Bulletin bd f balance paiements et position exterieurs france 2010_etude 185-7

  • Published on
    17-Jan-2015

  • View
    1.169

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Bulletin de la Banque de FranceLa balance des paiements et la position extrieure de la France en 2010

Transcript

<ul><li> 1. La balance des paiementset la position extrieure de la France en 2010Direction de la Balance des paiementsDirection des Enqutes et Statistiques sectoriellesEn 2010, le dcit des transactions courantes de la France stablit 34 milliards deuros (soit 1,7 % du PIB), niveau sensiblementgal celui de 2008 (1,5 % du PIB en 2009).Ce dcit rete en premier lieu le solde ngatif des changes de biens, qui sinscrit 54 milliards deuros, et dont la dgradationest compense pour moiti par la hausse de lexcdent des revenus, tirs notamment des investissements ltranger, quistablit 37 milliards.Les sorties nettes dinvestissements directs stablissent 38 milliards deuros en 2010, contre 50 milliards lanne prcdenteen raison du recul des investissements franais ltranger.Le dcit global des transactions courantes et des investissements directs est quilibr par des entres de capitaux au titre desinvestissements de portefeuille et/ou des oprations de prts-emprunts, ce qui se traduit conomiquement par un endettementde certains secteurs rsidents vis--vis des non-rsidents, ou une rduction de leurs avoirs ltranger.Ainsi en 2010, le dcit des transactions courantes et les sorties de capitaux au titre des investissements directs (72 milliards) sontnancs par des entres de capitaux qui rsultent dun endettement extrieur net des institutions nancires montaires IFM (123 milliards, instruments drivs inclus) et des administrations publiques (43 milliards). Les autres secteurs mnages,entreprises non nancires, Banque de France, assurances notamment augmentent globalement leurs crances nettes surltranger (109 milliards), ce qui correspond en balance des paiements des sorties de capitaux.Le dcit des transactions courantes et les sorties de capitaux observs en 2010 contribuent dgrader la position extrieurenette de la France, qui rsulte de la diffrence entre les avoirs et les engagements vis--vis des non-rsidents. la n delanne 2010, la position extrieure nette de la France, exprime en valeur de march, est dbitrice de 192 milliards deuros(soit 10 % du PIB). Elle se dtriore de 31 milliards par rapport 2009, les effets nets de valorisation (13 milliards) accentuantlimpact du dcit courant.Mots cls : balance des paiements, transactions courantes, soldecommercial, investissements directs, investissements de portefeuille,position extrieure, fusions et acquisitions transfrontiresCodes JEL : F10, F21, F23NB : Les donnes commentes dans cet article sont celles qui gurent dans le Rapport annuel 2010 publi sur le site internet de la Banque de France : http://www.banque-france.fr/ fr/statistiques/telechar/economie_balance/rap-2010/rapport-annuel-2010-balance-des-paiements.pdfBulletin de la Banque de France N 185 3e trimestre 2011 67</li></ul><p> 2. TUDESLa balance des paiements et la position extrieure de la France en 20101| Le compte1|1 Les biens des transactions courantes Le dcit des changes de biens atteint 53,7 milliards et le compte de capitalen 2010, aprs 43,1 milliards en 2009, dans un contextede forte reprise des changes de marchandises auLe solde des transactions courantes (cf. glossaire) deniveau mondial.la France revient en 2010 au niveau de 2008. Il estdcitaire de 33,7 milliards deuros, aprs 28,4 milliardsAprs une forte baisse en 2009, les changes extrieursen 2009. La dgradation des changes de biens, proche de biens sont en hausse en 2010. Les exportations 1de 11 milliards, est pour moiti compense par uneprogressent de 13,7 % et les importations de 13,9 %,amlioration du solde des revenus. Lexcdent des sans retrouver toutefois leur niveau davant la crise.services, y compris les voyages, reste proche du niveau Cela se traduit en balance des paiements par uneenregistr en 2009, 10 milliards, tandis que le dcitdgradation du solde des changes de biens, qui stablitdes transferts volue peu (26,5 milliards). en 2010 53,7 milliards, rsultant essentiellementde lalourdissement de la facture nergtique. Celle-ci Tableau 1 Principaux soldessaccrot de 8 milliards sous les effets combins de de la balance des paiementsla hausse des volumes achets et de laugmentation (en milliards deuros) des cours des matires premires nergtiques.2008 2009 2010Laugmentation du prix du baril de ptrole, au Transactions courantes- 33,7 - 28,4 - 33,7 cours du second semestre, nest que partiellement (en % du PIB)- 1,7- 1,5- 1,7 Biens- 59,4 - 43,1 - 53,7absorbe par lapprciation de leuro vis--vis du dollar. Services hors voyages5,92,23,9 Voyages10,5 8,06,1 Les exportations franaises sont principalement Revenus33,4 31,6 36,5 Transferts courants- 24,2 - 27,1 - 26,5tires en 2010 par les matriels de transport, Compte de capital 0,70,30,0dont les ventes progressent de 16 %. Les ventes Compte nancier 18,3 41,1 18,2 dquipements mcaniques, lectriques, lectroniques Investissements directs- 62,0 - 49,6 - 37,9et informatiques, des autres produits industriels et Franais ltranger (a)- 78,3 - 61,2 - 50,7de produits agricoles et agroalimentaires afchent des trangers en France (a)16,3 11,6 12,8progressions moins marques, de lordre de 12,6 %. Investissements de portefeuille25,0 251,1119,9 Avoirs - 98,3 - 77,4 23,2 Engagements123,3328,596,7Du point de vue gographique, la dgradation du Instruments nanciers drivs- 16,4 - 16,9 34,3solde douanier en 2010 sexplique, pour lessentiel, Autres investissements 63,1 - 147,4- 92,3par le creusement des dcits vis--vis de la zone euro Avoirs de rserve8,53,9- 5,8( 3 milliards deuros, dont 1,4 milliard vis--vis Erreurs et omissions nettes 14,8 - 13,0 15,4de lEspagne), et de lAsie ( 3,2 milliards, dont (a) Aprs reclassement des prts entre socits surs selon le principe directionnel tendu (cf. note de bas de page n 4) 2,4 milliards avec la Chine), zone avec laquelleles changes ont fortement progress en 2010 Graphique 1 Transactions courantes (exportations + 29,4 %, importations + 22,5 %). (soldes bruts en milliards deuros)60Par rapport la reprise du commerce mondial, la40croissance des exportations franaises sinscrit enlger retrait, en raison notamment du poids croissant20des conomies mergentes dans les changes 0internationaux de marchandises. La part de march - 20de la France lexportation chit en consquencelgrement, passant de 3,8 % en 2009 3,7 % en 2010, - 40poursuivant la tendance baissire amorce au milieu - 60 des annes deux mille. - 80 1 En donnes douanires en valeur. Celles-ci diffrent des donnes de biens en balance2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010des paiements par le traitement du travail faon, des rparations, de lavitaillement, et Transactions courantes Transferts courants des oprations ne donnant lieu ni transfert de proprit ni un paiement. En balance BiensServicesdes paiements, les exportations de biens progressent ainsi en 2010 de 14,2 % et les Revenusimportations de 15,4 %.68Bulletin de la Banque de France N 185 3e trimestre 2011 3. TUDES La balance des paiements et la position extrieure de la France en 20101|2 Les servicesLes autres servicesLexcdent des changes de services est stable de 2009Lexcdent des changes des autres services 2 (hors 2010, 10 milliards. La baisse de 1,9 milliard services de transport et voyages) augmente lgrementde lexcdent des voyages est compense par pour atteindre 3,9 milliards, aprs 2,9 milliardslamlioration du solde des services de transport pouren 2009, dans un contexte de reprise des exportations0,8 milliard et des autres services pour 1 milliard.(5,1 %, aprs une contraction de 3,2 % en 2009) et depoursuite de la progression des importations (3,0 %Les transportsen 2010).Les changes de services de transport enregistrentLanalyse des soldes par secteur montre des volutionsune forte hausse dans le sillage de la reprise desrelativement limites dune anne sur lautre.changes de biens et retrouvent des niveaux proches Lamlioration observe en 2010 porte principalementdavant la crise, voisins de 27 milliards. Le solde est sur les changes des autres services aux entreprisesproche de lquilibre en 2010 0,1 milliard, aprs dont le dcit se rduit de 1,3 milliard, 0,5 milliard.des dcits de 0,7 milliard en 2009 et 1,1 milliard Les autres postes enregistrent une dgradation plusen 2008. Lamlioration du solde est principalement limite de leur solde, infrieure 0,5 milliard.imputable aux services de transport maritime, dont ledcit se rduit de 1,1 milliard, 0,5 milliard, tandisque lexcdent des changes de services de transport1|3 Les revenusarien diminue quelque peu, 0,9 milliard.Les revenus afchent un excdent de 36,5 milliards enLes voyages hausse par rapport 2009 en liaison avec lamliorationglobale des revenus des investissements.En 2010, lexcdent des voyages se rduit pourla troisime anne conscutive pour atteindre Lexcdent des revenus dinvestissements directs6,1 milliards, alors quil tait lgrement suprieur saccrot de plus de 8 milliards, 34,1 milliards. 10 milliards de 2000 2008. Cette diminution Du fait du redmarrage de lactivit, les revenus dessexplique par un lger recul des recettes ( 1 %)investissements directs augmentent sensiblementconjugu une progression des dpenses des Franaisen 2010, les revenus des investissements franais ltranger de prs de 6 %.ltranger progressant (+ 14,7 milliards) davantage queles revenus des entreprises rsidentes ayant fait lobjetLes recettes de voyages ont t pnalises en dbut dinvestissements par ltranger (+ 6,2 milliards) 3.danne par des conditions climatiques dfavorableset par lruption du volcan islandais paralysant le Le solde des revenus dinvestissement de portefeuilletrafic arien. Les pays limitrophes concentrent enregistre une nouvelle baisse en 2010 et devientpresque trois quarts des recettes de voyages de ladcitaire ( 5,1 milliards) pour la premire foisFrance. La baisse des recettes est principalement depuis 2006, aprs un quasi-quilibre en 2009imputable aux Italiens, aux Belges, aux Suisses et aux(0,1 milliard). Cette dgradation rsulte dune baisseBritanniques, tandis que les Allemands, les Espagnols des revenus sur titres trangers perus par les rsidentset les Nerlandais augmentent leurs dpenses de ( 1 %) conjugue une hausse des revenus sur titresvoyages en France. Les recettes en provenance franais pays aux non-rsidents (+ 5,6 %).dAmrique du Nord repartent galement la hausse,aprs une forte baisse en 2009, sans toutefois avoirEnfin, le dficit des revenus des autresretrouv leur meilleur niveau de 2008.investissements (oprations de prts et emprunts,2 Les autres services correspondant pour lessentiel aux changes de services entre entreprises (ngoce international, services nanciers, informatiques, redevances, frais dtudes etde recherche), auxquels sajoutent les services dassurance, les services personnels et audiovisuels, les services des administrations publiques.3 Il est noter quau moment de la rdaction du prsent article, les revenus dinvestissements directs de lanne 2010 sont estims et pas encore issus de donnes collectes auprsdes entreprises.Bulletin de la Banque de France N 185 3e trimestre 201169 4. TUDESLa balance des paiements et la position extrieure de la France en 2010 Graphique 2 Soldes des revenus dinvestissements les autres secteurs (socits non nancires, mnages, (y compris les bnces rinvestis)assurances, institutions nancires non montaires) (en milliards deuros) enregistrent des sorties de capitaux. 40En 2008 et surtout en 2009, lendettement extrieur 30du secteur public a nanc lessentiel du dcit des 20 transactions courantes et des sorties de capitaux autitre des investissements directs. De fait, lendettement 10 sous forme de titres du secteur public auprs de 0non-rsidents est ressorti des niveaux plus levs.Les non-rsidents ont galement souscrit des titres - 10 mis par la Socit de nancement de lconomiefranaise (SFEF), entit classe dans les autres - 202004 2005 2006200720082009 2010 secteurs , dont les ressources ont exclusivementservi au financement long du secteur bancaireRevenus dinvestissements directsRevenus dinvestissements de portefeuille franais, qui en assure dailleurs le remboursementRevenus des autres investissements(cf. graphique 3).TotalEn 2010, les grandeurs relatives redeviennentessentiellement interbancaires, cf. glossaire) se rduitdavantage conformes ce qui avait t observ avantde nouveau en 2010, 2,4 milliards, en liaison avecla crise, en 2006-2007. Le dcit des transactionsla baisse des taux dintrt (cf. graphique 2), tandiscourantes (33,7 milliards) et les sorties de capitauxque les revenus du travail (travailleurs frontaliers) au titre des investissements directs (38 milliards)apportent 10 milliards (stable dune anne lautre).sont nancs par un endettement extrieur net desIFM (122,6 milliards en incluant les instrumentsnanciers drivs) et des administrations publiques(APU) (43,5 milliards), tandis que les autres secteurs2| Le compte nancier augmentent de nouveau leurs avoirs et crances surlextrieur (cf. graphique 3).Le compte nancier de la balance des paiements,dont le solde doit en thorie quilibrer le solde destransactions courantes, enregistre les changes dactifs Graphique 3Entres de capitaux par secteurnanciers entre la France et ltranger, et regroupe (en signe balance des paiements en milliards deuros)principalement les investissements directs , 200 investissements de portefeuille et les autres 150investissements (essentiellement oprations deprts-emprunts des IFM) (cf. glossaire). Son solde 100stablit 18,2 milliards en 2010, aprs 41,1 milliards 50en 2009, retrouvant son niveau de 2008 (cf. tableau 1). 0 - 50Depuis 2005, le solde annuel global des transactions- 100courantes et des investissements directs est ngatif.Ce dcit est principalement nanc par des entres - 150de capitaux au titre des investissements de portefeuille- 20020052006 200720082009 2010et/ou des oprations de prts-emprunts, ce qui se traduitTransactions courantes + Investissements directsconomiquement par un endettement de certains secteursIFM et instruments financiers drivsrsidents vis--vis des non-rsidents, ou une rduction Administrations publiquesBanque de Francedes avoirs des rsidents sur ltranger. Gnralement, lesAutres secteursentres de capitaux rsultent de lendettement du secteurNB : Un signe positif (ngatif) indique des entres (sorties) nettes depublic (via les souscriptions de titres publics par descapitaux, qui quilibrent le solde ngatif des transactions courantes etnon-rsidents) et du secteur bancaire (IFM), tandis quedes investissements directs, aux erreurs et omissions prs (cf. infra).70Bulletin de la Banque de France N 185 3e trimestre 2011 5. TUDES La balance des paiements et la position extrieure de la France en 20102|1 Les investissements directs autres oprations , ou prts intragroupes, diminuentde moiti par rapport 2009, pour stablir 7 milliards.Les investissements directs nets ltranger (cf. glossaire) qui sont essentiellement le fait des socits non La relative stabilit des IDEF, 13 milliards,nancires stablissent 38 milliards deuros en 2010.masque toutefois une recomposition importante.Ils se contractent de 12 milliards par rapport 2009,La...</p>