations intrieures Equipements et installations de nettoyage disposition dans les locaux (2) La connaissance des caractristiques sanitaires des produits de construction fait partie de l'exigence essentielle "Hygine, sant et environnement" de la Directive Produits de Construction (89/106/CEE). Les caractristiques sanitaires des produits devront tre prsentes accompagnes des mthodes et protocoles d'valuation pratiqus. Cette valuation des produits peut tre effectue en complment des procdures d'Avis technique par le CESAT (Comit Environnement-Sant de l'Avis Technique) et prochainement en complment des certifications de produits de construction. Le protocole CESAT prend en compte 5 types de caractristiques sanitaires, values l'aide des normes et protocoles d'valuation europens disponibles : Emissions d'odeurs - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et NF X 43-103 ; Protocole europen ECA (rapport n18, 1997) Emissions chimiques (COV et formaldhydes) - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et ISO 16000 (parties 3 et 6) Aptitude favoriser la croissance fongique - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Aptitude favoriser la croissance bactrienne - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Emissions radioactives naturelles - Protocole europen Radiation Protection 112 (1999) Pour les missions de COV, les protocoles d'valuation ECA et AgBB sont recevables, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ces protocoles. Pour les missions de formaldhyde, le protocole ECA est recevable, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ce protocole. (3) Cela ncessite de recueillir les caractristiques hyginiques a minima pour 2 produits de l'lment le plus impactant, afin de pouvoir choisir celui qui favorise le moins la croissance bactrienne et/ou fongique. Pour tre comparables, ces caractristiques devront tre bases sur le mme protocole d'essai. (4) Elments de rflexion pour la recherche de l'optimum : S'intresser aux 50% d'lments de chacune des 3 familles Recueillir les donnes hyginiques pour diffrents produits (pour l'lment le plus impactant de chaque famille) : a minima 2 produits par lment Choisir autant que possible les produits favorisant le moins la croissance bactrienne et/ou fongique (pour chaque lment le plus impactant de chaque famille) Justifier les choix surtout lorsqu'il y a conflit d'intrt dans le choix des produits entre les caractristiques olfactives, chimiques, fongiques et bactriennes, environnementales, etc.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 12.212.2.1 BP12.2.2 TPBP12.2.3 TPBPTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 189/239 187. 12QUALITE SANITAIRE DES ESPACESRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 12 190/239 188. 13 QUALITE SANITAIRE DE L'AIRRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 191/239 189. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8ECO-GESTIONRELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT4CONFORT1CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR3 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 192/239 190. QUALITE SANITAIRE DE L'AIR13INTRODUCTION ______________________________ En matire de risque sanitaire, le champ des connaissances des effets des polluants sur les individus est ingal d'un polluant l'autre. Les tudes rcentes dans le domaine de la qualit de l'air permettent de matriser ce champ de connaissances pour certains polluants de l'air (COV et formaldhydes), et des solutions existent pour limiter le risque sanitaire. La qualit de l'air intrieur peut tre altre par des substances issues des sources de pollution telles que : les produits de construction (matriaux, revtements, isolants, etc.) les quipements (ameublement, systmes nergtiques, systme de production d'eau chaude, etc.) les activits prsentes au sein du btiment (entretien, travaux, etc.) le milieu environnant le btiment (polluants du sol, radon, air extrieur, etc.) les usagers (leurs activits et leurs comportements). Les polluants peuvent tre de diffrentes natures : substances chimiques gazeuses (composs organiques volatils, formaldhyde, monoxyde de carbone, oxydes d'azote, ozone, radon, etc.) mtaux (plomb notamment) allergnes respiratoires (de moisissures, de bactries et d'acariens) poussires et particules fibres (minrales artificielles, amiante) fume de tabac (mlange complexe de gaz et de particules). Pour assurer la qualit sanitaire de lair, il est possible dintervenir deux chelles : tout dabord une action sur la ventilation pour rduire la concentration des polluants dans le btiment, dautre part une action sur les sources pour limiter la prsence de polluants au sein du btiment.13.1. 13.2.Garantie d'une ventilation efficace Matrise des sources de pollutionNOTA : La frontire entre le confort olfactif et la qualit sanitaire de l'air est trop mince pour que le rfrentiel puisse distinguer des proccupations et des critres intgralement spcifiques l'une ou l'autre de ces thmatiques. C'est pourquoi la structure et le contenu des cibles 11 et 13 sont fortement similaires.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 193/239 191. 13QUALITE SANITAIRE DE L'AIREVALUATION DE LA CIBLE 13 ___________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 13B13.1 PTPB13.2 PTPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" Identification des sources de pollution prsentes sur la parcelleCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Choix de produits faiblement metteurs de polluants de l'airCible 4 "Gestion de l'nergie" Consommations nergtiques du systme de ventilation pour garantir une ventilation efficace en terme de confort olfactifCible 7 "Maintenance - Prennit des performances environnementales" Maintien des dbits dair prvus. Prservation de la qualit dair intrieur lors des oprations dentretienmaintenanceCible 8 "Confort hygrothermique" Trouver le meilleur compromis pour les dbits de ventilation : ils doivent tre suffisant pour limiter la prsence d'odeurs, tout en n'induisant pas d'inconfort par un effet de courant d'air.Cible 9 "Confort acoustique" Performance acoustique des quipements de ventilation Nuisances sonores engendres par la ventilationCible 11 "Confort olfactif" Lien trs fort entre confort olfactif et qualit de l'air (la structure des deux cibles est similaire)INTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.1 - Analyse du site Identification des sources de pollutions externes au btiment.Annexe A.7 - Carnet de vie du btiment Il doit y figurer les sources de pollutions existantes pour le projet, les dispositions architecturales et les dispositifs techniques mis en uvre pour limiter les effets de ces sources, et les caractristiques sanitaires des produits de construction mis en uvre.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 194/239 192. QUALITE SANITAIRE DE L'AIR13REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Guide Uniclima - Union Syndicale des Constructeurs Franais de Matriel Araulique, [A] [A] Thermique, Thermodynamique et Frigorifique "Climatisation et sant" (juillet 1999) [B] Aide mmoire juridique n5 de l'INRS "Aration et assainissement des lieux de travail" (1999) [B] [B] [C] Norme NF EN 779 "Filtres air de ventilation gnrale pour l'limination des particules [C] [C] Exigences, essais, marquage". Dcembre 1993. Indice de classement : X44-012 [D] Norme Srie NF EN 1822 "Filtres air trs haute efficacit et filtres air trs faible [D] [D] pntration (HEPA et ULPA)". Octobre 1998. Indice de classement : X44-014 [E] Norme XP ENV 13419 (Parties 1 3) "Produits de construction Dtermination des missions [E] [E] de composs organiques volatils". Mars 2000. Indice de classement : X 43-520-1 3 [F] Norme NF ISO 16000-3 "Air intrieur Partie 3 : Dosage du formaldhyde et dautres [F] [F] composs carbonyls Mthode par chantillonnage actif". Janvier 2002. Indice de classement : X 43-404-3 [G] Projet de norme internationale ISO/DIS 16000-6.2 "Air intrieur Partie 6 : Dosage des [ G] [ G] composs organiques volatils dans lair intrieur des locaux et enceintes par chantillonnage actif sur le sorbant TENAX TA, dsorption thermique et chromatographie en phase gazeuse utilisant MSD/FID" - Juin 2002 [H] Avis du Conseil Suprieur dHygine Publique de France (Section Milieux de Vie, Groupe de [H] [H] Travail "Btiment et Sant") relatif linformation des utilisateurs sur les missions des composs organiques volatils par les produits de construction. 5 Mars 2002 RADON RADON RADON [I] Recommandation 90/143/EURATOM de la Commission Europenne, du 21 fvrier 1990, [ I] [ I] relative la protection de la population contre les dangers rsultant de lexposition au radon lintrieur des btiments [J] Dossier thmatique "Radon" - CSTB - http://www.cstb.fr/Radon/ [J ] [J ] [K] Dossier "Le radon" ; Campagne nationale de mesure du radon ; Atlas : carte de France [ K] [ K] Institut de Radioprotection et de Sret Nuclaire (IRSN) - www.irsn.fr [L] Guides de propositions de solutions techniques pour rduire la concentration en radon : Cahier [L] [L] CSTB 3143 sur les btiments existants et Cahier 3144 sur les btiments neufs.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 195/239 193. 13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR13.1 13.1GARANTIE D'UNE VENTILATION EFFICACEIntroduction Une ventilation efficace pour la qualit de lair intrieur est avant tout une ventilation qui assure un dbit de renouvellement d'air neuf suffisant au regard de l'activit d'un local. Il convient de se conformer aux rgles dhygine rglementaires en la matire qui portent sur les dbits d'air neuf, de transit ou extraire, ainsi que sur les rgles de transferts et de recirculation, en fonction du contexte de l'opration et de l'activit des locaux. Pour une opration HQE, il convient que la rgulation des dbits ne repose pas exclusivement sur laction des occupants : un systme de ventilation spcifique doit alors tre envisag. On entend par "systme spcifique" tout systme autre que la simple ouverture manuelle des fentres. Autrement dit, il n'est nullement impos le recours des systmes mcaniques, et la ventilation naturelle a toute sa place dans cette dfinition. Mais une ventilation n'est efficace que si les dbits prescrits sont maintenus en toute circonstance en priode d'occupation, et si les occupants peuvent intervenir ponctuellement en vue d'adapter les dbits leur confort. La ventilation doit galement permettre que l'air neuf entrant soit diffus correctement dans l'ensemble des locaux. La diffusion correcte de lair neuf implique tout dabord dassurer une atmosphre saine chaque jour pour les occupants (notons que la rglementation impose dassurer une ventilation du btiment suffisamment longtemps avant larrive des occupants). Il sagit galement de garantir le maintien de la qualit de lair dans le rseau damene dair neuf dans le cas o il y a soufflage dair (ce qui est le cas pour la ventilation double flux notamment). En effet, bactries et germes risquent de se dvelopper au passage de lair sur les filtres et dans les humidificateurs. La qualit de lair peut galement tre affecte par la dgradation des matriaux prsents dans les conduits damene dair. Enfin, l'air vici doit galement tre vacu de faon optimale, en particulier pour les locaux pollution spcifique. Nota : la structure et l'valuation de cette sous-cible est totalement identique celle de la souscible 11.1.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul13.1.1. Assurer des dbits Dbits d'air neufs, transfr, et/ou d'air adapts l'activit extrait par local des locaux13.1.2. Assurer la matrise des dbits dairMaintien des dbits d'air prescritsNiveauSystme de ventilation spcifique assurant les dbits hyginiques rglementaires. (1)BSystme de ventilation spcifique, l'exclusion de la simple ouverture des fentres, assurant des dbits dair optimiss pour l'activit des locaux.PDispositions prises pour assurer le maintien des dbits dair prescrits. (2)PRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 196/239 194. 13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR13.1.3. Assurer une distribution saine de lair neufDispositions prises pour assurer : le redmarrage de la ventilation avant le dbut de la priode d'occupation la qualit de l'air amen par conduit (3) l'extraction optimale de l'air viciDispositions justifies et satisfaisantes pour: le redmarrage de la ventilation avant le dbut de la priode d'occupationBDispositions justifies et satisfaisantes pour: le redmarrage de la ventilation avant le dbut de la priode d'occupation la qualit de l'air amen par conduit (3) l'extraction optimale de l'air viciP(1) Ventilation naturelle ou mcanique. La ventilation par ouverture des fentres est autorise en Base, ds lors qu'il ne s'agit pas d'ouverture manuelle. Dans le cas o cette solution est choisie, il convient de justifier que ce systme de ventilation n'engendre pas de nuisances acoustiques pour les usagers pour les locaux sur des faades exposes au bruit. (2) Dispositions possibles : En cas de ventilation mcanique : rflexion sur l'tanchit des rseaux (classe du rseau de ventilation mesure des dbits) En cas de ventilation sans soufflage d'air : rflexion sur l'tanchit du bti (3) En cas de systme mcanique : filtration de l'air neuf en amont des locaux, mise en place d'un dispositif avertisseur de colmatage, remplacement du filtre jetable avant livraison du btimentPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 13.113.1.1 BP13.1.2 TPBP13.1.3 TPBPTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 197/239 195. 13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR13.2 13.2MAITRISE DES SOURCES DE POLLUTIONIntroduction Lair intrieur peut tre pollu par diffrents lments qui proviennent de deux origines, ce qui conditionne le champ daction du matre d'ouvrage et de ses quipes sur leurs impacts : les sources extrieures au btiment : air extrieur (activits industrielles, rseaux routiers et voiries, rseaux et infrastructures d'assainissement et de dchets) et sol (radon, polluants chimiques) ; Le matre d'ouvrage n'a pas d'action directe sur les sources ; son champ d'action se limite prendre des dispositions pour limiter lentre des polluants dans le btiment. les sources internes au btiment : produits de construction, produits d'entretien et de maintenance, ameublement, activits et usagers. Le matre d'ouvrage dispose de deux types d'actions sur ces sources : limiter les sources ou limiter les effets des sources en prenant des dispositions architecturales adquates. En ce qui concerne la rduction des sources de pollution internes au btiment, le prsent rfrentiel se limite aux produits de construction car ce sont les principaux lments sur lesquels le matre d'ouvrage peut intervenir. Les missions chimiques sont limites aux COV et au formaldhyde. Nota : la structure de cette sous-cible est analogue celle de la sous-cible 11.2 relative aux sources d'odeurs.Tableau d'valuationProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveau13.2.1. Identifier les sources de pollutionSources de pollutionIdentification des sources de pollution de l'air tout au long du projetB13.2.2. Rduire les effets des sources de pollutionDispositions architecturales : limitation de l'entre d'air neuf pollu (1) ; dispositions prventives en cas de risque radon (2); organisation des espaces intrieurs pour limiter les pollutions des activits internes au btiment sur les usagers ; vacuation des pollutions.Dispositions justifies et satisfaisantesBRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 198/239 196. 13QUALITE SANITAIRE DE L'AIREmissions de COV et formaldhyde connues pour 25% des lments de la famille suivante : revtements intrieurs (6) (sol, mur, plafond)13.2.3. Limiter les sources de pollutionEmissions chimiques (COV et formaldhyde) des produits de construction (3)Prise en compte du critre chimique a minima dans le choix du produit pour l'lment le plus impactant de cette famille(4) Emissions de COV et formaldhyde connues pour 50% des lments des familles suivantes : revtements intrieurs (6) (sol, mur, plafond) isolants thermiques (hors isolation extrieure) matriaux acoustiquesPTPPrise en compte optimale du critre chimique dans le choix de produits de ces familles. (5) (1) Disposer les entres d'air neuf hors des pollutions directes : voies de circulation importantes, zone de rejet d'air vici, sur une faade expose au vent dominant ramenant une pollution locale (activit), etc. (2) Le projet prsente un risque radon : ---par mesure de prcaution s'il est implant dans un dpartement dit risque, c'est--dire prsentant une moyenne des concentrations dans l'air suprieure 100Bq/m3 (cf carte ci-contre de rsultat au 01/01/2000 de la campagne nationale de mesure de [J] [J] l'exposition domestique au radon Source [J] ) s'il est implant dans une commune identifie risque au cours de cette mme campagne (voir l'atlas du [ K] radon sur le site web de l'IRSN [K] : rsultats de [ K] mesures par commune de chaque dpartements) si l'analyse du site a rvl un risque (mesures sur site, radon identifi dans un site voisin, etc.)Les deux principales dispositions prventives sont : ralisation dune interface sol-btiment tanche lair, rserve dans le soubassement pour une installation ultrieure dun dispositif de mise en dpression sil savre ncessaire. (3) La connaissance des caractristiques sanitaires des produits de construction fait partie de l'exigence essentielle "Hygine, sant et environnement" de la Directive Produits de Construction (89/106/CEE). Les caractristiques sanitaires des produits devront tre prsentes accompagnes des mthodes et protocoles d'valuation pratiqus. Cette valuation des produits peut tre effectue en complment des procdures d'Avis technique par le CESAT (Comit Environnement-Sant de l'Avis Technique) et prochainement en complment des certifications de produits de construction. Le protocole CESAT prend en compte 5 types de caractristiques sanitaires, values l'aide des normes et protocoles d'valuation europens disponibles : Emissions d'odeurs - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et NF X 43-103 ; Protocole europen ECA (rapport n18, 1997) Emissions chimiques (COV et formaldhydes) - Norme prEN 13419 (parties 1 3) et ISO 16000 (parties 3 et 6) Aptitude favoriser la croissance fongique - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Aptitude favoriser la croissance bactrienne - Mthode adapte partir de la norme EN ISO 846 Emissions radioactives naturelles - Protocole europen Radiation Protection 112 (1999) Pour les missions de COV, les protocoles d'valuation ECA et AgBB sont recevables, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ces protocoles. Pour les missions de formaldhyde, le protocole ECA est recevable, ainsi que tout label qui serait ralis sur la base de ce protocole.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 199/239 197. 13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR(4) Cela ncessite de recueillir les caractristiques chimiques (COV et formaldhyde) a minima pour 2 produits (variantes) de l'lment le plus impactant, afin de choisir celui qui met le moins dans lair intrieur. Pour tre comparables, ces caractristiques devront tre bases sur le mme protocole d'essai. (5) Elments de rflexion pour la recherche de l'optimum : S'intresser aux 80% d'lments de chacune des 3 familles Recueillir les donnes chimiques pour diffrents produits (pour l'lment le plus impactant de chaque famille) : a minima 2 produits par lment Choisir autant que possible les produits mettant le moins de polluants chimiques (pour chaque lment le plus impactant de chaque famille) Justifier les choix surtout lorsqu'il y a conflit d'intrt dans le choix des produits entre les caractristiques olfactives, chimiques, fongiques et bactriennes, environnementales, etc. (6) Les revtements intrieurs incluent les produits de finition.Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 13.213.2.1 BP13.2.2 TPBP13.2.3 TPBPTPB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 13 200/239 198. 14 QUALITE SANITAIRE DE L'EAURfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 201/239 199. ECO-CONSTRUCTIONLes 14 cibles de Qualit Environnementale du Btiment2CHOIX INTEGRE DES PRODUITS, SYSTEMES ET PROCEDES DE CONSTRUCTION3CHANTIER A FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTALGESTION DE L'ENERGIE5GESTION DE L'EAU6GESTION DES DECHETS D'ACTIVITE7MAINTENANCE PERENNITE DES PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES8ECO-GESTIONRELATION DU BATIMENT AVEC SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT4CONFORT1CONFORT HYGROTHERMIQUE9CONFORT ACOUSTIQUECONFORT VISUEL11CONFORT OLFACTIF12SANTE10QUALITE SANITAIRE DES ESPACES13QUALITE SANITAIRE DE L'AIR14QUALITE SANITAIRE DE L'EAU4 Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 202/239 200. 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAUINTRODUCTION ______________________________ Lorsque lon parle de qualit sanitaire de leau, on entend par l leau destine la consommation humaine. Par consquent, une eau est dite de qualit sanitaire ds lors quelle respecte les critres de potabilit et d'aptitude pour la toilette (lgionelles). Il sagit donc dun critre binaire qui induit que lon peut difficilement parler de diffrents degrs de qualit. Cette qualit de leau peut tre altre de diffrentes faons : altration des proprits organoleptiques (odeur, couleur, got, etc.) ; modification des caractristiques physico-chimiques (temprature, duret, concentrations en mtaux et composs organiques, etc.) ; contamination microbiologique par dveloppement bactrien ou entre d'eau souille. Les cinq principaux lments contribuant l'altration de l'eau (microbiologique ou chimique) dans un rseau intrieur sont : laltration des matriaux ; les piquages accidentels ; les retours d'eau ; la mauvaise matrise de l'hydraulique et de la dveloppement de lgionelloses) ; les pathologies des rseaux - corrosion et entartrage.temprature(facteurimportantdeCe risque sanitaire existe pour les usagers du btiment via les expositions possibles des polluants et agents pathognes par ingestion, par inhalation, et par contact cutan : ingestion : risque de contamination par des germes d'origine fcale et par les composs chimiques issus du rseau ; inhalation : risque de lgionelloses. Rduire le risque sanitaire consiste travailler sur les facteurs cits plus haut.14.1. Qualit et durabilit des matriaux employs dans le rseau intrieur14.2. Organisation et protection du rseau intrieur 14.3. Matrise de la temprature dans le rseau intrieur 14.4. Matrise des traitements anti-corrosion et anti-tartreNOTA : Bien que la qualit sanitaire de l'eau soit un enjeu de socit fort, la majorit des dispositions permettant de limiter le risque sanitaire relve plus de la bonne pratique que de la rglementation. Aussi, le niveau BASE du prsent rfrentiel sur cette cible se limite-t-il au respect des quelques exigences rglementaires en la matire. Dans le mme tat d'esprit il n'existe pas de niveau TRES PERFORMANT du fait qu'il n'existe pas de degrs dans la qualit sanitaire de l'eau.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 203/239 201. 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAUEVALUATION DE LA CIBLE 14 ___________________________________ SOUS CIBLESCIBLE 14B14.1 PTPB14.2 PTPB14.3 PTPB14.4 P TPB P TPINTERACTIONS AVEC LES AUTRES CIBLES__________ Cible 1 "Relation du btiment avec son environnement immdiat" La conception des rseaux intrieurs du btiment et la nature des traitements envisager dpendent de la nature de l'eau disponible localementCible 2 "Choix intgr des produits, systmes et procds de construction" Choix des produits de construction certifis, et en fonction de critres de durabilit et d'impacts sanitairesCible 5 "Gestion de l'eau" Risque sanitaire lie lutilisation dune eau ne provenant pas dun rseau deau potable (ressource propre : eau pluviale, puits, etc.)INTERACTIONS AVEC LE SMO____________________ Annexe A.7 Carnet de vie du btiment Informer les futurs usagers sur les conditions dutilisation des rseaux deau (surtout en cas de prsence d'un rseau non potable)Annexe A.6 Plan prvisionnel d'entretien et de maintenance Informer le personnel technique sur limportance de la restriction de laccs aux locaux techniques du fait de la prsence dun double rseau.Documents transmettre l'exploitant Plans jour avec une bonne identification et distinction des diffrents rseaux : eau potable et non potable ; mais aussi en cas deau pluviale, distinguer leau pluviale destine au stockage de celle destine lvacuation. Identification distincte de tout le rseau damene de leau pluviale destine au stockage : lments de toiture concerns, gouttires de descente extrieures, canalisations et regards.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 204/239 202. QUALITE SANITAIRE DE L'EAU14REFERENCES COMPLEMENTAIRES ________________ [A] Dcret n 2001-1220 du 20 dcembre 2001 relatif aux eaux destines la consommation [A] [A] humaine, l'exclusion des eaux minrales ; [B] Arrt du 29 mai 1997 relatif aux matriaux et objets utiliss dans les installations fixes de [B] [B] production, de traitement et de distribution d'eau destine la consommation humaine, et ses circulaires d'application ; [C] Rseaux deau destine la consommation humaine lintrieur des btiments Partie I : [C] [C] Guide technique de conception et de mise en uvre ; Publication CSTB ; Novembre 2003 Nota : de nombreuses rfrences sont indiques dans ce rfrentiel "GT Chapitre xx Fiche nx" [D] Rseaux deau destine la consommation humaine lintrieur des btiments Partie II : [D] [D] Guide technique de maintenance ; Publication CSTB ; Septembre 2005 [E] Norme NF EN 1717 Protection contre la pollution de l'eau potable dans les rseaux intrieurs [E] [E] et exigences gnrales des dispositifs de protection contre la pollution par retour. Mars 2001. [F] Arrt du 30 novembre 2005 modifiant l'arrt du 23 juin 1978 relatif aux installations fixes [F] [F] destines au chauffage et l'alimentation en eau chaude sanitaire des btiments d'habitation, des locaux de travail ou des locaux recevant du public JO du 15 dcembre 2005Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 205/239 203. 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAU14.1 14.1QUALITE ET DURABILITE DES MATERIAUX EMPLOYES DANS LE RESEAU INTERIEURIntroduction Le choix des matriaux pour les canalisations, les rservoirs et les diffrents quipements fixes raccords aux canalisations doit tre effectu en vue d'viter leur altration plus ou moins rapide, altration qui peut entraner un certain nombre de dsordres. Il convient de s'intresser particulirement leur conformit avec la rglementation sanitaire et leur compatibilit avec la nature de l'eau distribue. Pour ne pas perdre les bnfices de ce choix, il faut sassurer que la mise en uvre des canalisations respectera les rgles correspondantes, en fonction du matriau choisi pour les canalisations.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitulEtat14.1.1. Choisir des matriaux conformes la rglementation sanitaireAttestation de Conformit Sanitaire(1) (ACS)Pour les produits concerns, utilisation de matriaux disposant dune ACS (1)Atteint14.1.2. Choisir des matriaux compatibles avec la nature de leau distribueConditions physico-chimiques de leau respecter pour lemploi de certains matriauxUtilisation de matriaux compatibles avec la nature de leau distribue (2)Atteint14.1.3. Respecter les rgles de mise en uvre des canalisationsRgles de mise en uvre des canalisations en fonction du matriau qui les compose (3)Mise en uvre des canalisations conformment aux rgles pour le matriau concern (3)Atteint(1) Il convient de sassurer que tous les matriaux organiques (et accessoires des rseaux d'eau) mis en uvre disposent dune attestation de conformit sanitaire (ACS) selon l'arrt du 29 mai 1997 et ses circulaires dapplication (n99-217 du 12/04/1999). A l'heure actuelle sont concerns par les ACS les matriaux organiques tels que : les tubes et raccords des rseaux de distribution intrieurs et extrieurs aux btiments ainsi que les joints utiliss pour leur assemblage ; les rservoirs de stockage et de mise sous pression, les surpresseurs, les bches de rupture et les cuves d'adoucisseur mis en place dans les installations de distribution publiques ou prives. Les produits certifis et sous ATEC disposent systmatiquement d'une ACS. (2) Conditions physico-chimiques de leau : GT Chapitre VI Fiches n1 Acier galvanis nombreuses conditions (se rfrer au guide) Cuivre pH de leau entre 6,5 et 9 Inox concentration en chlorures infrieure 100 mg/L PVC / PE / PER / PB / PP / PVCC (matriaux de synthse) pas de conditions sur la nature de leau ; attention, le PVC et le PE sont exclusivement rservs pour lEFS (3) Rgles de mise en uvre des canalisations: GT Chapitre VI Fiches n4 et n5Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 206/239 204. QUALITE SANITAIRE DE L'EAU14Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 14.114.1.1 AtteintNA14.1.2 AtteintNA14.1.3 AtteintNAB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 207/239 205. 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAU14.2 14.2ORGANISATION ET PROTECTION DES RESEAUXIntroduction Plus un projet prsente une diversit dusages et dorigines de leau, plus le rseau intrieur est compliqu. Il est donc ncessaire de lorganiser pour identifier ces diversits et ainsi assurer le suivi et lvolution du rseau dans toutes les phases de vie du btiment. Pour des questions de scurit sanitaire, cette organisation doit permettre de distinguer clairement le rseau deau potable des rseaux deau provenant dune ressource non autorise (puits, eau pluviale, etc.). Cette organisation est galement indispensable pour dterminer le niveau de protection des sousrseaux les uns par rapport aux autres et vis--vis du rseau public.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 14.2.1. Structurer et signaliser le rseau intrieur en fonction des usages de leau 14.2.2. Sparer le rseau deau potable et les ventuels rseaux d'eau non potable (en cas de ressource propre)Rseaux-types (RT)(1)Distinction et reprage des canalisations d'eau non potableDispositions prises pour assurer la 14.2.3. Protger le rseau protection de tous les lments du intrieur rseau intrieur (4)Organisation du rseau intrieur en rseaux types (1) Application de la codification couleur des canalisations qui diffrencie les rseaux deau potable et non potable (2) Protection du rseau d'eau potable en cas de recours une ressource non autorise (3) 1. Protger les quipements raccords 2. Protger les rseaux-types 3. Protger le branchement publicEtatAtteintAtteintAtteint(1) Rgles dorganisation en rseaux-types : GT Chapitre II Fiche n2 (2) Rgles signaltiques des canalisations deau potable et non potable : GT Chapitre II Fiche n3 Dans le cas de rcupration deau pluviale, il convient galement dadopter une codification distincte entre le rseau damene deau pluviale destine au stockage (en vue dune rutilisation) et celui deau pluviale destine lvacuation (dans le rseau collectif ou par infiltration). (3) Rgles de protection dans le cas du recours une ressource non autorise : GT Chapitre III Fiche n3 Dans ce cas, il est prfrable, dans la mesure du possible, de sparer compltement le rseau deau potable du rseau deau non potable. Le cas chant, il est recommand de se rapprocher de la Direction Dpartementale des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS), et de prvoir un bac de disconnexion conforme (type AA, AB ou AE) pour linterconnexion entre les deux rseaux. (4) Rgles gnrales de protection des rseaux-types : GT Chapitre V Fiche n1Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 208/239 206. QUALITE SANITAIRE DE L'EAU14Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 14.214.2.1 AtteintNA14.2.2 AtteintNA14.2.3 AtteintNAB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 209/239 207. 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAUMAITRISE DE LA TEMPERATURE14.3 14.3DANS LE RESEAU INTERIEURIntroduction La matrise de la temprature consiste sintresser au couple risque de lgionelloses / risque de brlure. En effet, le dveloppement de lgionelles est favoris par une temprature deau comprise entre 25C et 45C. Il est donc important qu'une temprature relativement leve soit demande en tout point du rseau. Cela ncessite par exemple que les rseaux d'ECS collectifs boucls soient dimensionns pour assurer une circulation satisfaisante dans toutes les boucles. En revanche, une temprature trop leve (suprieure 50C) augmente le risque de brlure.Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 14.3.1. Calorifuger le rseau intrieurCalorifugeageTemprature suprieure 50C en tout point des systmes de distribution dECS14.3.2. Maintenir tout le rseau dECS une temprature optimaleCalorifuger sparment les rseaux dECS et dEFS Dispositions satisfaisantes pour maintenir une temprature suprieure 50C en tout point des systmes de distribution dECS (1)( lexception des antennes desservant des points de puisage risque dont le volume est infrieur 3 litres)14.3.3. Contrler le maintien en temprature du rseau dECSAtteintAtteintEn rseau collectif, mise en place dun mitigeur avec bute dans les douches afin de limiter 50C la temprature de puisage Installation de sondes de temprature aux points dfavoriss et d'un systme de rapatriement et de traitement des donnesSystme de surveillance et de gestion automatiqueEtatAtteint(1) Voir les rgles de conception des installations dECS : GT - Chapitre II - Fiche n10Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 14.314.3.1 AtteintNA14.3.2 AtteintNA14.3.3 AtteintNAB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 210/239 208. 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAU14.4MAITRISE DES TRAITEMENTS ANTI-CORROSION ET ANTI-TARTREIntroduction Garantir la qualit hyginique du rseau intrieur commence par en prvenir les pathologies que sont la corrosion et le tartre. Un rseau corrod ou entartr circule mal et fuit, mais est galement propice au dveloppement de microorganismes divers. Le choix des matriaux pour les canalisations et le respect des rgles pour leur mise en uvre, proccupations abordes dans la sous-cible 14.1, sont des prcautions de conception qui permettent de limiter le risque de corrosion. Cependant, dans le cas o il est ncessaire davoir recours un traitement anti-corrosion et/ou anti-tartre, il convient d'assurer sa parfaite adquation avec la nature de leau et des matriaux mis en uvre. Il est galement important dassurer la prennit du traitement durant lexploitation du btiment en prvoyant les moyens qui seront ncessaires pour lentretien : ce point est trait la fois dans cette cible de qualit sanitaire de leau, et dans la cible 07 "Maintenance Prennit des performances environnementales".Tableau d'valuation ProccupationCritreCaractristiqueIntitul 14.4.1. Optimiser le traitement anti-corrosion et/ou anti-tartre 14.4.2. Matriser la performance des traitements anti-corrosion et anti-tartreEtatAdquation du traitement avec la nature de l'eau et le rseau intrieurDispositions satisfaisantesMise en place de tubes tmoins et de robinets de prlvement pour assurer le suivi de la performance des traitements (2)Mise en place de tubes tmoins sur les dparts dECS et dEFS Mise en place dun tube tmoin sur le retour dECS Mise en place dun robinet de prlvement flambable en aval de ces tubes tmoins(1)AtteintAtteint(1)Dispositions : Ne pas traiter leau froide destine la consommation humaine Pertinence du traitement envisag : calculer le potentiel dentartrage Choix du traitement : sassurer de la compatibilit entre le traitement envisag et les matriaux mis en uvre, en contact avec leau (GT Chapitre VI Fiche n1) Dosage adquat : trait en cible 07 (GT Chapitre IV Fiche n7)(2)Mise en place de manchettes tmoins et de robinets de prlvement : GT Chapitre II Fiche n12Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 211/239 209. 14QUALITE SANITAIRE DE L'EAUPerformance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 14.414.4.1 AtteintNA14.4.2 AtteintNAB P TPRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie III : QEB Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007Cible 14 212/239 210. REFERENTIEL TECHNIQUE DE CERTIFICATION NF BATIMENTS TERTIAIRES DEMARCHE HQE Bureau - EnseignementPartie IV TerminologieAot 2006 211. TERMINOLOGIE Cible de Qualit Environnementale du btiment (QEB) Catgorie de proccupations environnementales sappliquant au btiment. Dans le prsent rfrentiel, on utilisera les 14 cibles identifies par lAssociation HQE, structures en 4 familles : Site et construction, Gestion, Confort et Sant. Les cibles se subdivisent en souscibles, qui se dcomposent en proccupations. Site et construction Cible 1 : Relation du btiment avec son environnement immdiat Cible 2 : Choix intgr des produits, systmes et procds de construction Cible 3 : Chantier faible impact environnemental Gestion Cible 4 : Gestion de l'nergie Cible 5 : Gestion de l'eau Cible 6 : Gestion des dchets d'activit Cible 7 : Maintenance Prennit des performances environnementales Confort Cible 8 : Confort hygrothermique Cible 9 : Confort acoustique Cible 10 : Confort visuel Cible 11 : Confort olfactif Sant Cible 12 : Qualit sanitaire des espaces Cible 13 : Qualit sanitaire de l'air Cible 14 : Qualit sanitaire de l'eauProccupation environnementale Thme concret et oprationnel en relation avec les impacts environnementaux et sanitaires des btiments pour lesquels des moyens dactions peuvent tre mis en place.Environnement Milieu dans lequel un organisme fonctionne, incluant lair, leau, la terre, les ressources naturelles, la flore, la faune, les tres humains et leurs interrelations. [ISO 14001]Evaluation de la Qualit Environnementale du Btiment Processus permettant dtablir les performances environnementales et sanitaires dun btiment. Il comprend notamment le recueil et lanalyse des donnes, lvaluation des informations par rapport aux critres de performance environnementale dfinis dans un rfrentiel, les rapports et modes de communication. Cest le rfrentiel technique de la QEB qui sert de base lvaluation. Les rsultats sont synthtiss dans un profil 14 composantes, reprsentant les performances obtenues pour les 14 cibles de QEB.Haute Qualit Environnementale (HQE) La Haute Qualit Environnementale est une dmarche de management de projet visant matriser les impacts d'une opration de construction ou de rhabilitation sur l'environnement extrieur ainsi que sur le confort et la sant des usagers, tout en matrisant les processus oprationnels, lis ici aux phases de programmation, conception et ralisation. Cette dmarche vise obtenir la Qualit Environnementale du Btiment. 212. TERMINOLOGIEIntervenant Participant lacte de construire gnralement li au matre douvrage par contrat. Pour la prsente certification, il sagit par exemple de lassistant au matre douvrage, du programmiste, de larchitecte, des bureaux dtudes techniques, du bureau de contrle technique, de lconomiste, du coordonnateur scurit-protection-sant, des entreprises, des artisans, etc.Matre douvrage Personne physique ou morale pour laquelle louvrage est construit. Dcideur principal dune opration de construction neuve ou de rhabilitation.Opration Ouvrage, services associs et ensemble des processus conduisant lobtention de louvrage. [cf. recommandation T2-99 de la commission centrale des marchs]Partie intresse Individu ou groupe concern ou affect par la performance environnementale dun organisme. [ISO 14001] Pour la prsente certification, il sagit par exemple des usagers du btiment, lus, dcideurs, futurs utilisateurs, futurs gestionnaires, collectivits locales d'accueil, riverains, associations locales intresses par lenvironnement, diffrentes structures concernes par laspect environnemental de lopration (Ademe, Agences rgionales ou locales de l'environnement), etc.Programmation Phase pendant laquelle slabore le programme, document destination de la matrise duvre pour la conception architecturale et technique de louvrage. Pour les besoins de la prsente certification, la programmation se traduit par la dfinition des performances attendues ou souhaites de louvrage.Qualit Environnementale du btiment (QEB) : La Qualit Environnementale du Btiment est laptitude de lensemble de ses caractristiques intrinsques (celles du btiment, de ses quipements et de sa parcelle) satisfaire les exigences qui sont lies : la matrise des impacts sur lenvironnement extrieur la cration dun environnement intrieur confortable et sain.Pour la prsente certification, elle sexprime au travers dun profil de 14 catgories de proccupations, dites cibles et sous-cibles de QEB, pour lesquelles 3 niveaux de performance sont possibles : Base, Performant, Trs Performant.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie IV : Terminologie Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007215/239 213. TERMINOLOGIECritre de QEB Pour la prsente certification, cest une exigence reprsente par un seuil atteindre ou une condition remplir pour atteindre un niveau de performance requis pour une caractristique donne, traduisant une proccupation.Systme de management environnemental (SME) Composante du systme de management global qui inclut la structure organisationnelle, les activits de planification, les responsabilits, les pratiques, les procdures, les procds et les ressources pour laborer, mettre en uvre, raliser, passer en revue et maintenir la politique environnementale. [ISO 14001] Le SME fait lobjet de deux documents : La norme ISO 14001 (Systmes de management environnementale Spcifications et lignes directrices pour son utilisation). Sa traduction au secteur de la construction, travers le guide dapplication AFNOR GA P01-030 (Juin 2003)Systme de management dopration (SMO) Ensemble dlments permettant de fixer les cibles de QEB et dorganiser lopration pour les atteindre. Le Systme de Management dOpration fait lobjet dun rfrentiel (rfrentiel du SMO) dans le cadre de la prsente certification.Rfrentiel technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement - Partie IV : Terminologie Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007216/239 214. REFERENTIEL TECHNIQUE DE CERTIFICATION NF BATIMENTS TERTIAIRES DEMARCHE HQE Bureau - EnseignementPrincipales volutions par rapport au millsime 2005Aot 2006 215. EVOLUTIONSSMO Le rfrentiel du SMO de Janvier 2005 a fait l'objet de deux types de rvision : des rvisions lgres de forme et de formulation, et des rvisions plus importantes concernant les exigences en elles-mmes. En ce qui concerne les modifications de structure des paragraphes et de formulations des exigences, sont concerns les paragraphes suivants : 2.5 Planification de l'opration : devenu le 2.1 et au contenu explicit 2.1 Structure et responsabilit : devenu le 2.2 Responsabilits et autorits) 3.4 Bilan de l'opration : devenu le 4 Capitalisation Les modifications plus importantes concernent quant elle la dfinition du profil environnemental et l'valuation des performances obtenues : 1.1 Profil de la Qualit Environnementale du Btiment Clarification de l'exigence concernant l'analyse conomique. 3.2 Evaluation de la Qualit Environnementale du Btiment Rvision des moments auxquels doit tre ralise une valuation de la QEB.CIBLE 1 Ajout d'une note en dessous du tableau d'valuation de la cible 1 pour clarifier les modalits d'agrgation possible selon l'environnement immdiat (prsence ou non de voisinage).CIBLE 2 Rfrences complmentaires Mise jour de la rfrence la norme NF P01-010 Ajout de la rfrence la norme P01-020, au Plan National Sant Environnement et la base INIES Sous-cible 2.3 Rvision de l'introduction pour actualiser l'information relative la base INIES Les principes de calcul pour la dtermination de la contribution des produits aux impacts environnementaux de l'ouvrage ont t regroups dans une note aprs le tableau d'valuation. Proccupation 2.4.1 Pour tre conforme la note d'interprtation n4, le texte de la note (1) a t revu pour prciser que le protocole d'valuation ECA est valide pour la mesure des missions de COV et de formaldhydes, et que le protocole AgBB est valide pour les missions de COV uniquement. Proccupation 2.4.2 Ajout en fin de note (3) l'importance de comparer des produits dont les caractristiques sont bases sur le mme protocole d'essai.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007219/239 216. EVOLUTIONSCIBLE 3 Proccupation 3.1.2 Note (3) prcisant que la valorisation matire peut tre faite sur un autre chantier. Rajout d'une note aprs la note (3) pour prciser que dans le cas de valorisation de terre excave in situ (remblais, merlon, etc.) ou de rutilisation du bton en remblais (dans le cas de la dconstruction pralable), les pourcentages de dchets valoriss doivent tre obtenus en excluant la terre et/ou le bton valoriss. Ajout d'un critre "Dispositions justifies et satisfaisantes" aux pourcentages de dchets valoriss, et ajout d'une note associe incitant le matre d'ouvrage aller au del des pourcentages indiqus qui ne sont que des exigences minimales pour tout projet.CIBLE 4 Introduction gnrale Actualisation du texte Niveau B : La cible n'tant pas accepte en niveau B, il a t dcid de ne pas afficher les critres de ce niveau pour ne pas induire en erreur les lecteurs. Interaction avec le SMO Reformulation du texte sur l'analyse du site Rfrences complmentaires Remplacement des rfrences RT2000 par les rfrences RT2005 Suppression de la rfrence la norme NF P01-010 sans objet pour cette cible Mise jour de la rfrence la norme NF P01-020 Ajout des rfrences sur la mthode Bilan Carbone de l'ADEME Ajout d'une rfrence un fascicule AFNOR Sous-cible 4.1 Remplacement de l'intitul "Conception architecturale visant optimiser les consommations d'nergie" par "Rduction de la demande nergtique par la conception architecturale" Rvision du texte introductif Proccupation 4.1.1 En ce qui concerne les dperditions, la rfrence est dsormais faite au Ubat base et non au Ubat ref . Cette souplesse est accorde provisoirement, le temps de disposer de retours de terrain sur la faisabilit de l'exigence Ubt < Ubt-rf selon la RT2005. La note (1) a t modifie en ce sens, et incite la vigilance quant cette souplesse pour les btiments fortement vitrs. Regroupement des anciennes proccupations 4.1.2/4.1.3/4.1.4 en une seule proccupation intitule "Amliorer laptitude du btiment rduire ses besoins nergtiques, en t comme en hiver". L'atteinte de cette nouvelle unique proccupation doit tre justifie en exprimant les besoins par poste nergtique, et en dmontrant la rflexion globale sur la conception architecturale (croisement entre besoins et dperditions).Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007220/239 217. EVOLUTIONSSous-cible 4.3 Intgration des proccupations de cette sous-cible dans la sous-cible 4.2. Sous-cible 4.2 Remplacement de l'intitul "Rduction de la consommation d'nergie primaire et recours aux nergies renouvelables" par "Rduction de la consommation d'nergie primaire et des pollutions associes". Actualisation du tableau sur les facteurs d'mission de CO2 (en rfrence aux hypothses de la mthode Bilan Carbone de l'Ademe). L'unit de rfrence des diffrents ratios n'est plus la SDO mais la SHON (la SHON tant l'unit de rfrence dans la RT2005). Proccupation 4.2.1 Le niveau P a t calibr Cep ref - 10% et le niveau TP Cep ref - 20% (par rapport la RT2005). Le Cep intgre dsormais les consommations de froid. Les auxiliaires de fonctionnement ont t explicitement rajouts dans la liste des postes nergtiques contenus dans le calcul du Cep pour ne pas inciter les carter du calcul. L'exigence Ccl < Ccl-rf 30% anciennement demande en niveau TP est supprime. Proccupation 4.2.2 Suppression de cette proccupation sur la consommation "froid" tant donn que la RT2005 intgre cette consommation dans le calcul du coefficient Cep. Remplacement de cette proccupation par les exigences de l'ancienne sous-cible 4.3 (pollutions). Les facteurs d'mission de CO2 des diffrentes nergies sont dsormais exprims en quivalent CO2 et sont issus de la mthode Bilan Carbone de l'ADEME. Suppression provisoire de l'exigence en valeur absolu sur les missions de CO2. La note (3) prcise cependant que celle-ci sera rintroduite ds lors que le retour d'exprience aura t suffisant pour dterminer la valeur adquate. Proccupation 4.2.3 Le terme "nergie renouvelable" n'est ce jour pas encore dfini de faon consensuelle, y compris l'chelle nationale. Une note d'interprtation (n1) a d'ailleurs t rdige pour prciser que le chauffage urbain peut tre considr comme une nergie renouvelable ds lors que l'nergie du primaire est issue majoritairement de ressources renouvelables, dchets mnagers compris. Cette clarification a t intgre dans la note (4). Ainsi, l'expression "filire nergtique locale d'origine renouvelable" a t prfre au terme "nergie renouvelable locale". En ce sens, une note (4) a t rdige pour expliciter ce qui est recevable en tant que "filire nergtique locale d'origine renouvelable". Y sont inclus les quipements performants utilisant pour partie des ENR locales permettant de diminuer la demande nergtique traditionnelle, comme par exemple les pompes chaleur de COP annuel moyen suprieur 3 (PAC air/air exclues). L'ancienne note (7) qui dtaillait les conditions acceptables pour justifier le non-recours des nergies renouvelables a t remplace par une note (5) qui explicite en dtail les critres possibles de jugement de la pertinence du recours une filire nergtique locale d'origine renouvelable.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007221/239 218. EVOLUTIONSCIBLE 5 Rfrence complmentaire Ajout de la position de la DGS sur l'utilisation des eaux de pluie pour des usages domestiques (2 mars 2006). Sous-cible 5.1 Adaptation de la premire puce de l'introduction aux recommandations de la position de la DGS. Proccupation 5.2.1 Dans la note (1), suppression de la dernire phrase du paragraphe qui induisait en erreur en laissant supposer que l'exemple donn tait une obligation.CIBLE 6 InchangeCIBLE 7 Rvision de forme Reprise de la prsentation des proccupations de chaque sous-cible pour tre conforme la structure de toutes les autres cibles : Cration d'une proccupation par enjeu (moyens pour le suivi ; simplicit de conception ; facilit d'accs) avec un tat "Atteint" possible pour chaque proccupation ; Ajout d'un tableau de performance de la sous-cible : le niveau de performance de la sous-cible est dtermin par e cumul d'tats "Atteint".CIBLE 8 Terminologie Afin d'tre conforme la terminologie employe dans la rglementation thermique, le terme "climatisation" a t remplac par "systme de refroidissement". Dans le mme esprit, la RT2005 dfinissant le terme "locaux occupation passagre", cette dfinition a t reprise dans cette cible. En revanche, l'occupation prolonge n'tant pas dfinie, l'expression "locaux occupation prolonge" a t remplace par l'expression "locaux autres qu' occupation passagre" qui tait dj parfois utilise dans la cible. Rfrences complmentaires Ajout des rfrences RT2005 Mise jour de la rfrence la norme ISO 7730:2003Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007222/239 219. EVOLUTIONSProccupation 8.3.1 Niveau BASE : l'exigence de Tic Ticrf de la RT 2005 s'applique non plus par btiment mais par zone ou partie de zone. Niveaux PERFORMANT et TRES PERFORMANT : transposition des zones climatiques RT2000 (Ea, Eb, Ec et Ed) en zones climatiques RT2005 (H1a H1b H1c H2a H2b H2c H2d H3). Rvision approfondie Les zones climatiques ont t rvises dans la RT 2005 de faon mieux prendre en compte les diffrences climatiques qui pouvaient exister entre deux lieux d'une mme zone RT2000. Aussi, il sera ncessaire dans le prochain millsime d'affiner les nombres d'heures de cette exigence par rapport aux zones climatiques RT2005.Proccupation 8.3.4 L'exigence tant similaire celle de la proccupation 8.3.1, la rvision est identique. Rvision approfondie Il s'avre que le critre du 8.3.4 est identique celui du 8.3.1, hormis le fait qu'en 8.3.4 la simulation thermique dynamique doit tre faite fentres fermes si on est en BR2 ou BR3. Ce point sera clarifi lors dun prochain millsime.Ancienne proccupation 8.4.1 Le recours la climatisation non justifi est dsormais pnalis par la RT2005. Il a t act que ce recours sera dsormais le rsultat d'un arbitrage multicritre (usage, confort, consommations) et d'une optimisation technique. L'ancienne proccupation a donc t supprime. Nouvelle proccupation 8.4.1 (soit l'ancienne 8.4.2) La rdaction de la note (1), ancienne note (3) a donc t rvise pour viter d'inciter avoir des tempratures de consignes infrieures 26C, ce qui va l'encontre des rfrences rglementaires (soit pour tout ce qui n'est pas de l'hbergement, 26C en local "climatis" en priode d'occupation, et 30C en priode d'inoccupation). Proccupation 8.4.3 Dans le mme esprit que la rvision prcdente, seule a t laisse dans le tableau la vitesse d'air associe une temprature de consigne de 26C. Les autres valeurs (associes T=24C et T=25C) ont t dplaces en note (2).CIBLE 9 Interactions avec le SMO Reformulation du texte. Rfrences complmentaires Mise jour de la rfrence [J] sur la norme NF S31-080 Sous-cible 9.2 : rvision pour les immeubles de bureaux uniquement Rvision de l'introduction en distinguant les btiments d'enseignement (soumis Rglementation) et les immeubles de bureaux. La terminologie adopte est inspire de la norme NF S 31-080.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007223/239 220. EVOLUTIONSIl est identifi deux types de livraison d'immeuble (en blanc ou livr amnag), cette donne conditionnant les modalits de dtermination de la performance de la sous-cible. L'ordre des proccupations a t modifi (y compris pour les btiments d'enseignement, de faon tre homogne sur toute la cible). L'exigence de sonorit la marche anciennement dans la proccupation 9.2.5 est devenue une proccupation part entire. Les critres de chacune des 6 proccupations "Bureaux" varient selon le type d'espace : plateau amnager, bureau individuel, espace ouvert, bureau collectif, ou espace associ. Principaux allgements : Exigences revues la baisse pour l'isolement vis--vis de l'extrieur, quel que soit le type d'espace d'activit "bureau" : ce qui tait demand en niveau B correspond dsormais au niveau TP. Peu de changements sur les bruits de choc : le niveau TP disparait, la seule distinction entre P et TP tant le pourcentage de locaux respectant le critre. Bruits d'quipement : le niveau de base n'est plus 38dB mais 40 dB, voire 45dB pour les espaces ouverts. Acoustique interne : il a t reconnu qu'un w de 0,8 correspond plus un niveau P que B. L'indicateur utilis est l'AAE du plafond. Important allgement sur l'isolement entre locaux : par exemple, le niveau de 40dB qui tait demand en niveau B entre bureaux est dsormais remplac par un niveau 32, 35 ou 38 dB selon les types d'espaces "bureau". Sonorit la marche : inchang. L'annexe en fin de document prsente le dtail des volutions de cette cible.CIBLE 10 Rfrences complmentaires Ajout des textes RT2005. Sous-cible 10.1 Mise jour des parties de l'introduction qui faisait rfrence la RT2000. Proccupation 10.1.1 En niveau BASE, suppression de l'exigence d'accs la lumire du jour pour les "autres espaces frquents par les usagers", y compris donc pour les salles de runion. Cette exigence n'apparait plus que pour le niveau TRES PERFORMANT, sans exigence en terme de pourcentage. Proccupation 10.1.2 La vision vers l'extrieur depuis les postes de travail tant une exigence du Code du Travail, le niveau BASE impose 100% d'accs des vues pour les bureaux et les salles d'enseignement. Proccupation 10.1.3 Suppression de la note (4) et intgration du commentaire de cette note directement dans le tableau, dans la colonne "caractristique".Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007224/239 221. EVOLUTIONSCIBLE 11 Proccupation 11.2.3 Pour tre conforme la note d'interprtation n4, le texte de la note (2) a t revu pour prciser que le protocole d'valuation ECA est valide pour la mesure des missions de COV et de formaldhydes, et que le protocole AgBB est valide pour les missions de COV uniquement. Ajout en fin de note (3) l'importance de comparer des produits dont les caractristiques sont bases sur le mme protocole d'essai.CIBLE 12 Introduction gnrale Refonte du texte par rapport aux volutions sur la sous-cible 12.1 Remplacement de l'intitul de la sous-cible 12.1 "Limitation lectromagntiques" par "Matrise de l'exposition lectromagntique".desnuisancesRfrences complmentaires Refonte totale de cette partie, en distinguant les textes rglementaires et les documents informatifs. Sous-cible 12.1 Refonte du texte introductif. La sous-cible est dsormais value en distinguant les sources du monde des nergies et les sources du monde des Telecoms. Performance de la sous-cible : il est dsormais d'tre TRES PERFORMANT. Proccupation 12.2.3 Pour tre conforme la note d'interprtation n4, le texte de la note (2) a t revu pour prciser que le protocole d'valuation ECA est valide pour la mesure des missions de COV et de formaldhydes, et que le protocole AgBB est valide pour les missions de COV uniquement. Ajout en fin de note (3) l'importance de comparer des produits dont les caractristiques sont bases sur le mme protocole d'essai.CIBLE 13 Proccupation 13.2.3 Pour tre conforme la note d'interprtation n4, le texte de la note (3) a t revu pour prciser que le protocole d'valuation ECA est valide pour la mesure des missions de COV et de formaldhydes, et que le protocole AgBB est valide pour les missions de COV uniquement. Ajout en fin de note (4) l'importance de comparer des produits dont les caractristiques sont bases sur le mme protocole d'essai.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007225/239 222. EVOLUTIONSCIBLE 14 Rfrences complmentaires Ajout de l'arrt du 30 novembre 2005 concernant les rgles de conception ECS pour limiter le risque de brlure et le risque de dveloppement de lgionelles. Sous-cible 14.3 Les dbats sur la rvision de l'arrt du 23 juin 1978 tant dsormais conclus par l'arrt du 30 novembre 2005, le dernier paragraphe de l'introduction a t supprim.Rfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007226/239 223. 20059.2.1 B isolement extrieur P (ex 9.2.2) TP 9.2.2 B bruits de choc P (ex 9.2.3) TP Bniveau rglementaire X X 60dB pour 100% des locaux 57dB pour 75% des locaux 57dB pour 90% des locaux 38dB Pour 75% des locaux : 9.2.3 P 35dB en bureau individuel bruits d'quipements de 38dB 40dB en bureau paysager (ex 9.2.4) Pour 90% des locaux : TP 35dB en bureau individuel de 38dB 40dB en bureau paysager Tr 0,7s en bureau individuel B w 0,8 en bureau paysager 9.2.4 P X acoustique interne (ex 9.2.5) TP X 40dB entre bureaux 30dB entre bureau et circulation Pour 75% des locaux : 9.2.5 P 43dB entre bureaux isolement entre locaux 33dB entre bureau et circulation (ex 9.2.1) Pour 90% des locaux : TP 43dB entre bureaux 33dB entre bureau et circulation B classe B ou A en bureau paysager 9.2.6 P X sonorit la marche TP X BPlateauxBureaux individuelsEspaces ouvertsBureaux collectifsrglementaire - 5dB rglementaire - 3dB rglementaire 60dB 57dB X 40dBrglementaire - 5dB rglementaire - 3dB rglementaire 60dB 57dB X 40dBrglementaire - 5dB rglementaire - 3dB rglementaire 60dB 57dB X 45dBrglementaire - 5dB rglementaire - 3dB rglementaire 60dB 57dB X 40dB 38dB 38dBX 38dB 35dB 35dB 40dB 35dBAAEplafond 0,6 SsolAAEplafond 0,6 SsolAAEplafond 0,6 SsolAAEplafond 0,6 SsolX AAEplafond 0,75 Ssol tude acoustique spcifique + justification que les niveaux atteints X sont meilleurs que le simple respect du niveau PAAEplafond 0,75 Ssol tude acoustique spcifique + justification que les niveaux atteints sont meilleurs que le simple respect du niveau PAAEplafond 0,75 Ssol tude acoustique spcifique + justification que les niveaux atteints sont meilleurs que le simple respect du niveau P 32dB 38dB 32dB 35dB 35dB 40dB 35dB 38dB 38dB 43dB 38dB 40dBClasse B minimum X XClasse B minimum X XClasse B minimum X XClasse B minimum X XEVOLUTIONSRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007ANNEXE Dtail des volutions de la cible 9 pour les espaces d'activit "bureau"227/239 224. EVOLUTIONSRfrentiel technique de certification "Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Partie V : Principales volutions par rapport au Millsime 2005 Certiva Aot 2006 / Modifi selon lErratum du 30 mars 2007228/239 225. REFERENTIEL TECHNIQUE DE CERTIFICATION NF BATIMENTS TERTIAIRES DEMARCHE HQE Bureau - EnseignementVERSIONAOUT 2006Erratum 30 mars 2007 226. ERRATUMPartie I : IntroductionPage 9 : La rfrence suivante utilise le terme Qualit environnementale des produits de construction . Elle est donc rectifie de la faon suivante : AFNOR Norme NF P01-020-1 "Qualit environnementale des btiments - Partie 1 : Cadre mthodologique pour la description et la caractrisation des performances environnementales et sanitaires des btiments" Mars 2005.Page 11 : Il est indiqu que le rfrentiel du SMO est organis selon 3 chapitres, alors quil sorganise en 4 chapitres. Il convient donc de modifier le paragraphe 2.1 de la faon suivante :2.1 Structure du rfrentiel du SMO Le rfrentiel du SMO est organis selon les chapitres suivants : engagement, o sont dcrits les lments d'analyse demands pour la dfinition du profil environnemental de l'opration et les exigences pour formaliser l'engagement, mise en uvre et fonctionnement, o sont dcrites les exigences en matire dorganisation, pilotage de lopration, o sont dcrites les exigences en matire de surveillance et revues des processus, dvaluation de la QEB, de corrections et dactions correctives et de bilan de lopration. capitalisation, ou sont dcrites les exigences en matire de capitalisation de lexprience et de bilan de lopration.Page 13 : Dans le paragraphe 3.2 Prsentation des cibles de QEB des erreurs de renvois aux paragraphes suivants existent. Il convient donc de rectifier ces renvois de la faon suivante : valuation de la cible Tableau qui prsente le principe d'valuation de la cible par agrgation des performances obtenues sur les sous-cibles (cf 3.4.4 ci-aprs). Sous-Cible 1 Introduction Tableau d'valuation des proccupations (cf 3.4.2 ci-aprs) Tableau d'valuation de la sous-cible (cf 3.4.3 ci-aprs)Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007230/239 227. ERRATUM Page 16 : Lexemple de tableau dvaluation du CAS 1 mentionne des cases avec une croix, alors que le rfrentiel utilise des cases avec des barres obliques. De plus, la note qui suit ce tableau fait galement rfrence une croix au lieu de barres obliques. Il convient donc de modifier le paragraphe 3.4.3 CAS 1 de la faon suivante : CAS 1 PREOCCUPATIONSSOUS-CIBLE 5.2.1 5.2BP5.2.2 TPBP5.2.3 TPBPTPB P TP NOTE : Exemple a/ Pour tre P en sous-cible 5.2, il faut avoir la combinaison de proccupations suivante : (5.2.1 B) (5.2.2 P) (5.2.3 B) b/ La combinaison TP-P-B ne permet pas d'atteindre le niveau TP pour la sous-cible 5.2 : elle reste donc en niveau P. NOTE : Dans ces tableaux, une case marque de barres obliques signifie que la proccupation ne peut pas atteindre le niveau de performance correspondant, car celui-ci nest pas dfini. Ainsi dans l'exemple, le niveau P nest pas dfini pour la proccupation 5.2.1, idem pour les niveaux P et TP de la proccupation 5.2.3.Partie II : Systme de Management de lOprationPage 29 : Le renvoi effectu dans la dernire phrase du paragraphe 4 Capitalisation est incorrect. Il faut donc rectifier de la faon suivante : Le matre d'ouvrage doit conserver un enregistrement de ce bilan, ainsi que des lments ayant permis son laboration (cf. 2.6 Matrise documentaire).Page 31 : Certains renvois effectus dans le paragraphe DOCUMENTS incorrects. Il faut donc rectifier de la faon suivante : PROJET sontConcours de matrise d'uvre ou appel d'offre des entreprises Penser inclure dans les pices crites : des critres de comptence parmi les critres de slection des intervenants (2.3) les missions dtailles des intervenants, et notamment celles concernant environnementale (2.4)Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007laqualit231/239 228. ERRATUM Pages 35 et 36 : LAnnexe B (informative) fait rfrence au Tableau guide lusage du matre douvrage pour la hirarchisation des cibles de QEB en fonction de ses enjeux environnementaux inclut dans la Norme NF P 01-020-1 Qualit environnementale des btiments de mars 2005. Ce tableau ne tient donc pas compte des modifications du rfrentiel NF Btiments Tertiaires Dmarche HQE dAot 2006 sur les cibles et sous-cibles (intitul, nombre de sous-cibles, etc.).Partie III : QEBIndications gnrales sur toutes les cibles Notes explicatives des tableaux dvaluation : Les listes dexemples de dispositions incluses dans les notes suivant les tableaux dvaluation ne doivent pas obligatoirement tre traites de faon exhaustive pour obtenir le niveau vis. Seules les dispositions pertinentes applicables lopration concerne doivent tre prises en compte.Cible 1 RASCible 2 Page 58 : La rfrence [B] utilise le terme Qualit environnementale des produits de [B] construction . Elle est donc rectifie de la faon suivante : [B] AFNOR - Norme NF P01-020-1 "Qualit environnementale des btiments - Partie 1 : Cadre [B] [B] mthodologique pour la description et la caractrisation des performances environnementales et sanitaires des btiments" Mars 2005Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007232/239 229. ERRATUM Pages 59 et 60 : La mise en page normale du tableau dvaluation de la performance de la sous-cible 2.1 est la suivante :Tableau d'valuationProccupationCritreCaractristiqueIntitulRflexion pour une dure de vie du btiment courte (10 ans)2.1.2. Rflchir sur l'adaptabilit de l'ouvrage dans le temps et sur la dmontabilit / sparabilit des produits, systmes et procds de construction en fonction de la dure de vie souhaite de l'ouvrageBAdquation de la dure de vie des produits, systmes et procds de gros uvre avec la dure de vie du btiment et de la dure de vie de ceux de second-uvre en fonction de leur usagePRflexion sur l'adaptabilit du btiment sur une priode de 10 ans. Dispositions satisfaisantes.2.1.1. Adapter les choix Prise en compte de la dure de vie constructifs la dure de des produits, systmes et procds vie souhaite de louvrage par rapport leur usage dans le (1) btimentNiveauAdquation de la dure de vie des produits, systmes et procds de gros uvre avec la dure de vie du btimentBIdem niveau Base + Rflexion sur la dmontabilit et la sparabilit des produits de la structure porteuse et de second uvre. Dispositions satisfaisantes. Rflexion sur l'adaptabilit du btiment sur une priode de 10 ans. Dispositions satisfaisantes.Rflexion pour une dure de vie du btiment moyenne (25 ans)PBRflexion sur l'adaptabilit du btiment sur la dure de vie souhaite Rflexion sur la dmontabilit et la sparabilit des produits de second uvrePDispositions satisfaisantes.Rflexion pour une dure de vie du btiment normale longue (50 100 ans)2.1.3. Choisir des produits, systmes ou procds dont les caractristiques sont vrifiesProduits certifis ou disposant dun Avis Technique (2)Rflexion sur l'adaptabilit du btiment sur une priode de 10 ans. Dispositions satisfaisantes.BRflexion sur l'adaptabilit du btiment sur la dure de vie souhaite. Dispositions satisfaisantes.PLe matre douvrage utilise, dans les domaines o ils existent, et dans des conditions permettant une mise en concurrence objective, des produits, systmes ou procds soit certifis soit bnficiant dun Avis Technique.B(2)Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007233/239 230. ERRATUMCible 3 Pages 74 et 75 : Les niveaux de performance du tableau dvaluation de la performance de la souscible 3.1 sont les suivants :Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007234/239 231. ERRATUM Page 77 : Ltat de chacun des critres de performance du tableau dvaluation de la performance de la sous-cible 3.2 sont les suivants :Page 78 : Le tableau dvaluation du bas de la page concerne bien la sous-cible 3.2. Les numros des proccupations et de la sous-cible sont donc les suivants :Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 3.23.2.1 Atteint NA3.2.2 Atteint NA3.2.3 Atteint NAB1 proccupation atteinte sur 3 *P2 proccupations atteintes sur 3 *TPRfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007235/239 232. ERRATUMCible 4 Page 83 : La rfrence [D] utilise le terme Qualit environnementale des produits de [D] construction . Elle est donc rectifie de la faon suivante : [D] AFNOR - Norme NF P01-020-1 "Qualit environnementale des btiments - Partie 1 : Cadre [D] [D] mthodologique pour la description et la caractrisation des performances environnementales et sanitaires des btiments" Mars 2005Page 85 : Le tableau dvaluation de la performance de la sous-cible 4.1 indique une proccupation 4.1.3 qui nexiste plus. Il convient donc de rectifier ce tableau de la faon suivante :Performance de la sous-cible PREOCCUPATIONS SOUS CIBLE 4.1B4.1.1 P TPB4.1.2 PTPB P TPCibles 5 8 RASCible 9 Page 157 : Le tableau de synthse dvaluation de la performance de la sous-cible 9.2 est rectifi de la faon suivante pour les proccupations 9.2.3 et 9.2.5 des espaces ouverts :Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007236/239 233. ERRATUMPerformance de la sous-cibleBUREAUPREOCCUPATIONSEspaces ouvertsB9.2.1 P TPB9.2.2 P TPB9.2.3 P TPB9.2.4 P TPB9.2.5 P TPB9.2.6 P TPB P TPProccupation 9.2.3 : le niveau TP est dfini, et non pas le niveau P. Cela implique donc que, pour obtenir : - Le niveau B pour la sous-cible 9.2, il faut tre B pour la proccupation 9.2.3. - Le niveau P pour la sous-cible 9.2, il faut tre B pour la proccupation 9.2.3. - Le niveau TP pour la sous-cible 9.2, il faut tre TP pour la proccupation 9.2.3. Proccupation pour obtenir : - Le niveau - Le niveau - Le niveau9.2.5 : les niveaux B, P et TP sont dfinis. Cela implique donc que, B pour la sous-cible 9.2, il faut tre B pour la proccupation 9.2.5. P pour la sous-cible 9.2, il faut tre P pour la proccupation 9.2.5. TP pour la sous-cible 9.2, il faut tre TP pour la proccupation 9.2.5.Cet ensemble de corrections traduit le tableau dvaluation de la performance de la sous-cible 9.2 pour les espaces ouverts, donn ci-dessous (page 153) :Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007237/239 234. ERRATUMESPACES OUVERTS ProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveauDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (diurne) 5 dB et DnTA,tr 30 dB 9.2.1. Isolement des locaux vis--vis de lespace extrieurIsolement acoustique standardis pondr vis--vis des bruits des infrastructures de transports terrestres DnTA,tr (1)BDnTA,tr DnTA,tr rglementaire logement (dirune) 3 dB et DnTA,tr 30 dBPDnTA,tr DnTA,trrglementaire logement(dirune)TPet DnTA,tr 30 dB 9.2.2. Niveau de bruit de chocs transmis dans les locauxNiveau de pression pondr du bruit de choc standardis LnT,w peru dans les espaces ouvertsLnT,w 60 dBBLnT,w 57 dBP9.2.3. Niveau de bruit dquipements dans les locauxNiveau de pression acoustique normalis LnAT (2)LnAT 45 dB(A)BLnAT 40 dB(A)TPAAEplafond 0,6 S(surface au sol) Justification de l'homognit de l'AAE en toute zoneBAAEplafond 0,75 S(surface au sol)9.2.4. Acoustique interne des locauxAire d'absorption quivalente du plafond des espaces ouverts Etude acoustique spcifiqueJustification de l'homognit de l'AAE en toute zone Ralisation d'une tude acoustique spcifique et mise en uvre des solutions identifies comme les plus performantes par cette tude. (3)PTPElaboration d'un document prcisant les hypothses d'amnagement qui conditionnent l'atteinte de cette performance (4) 9.2.5. Isolement au bruit arien entre locaux9.2.6. Sonorit la marcheIsolement acoustique standardis pondr DnT,A (dB) entre espaces ouverts Classe de sonorit la marche des revtements de sol (5)DnTA 32 dBBDnTA 35 dBPDnTA 38 dBTPRevtements de sol a minima de classe B (6)BCibles 10 12 RASCible 13 Pages 198 et 199 : La mise en page normale du tableau dvaluation de la performance de la sous-cible 13.2 est la suivante :Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007238/239 235. ERRATUMTableau d'valuationProccupationCritreCaractristiqueIntitulNiveau13.2.1. Identifier les sources de pollutionSources de pollutionIdentification des sources de pollution de l'air tout au long du projetB13.2.2. Rduire les effets des sources de pollutionDispositions architecturales : limitation de l'entre d'air neuf pollu (1) ; dispositions prventives en cas de risque radon (2); organisation des espaces intrieurs pour limiter les pollutions des activits internes au btiment sur les usagers ; vacuation des pollutions.Dispositions justifies et satisfaisantesBEmissions de COV et formaldhyde connues pour 25% des lments de la famille suivante : revtements intrieurs (6) (sol, mur, plafond)13.2.3. Limiter les sources de pollutionEmissions chimiques (COV et formaldhyde) des produits de construction (3)Prise en compte du critre chimique a minima dans le choix du produit pour l'lment le plus impactant de cette famille(4) Emissions de COV et formaldhyde connues pour 50% des lments des familles suivantes : revtements intrieurs (6) (sol, mur, plafond) isolants thermiques (hors isolation extrieure) matriaux acoustiquesPTPPrise en compte optimale du critre chimique dans le choix de produits de ces familles. (5)Cible 14 Page 206 : La note (1) utilise le terme autorisation de conformit sanitaire . Elle est donc rectifie comme suit : (1) Il convient de sassurer que tous les matriaux organiques (et accessoires des rseaux d'eau) mis en uvre disposent dune attestation de conformit sanitaire (ACS) selon l'arrt du 29 mai 1997 et ses circulaires dapplication (n99-217 du 12/04/1999). A l'heure actuelle sont concerns par les ACS les matriaux organiques tels que : les tubes et raccords des rseaux de distribution intrieurs et extrieurs aux btiments ainsi que les joints utiliss pour leur assemblage ; les rservoirs de stockage et de mise sous pression, les surpresseurs, les bches de rupture et les cuves d'adoucisseur mis en place dans les installations de distribution publiques ou prives. Les produits certifis et sous ATEC disposent systmatiquement d'une ACS.Rfrentiel Technique de certification "NF Btiments Tertiaires - Dmarche HQE" Bureau et Enseignement Certiva Aot 2006 - Erratum du 30 mars 2007239/239

Recommended

View more >