La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008

  • Published on
    15-May-2015

  • View
    697

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La Presse Nouvelle Magazine n253 fvrier 2008 - 26e anne

Transcript

  • 1.PNM 253 BON28/02/0812:34Page 1LA PRESSE NOUVELLEMagazine Progressiste JuifPNM aborde de manire critique les problmes politiques et culturels, nationaux et internationaux. Elle se refuse toute diabolisation et combat rsolument toutes les manifestations d'antismitisme et de racisme, ouvertes ou sournoises. PNM se prononce pour une paix juste au Moyen-Orient, sur la base du droit de l'Etat d'Isral la scurit, et sur la reconnaissance du droit un Etat du peuple palestinien.N 253 - FVRIER/MARS 2008 - 26e A N NEL e N 5 , 5 0 MENSUEL EDITE PAR LU.J.R.E. Union des Juifs pour la Rsistance et lEntraideA vos agendas !Assemble gnrale de lUJRE Samedi 5 avril 2008 15 h. 21 FVRIER 1944 VINGT ET TROIS TRANGERS ET NOS FRRES POURTANT... Le 21 fvrier 1944, 23 rsistants trangers parmi lesquels plusieurs juifs membres de la M.O.I. sont fusills au Mont-Valrien. Que leur reproche-t-on ? Davoir pris les armes contre lenvahisseur nazi. Leur arrestation est le fruit de la collaboration troite entre la police franaise et les services allemands. Mais il ne suffisait pas de les fusiller, il fallait les faire passer pour de dangereux terroristes. Cest cette image qua voulu en donner la trop fameuse Affiche Rouge. Elle inspira le clbre pome de Louis Aragon, mis en musique par Lo Ferr. Dans le monde daujourdhui, leur combat pour la dignit, les droits de lhomme et un monde meilleur est toujours actuel.Lire Sommaire en page 3 PRCISIONUn lecteur nous crit: Si je trouve dans lensemble votre magazine intressant et dun niveau qui ne laisse aucune place aux approximations, il me semble que les ditos, bien que jen partage souvent le contenu, soient trop centrs sur la vie politique nationale franaise... Votre remarque, cher lecteur, nous permet de faire une mise au point sur la ligne ditoriale laquelle nous nous rfrons. Notre journal, fond en 1934 dans sa version yiddish (Na Press) sinscrit dans la continuit dun engagement dans les luttes antifascistes et progressistes davant guerre, et pendant les jours noirs de lOccupation et de la Rsistance laquelle prirent courageusement part ses rdacteurs*. Depuis la cration de lUJRE unifiant en 1943, dans la clandestinit, des groupes de combat de la rsistance juive, il en exprime le point de vue, sans concessions aux sirnes de la pense unique, et poursuit sa participation aux luttes pro-COMMUNIQU Prolongeant laction des groupes de combat SOLIDARIT, lUnion des Juifs pour la Rsistance et lEntraide nat en 1943 dans la clandestinit de la lutte contre loccupant nazi. Elle est alors co-fondatrice du CRIF et la Libration, linitiative de la cration du MRAP, par la fondation du Mouvement National Contre le Racisme (MNCR).LUJRE tient exprimer son indignation concernant le projet du Prsident de la Rpublique dinstituer un parrainage, par chaque lve de CM2, dun enfant juif disparu lors du gnocide de la deuxime guerre mondiale. Cest lors du rcent diner annuel du CRIF que le Prsident de la Rpublique, tout en reprenant ses conceptions contraires la lacit, concernant lapport des valeurs religieuses, a expos ce projet la fois invraisemblable, effarant et dangereux, consistant obliger les enseignants de CM2 imposer leurs lves un devoir de culpabilit au sujet des crimes antismites. Si ces crimes ncessitent, certainement, que les futurs citoyens soient informs, ds lcole primaire, de lexistence des camps dextermination et des raisons historiques qui ont permis la Shoah, sans prjudice dautres initiatives en direction dlves plus gs et dadultes, il est inadmissible de confondre, comme la fait le chef de lEtat, motion et mmoire. La raison en est simple : lmotion est lHistoire ce que la vengeance est la Justice. Se contenter de jouer sur lmotion sans fournir la moindre cl de comprhension ne peut aboutir quau rsultat inverse de celui recherch. En crant les conditions les plus propices la concurrence victimaire, on ne peut quattiser les haines identitaires rciproques, alors que lurgence serait dagir pour les prvenir. Tout se passe comme si en haut lieu, on cherchait par un tel projet, non seulement acheter un hypothtique vote communautaire, mais aussi aggraver les rflexes de repli sur soi, tant il reste vrai que le maintien dun pouvoir manifestement impopulaire passe par la division de ceux qui ont toutes les raisons de le combattre. Le Bureau de lUJRE 15 fvrier 2008QUI SOMMES-NOUS ? gressistes de notre pays. En tout premier lieu, la lutte contre le racisme, lantismitisme et contre toutes les discriminations qui conduisent aujourdhui la traque inhumaine des immigrs, et aux actions brutales contre les sans-papiers. Secondement, la lutte pour la Paix avec une attention particulire pour le ProcheOrient et Isral, auquel des liens particuliers nous rattachent. Ceci suppose un rglement politique de la question. Sil est ncessaire de garantir le droit la scurit dIsral, les droits nationaux du peuple palestinien un Etat viable et souverain doivent galement tre consacrs. Il faut donc mettre un terme loccupation des territoires ; il faut respecter la dignit de ce peuple et renoncer la politique unilatrale du fait accompli, tel le Mur de la honte, qui ouvre la porte toutes les violences. Enfin, et cela rpond, nous semble-t-il, directement votre question, nous sommes franais, juifs laques et progressistes etcitoyens du monde. Dans cet esprit, nous nous situons sans quivoque aux cts des forces de progrs et de paix de notre pays, dont la devise, il nest pas inutile de le rappeler, rside dans le triptyque Libert, Egalit, Fraternit, ce qui sous-entend de dfendre aujourdhui la lacit et toutes les avances du pacte rpublicain fond sur la solidarit qui dcoule de la victoire sur le fascisme et des conqutes sociales et dmocratiques, des luttes du peuple franais. Cest pourquoi, cher ami, notre dfense bec et ongles de ces avances de civilisation se retrouve dans beaucoup de nos ditoriaux. Lquipe de rdaction de la PNM * Voir YISKOR BUCH (Souviens-toi), dit par lUJRE en 1946 la mmoire de 14 crivains juifs fusills ou morts en dportation : Aron Bekerman fusill au Mont-Valrien le 16 septembre 1941, I. S. Cendorf, Yossl Cukier, Meyer Dzilowski, T. Elski, Ch. Kagan, H. Kowalska, David Kutner, Mouni Nadler, fusill Romainville par les SS le 11 aot 1942, David Pliskin, Iankl Szpan, Oizer Warshawski, W. Wieviorke, Baruch Winogura.

2. PNM 253 BON28/02/0812:34Page 2P.N.M. FVRIER/MARS 20082CARNET Dcs La PNM a appris avec chagrin la mort de :Suzanne KALISZ Dcde le 30 janvier, nous lavons accompagne au cimetire de Bagneux lundi 4 fvrier 2008. Suzanne fut permanente la CCE en mme temps que Blanche Prager vers les annes 80. Elle fit un certain nombre de colos comme reprsentante de la CCE et parfois comme directrice / conome. Puis elle devint directrice du dispensaire LAide Mdicale jusqu sa fermeture.Andr ROSSEL-KIRSCHEN Cest aprs avoir pos beaucoup de questions quil avait accept de parrainer l'Association MRJ-MOI (Mmoire des Rsistants Juifs de la M.O.I.) : Notre combat est le mme. Sa famille et ses proches ont demand que son souvenir soit associ celui de ses camarades du Procs de la Maison de la Chimie. Ainsi sera-t-il fait*. * Un article de Gilles Perrault lui sera consacr dans un prochain numro de notre magazine.Mmoire Le 19 dcembre 2007, notre preMaurice Rok dcd en 2000, aurait eu 100 ans. Une pense et un don la "Nae Presse" qui l'a toujours accompagn. Bien amicalement, Charles et Roger Rok et leurs familles.Bonjour, je mappelle AARON et je suis n le 1er fvrier 2008. Je fais la joie de mon frre ADAM, de mes surs LAURA et LA et de mon oncle GILLES Mes parentsNATHALIE ET MICHAL BENDAVID, mes grands-parents PAULETTE ET ALBERT STAINBER, MLANIE ET MAURICE BENDAVID, leurs enfants et petits-enfants sont heureux de ma venue. Mazel tov !AVIS DE RECHERCHE fille de Raphal LEWKOWICZ, arrt en mars 1943, par la police de Vichy, lors dune distribution de tracts communistes, il me semble que mon pre appartenait aux groupes de combat de lUJRE. Je fais des recherches afin de recueillir des informations sur cette priode de ma vie. En effet, cache dans un internat de la ville, jaimerais savoir qui mavait place dans cette cachette, qui payait enfin, lever le voile sur cette priode tant occulte des juifs rsistants. Merci dcrire au journal Presse Nouvelle Magazine 14 rue de Paradis 75010 ParisHlne AKIERMANEvnement au 14 Nous continuons projet devant une salle combleUn grand bravo, tout dabord au Centre national de la cinmatographie dont le service des Archives franaises du film a admirablement restaur notre film*. La splendeur des images le mritait. Bravo aussi au projectionniste. Cest dans une salle comble que lon a (re)dcouvert un film tourn par lUJRE en 1946 pour tmoigner de la cration par sa commission centrale de lenfance (CCE), de FOYERS**, maisons denfants pour lhbergement et lducation des enfants de fusills et dports, orphelins et rescaps de la barbarie nazie, et obtenir ainsi des soutiens financiers (Joint, etc.). A la tribune, Roland Wlos, Paulette Sarcey, et le ralisateur Yves Jeuland. Paulette, qui fut agent de liaison de la M.O.I. et qui joue son propre rle dans ce film, ne lavait jamais vu. Son motion, certes matrise, tait vidente. Je mattendais voir un documentaire destin montrer aux ventuels financeurs, comment lUJRE via sa Commission Centrale de lEnfance soccupait dorphelins juifs dans ses foyers** dhbergement (Montreuil, Andrsy, ) et colonies*** de vacances. Prcisons demble que tout tait difficile dans laprs-guerre. Il y eut des cartes de rationnement jusquen 1949 au moins, et lpoque, peu denfants partaient en vacances ! Demble, jai eu le souffle coup par la beaut de limage voquant lvidence La Lumire dt de Grmillon et parfois lemptement, la richesse dEisenstein. Pas de secret : Deux des cinastes staient forms au Bauhaus. Pour nombre de non-yiddishophones, le film fut peru comme muet, mais navons pas eu, tort peut-tre, limpression de manquer quelque chose. Attendons la copie sous-titre... Pour moi, le message du film est con