FAD : vers des apprentissages massivement personnalisés

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Présentation, adaptée pour pouvoir être utilisée de manière autonome, réalisée lors du colloque du REFAD à Montréal, le 30 mai 2014.

Text of FAD : vers des apprentissages massivement personnalisés

  • 1. FAD : vers des apprentissages massivement personnaliss Colloque REFAD 2014 29 mai2014 Christine VAUFREY

2. MOOCs en franais http://mooc-francophone.com/liste-mooc-en-francais/ Les MOOCs apparaissent comme les champignons aprs la pluie, y compris en franais. L, vous en avez deux qui sont plutt transmissifs, distribution potentiellement massive, et deux qui sont plutt connectivistes, dans lesquels les participants sont les principaux crateurs de contenus et de sens. Il en faut pour tout le monde mais soyons clairs, comme dirait Siemens : les MOOCs transmissifs ne prsentent aucune innovation pdagogique. Et pourtant, leur prsence dans le paysage ducatif a fait leffet dun coup de tonnerre, bien plus que celle des cMOOC qui sont quand mme des produits assez alternatifs et ninquitaient personne. 3. Mythes fondateurs de la culture numrique : Transparence et accs universel MOOC : Le meilleur de lducation pour tous ? quoi tient le prtendu effet disruptif des MOOCs ? Une premire rponse a t donne par les campagnes marketing qui ont accompagn la naissance des plateformes de MOOC amricaines : grce au MOOC, tout le monde aura accs au meilleur de lducation mondiale. On reconnait l deux des mythes fondateurs de la culture numrique : la transparence et laccs universel. 4. NON Le pouvoir disruptif du MOOC ne se situe pas ce niveau Mais cest compltement faux. Ce nest que du marketing, appuy sur la mission civilisatrice que les Etats-Unis adorent soctroyer. Ils exploitent des anecdotes pour faire croire que le MOOC va sauver les pays pauvres de lignorance et rvler les gnies qui dorment sous les yourtes mais cest un discours imprialiste qui occulte des points bien connus de tous ceux qui pratiquent la formation en ligne : Il ne suffit pas davoir matriellement accs des ressources en ligne pour les utiliser Il nexiste pas de ressource ducative universelle, valable pour tous En dautres termes, les Europens nont pas du tout envie de se voir imposer les MOOCs des Amricains et les Africains nont pas du tout envie de se voir imposer les MOOCs des Europens (ni ceux des Amricains). La Chine, les pays arabes, ses sont dj dot de leurs plateformes de MOOCs et crent des contenus originaux. 5. MOOC : produit de la Culture numrique, qui transforme tout ce quelle absorbe Ceci, parce quavec les MOOCs, cest la culture numrique qui touche lducation, comme elle a auparavant touch les relations interpersonnelles, les communications, la presse, les industries culturelles, notre relation au travail, et jen passe. Or, la culture numrique transforme tout ce quelle touche. Partout o elle stend, rien nest plus pareil. Ce qui ne signifie pas que cest lapocalypse, la fin du monde ! Ni, lautre extrmit du spectre, que nous entrons grce la culture numrique dans le meilleur des mondes possibles ! Il ny a pas de jugement de valeur attach, dans mon esprit, au constat dune culture numrique qui transforme tout ce quelle touche. Cest juste un fait. Un fait auquel on peut donner du sens en le replaant dans un temps long, comme le fait notamment Milad Doueihi, titulaire de la chaire de culture digitale lUniversit Laval, dont le livre remarquable ma profondment marque et que je vous recommande si vous ne lavez dj lu. Dans son livre, M. Doueihi sarrte longtemps sur une notion qui a t bouleverse par la culture digitale : lamiti. 6. http://www.dailymotion.com/video/x1omd2 v_le-digital-vivons-le-ensemble-02-je-reste- en-contact-avec-mes-proches_school La notion damiti sest profondment transforme depuis quun service appel Facebook sest tendu sur lensemble de la plante, au point aujourdhui de toucher plus dun milliard de personnes. Avant Facebook, il aurait t stupide daffirmer Jai 367 amis ! . On vous aurait pris pour un mgalo, ou tout simplement pour quelquun dun peu drang, obsd par les chiffres. Aujourdhui, sur Facebook, on compte ses amis, cest mme inscrit en gros sur votre page ! Car le dcompte, le dnombrement, sont des activits fondatrices de la culture numrique>. Ce qui ne se compte pas nexiste pas. Non seulement on compte ses amis, mais on les montre. La encore, imaginez lquivalent dans la vie matrielle : dans votre appartement ou maison, un mur sur lequel vous dposeriez les photos de tous vos amis ! Car le fait de montrer, dafficher, est aussi un lment fondamental de la culture numrique. Ce qui ne se voit pas nexiste pas. La trace fait preuve et lavatar (limage bien plus que le texte) vaut ralit. Il nest pas la peine de revenir sur la vieille critique cule sur Facebook : les amis de Facebook ne sont pas comme mes vrais amis . Parce que pour une part, si : sur Facebook, je suis amis avec mes vrais amis . Ils nont pas disparu le jour o je me suis inscrite sur FB ! Et en plus, jai dans mon cercle damis des personnes que jaurais probablement perdues de vue sans Facebook. Cest ce que souligne rgulirement Dominique Cardon : Facebook entretient les liens faibles et ne fait pas de mal aux liens forts. Et ceux qui ont le plus de relations dans la vie matrielle sont aussi ceux qui ont le plus damis sur Facebook. De tout cela, on retiendra que Facebook na pas dtruit notre notion contemporaine de lamiti, mais la fait voluer. Il a ajout une couche notre ralit (ralit augmente). 7. Le MOOC est lducation ce que Facebook est lamiti, Google la recherche dinformation et les plateformes de tlchargement la notion duvre originale Eh bien, daprs moi et quelques autres (trs peu, en fait), cest exactement ce qui est en train de se passer avec le MOOC en ducation. Le MOOC ne dtruit pas lcole en dur mais russit l o la formation en ligne classique, imite ou du moins fortement inspire de la formation en prsence, avait chou : il fait entrer lducation dans la culture numrique. Et va trs vite la bouleverser. Mais pas ncessairement l o on lattend. 8. Distribution massive des contenus (1 enseignant, plusieurs milliers de participants) xMOOC Construction massive des contenus et significations (apprenants connects, pas denseignant) cMOOC On reconnat dans les MOOCs la fascination des grands nombres propre la culture numrique. 1000, 10 000, 100 000 Cest ainsi qua t interprt le plus frquemment le M de Massif. Cest la tl ducative 2.0 ! Coursera, cest Netflix ! Bon, en un peu moins bien Mais il y a une seconde faon de comprendre le M de Massif dans MOOC, qui nous ramne aux origines de ce format et lpoque o les trois cow boys fringants Downes, Cormier et Siemens ont invent le MOOC sans le faire exprs : dans cette acceptation, ce sont les participants qui crent massivement le cours avec leurs contenus, les liens entre ces contenus, leurs interactions. Vous voyez que ce nest pas du tout la mme chose que la distribution massive qui nous remet tous en position de spectateurs, cest beaucoup plus drangeant pour le systme en place et a implique un changement radical dattitude pour tout le monde : institutions, apprenants, enseignants. 9. MOOC = rupture du contrat didactique En revanche, le MOOC a une force considrable, qui nest pas assez mise en vidence mon avis, et mme contre laquelle beaucoup sefforcent de lutter. Le MOOC opre une rupture du contrat didactique, de la situation de classe que lon connat tous. 10. Formation classique (classe prsentielle, classe e- learning) Voil ce qui se passe dans une situation de classe classique : le prof est devant, les apprenants suivent, tout le monde connat son rle. Quand on le respecte, tout va bien. Quand certains ne jouent pas le jeu, cest le bazar et il y a peu dalternatives (dcrocheurs, profs qui quittent le mtier, etc.). Globalement, ce modle est peru comme tant bout de souffle par de nombreux ducateurs. 11. MOOC Dans un MOOC, il ny a plus de guide. Chacun fait ce quil veut ! Les inscrits entrent, sortent, regardent sans participer, participent sans avoir lu, participent sur dautres sujets que ceux qui sont indiqus dans le cours, etc. Trs peu vont jusquau bout, joue la pice classique laquelle de nombreux enseignants croient encore, bien quelle ne soit pas explicitement crite. Cest un effet collatral de labondance, sur lequel se focalisent la plupart des critiques du MOOC. 12. De lenseignant instructeur Transmet le savoir & les savoir-faire Impose des parcours, les mmes pour tous Dcide de la valeur des apprentissages (Avec un petit groupe stable : une quipe, une classe) 13. Au facilitateur Facilite la construction du savoir & des savoir- faire Amnage des espaces dapprentissage, ouvre plusieurs chemins Donne les outils pour valuer soi-mme ce que lon a appris (Avec un trs grand groupe : MOOC, communaut apprenante informelle) 14. De nouvelles attitudes, pour le formateur et pour lapprenant Si les formateurs doivent modifier leurs rles, les apprenants le font aussi. Actuellement, je constate une modification rapide de ces rles, les apprenants reconquirent leur libert, peut-on dire. Cest assez nouveau, et cela survient aprs une premire priode pendant laquelle chacun essayait de retrouver les codes de la forme scolaire dans les MOOCs. Encore mieux : je repre parmi les apprenants inscrits en FAD classique ceux qui ont dj suivi des MOOCs ! Vous ne pouvez pas les contraindre, ou beaucoup moins. Je vais conclure cette prsentation par 4 tendances de fond qui me semblent significatives de ce qui nous attend lre de lducation touche par le numrique . 15. Transversalit & Leadership Laffaiblissement de la verticalit. La culture numrique valorise normment le leadership contre la hirarchie et on retrouve cette tendance dans les MOOCs, la fois chez les enseignants et les apprenants. Ces derniers crent des groupes spontans, produisent normment ensemble, par affinits, condition quon leur laisse la place de le faire. Sil ny a que des quiz dans le MOOC, ils ne font videmment rien La perte, effective de la lgitimit exclusive au droit denseigner allou aux tablissements ducatifs est un autre signe frappant de laffaiblissement des hirarchies et des ordres anciens. Tout le