Mexique et sous primarisation

  • Published on
    28-Jul-2015

  • View
    41

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<p> 1. LALENA et la sous-primarisation de lconomie mexicaine Nicolas Foucras TEC de Monterrey Centre de recherche sur le dveloppement durable nicolas.foucras@itesm.mx 2. Sous-primarisation = spcialisation dans lexportation de marchandises labores bas cots production (Cypher 2010) qui est rapidement devenu la stratgie pour gnrer comptitivit et attraction dIDE dans le domaine de produits manufacturs destins lexportation 3. 1. Un modle de dveloppement bas sur linvestissement direct tranger (IDE) et donc sur limportance de facteurs/acteurs exognes Linsertion mexicaine dans la globalisation conomique (ALENA) sest ralise de manire acclre/incontrle sans que le pays ait pu conclure les dbats internes et donc la consolidations sociale, politique, culturelle et conomique de lespace national (BRICS) (Ojeda 2010; Podesta 2006) Du fait de la crise du modle ISI (qui est plus le fait dune mauvaise gestion de type populiste), de nouveaux acteurs (internes et externes) en faveur dun changement radical de paradigme ont coopt les espaces dcisionnels cls en toute lgitimit (Ortiz Mena; Rousseau; Foucras) 4. Cest alors form un policy network nolibral hermtique en charge des dcisions avec pour objectif la dfense des indicateurs macro-conomiques (fondamentaux de lconomie nationale); le march est donc devenu la variable indpendante ( pacte litiste a remplac pacte post- revolutionnaire; Giacalone 2001; Bizberg 2012; Foucras 2007) Au regard du nouveau paradigme, il tait devenu rationnel doprer un rapprochement (quasi inconditionnel) avec la structure conomique des EU (ceci malgr lasymtrie initiale); les EU taient eux-mmes dsireux de permettre leur structure industrielle de dlocaliser certaines activits intensives en main duvre afin de conserver leur comptitivit (Mexique a t la pierre angulaire du maintien de la comptitivit des EU dans lconomie internationale) 5. Dans ce contexte de Market governance (Snyder), lIDE occupe une place privilgie au sein des rseaux de politique, dans la mesure o son seul comportement influence le niveau de stabilit des fondamentaux. Le succs de la stratgie de dveloppement dpend de lIDE qui est responsable de prs de 85% des exportations (et donc de la consommation aux EU (Cavanagh 2012) Dautre part, le Dficit dmocratique a octroy, et continue doctroyer, une importante immunit aux rseaux dcisionnels et ceci malgr les externalits croissantes (Baltodano 2006; Olvera 2009) 6. Lalliance avec les acteurs productifs et financiers transnationaux (Bizberg 2010; Sandoval 2010) a permis dobtenir un panorama macro-conomique satisfaisant applaudi par le FMI, Washington, OCDE ou encore les agences daccrditation: contrle des prix stabilit du peso excdents commerciaux accs au march financier international proceso de industrial upgrading en comparaison aux autres pays mergents avec succs de lindustrie automobile, agro-industrie et lectronique On pourrait penser que ce qui est bon pour lIDE est bon pour le Mexique 7. Dtail des exportations mexicaines Source: SECRETARA DE ECONOMA, MXICO, 2013 8. Proportion des exportations selon lintensit technologique incorpore (2012): 45,6% de biens manufacturs de moyenne calificaction et intensit technologique (Vs 15,1% pour le Brsil) Source: CNUCED, Conseil Priv de Comptitivit, 2014 9. 2. LIDE et le modle de dveloppement non intgral/inclusif Compte tenu des conditions socio-conomiques initiales la mise en uvre de lALENA, lIDE a favoris la spcialisation du Mexique dans lexportation de produits bass sur les bas cots de production en comparaison ceux des EUA (sous- primarisation) Pour le Mexique, les externalits de ce modle fond sur lIDE oriente vers lexportation sont les suivantes: 10. Difficult pour internaliser la Valeur ajoute (VA) i.e. difficile doprer une industrialisation/dveloppement vertical ou industrial upgrading intgral; rupture des chaines productives i.e. non consolidation des chaines de valeur sur le territoire national (au contraire les structures de la priode ISI ont t dmanteles; ex.: lindustrie de la bire) (Cypher 2009): Autorits publiques des EUA font leur possible pour assurer la prservation de la VA sur leur territoire (incluant ptrole ou aliments) Biens intermdiaires transforms au Mexique sont imports: 97% pour les maquiladoras (Delgado y Cypher 2007) 28,5% de contenu national pour les exportations aux EU (Diario oficial 2013) 50% de la valeur des exportations mexicaines est dorigine EU (Hills 2012) talon dAchille pour Martinez et Gonzalez (2015) dans le cas du secteur automobile le contenu national est plus important cependant se sont des entreprises trangres Rend instable la prsence de lIDE au Mexique Disposition de lautorit plus cder pour que celle-ci reste sur le territoire national/tats Perte de la VA au niveau de la production nationale (Delgado et Cypher 2007; Quintero) 11. Carla Hills, ngociatrice de lALENA pour le compte des EU affirme dans un texte publi dans la revue Foreign Affairs: Les exportations mexicaines dans le monde entier bnficient lconomie des tats-Unis du fait de limportant pourcentage de contenu tatsunien. En faisant une illustration plus claire, pour chaque dollar que gagne le Mexique dans ses exportations, il dpense 50 centimes en produits tats-uniens (traduction libre) 12. Le modle na pas empch de rsoudre la question de lemploi (et stabilit sociale); bien au contraire: Prcaire peu qualifi peu demploi dans lIDE (2,2M pour lindustrie manufacturire dexportation [675.000 pour le secteur automobile] Vs 50M de PEA alors que lIDE attire une grande partie des efforts de la politique publique; INDEX 2015 y CIA 2015) absence de mobilit sociale faible rmunration affaiblissement de la classe moyenne dtrioration de lindice GINI IDE dtruit/marginalise plus demplois quil nen crait (marginalise les structures conomiques locales) Maintient une consommation nationale peu importante (ou alors sur la base de lendettement) =&gt; pas de consolidation des structures conomiques locales qui se rfugient dans linformalit Difficile dmocratisation (Cameron et Wise) 13. Indice GINI pour les pays de lOCDE Alors que lingalit a cru au Mexique depuis le milieu des annes 1980 jusqu la fin des annes 2000, le Chili a rduit la sienne de manire considerable Fuente: OCDE, 2011 14. Absence de transfert de know-how ou encore de technologie (chec des clusters) par manque de synergie avec un tissu productif national non comptitif et pas capable de collaborer avec des acteurs transnationaux=&gt; quasi-absence de connexion entre structures conomiques nationales et lindustrie manufacturire dexportation Il est difficile de conditionner lIDE dans la mesure o ni les clients ni les fournisseurs sont nationaux (depuis 1994 80% autos sont destins lexport contre 10% pour la Chine; WardsAuto Infobank 2013)=&gt; peu dattache/dengagement de lIDE envers le dveloppement national (Ojeda 2010) 15. Production automobile est destine au march exterieur Source: SECRETARA DE ECONOMA, MXICO, 2013 16. Politique ducative non prioritaire (modle produit peu demplois qualifis) Rentres fiscales rduites du fait de lvasion fiscale (exemption dimpts) Bnfices accumuls par les acteurs transnationaux ne sont pas rinvestis et encore moins redistribus au niveau de la socit mexicaine (pas de modle de croissance par rpartition) (accentu par le Homeland Invest Act des EU adopt en 2004) (Delgado y Cypher 2007) 17. Linvestissement en R&amp;D reste faible (considr comme non rationnel ; 0,47% du PIB Vs 1,09% pour le Brsil; affecte comptitivit) =&gt; la brche de productivit/salariale est croissante avec autres pays mergents et EU (OCDE 2013) Maintient la monnaie nationale survalue en relation la brche de productivit/salariale; il est difficile doprer un rajustement du fait de: la dpendance de lIDE vis--vis des importations dinputs la forte prsence dinvestissement financier tranger la perte de souverainet alimentaire et nergtique le niveau de la dette Concentration de lIDE dans les zones gographiques connectes au march des EU (nord; ports; aroports; grands axes routiers) 18. Investissement public en R&amp;D (2012) est peu justifi dans le cas mexicain 19. Production de vhicules lgers Source: PROMEXICO, 2012 20. Compte tenu de la concurrence croissante dautres pays bas cots pour recevoir lIDE et avoir accs au march des EU (les EU sont actifs en terme de ngociation commerciale depuis lchec de lALCA et ladhsion de la Chine lOMC) le Mexique est insr dans un race to the bottom (drgulation) afin dattirer lIDE et de maintenir lattractivit par rapport dautres pays mergents (Barreda Martin 2013) Les lgislations fiscale, environnementale et du travail vis--vis des acteurs transnationaux sont flexibles (Giacalone 2010) Le salaire minimum reste trs faible Non convergence des salaires au niveau ALENA par contre nivellement par le haut des prix de nombreux produits/services et attentes en terme de consommation Croissance du sous-emploi, conomie informelle (60% PEA INEGI 2012), violence, migration, etc. 21. Indice de rmunration dans lindustrie manufacturire (EU et Mexique; base 100 en 1993); stagnation au Mexique malgr la hausse des prix des biens de premire ncessit (alimentation, sant et logement) 22. Croissance du salaire dans lindustrie manufacturiere (base 100 en 2005) 23. Au niveau de lindustrie manufacturire: productivit du travail a augment de 10% sur la priode 2008-2014 (14,9% pour 2009-2014) alors que les salaires ont lgrement diminu (1%) (Indice 2008=100) Source: INEGI 2015 24. Salaire minimum en AL (en USD) (fuente: OIT, 2014) Mxico 144 (0,6USD/h) Per 267 Colombia 318 Bolivia 208 Brasil 324 Chile 372 Argentina 450 Industrie automobile (source: Centre de recherche automobile 2015) Mexique 3,6-3,9USD/h en moyenne dans les lignes de production EU 58USD/h Allemagne 52USD/h Bresil 11,4 USD/h Canada 40,4 USD/h Rep Tcheque 11,5 USD/h 25. Evolution du salaire minimum en AL (2003-2012; indice 2000 = 100) Source: OIT 2013 26. Indice de salaire minimum rel annuel et productivit (1991-2013; Indice 1991 = 100) Source: OCDE, 2014 27. Considrant lasymtrie initiale au moment de la mise en uvre de lALENA, la recherche de bons indicateurs macroconomiques a encourag lautorit publique opter pour une action publique bicphale (Leonard et Losch 2012): les plus gros efforts tendent consolider les dynamiques de lALENA/de lIDE (financement dactions structurelles) alors que des programmes plus modestes en terme de ressources se contentent de chercher prserver la stabilit sociale (action conjoncturelle); dirigs vers lconomie locale =&gt; Perte de la stratgie intgrale du modle tatique et normes vides politiques au niveau de lespace socio-territorial (Leonard et Losch 2009) 28. Conclusions 29. Mme si les EU ont pu prserver la comptitivit de leurs chaines productives, louverture est loin davoir gnr les effets spillover attendus au sein du tissu socio-conomique mexicain et na pas permis ltablissement dun modle de dveloppement durable ni mme inclusif (au contraire) La dimension macro tend occulter dangereusement: Les ralits sectorielles La brche sociale croissante Et le fait quune proportion importante de la population trouve une solution en marge de lautorit publique: conomie informelle; migration; criminalit; glises(Villalobos 2010; Olvera 2007) 30. Tant que les indicateurs macro-conomiques resteront le principal objectif de lautorit publique, il est difficile dimaginer une politique de dveloppement cohrente sur le plan humain et thique qui consisterait connecter les acteurs transnationaux au tissu local; le modle reste bas sur des variables exognes le rendant excluant y instable (Graa 2006) Il est devenu important de repositionner la politique au centre de lconomie en vue de promouvoir lintgralit du modle et que les prmisses nationales puissent tre considres ou encore limmense fragmentation socio- culturelle En fait, la sous-primarisation au Mexique, ainsi que ses consquences, sont principalement le fait dun manque dactivisme et de volontarisme de lEtat mexicain qui tend omettre de connecter les dynamiques issues de lALENA celles qui subsistent au niveau local (Cypher 2009; Stiglitz 2010) </p>