MUTUELLES, LE GRAND BAIN : LES CHANTIERS PRIORITAIRES DU DIGITAL - Ebook Gratuit (by Umanis)

  • View
    576

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • mutuelles le grand bain

  • Le march de lassurance

    sant en pleine mutation

    pages 52

    Sommaire

    Comment le digital bouleverse-t-il

    la relation client ?

    pages 8-9

    Comment le big data influe-t-il sur les politiques

    de tarification ?

    pages 6-7

    Nouvel enjeu : comment traiter

    les donnes de sant ?

    pages 10-11

    1

    34

  • Cette table ronde tait anime par les practices managers

    dUmanis en Data et en Digital, Franck Archer, Franois Binder

    et Luc Doladille.Les participants ont galement

    rempli un questionnaire qui nous a permis de complter

    les informations et de dtecter les grandes tendances venir.

    CATHERINE KERREVEL Directrice gnrale

    de La Banque Postale Assurance sant

    FLORENCE MORGEN Directrice responsabilit et innovation socitales

    dHarmonie Mutuelle

    JEAN-FRANOIS TRIPODIDirecteur gnral de Carte Blanche Partenaires

    SVERINE PRIN Directrice des Risques chez

    Thlem assurances

    PHILIPPE LALOYAUXDirecteur du

    dveloppement dIdentit Mutuelle

    DAMIEN CUDEL Chef de march chez Microsoft en charge

    de loffre Data insight

    FRANOIS COSSIDDirecteur de lOrganisation

    et des Systmes dInformation de La Mutuelle Familiale

    CHRISTINE CATTELIN Directrice des Services

    Informatiques, GIE Harmonie Informatique Services Mutualistes

    HICHAM BADREDDINE Directeur digital de Malakoff Mdric THOMAS COCHIN

    Directeur marketing relation client de

    Microsoft

    3

  • 4

    Le march de lassurance sant en pleine mutationEn lespace de vingt ans, le nombre de mutuelles est pass de 5780 en 1995 environ 450 aujourdhui. Un mouvement dhyper-concentration qui bouleverse le march. Et ce nest pas termin. On voit maintenant les plus grands groupes se rapprocher pour arriver seulement quelques dizaines dacteurs , souligne Jean-Franois Tripodi, directeur gnral de Carte Blanche Partenaires. Dans cet environnement ultra-concurrentiel, les mutuelles, les complmentaires sant et les banques-assurances doivent se prparer aux volutions majeures du march. L'Accord national interprofessionnel (ANI), qui rend obligatoire depuis le 1er janvier 2016 la complmentaire sant pour tous les salaris, va rebattre les cartes et provoquer une redistribution des parts de march. Depuis cette date, toutes les entreprises doivent proposer une mutuelle leurs salaris. Plus de quatre millions de personnes sont concernes, essentiellement des salaris de toutes petites entreprises. 10 % de ces salaris ne possdaient pas de mutuelle titre individuel. Leur employeur est dsormais tenu de financer au moins la moiti de leur couverture sant. Une rvolution dans le secteur des mutuelles,

    au niveau du process de vente, du modle conomique mais aussi de la gestion de la relation client car il faut dornavant grer du collectif et de lindividu. Une autre rforme aura galement de lourdes consquences. La gnralisation du tiers payant prvue par le Ministre de la Sant va accrotre considrablement les flux dmatrialiss de donnes. Dans ce contexte, comment les mutuelles se prparent-elles ces bouleversements ? Notre mtier va basculer de lindemnisation des frais de soins la gestion de la sant , prvoit Catherine Kerrevel, directrice gnrale de La Banque Postale Assurance Sant. Notre modle conomique va changer. Demain, nos adhrents seront peut tre plus intresss par une approche prventive (mieux se gurir ou se soigner) que par la seule indemnisation de leur frais de soins.

    Pour Jean-Franois Tripodi : une nouvelle re souvre

    renforant le besoin de services et la gestion des donnes

    personnelles de sant. Nous sommes la fin dune priode

    charnire et au dbut dune autre.

    4

  • 5

    Comment le big data influe-t-il sur les politiques de tarification ?Comment adapter les offres dans un contexte rglementaire qui change profondment et ncessite une forte ractivit ? Comment construire une dmarche de pilotage des risques et un systme de production de linformation financire de plus en plus sophistique ?

    Orienter les offres et les tarifs sur les personnes et non plus sur les contrats. Cest lambition de la plupart des acteurs du march. Pour plus de ractivit, Thlem Assurances a ainsi fait le choix doptimiser son systme dinformations et mis en place des outils de pilotage adapts. Nous avons une culture de tableaux de bord avec la volont de suivre tous les mois la renta-bilit de nos produits, pas seulement une fois par an au moment de la nouvelle tarification , in-dique Sverine Prin, directrice des risques chez Thlem Assurances. Pour faire face lafflux de nouvelles donnes lies notamment aux nou-veaux canaux de distribution (Internet, smart-phones, etc), Thlem Assurances sest donn les moyens et le temps ncessaire afin doptimi-ser la qualit de ses donnes. Ctait essentiel, car ces nouvelles donnes nous apportent une connaissance plus fine de nos clients, et donc participent une meilleure rentabilit , indique Sverine Prin. Lassureur a opt pour un datawarehouse dentreprise

    partag par toutes les directions mtiers, un outil au coeur du dveloppement des nouvelles offres. Organis autour de la notion de personne, il permet dintgrer de nouvelles sources de don-nes en fonction des besoins. Tous les statisti-ciens y ont accs et, au sein de la direction des risques, un ple est garant de la fiabilit et de l'exhaustivit des donnes du datawarehouse , souligne Sverine Prin. La qualit des donnes, cest justement un point crucial. La tarification est de plus en plus complexe : il y a ncessit de fournir un plus grand nombre de donnes mais cela implique de mettre en place un plus grand nombre de contrles sur la qualit et la fiabili-t des donnes, insiste Sverine Prin. Seule la mise en place de processus de qualit des don-nes est mme de garantir la fiabilit des mo-dles techniques et les hypothses de profitabi-lit. Ds la phase de conception dun nouveau projet, les directions des systmes dinformation y sont troitement associes afin dassurer une qualit des donnes irrprochable.

    ctait essentiel, car ces nouvelles donnes nous apportent une

    connaissance plus fine de nos clients, et donc participent une meilleure rentabilit

    Sverine Prin

  • 6

    Le sujet vous intresse ? Tlchargez la version complte de notre e-book

    Le contenu de cet e-book a t ralis par nos consultants et nos spcialistes, partir dtudes ralises lors de nos vnements 57 et enrichi par de

    nombreux retours dexprience de nos clients. Tlchargez gratuitement la version complte ladresse suivante :

    http://bit.ly/Mutuelles